Interdits de collaborer avec les agents de douane et de Police : Très teigneux, des ‘’klébés’’ toujours au poste

1 161

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Au Bénin, la collaboration entre agents de la police et de la douane avec les ‘’klébés’’ (personnel assistant, ne faisant pas partie de l’effectif de la police et de la douane) est depuis peu, interdite sur toute l’étendue du territoire national. Mais force est de constater que près d’un mois après, cette décision n’est pas respectée par les douaniers en poste sur la voie inter-état Cotonou-Sèmè-Kraké et sur plusieurs parcs de vente de véhicules d’occasion à Ekpè, où ces klébés sont toujours opérationnels.

C’est un secret de polichinelle, les différents actes peu orthodoxes que posent les ‘’Klébés’’ au nom des agents de la police et de la douane, qu’ils assistent. Au-delà de leur zèle à l’égard des usagers, certains d’entre eux ne sont guère étrangers à desvols et toute pratique de rançonnement, sur la population. Face à cette kyrielle d’actes récriminatoires posées par ces ‘’Klébés’’ et qui déteignent sur la notoriété de la police et de la douane béninoise, les autorités policières et douanières ne pouvaient plus laisser perdurer les choses. Ainsi, ces dernières ont pris leur responsabilité. « Les Klébés sont rigoureusement interdits sur toute l’étendue du territoire national. S’il y a de résistance de leur part, nous devons faire une enquête judiciaire et les présenter au procureur de la République. Ils ne font pas partie ni du dispositif du contrôle douanier, ni du dispositif du contrôle de sécurité. Ils sont des éléments encombrants nuisibles au bon fonctionnement du dispositif », déclarait, avec fermeté, le Général Nazaire Hounnonkpè. Au Directeur général des douanes, Charles Sacca Boco d’ajouter : « Nous prenons l’opinion à témoin pour que dès qu’il y aura de mesures disciplinaires, les uns et les autres se retrouvent devant les sanctions qui leur seront infligées. Les déclarations et les quittances fantaisistes qui servent à raison à rançonner ne seront plus de nos habitudes ». Ces propos tenus le 17 septembre 2018 par ces deux hiérarchies de la police républicaine et de la douane  à Sèmè Kraké, devant les agents de la douane et de la police concernés, venaient soulager les usagers. Mais près d’un mois après, ils sont toujours là, ces ‘’Klébés’’. Comme si de rien n’était, ils sont imperturbables et continuent d’assister pleinement des douaniers. Sur les parcs de vente de véhicules d’occasion d’Ekpè, sans oublier la voie inter-état Cotonou-Sèmè Kraké, le constat est malheureusement patent. Par ce comportement, ces agents de douanes qui se font toujours assister par ces civils nonobstant l’injonction à eux faite, défient leur hiérarchie. Une pratique de non-droit qui sans nul doute mérite de nouveauune attention particulière,des patrons de la police républicaine et de la douane béninoise.

 

Janvier Gbedo (Stag)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite