Conférence sur le Partenariat – G20 avec l’Afrique : Un sceau néolibéral sans pitié

484

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Aujourd’hui, mardi 30 octobre 2018, la conférence “G20- Compact with Africa” (CwA), sera organisée avec la participation d’éminentes personnalités internationales.

 Le but est le suivi des  engagements proclamés (1), lors de la conférence de 2017 qui jettera un regard nouveau sur le Pacte avec l’Afrique (Cwa) (2)

1.Les engagements proclamés.

 

A l’occasion du son derniers ommet à Hambourg, le G-20 s’est engagé à soutenir  l’initiative allemande «Compact with Africa» (CWA), dont l’objectif est de stimuler  l’économie du continent africain à travers  la mobilisation de capitaux privés pour financer de d’importants investissements dans les infrastructures. Il avait été  aussi question de  soutenir les réformes économiques dans nombre de pays africains  et de coordonner leurs programmes d’assistance technique et leurs interventions, afin de  garantir plus d’efficacité à leurs actions. Il a été aussi question d’encourager les sociétés du G-20  à investir dans les pays de l’initiative qui ont adhéré à l’initiative. Au départ, quatre pays africains ont adhéré à cette initiative, à savoir la Tunisie, le Maroc, le Sénégal et le Rwanda. Actuellement, le nombre des pays bénéficiaires est porté à onze, avec l’adhésion du Bénin, de la Côte d’Ivoire, de l’Egypte, de l’Ethiopie, du Ghana, de la Guinée et du Togo.

Le G-20 regroupe 20 membres (19 Etats et l’Union européenne) : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie, Union européenne.

La carte d’identité du G-20 impressionne : ses Etats membres représentent 85% du PIB mondial, deux tiers de la population mondiale, 75% du commerce mondial, 80% de l’investissement global, 92% des dépenses mondiales.  C’est dire, que le partenariat est important. Loin de la coupe aux lèvres, il y a des inquiétudes à soulever.

2. Un nouveau regard sur le pacte avec l’Afrique

 

C’est la nouvelle méthodologie qui permet de mettre en relief la pertinence de ce partenariat. En effet, à cette   conférence, chaque pays aura l’opportunité de présenter les principaux avantages et privilèges accordés aux investisseurs étrangers pour faire apprécier  le potentiel économique au niveau de chaque pays. Il n’y a pas de meilleure pédagogie que l’exemple. Voilà pourquoi il sera tenu grand compte  “des success stories des investisseurs privés déjà implantés dans les pays africains de l’Initiative  afin qu’ils exposent  leurs propres expériences. On sait par exemple, que la  Tunisie donnera la parole  au groupe “Leoni”, fournisseur mondial de câbles, qu’on considère  comme étant le  plus grand employeur privé, avec près de 18 mille employés, dans toute la Tunisie avec une perspective de  création de 5 000 nouveaux emplois, dans quelques années. Cela, c’est du concret. Le  Bénin, la Côte d’Ivoire,  la Guinée et le  Togo gagneraient à présenter des « success stories » motivants que de tendre la main.

On ne doit pas perdre de vue, l’équation de mobilisation  du capital pour financer des grands projets dans les pays de l’Initiative. Une étude de Robert Kappel et Helmut Reisen de Friedrich Ebert, -2017-  rapporte que :« environ 100 milliards de dollars par an devront être investis dans les dix à quinze prochaines années pour couvrir les besoins essentiels: électricité,routes,liaisons fluviales et maritimes, systèmes de transport urbains et ruraux,ports et aéroports ».

Le rapport avertit que des investissements de cette ampleur dépassent les moyens de l’aide publique au développement. Le G20 espère donc attirer des investisseurs privés tels que les fonds de pension et les compagnies d’assurance.Cependant, ils n’investiront que lorsqu’ils auront l’assurance d’un certain taux de rendement.Cette perspective étant irréaliste dans les pays pauvres, des subventions et des garanties sont donc nécessaires. Les documents du CWA révèlent que les investisseurs ont des taux d’intérêt garantis de 4 à 4,5%. C’est cela la grande inquiétude.

Par H-Tauyé

Juri-Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite