Législatives 2019 : Des députés Bmp tapent à la porte de l’opposition

683

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La guerre de positionnement fait déjà rage au sein des Blocs de la mouvance présidentielle. La perspective de ne pas être Tête de liste ou de se voir simplement écarter fait courir certains députés du Bloc de la majorité présidentielle (Bmp). Leur point de chute, l’opposition. Eux qui ont passé tout le temps à satisfaire les envies liberticides du pouvoir de la Rupture, par le vote de lois scélérates, taillées sur mesure, sont maintenant en train de négocier leur positionnement sur la liste de l’opposition. Avec la formation des partis républicains et progressistes, partis au sein desquels ils ne jouent pas les premiers rôles, certains députés Bmp savent qu’ils ne peuvent compter sur le chef de l’Etat pour être bien positionnés. Dès lors, la seule alternative qui se présente est de se faire coopter par l’opposition. Ainsi, ces derniers temps, on constate que des députés Bmp ont la critique aisée contre le régime. Ce n’est pas anodin. Bien au contraire, cette hausse de ton contre le pouvoir Talon à quelques mois des législatives participe d’une stratégie : endormir l’opposition, lui faire croire qu’on s’apprête à changer de camp et qu’on représente pour elle une chance de rafler large lors des prochaines consultations. Il y en a même qui veulent être Tête de liste et rivalisent d’argument pour convaincre les leaders de l’opposition. Mais la mayonnaise ne prend pas. Ceci d’autant plus que, aux yeux de l’opinion, ils sont considérés comme les principaux responsables des conditions de vie difficiles que traversent les populations. Ce sont ces députés révisionnistes qui ont voté des lois pour retirer le droit de grève aux magistrats et aux agents de la santé. Leur dernier exploit est le vote du Code électoral et la nouvelle charte des partis politiques avec des dispositions attentatoires à la démocratie. Ils ont accompagné le chef de l’Etat dans son envie de liquider les partis politiques traditionnels au profit de grands ensembles. Maintenant que c’est fait, ils se rendent compte qu’ils risquent d’être les premiers à passer à l’échafaud. Et ils pensent pouvoir y échapper en faisant les yeux doux à l’opposition. C’est une erreur. L’opposition n’est pas la solution car le peuple n’a rien oublié de leur trahison.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite