Musique traditionnelle au Bénin : L’artiste Dakossi Denis cloué sur son lit de malade depuis six mois

2 082

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Une gloire de la musique béninoise est en train de finir)

Il est immobilisé sur son lit de malade depuis six mois sans aucun soutien. Dakossi Denis, l’une des gloires de la musique traditionnelle  béninoise sombre dans  la maladie et tend irréversiblement vers une fin funeste. Depuis le mois de Février l’artiste chanteur ne jouit plus de sa vitalité à cause d’une fièvre typhoïde  doublée d’un ulcère qui l’ont attaqué et qui l’empêchent pratiquement de se nourrir. «Quand j’ai été à l’hôpital pour le diagnostic, on a trouvé la fièvre typhoïde et l’ulcère. Depuis six mois environ, je n’ai consommé d’aliment que deux fois seulement mais très difficilement. Si ce n’est pas les particuliers qui me soutiennent, mes cris de détresse n’ont fait aucun écho au niveau des autorités en charge de la culture béninoise. Et je croupis dans ce mal qui certainement m’emportera un de ces jours», laisse entendre l’artiste avec consternation au bord de la désespérance totale. Et à voir le sexagénaire  complètement déprimé dans son cadre de vie précaire, rien ne laisse entrevoir une revitalisation prochaine. «Si je peux avoir un soutien, en tout cas de n’importe qui, je serai soulagé. parce que vraiment ça ne va pas», crie désespérément le chanteur de son lit de malade. L’artiste est cloué par le mal et vit dans une solitude déconcertante. Et il ne faut pas attendre son silence éternel pour courir et chanter à qui veut l’entendre qu’il a été une force de la musique béninoise. Il y a quelques jours en arrière le monde artistique et culturel béninois a essuyé un  deuil cinglant avec le départ pour la demeure céleste d’un journaliste culturel, Donatien Gbaguidi, d’un artiste comédien, Patrick Gbaguidi, de l’artiste chanteur ‘’Vidégla’’ du groupe Afafa et fraîchement du chanteur ‘’Azizo’’ pour ne citer que ceux-là. Il n’en faudra pas de plus pour crier alerte. Les autorités à divers niveaux de la culture béninoise sont donc interpelées pour voler au secours des créateurs qui, faute de moyens, cèdent impuissamment le tablier de la vie. Dakossi Denis tend la main et attend le secours prochain.

 

TG

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite