Emprunt obligataire du Bénin « TPBJ 6,50℅ 2018-2025 » : Les titres désormais cotés en Bourse, les transactions ouvertes

343

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Première cotation des titres « TPBJ 6,50℅ 2018-2025 ». La cérémonie de lancement de l’opération a eu lieu à Cotonou, dans la salle de conférence du ministère de l’Economie et des finances, hier jeudi 25 octobre 2018. C’était en présence de plusieurs acteurs, entre autres du secteur privé, de représentants d’institutions financières, de structures d’inter médiation dont la Sgi Bénin, du Directeur général de la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm), Edoh Kossi Amènounvè et de représentants du gouvernement.

La cérémonie de première cotation des titres « TPBJ 6,5℅ 2018-2025 » constitue, pour être on ne peut plus explicite, la deuxième phase de l’opération d’emprunt obligataire par Appel public à l’Epargne  lancé il y a quelques mois par le gouvernement béninois. En effet, dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement (Pag) et en vue du financement des dépenses d’investissement inscrites au Budget général de l’État, gestion 2018, le Trésor public a sollicité le 23 avril 2018  cet emprunt obligataire dénommé « Trésor Public du Bénin TPBJ 6,50℅ 2018-2025 » pour un montant indicatif de 60 milliards FCfa sur le marché financier de l’Union monétaire ouest africaine (Umoa). À la clôture de l’opération le 22 mai 2018, le montant total des souscriptions recueillies s’élève à 62 milliards 596 millions 280.000 FCfa. Plus qu’un succès, l’opération a été identifiée par le Conseil régional de l’Epargne publique et des marchés financiers (Crepmf), l’instance de régulation de la bourse régionale. Ainsi, après la période de souscriptions, les titres souscrits sont passés par l’enregistrement dans les registres du Dépositaire central/Banque de règlement du marché (DC/BR) et de la Bourse régionale des valeurs mobilières de l’Uemoa (Brvm). Cette première cotation des titres marque l’entrée effective de ces titres sur le marché secondaire de la Brvm, et donc l’ouverture des transactions à savoir les achats et les ventes de ces titres pour divers investisseurs. Les investisseurs institutionnels ou particuliers qui n’avaient pas pu acheter les obligations avant la clôture de l’opération d’emprunt ont donc l’opportunité de le faire désormais par  le truchement de la bourse, c’est-à-dire ce  marché secondaire, et bénéficier des gains y afférents. De la même façon, les investisseurs qui ont déjà les obligations peuvent les vendre s’ils ont besoin de la liquidité. «  Lors de l’émission (de l’emprunt), il se pourrait que certains citoyens béninois ou de la sous-région n’aient pas pu acheter les titres. Parce que c’est de la dette de l’État vis-à-vis du public avec une promesse de paiement d’intérêt de 6,5% et un remboursement progressif de l’emprunt. Ceux qui n’ont pas pu acheter au moment de l’émission, ils ont maintenant l’occasion, avec la première cotation, de pouvoir l’acheter à la Bourse. Donc la Bourse, à partir d’aujourd’hui, a créé un marché secondaire, un marché pour que les titres émis par l’État béninois puissent être achetés ou cédés dans le marché. Pour le citoyen lambda, ce qu’il doit savoir est que désormais, à partir de cette première cotation, il peut saisir une Sgi pour pouvoir acheter ou vendre les obligations de l’État du Bénin et avoir 6,5% d’intérêt et être remboursé à la fin de l’emprunt », a renchéri, en français facile, le Directeur général de la Brvm, Edoh Kossi Amènounvè. Il s’est ensuite réjoui de « l’attractivité du compartiment obligataire du marché » qui contribue au succès des différents emprunts. En tout cas c’était une fierté pour le Dg Amènounvè d’avoir été un témoin de la 7ème introduction d’un emprunt obligataire à la Brvm depuis le début de cette année 2018. « L’entrée en bourse de ce 5ème emprunt de l’Etat  du Bénin intervient 15 mois après l’admission à la Brvm du précédent qui avait marqué le retour de l’Etat béninois sur le marché financier régional depuis la dernière émission qui a eu lieu en 2011. Après ce retour, en deux ans, l’Etat du Bénin a sollicité deux fois le marché avec succès pour un montant total de 234, 14 milliards FCfa. Ceci témoigne de la qualité de la signature du Bénin et de l’engouement des investisseurs pour les emprunts de l’Etat béninois. Cette présence régulière montre également la volonté affirmée des autorités béninoises de recourir régulièrement au marché financier régional pour la mobilisation des ressources à long terme en vue du financement du développement économique du pays tel qu’il ressort du Programme d’action gouvernemental du pays adopté en 2016 », a fait savoir Edoh Kossi Amènounvè tout en félicitant l’arrangeur et chef de file de l’opération : la Société de gestion et d’intermédiation du Bénin (Sgi-Bénin) et les co-chefs de file : Sbif, Sgi Togo, Bfs et Hudson. Au nom de ses collègues, la Directrice générale de la Sgi-Bénin, Sakinatou Sidi tout en  réitérant au gouvernement du Bénin la disponibilité de la Sgi-Bénin à l’accompagner dans la mobilisation des ressources nécessaires aux financements de son programme d’action, va souhaiter plein succès au titre TPBJ sur la cote de la Brvm.

Ouverture solennelle de la cotation

En lieu et place du ministre de l’Economie et des finances, Romuald Wadagni, la secrétaire générale adjointe du ministère, Alice Massim-OualliAffo a sonné la cloche depuis Cotonou, ouvrant ainsi le marché boursier délocalisé (Abidjan siège Brvm). Mais avant, dans son intervention, elle a remercié les investisseurs,toutes catégories confondues, qui ont fait confiance au Bénin en souscrivant massivement à l’opération. « Le ministre de l’Economie et des finances voudrait vous rassurer de son engagement à continuer d’imprimer la valeur du bon payeur de dettes à notre pays le Bénin qui fait partie aujourd’hui des pays de l’Union qui honorent leurs engagements par le remboursement de leurs dettes à l’échéance sur le marché », a-t-elle laissé entendre. A en croire ses propos, l’emprunt dont la cotation a été fait hier ne sera pas la dernière « puisqu’aucun pays ne se développe sans le recours à l’emprunt », a justifié la Sga/mef. Il faut signaler que juste quelques minutes après cette ouverture, les premiers résultats de la cotation dévoilés par le  Directeur général du Trésor et de comptabilité publique, KarimouAssouma étaient 1000 titres échangés soit 1 million FCfa. La remise de plaques commémoratives aux Sgi, au Dg Trésor et à la Sga/Mef a mis un terme à la cérémonie.

 

J.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite