Burkina Faso-Couverture du 70e anniversaire de l’IIT : De jeunes burkinabè outillés à l’écriture journalistique

1 056

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Comité d’organisation de la célébration du 70e anniversaire de l’Institut international du théâtre a programmé une formation les 20 et 21 septembre 2018 à Ouagadougou au profit de journalistes, web communicateurs et étudiants, en écriture journalistique et gestion de réseaux sociaux. La première journée est dédiée à l’écriture du compte rendu journalistique. A l’issue de cette formation, les participants auront la tâche de faire le compte rendu des différentes activités du programme. Passionnés du journalisme et des médias sociaux, ces jeunes venus de divers secteurs de la vie socioprofessionnelle ont été formés dans la première journée à l’écriture du compte-rendu, un des genres les plus usités du métier de journaliste. Dès l’entame de l’atelier, le formateur Eric Azanney, a fait une piqûre de rappel sur les généralités de l’écriture journalistique à travers la description des parties essentielles d’un article. Il s’agit de la titraille (surtitre et titre) ; du chapeau caractérisé par le principe des 5 W qui sont Who, What, where, When, Why. C’est-à-dire Qui, Quoi, Quand, Où et pourquoi. Ensuite l’attaque qui vient en début du corps principal. « L’attaque doit accrocher le lecteur », laisse-t-il entendre. A la suite de ces généralités, le coordonnateur général de la plateforme www.awaleafriki.com a expliqué aux participants ce que c’est que le compte-rendu. Pour lui, c’est un genre journalistique qui permet de faire le point d’un événement de façon succincte et impartiale. « En journalisme, les faits sont sacrés et les commentaires libres », insiste-il. Par ailleurs, les apprenants ont noté que pour le compte-rendu comme pour tout article de presse, le journaliste doit choisir son angle de traitement du sujet. L’angle, fait remarquer le formateur béninois, est important car il est la pièce maitresse ou le fil conducteur du papier. Avant d’achever sa communication, Eric Azanney, a conseillé aux participants d’écrire le compte-rendu dans une fourchette de 250 à 350 mots environs, avec un style simple, direct, précis et basé sur les notes prises. La formation du deuxième jour concerne la gestion de compte des médias sociaux, animée par Emmanuel TognidahoTometin, Manager général de l’agence Dekart et promoteur de la plateforme www.dekartcom.net.

Source : Awalé Afriki

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite