Accusé de ‘’violence et voies de faits sur agents de police’’ et ‘’fraude douanière’’ : 7 ans de prison et 32 milliards d’amende requis contre Atao

2 287

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Délibéré renvoyé au 6 novembre prochain)

Atao Mohamed Hinnouho a pour une énième fois, comparu hier mardi 23 octobre 2018, au Tribunal de première instance de première classe de Cotonou. Dans les dossiers ‘’violence et voies de faits sur agents de police’’ et ‘’fraude douanière’’, ses avocats et lui ont continué à clamer son innocence, devant le juge Rodolphe Azo. Au terme de l’audience et en attendant le délibéré prévu pour le 6 novembre prochain, le Ministère public a requis contre le député, deux ans d’emprisonnement ferme dans le premier dossier. Quant au deuxième relatif à la ‘’fraude douanière’’, le même Ministère requiert contre l’accusé, cinq ans d’emprisonnement avec une amende de 22 milliards, sans oublier un dédommagement de 10 milliards que lui réclame à son tour, la douane béninoise.

Atao Hinnouho pourrait définitivement être fixé par le juge  Rodolphe Azo le 6 novembre 2018. Après l’audience manquée du 14 octobre dernier, les deux dossiers ont hier, connu une certaine avancée. Ce qui a d’ailleurs permit aux différentes parties en procès, de continuer leurs plaidoiries.  Dans le premier dossier dont Atao Hinnouho est accusé d’avoir fait violence sur plusieurs agents de police lors d’une perquisition à son domicile, ses avocats ont estimé que leur client n’a pas la carapace nécessaire lui permettant de violenter des agents de police en mission. Ce qui pour eux, justifie pleinement le non fondé de cette accusation. Le parquet représenté par le Ministère du service public a jugé non convainquant les arguments de la défense. En jugeant coupable des faits le député, le Ministère public a donc requit deux années de prison ferme contre lui.

En ce qui concerne le dossier afférent à la ‘’fraude douanière’’ dans lequel la douane et l’État béninois accusent le député d’avoir « esquivé les contrôles et tarifs douaniers », les débats ont été un peu houleux. En effet, les avocats de ce dernier ont brandi une autorisation d’exonération de la douane, ainsi qu’une autre autorisation d’enlèvement par procédure simplifiée, deux documents qui d’après eux auraient  été signés par la douane elle-même. De ce fait, ils s’étonnent de ce que leur client soit accusé pour ‘’fraude douanière’’, si tant est qu’il est dans la légalité. Au terme des débats, le parquet n’ayant pas été satisfait des arguments présentés par la défense a tout simplement requit à nouveau, cinq ans de prison pour l’honorable Atao Hinnouho, une peine assortie de 22 milliards d’amende à payer à l’État.  De son côté, la douane béninoise qui se dit être ‘’dupée’’ dans cette affaire réclame au prévenu, un dédommagement à hauteur de 10 milliards de Fcfa. Le juge ayant pris acte des arguments et propositions des parties, leur a donné rendez-vous pour le 6 novembre prochain, pour le verdict final. Mais en attendant, l’élu de la 15ème circonscription électorale présent à l’audience en fauteuil roulant, devra poursuivre son séjour carcéral car, ayant vu sa demande de liberté provisoire rejetée à nouveau par Rodolphe Azo.

 

Janvier GBEDO (Stag)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite