Vecteur d’identité socio-culturelle : Le panégyrique clanique, face à l’épreuve des temps modernes

1 608

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Aussi  vieux que le monde, le panégyrique clanique était considéré en son temps, comme un des viviers de l’identité socio-culturelle africaine, plus particulièrement celle béninoise. Ayant comme repère l’oralité, il se transmettait de génération en génération. Quelle importance accordent les jeunes du web 2.0 au panégyrique clanique ? Garde-t-il toujours son aspect insondable à cette ère de mondialisation ? Enquête…

Il est appelé akὄ en Fon, oriki en Yoruba, zemyo en Dendi… Autrement dit, le panégyrique clanique a plusieurs appellations, qui varient d’une langue nationale à une autre. Quant à sa définition, elle ne varie pas. En tout cas, pas dans l’idée qu’il véhicule, selon les spécialistes. « Le panégyrique clanique se résume en des paroles laudatives, pour raconter les hauts faits et expliquer les origines d’une famille, d’une collectivité ou d’un clan. Ces paroles ayant un sens originel, sont une source d’informations, pour remonter les origines d’un groupe socio-culturel. A travers le panégyrique clanique, le chercheur ou tout simplement le curieux peut mieux se renseigner sur ses origines. En clair, il rapproche les uns des autres et peut être un élément de cohésion sociale », explique Franck Ogou, Historien et Spécialiste du patrimoine.  Pour lui, le panégyrique clanique, en dehors d’être un vecteur de brassage socio-culturel, a une importance capitale pour tout individu, dont les réalités sociétales font appel à ses paroles. Il va plus loin et démontre : « Moi, je me rappelle que dans mon enfance, quand ma maman voulait me calmer ou me confier une grosse tâche ménagère, elle me récitait mon panégyrique et cela continue jusqu’à ce jour ». Dans les familles royales où on accorde une importance à la tradition,  on assiste à une sorte de déification du panégyrique. La question est prise au sérieux au point que certaines lignées s’assurent en bonne et due forme de sa transmission, à leurs descendants. C’est le cas chez Adebayo Idohou, issu de la famille royale Idigny de Kétou, dans le département du Plateau. Pour ce jeune agent à l’Université nationale des sciences technologiques, ingénierie et mathématiques (Unstim) d’Abomey, le panégyrique clanique adoucit les mœurs. Il explique qu’une femme peut réciter à son mari mécontent, son panégyrique, pour le calmer. « Et au bébé lorsqu’il pleure, on le lui récite, pour le calmer et le faire revenir à de meilleurs sentiments. Il y a une force terrible là dedans. Ça devient en quelque sorte un calmant », avoue-t-il. En remontant un peu dans la génération, l’unanimité faite autour de l’importance du panégyrique clanique se renforce. C’est ce qui se dessine dans les propos d’Alice Diogo,  agent de  Bénin télécoms à la retraite. Pour cette sexagénaire rencontrée chez elle à Cotonou,  toute question sur le panégyrique clanique mérite d’être analysée. « En notre temps, le panégyrique clanique nous permettait de nous identifier entre collectivité, partout où nous nous retrouvions. Je suis Zangbidi  de Porto-Novo. Et même arrivée à l’entrée de la ville, il me suffit de commencer par réciter mon panégyrique à quelqu’un, pour qu’on identifie rapidement ma collectivité, afin de m’orienter vers ma grande famille. Voilà entre autres, une vertu du panégyrique clanique, chez nous », souligne-t-elle très émue. Mais, elle se désole du fait que le caractère sacré qu’avait le panégyrique clanique ne soit pas perpétué, des années après.

Le panégyrique clanique, tombe de plus en plus dans l’oubliette.

 

Alice Diogo exprimera sa déception quant à l’importance que la plupart des jeunes accordent aujourd’hui à leurs panégyriques claniques respectifs. « Mon fils (pour désigner le journaliste, ndlr), tout a changé. Nos enfants ne s’intéressent plus à leurs panégyriques. Ils n’ont visiblement pas ce temps. Tu rencontres certains qui ne savent rien de leurs origines, qui ne s’y intéressent même pas. Comment vont-ils alors avoir une idée de leurs panégyriques claniques ? », s’interroge-t-elle. Parlant de ces jeunes qui sont ignorants de leurs panégyriques, on peut citer Aimée D. Étudiante en droit, elle ne peut du haut de ses 21 ans d’âge, réciter son panégyrique, sans qu’on l’y aide. « C’est papa qui sait réciter cela, moi je n’y connais grande chose », dit-elle, en souriant. A l’instar d’Aimée, plusieurs d’autres catégories de jeunes ne savent rien de l’importance à accorder au panégyrique clanique. Alex M., jeune informaticien  résidant à Sèkandji, fait partie du lot. Pour lui, il entend juste parler. Personne ne lui a permis de cerner la question du panégyrique clanique, encore moins ses parents. Des allégations non étrangères à son père Joachim M., qui dans ses explications évasives, semble ne jamais entretenir ses progénitures sur le sujet. « Papa n’aime pas qu’on s’intéresse à ces choses, je ne sais pas pourquoi. Il est là, posez-lui des questions…(rires) »,  a fait savoir Alex M.

 

Une démission des parents…

 

Si dans la famille d’Alex M., la transmission du panégyrique clanique n’est pas faite de père en fils, ce n’est pas le cas chez Alice Diogo. Elle assure que tous ses enfants malgré le fait qu’ils soient tous nés à Cotonou, maitrisent au bout des lèvres, leurs panégyriques claniques. « Il ne peut en être autrement », rassure-t-elle. « Eux tous, ils connaissent le panégyrique clanique de leur père et la mienne. Je n’accuse pas les enfants qui ne peuvent pas réciter leur panégyrique. Il faut qu’ils se l’approprient d’abord, avant d’être capables d’en réciter. Et ce rôle revient à leurs parents. Si ces derniers ne récitent pas à leurs enfants leurs différents panégyriques, c’est impossible que leur progéniture y comprenne grande chose », explique-t-elle. Pour le prince Adebayo, la récitation  du panégyrique s’accompagne même du tam-tam, dans sa famille. Ceci à l’en croire, pour revivre sa culture dans toutes ses dimensions, et perpétuer la transmission des paroles d’honneur que véhicule le panégyrique clanique, de génération en génération. Le spécialiste du patrimoine fera lui aussi le même diagnostic. Il accuse en effet à son tour les parents. « Il faut d’abord que les parents eux-mêmes connaissent les panégyriques, pour les transmettre à leurs enfants. Il y a une certaine fierté quand on écoute les louanges de sa famille en tout cas. Au delà de ma profession, c’est quelque chose qui m’a toujours fasciné et qui continue de me fasciner. Pour que nos traditions ne se perdent, nous devons encourager les parents à abreuver leurs enfants à la source de l’histoire. Cela façonne leur identité et renforce leur éducation », conclut Franck Ogou. Le panégyrique clanique, quel que soit ce qu’il devient, fait partie de l’identité culturelle et sociétale, des peuples du Bénin. Il faut dès lors, que les ascendants assurent efficacement sa transmission à leurs enfants pour que l’oralité qui caractérise l’histoire africaine en général et celle béninoise en particulier se perpétue, de génération en génération.

 

Janvier Gbedo (Stag)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite