Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme : Le Roscilb-Cft prêt à mener la lutte

224

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Vendredi 12 Octobre 2018, s’est déroulée dans la salle de conférence du Cncb, la cérémonie de présentation et de lancement officiel du Réseau des Organisations de la Société Civile pour la Lutte contre le Blanchiment des Capitaux et le Financement du Terrorisme (ROSCILB – CFT). Un réseauqui s’est donné pour mission de former tout les acteurs du système socio-économique sur les enjeux de lutte contre le blanchiment de capitaux tout en initiant des programmes d’informations et de formations pour un changement de comportements. Cette journée, en effet fut marquée par la présence de plusieurs autoritéspolitico-administrative du Bénin, de l’Union européenne, d’un représentant de l’ambassade de la Chine près le Bénin et du Directeur Général du Cncb, parrain de cet événement. La cérémonie dura plus d’une heure et demi, marquée par une panoplie de discours dont le premier était le mot de bienvenue du Président de ce réseau Mr Paul C. Adahou. A sa suite, s’en est suivie la présentation du réseau par son secrétaire Général M. Boukari Abdou. Son discours mettait plus un point d’orgue sur les contextes de création de ce réseau qui n’entend pas rester en marge. » Ces organisation reconnaissaientla pertinence du phénomènemais ne développaient aucune action delutte ni individuellementni collectivement…», c’est en ces paroles que le secrétaire exprime la cause principale de la création de ce réseau. Réseau qui s’entend jouer efficacement sonrôlede lutte contre le blanchiment et la prévention du terrorisme en agissant de façon concrète pour améliorer l’efficacité du système préventif et répressifs de lutte contre ce phénomène dans l’intérêt de la nation. Il faut rappeler que ce réseau, ayant auparavant participé au rapport validé de la Banque Mondiale sur les risques de blanchiment de capitauxau Bénin, et qui veut œuvrer en collaboration avec les institutions et structures étatiques pour prévenir ce phénomène naissant. Comme le dit une maxime : qui vas loin ménage sa monture. C’est dans cette optique qu’il s’est doté d’un plan stratégique, présenté par son directeur exécutif qui n’as pas manqué de mettre un point d’orgue particulier sur le professionnalisme dans la publication des rapports d’enquêtes en terme de crédibilité. Toute une flopée d’éclaircissement et de soutien s’en est suivie (par la représentante du Ministre de la Justice, du Représentant du préfet de Cotonou, du Représentant de l’Ambassade de Chine et de l’Union Européenne) et d’une pause musical de l’artiste Riche Savi. Cette cérémonie ne pris fin qu’après les mots du parrain de l’évènement, Mr Bruno Kangni qui s’exprime en ces termes : « je voudrais exhorter les initiateurs à une pratique vertueuse, à une bonne collaboration avec tous les acteurs et à l’entretien de l’équité et de l’égalité dans le traitement des informations financières individuelles, collectives, physiques et morales…». Un peu plus loin dans son discours il ajouta : « Enfin, permettez-moi de souhaiter plein succès et courage au réseau et féliciter les institutions qui marchaient déjà dans cette jungle à la peau dure, destructrice de nos économies pourtant déjà faibles… » Ce qui dénote l’intérêt et le soutien des institutions étatiques et des partenaires techniques et financiers. Prévenir vaut mieux que guérir, mais ces actions seront-elles suffisantes pour épargner à notre chère patrie les affres du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme ? L’avenir nous édifiera…

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite