Politique de l’enseignement supérieur de la rupture : Wenceslas Degla invite Talon à revoir sa copie

607

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le président de la Fédération nationale des étudiants de l’Université de Parakou a effectué le samedi dernier, une Sortie  médiatique. Wenceslas Degla n’est pas allé par quatre chemins pour demander au gouvernement de la rupture de revoir sa copie par rapport à sa politique du système éducatif au niveau de l’enseignement supérieur. Les problèmes auxquels sont confrontés les étudiants de l’Université de Parakou ont été passés en revue par le président de la Fneup qui n’a pas manqué de demander aux différents responsables à divers niveaux de trouver des solutions afin d’assurer de bonnes conditions d’étude aux étudiants de l’Université de Parakou. Pour Wenceslas Degla, « La sortie médiatique de madame la ministre de l’enseignement supérieur en date du 7 octobre 2018 vise à faire croire à la face du monde que les étudiants du Bénin et particulièrement ceux de Parakou vivent dans de meilleures conditions …ce qui n’est pas le cas». Car, les problèmes de l’Université de Parakou ont nom : insuffisance des infrastructures pédagogiques, manque criard d’enseignants dans  les différentes Unités de formation et de recherche (Ufr), la non effectivité et non-conformité du système Lmd, la non-existence de bibliothèques et de laboratoires équipés et adaptés, la non-normalisation de l’année académique dans certaines Ufr, les mauvaises conditions de stage des étudiants de la médecine, de l’agronomie, de l’Enatse et de ceux de l’Institut de formation en science Infirmière et obstétricale (Ifsio). Le président de la Fneup a exposé l’indignation des étudiants et de son institution par rapport aux réformes en cours et déjà opérées au niveau de l’institution Centrale des œuvres sociales et universitaires du Bénin, notamment la direction des  bourses et secours universitaires. Il a cité, les nombreux décrets portant critères d’attribution des allocations universitaires, le projet de privatisation des œuvres sociales, majorée au non-paiement des arriérés de bourses et secours, la vétusté et l’insuffisance des bus pour le transport des étudiants, l’insuffisance des résidences universitaires et les frais de mémoire et de stage   depuis 2013. Face à ce tableau critique des étudiants, le président de la Fneup a demandé au ministre de l’enseignement supérieur de revoir sa copie en tenant compte des différentes préoccupations que soulèvent les responsables d’étudiants et a appelé les étudiants à l’union, la solidarité et à l’engagement pour exiger de meilleures conditions de vie et d’études à l’Université de Parakou ; l’arrêt du processus de privatisation des œuvres universitaires et sociales ; la prise d’acte par le gouvernement pour consacrer les organisations les plus représentatives.  La même adresse est allée à l’endroit du gouvernement du Président Talon en ces termes : « Nous invitons le gouvernement à revoir sa politique du système éducatif de l’enseignement supérieur…car  au-delà des déclarations de la ministre sur la construction et l’équipement des infrastructures administratives, pédagogiques et de laboratoires au profit des Universités, nous voulons connaître les réalisations dont l’Up  a été bénéficiaire » a insisté Wenceslas Degla.

Albérique HOUNDJO (Br Borgou-Alibori)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite