Echos du Septentrion du 26 Septembre 2018

253

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

NATITINGOU

La JCI-Bénin tient sa convention 2018 du 10 au 14 Octobre

 

La convention nationale 2018 de la Jeune Chambre Internationale Bénin (JCI) se tiendra du 10 au 14 Octobre 2018 dans la commune de Natitingou. C’est 12 grandes activités qui sont prévues au menu de cette 29e convention nationale et qui est placée sous le thème « Illuminons nos communautés ». Il sera question de l’organisation des séminaires de formation et cours JCI, des concours débats et d’art oratoire, d’un dîner des sénateurs et d’un concert de découverte des régions, la tenue des assemblées générales ordinaire et élective, du forum des affaires à travers une foire, la mise en œuvre des projets d’impact communautaires et bien d’autres. Toutes ces activités, seront couronnées par la soirée de gala de passation de charge.

•  Mise en œuvre de la répression des centres de santé illégaux

La répression contre les centres de santé illégaux et des agents de l’état exerçant toujours en clientèle privée s’annonce très rude dans l’Atacora. C’est ce qu’il convient de retenir des propos du directeur départemental de la santé de l’Atacora, à l’occasion d’une séance d’échange avec les maires du département. Ce dernier entend mettre en œuvre et ceci de façon rigoureuse, les instructions reçues de la hiérarchie conformément au décret portant suspension de la pratique et la fermeture des cliniques non autorisées. Le démarrage de la répression est imminent. A partir de cette semaine, il aura une descente dans toutes les communes avec une équipe composée des autorités de la préfecture, des éléments de la police républicaine et de la santé pour la répression. Selon Dr Jacob Namboni, l’objectif est de finir avec la vente illicite des médicaments, le rançonnement et le vol de matériels au niveau des centres de santé publics. Il a invité toute la population de l’Atacora, surtout les membres de la conférence administrative départementale et les élus locaux, à accompagner ces mesures du gouvernement, qui permettront d’assainir le secteur de la santé et de promouvoir les soins de qualité.

DJOUGOU

Cinquante-six cabinets de soins illégaux recensés

 

Cinquante-six (56) cabinets de soins illégaux ont été recensés dans la commune de Djougou sur un effectif de 72 centres illégaux pour tout le département de la Donga. Ce qui fait de cette dernière, le grenier des mouroirs dans le département. Elle est suivie de la commune de Bassila avec 10 cabinets et les communes de Copargo et Ouaké enregistrent respectivement de 04 et 02 cabinets illégaux. C’est le point d’un recensement des cliniques et cabinets de soins privés dans le département présenté par Bernard Matchi, Directeur du centre hospitalier départemental (CHD) Donga au cours d’une séance avec le préfet de la Donga, les responsables de la police républicaine et des structures sanitaires publiques du département.

Abischaï A. Akpalla, maire de la commune de Djougou a invité ses collègues conseillers à une synergie d’actions pour une lutte sans merci contre l’installation des cabinets illégaux qui constituent un danger pour les populations.

 

BEMBEREKE

Donde kits scolaires aux élèves filles

 

Plus de 150 élèves filles de la commune de Bembèrèkè ont reçu des kits scolaires pour suivre les activités académiques dans leurs établissements respectifs pour le compte de l’année scolaire 2018-2019. Ce don qui a eu lieu le samedi 22 Septembre 2018 à la maison des jeunes de Gando, est à mettre à l’actif de l’ONG Boronou Bénin–France.

70% de taux de réussite. Tel est le résultat des élèves qui ont bénéficié du soutien de l’Ong l’année dernière a fait observer le président de l’ONGBoronou Bénin–France, Aliou Sabi Fico. Ce dernier note que sa structure a de ce fait, relever un grand défi au regard des perturbations qui ont eu cours pendant l’année scolaire écoulée. Il a insisté surla grande responsabilité des élèves et de leurs parents pour la poursuite des activités d’accompagnement de l’ONG.

Tout en remerciant les responsables de l’Ong Boronou Bénin-France, les responsables d’établissements et les parents d’élèves, ont promis maintenir la veille pour que les élèves filles de la commune de Bembèrèkè aient les meilleurs résultats aux différents examens de fin d’année.

 

MALANVILLE

Tenue de la 3ème session ordinaire du conseil communal

 

Le conseil communal de Malanville a tenu sa troisième session ordinaire, avec la présence effective de 22 conseillers sur les 25 dans la salle de délibération de la mairie. Plusieurs sont inscrits à l’ordre du jour de cette session ordinaire. Il s’agit de l’autorisation d’une subvention de cinq millions de francs Cfa à accorder à l’union des groupements de producteurs du périmètre irrigué de Malanville pour le rétablissement de l’énergie électrique de la Sbee sur le site ; de l’affectation de domaine au ministère des enseignements maternel et primaire pour la création d’écoles dans les localités de Baniloua, Money, Soumbegorou, Tondi Banda et Godjekoara. Procédant à l’ouverture des travaux de ladite session, le maire de la commune InoussaDandakoe a exhorté les conseillers communaux à privilégier les intérêts de la commune dans tout ce qu’ils feront pour le bonheur des populations.

BANIKOARA

Le rapport d’activités du maire Sarako rejeté

 

21 contre et 6 pour. Tel est verdict du vote du rapport d’activités du maire Tamou B. Sarako de la commune de Banikoara au titre de l’année 2018. En clair, le rapport d’activités du maire a été rejeté par 21 conseillers communaux. C’est à l’occasion de la tenue de 3ème session ordinaire du conseil communal. Les conseillers qui ont voté pour le rejet du rapport d’activités du maire justifient leur acte par le refus du maire Tamou B. Sarako de convoquer une session extraordinaire pour un vote de défiance à son encontre tel que souhaité par ces derniers qui étaient signataires d’une motion de destitution du maire en date du 07 Août 2018. La non convocation de la session extraordinaire par le maire n’est pas du goût des conseillers signataires. Ces derniers par la voix de leur porte-parole, Bori Bata Mashoud exigent la convocation d’une session extraordinaire pour le vote de défiance. Avec ce nouveau développement, on peut dire que la menace de destitution plane toujours sur la tête du maire Tamou B. Sarakou.

PARAKOU

Des jeunes critiquent la gouvernance Talon

 

Un évènement inédit s’est produit le dimanche dernier dans la commune de Parakou. Il s’agit d’un regroupement de jeunes pour dénoncer la gouvernance du pays par le régime de la rupture. Ce regroupement est dénommé « initiative de Parakou » en référence à l’initiative de Nikki, qui a fait et continue de faire des vagues. Pour les organisateurs de « Initiative de Parakou », « cela fait environs 29 mois que notre pays est pris en otage par le Président Patrice Talon et ses alliés à travers une gouvernance anti-démocratique, anti sociale, une gouvernance clanique, prédatrice scélérate, sauvage, dictatoriale, régionaliste, désastreuse et affameuse du peuple ». Après avoir dressé un long chapelet de ce qu’ils ont appelé les gaffes du régime de la rupture, les organisateurs se disent qu’il est de leur responsabilité de faire barrage à l’imposture d’où « l’initiative de Parakou » de la jeunesse de Parakou qui entend jouer pleinement le rôle qui est le sien pour la défense des intérêts de la patrie quel que soit le prix à payer.

 

Réalisation : Albérique HOUNDJO (Br/Borgou-Alibori)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite