Polémique autour de la création d’une nouvelle juridiction : Le Garde des sceaux reprécise les attributions de la Criet

250

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Face à la controverse autour des attributions de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), le Garde de seaux, ministre de la justice et la législation a tenu à apporter des précisons. C’était au cours d’une conférence de presse tenue hier mardi 2 octobre 2018, dans l’enceinte du ministère.

La création de la cour répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) a suscité dans l’opinion publique, une vive polémique, notamment en ce qui concerne ses attributions. Le garde des sceaux, ministre de la justice et de la législation, Sévérin Quenum, a tenu à clarifier. A l’en croire, la Criet est un bras opérationnel de la justice béninoise chargé de connaître des faits de corruption, des actes d’enrichissement illicite, de blanchiment des capitaux, de trafic des drogues et de financement du terrorisme. Elle a une compétence nationale et  statue en qualité de Tribunal correctionnel ou de fragrant délit. Ce n’est donc pas un instrument taillé sur mesure destiné à la répression des membres de l’opposition, a précisé le ministre. Elle est à ce titre compétente, selon les propos du ministre, pour connaître des crimes antérieurs à sa création et dont l’instruction est en cours. La nouvelle juridiction aux dires du ministre n’est pas compétente pour juger des crimes commis par des ministres dans l’exercice de leur fonction.

 

Thomas AZANMASSO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite