Prostitution des enfants mineurs : Pour une action concertée régionale

1 199

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La prostitution des enfants mineurs est devenue un problème de société africaine. La police congolaise a lancé récemment une opération pour démanteler le réseau à Kinshassa. Pendant ce temps, les polices des autres régions du continent ne sont pas encore intéressées, du moins, n’en font pas une priorité. La prostitution des enfants mineurs est un viol (1) et appelle des actions énergiques (2)

1.         Le viol des enfants mineurs

Elles sont généralement de petites filles entre 12 ans  et 16 ans qui jonchent les trottoirs et offrent des services sexuels.  Leurs partenaires de circonstances, plus âgés, en général abusent d’elles, soi disant qu’ils satisfont des fantasmes. Ces filles généralement viennent des zones de pauvreté essentielle. Abandonnant les districts ruraux pour diverses raisons, elles  viennent en ville à la recherche de quoi survivre. L’activité sexuelle à laquelle  elles s’adonnent est contraire à la morale, à l’éthique et à la loi. Il s’agit d’un détournement de mineurs puni par la loi. Il n’est donc pas indiqué d’embarquer une mineure dans une maison close. Cette activité qui se mène en violation de la loi mérité une attention particulière des forces de sécurité publique. En dehors des législations internes, il excite des conventions protégeant l’enfance en général et les filles en particulier. D’où la nécessité de mener des actions énergiques.

2.          Une action énergique concertée

La prostitution des enfants de bas âge est pire que le glysophate. C’est pourquoi les polices africaines doivent être en collaboration étroite avec les ministres de la justice pour démanteler les réseaux. Il est souvent remarqué que ce sont des filles qui sont généralement en conflit avec leurs familles. Les actions à mener pourraient être de trois ordres. Premièrement, lancer l’assaut contre les réseaux en faisant arrêter les acteurs de cette activité à haut risque et source de toutes les maladies.  Deuxièmement, décourager les partenaires par un procès juste et pédagogique. Troisièment, il faudrait envisager l’éducation de ces filles après les avoir guéris psychologiquement et cliniquement.

La question de la prostitution des enfants de bas âge est une problématique sociale importante. Voilà pourquoi, il importe de circonscrire les causes profondes du phénomène et apporter la solution. A l’heure de la décadence des mœurs, la responsabilité des intellectuels communautaires est plus qu’engagée. Pour y arriver, des mécanismes de renseignement doivent être mis en œuvre pour détecter les filles en question et les retourner se faire éduquer par des centres appropriés.

 

Herbert de Saint Tauyé HOUNGNIBO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite