Sommet du G20 à Berlin : Nicéphore Soglo fustige le discours de Talon

397

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’ancien Président de la République n’est pas en phase avec la situation sociopolitique nationale telle que décrite par le chef de l’Etat dans son discours lors du sommet G20 à Berlin. Nicéphore Soglo ne comprend pas que Patrice Talon annonce, devant une tribune aussi prestigieuse, mettre désormais au pas les voix discordantes. Dans une déclaration faite à la presse, il désavoue la répression syndicale tout en mettant les institutions de contre-pouvoir devant leur responsabilité.

Lire sa déclaration

Declaration de Monsieur Nicephore Dieudonne Soglo Ancien President de la Republique du Benin

Après le sommet du G20 à Berlin, en Allemagne

 

COTONOU, LE 05NOVEMBRE 2018

Béninoises, Béninois, Chers Compatriotes,

La République du Bénin et l’Afrique se réjouissent de l’intérêt constant et croissant que la République Fédérale d’Allemagne porte au développement et à la Renaissance du continent africain.

Mais il est dommage que le ‘’gouvernement dit de la rupture’’ soit si allergique au dialogue. Car on a peine à croire que dix jours, après que les anciens présidents SOGLO du Bénin et OBASANJO de la République Fédérale du Nigéria, aient lancé l’appel de Cotonou en faveur d’une journée africaine, commémorative de la traite négrière, le Président du Bénin se fasse à Berlin, au sommet du G20, le chantre de la répression syndicale et de la précarité.

Or chacun sait, que l’esclavage constitue la forme primitive de l’exploitation de l’homme par l’homme, la plus dure, la plus barbare aussi, qualifiée désormais de crime contre l’humanité.

Son évolution est aussi bien connue. La société du Moyen-âge ne connait plus l’esclavage mais le servage. Quant à la société moderne, elle a le salariat ; sans oublier, l’exploitation coloniale.

Si le pouvoir est un révélateur de la personnalité, que dire alors du silence des collaborateurs et des organes decontre-pouvoir, de la société civile, de la presse, des formations politiques et religieuses et surtout des syndicats ? Or, leur rôle est de défendre la veuve et l’orphelin.

Et, c’est pour ne pas tourner le dos aux vénérés acquis de la Conférence Nationale Souveraine de février 1990 que je lance à nouveau un appel à l’union, à la concorde et au dialogue avant qu’il ne soit trop tard.

Je vous remercie.

Nicéphore D. SOGLO

Ancien Président de la République

Ancien Maire de la ville de Cotonou

Vice-Président du Forum des Anciens Chefs d’Etats et de Gouvernements d’Afrique,

Créé en 2006 à Maputo sous le haut patronage de Nelson MANDELA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite