Étude du budget de l’Assemblée nationale : Les chiffres divisent les députés BMP

454

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Hier jeudi 20 septembre 2018, les députés se sont retrouvés en plénière avec pour ordre du jour la désignation de leurs représentants au sein des démembrements du Cos et l’examen en plénière du budget de l’Assemblée nationale. Le premier point n’a pu être abordé car le député Jean-Michel Abimbola qui est le coordonnateur des députés du Bloc de la Majorité Parlementaire (BMP) n’était présent dans l’hémicycle. Le président de la séance, Adrien Houngbédji, président de l’Assemblée nationale a alors demandé de passer au second point, celui concernant l’examen du budget de l’Assemblée nationale. Malheureusement, les travaux ont été suspendus après le débat général qui a suivi la lecture du rapport.

Cette suspension a été prononcée par le président de l’Assemblée nationale qui comme ses homologues députés se retrouvent en face de deux budgets. Un de 30 milliards et un autre de 27milliards. Afin de permettre de calmer les esprits et d’harmoniser les points surtout entre députés BMP, il a été décidé de cette suspension jusqu’à ce jour.

En effet, le député  Valentin AdittiHoudé, 1er Questeur de l’Assemblée s’est indigné du fait qu’il ait fallu le passage du ministre des finances à l’Assemblée nationale pour remettre en cause les travaux de la commission budgétaire. Pour celui-ci, le budget a été exposé à la commission des finances, à la Conférence des présidents avant qu’on ne décide de son étude en plénière. Malheureusement, un second rapport en date du 17 septembre 2018, lui est parvenu et réduit le budget à 27 milliards. L’autre chose, le conseil des ministres tenu le mercredi 19 septembre 2018 a délibéré et adopté le décret portant transmission du projet de la loi des finances exercice 2019 à l’Assemblée Nationale, donc a prévu un montant déjà. C’est face à tout cela que le président Adrien Houngbédji a décidé de la suspension afin d’harmoniser les points.  Pour ce qui est de la hausse connue par le budget, Valentin Houdé a expliqué qu’il s’agit ici d’un budget de transition qui a pris en compte les primes d’installation des nouveaux députés, le sevrage des députés non élus ainsi que le personnel  de ceux qui sont membres du bureau et aussi le renouvellement du parc automobile pour ces derniers.

 

Kola Paqui

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite