Dieudonné Lokossou à propos de la loi encadrant le droit de grève au Bénin “ : Les lois sociales ne sont pas des lois statiques…“

428

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Dans un entretien accordé aux confrères du journal de service public, l’ancien secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin), Dieudonné Lokossou, s’est prononcé sur les nouvelles dispositions légales encadrant l’exercice du droit de grève au Bénin. Pour le syndicaliste, les lois sociales n’étant pas statiques, la présente loi pourrait bien être revisitée dans les mois ou années à venir.

 «Ce qui est sûr, les lois sociales ne sont pas des lois statiques. Elles sont évolutives. Aussi, une loi sociale doit tenir compte des acquis. Donc, je suis confiant. Il faut toujours espérer. Une loi qui est votée aujourd’hui, peut être révisée dans 10 ou 15 ans. Compte tenu de la situation, les gens peuvent revenir là-dessus. La preuve, la Cour constitutionnelle a pris des décisions, et lorsqu’une nouvelle cour a été installée, il y a eu revirement jurisprudentiel» a confié Dieudonné Lokossou avant de faire savoir l’importance de la grève dans la défense des intérêts socioprofessionnels des travailleurs. «Depuis que j’ai eu le privilège d’avoir dirigé la Confédération des syndicats autonomes du Bénin, nous n’avions rien obtenu comme avantages matériels ou financiers pour les travailleurs sans une motion de grève. Aucun gouvernement spontanément ne se lève à travers peut-être la fête du 1er mai ou du 1er août pour dire «compte tenu de la cherté de la vie nous relevons le niveau de salaire des travailleurs de la fonction publique et des secteurs parapublic et privé“» a-t-il martelé. Mais, il estime également que  les grèves n’ont jamais été déclenchées sans que le gouvernement ne soit averti. «Chacun doit jouer sa partition ! Je crois que sur ce terrain-là, la grève est professionnelle. Il n’y a pas de grève politique. Mais, on trouve toujours une main invisible derrière, comme si les gens avaient un don d’ubiquité. On ne peut pas accuser les travailleurs de ce qu’ils font grève. La grève a une cause, et ce n’est pas seulement des causes financières. Il y a des grèves qui n’ont pas des incidences financières» poursuit le syndicaliste. Quant aux députés ayant procédé à l’adoption de ladite loi, il leur reproche de vouloir juste faire plaisir au gouvernement.  «…même si certains pensent que nous sommes dépassés et qu’il faut changer de paradigme, je soutiens que les députés sont allés trop loin pour faire plaisir au gouvernement. Et ensuite, la manière dont-ils ont procédé. Ils n’ont pas eu le courage d’appeler les acteurs sociaux, les syndicalistes pour échanger avec eux sur le sujet. Donc, c’est une décision unilatérale. Je pense qu’ils n’ont pas trouvé la formule. On aurait dû laisser et négocier et discuter» a-t-il déploré. Tout en reconnaissant que ces dernières années, il y a eu une exagération dans le recours aux grèves, il estime que la responsabilité du gouvernement est beaucoup plus grande que celle des travailleurs. « La grève c’est l’arme fatale, et il faut l’utiliser avec discernement. C’est le dernier recours. Mais, lorsque vous déposez une motion, il y a des étapes: avertissement, sit-in, et on commence l’exécution des grèves graduellement. On ne se lève pas pour dire qu’on a décrété une grève illimitée » reconnaît l’ancien secrétaire confédéral.

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite