Équipe nationale du Bénin : Changer le nom ‘’Écureuils’’, la priorité ?

681

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La nouvelle équipe de la Fédération béninoise de football (Fbf), par le truchement de son Comité exécutif, envisage de changer le nom ‘’Écureuils’’, à l’équipe nationale de football du Bénin. Une petitesse d’idée qui éloigne la Fbf dirigée par Mathurin de Chacus des priorités du moment et  qui porte à croire qu’il existe un lien inéluctable entre le rendement des joueurs et ce surnom.

Pendant près d’une dizaine d’années, plus précisément depuis 2008, le football béninois est resté malade. Une maladie causée par certains de ses acteurs et dirigeants, qui ont instauré une crise sans précédent, au niveau de cette famille du sport roi. Malgré les différents renversements de situation, les immixtions du gouvernement du président Boni Yayi, rien de concret n’y fait. La Fédération internationale de football association (Fifa), nonobstant ses injonctions et menaces, la situation du cuir rond au plan national est restée instable et très confuse.Ceci, laissant en rade des milliers de jeunes formés dans différentes centres de formation et qui n’avaient que pour rêve, de devenir des footballeurs professionnels. Après dix ans de crise, la Fbf a désormais un président élu. Mathurin de Chacus dirige le Comité exécutif de cette Fédération, depuis le 25 août 2018, en remplacement du très controversé Moucharafou Anjorin. Tous les autres candidats en lice ayant abdiqué pour maximiser la chance de Mathurin de Chacus, le consensus, même si c’est de façade, semble être fait autour de lui. Quelques jours après cette joute électorale, plusieurs reformes ont été annoncées par le nouveau président. Entre autres, la création des championnats de catégories d’âges, le lancement sans précédent du championnat professionnel, la contribution à l’union entre dirigeants…Mais autres temps autres mœurs, dit-on! Sans aucune discussion de fond, en l’absence de toute projection, le Comité exécutif de la Fbf décide contre toute attente, de changer le surnom ‘’Écureuils’’, de l’équipe nationale de football du Bénin. « Il n’est plus à démontrer que le surnom “Écureuils” porté par l’équipe nationale de football du Bénin n’est pas toujours du goût de tous les acteurs. Il est indéniable qu’un surnom porté par l’équipe nationale doit être évocateur dans la conscience globale des populations, et fédérateur des ambitions du monde sportif. C’est donc pour clarifier ce débat et trancher le choix du surnom de l’équipe nationale que le Comité exécutif de la Fbf a commandité la mission d’étude sur le changement de nom du Onze national béninois », lit-on dans un communiqué, posté sur la page facebook de la Fédération. L’idée véhiculée par ce message est claire. En d’autres termes, pour les dirigeants du football béninois, le surnom ‘’Écureuils’’ est source de malheur et de malchance, pour l’équipe nationale béninoise. Une conclusion hâtive et  désobligeante qui consiste à conditionner le surnom de cette équipe, à ses différents résultats. L’équipe nationale de football  de la France qui incarne ‘’le coq’’ a à son actif, deux Coupes du monde. Si les Coqs arrivent à gagner des titres mondiaux et continentaux, qu’est-ce qui empêcherait les Ecureuils à ne pas faire autant ? Au lieu de faire croire à l’opinion publique que c’est le surnom ‘’Écureuils’’ qui constitue le malheur de l’équipe nationale du football du Bénin, la Fbf et ses dirigeants devraient panser, de façon scientifique, le problème du football béninois. Autrement dit, les Béninois rêvent plutôt d’avoir des dirigeants d’esprits créatifs, de têtes pensantes ; des leaders qui relancent véritablement le football et redonnent confiance aux fans. Ce n’est justement qu’avec des personnalités du genre que les jeunes auront un championnat régulier et professionnel, un championnat de catégories d’âges, une Direction technique nationale (Dtn) digne du nom, avec beaucoup moins ou sans tricherie… Une fois ce climat instauré,les ‘’Écureuils’’pourraient bien rivaliser avec les ‘’Lions indomptables’’. Le problème est donc ailleurs comme on le dit !

Janvier GBEDO (Stag)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite