La loupe : Deux grands blocs, et tout change

539

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Hier nous spéculions sur les tenants et les aboutissants de trois blocs politiques pour la mouvance présidentielle, dans l’optique des prochaines élections législatives. A partir de maintenant, Patrice Talon ayant décidé,  selon les rumeurs persistantes, qu’il ne veut plus pour son camp que deux grands blocs, les données changent, et les analystes que nous sommes devons objectivement revoir nos opinions et nos conclusions.

Désormais les potentiels candidats de Dynamique Unitaire de Bio Tchané, Robert Gbian, Adambi Sam d’une part, et ceux du bloc Progressiste de Bruno Amoussou, Idji Kolawolé, Lazare Sehoueto, …….d’autre part, qui se sont déjà octroyés des positions sur une liste de leur imagination et suite à des accords tacites avec les décideurs de chaque camp, sont tombés dans l’eau chaude. Patrice Talon, le seul capitaine à bord du bateau de la mouvance, en a décidé ainsi.

Que va t-il se passer alors?

Il se passera immanquablement que les pions vont encore se déplacer. Surtout que, des gens qui s’étaient positionnés tête de liste sur la liste Dynamique Unitaire par exemple, dans une circonscription électorale donnée, pourraient ne plus occuper le même rang et les mêmes privilèges. Les arguments et la nature des candidats qui lorgnaient cette position ne devraient plus être les mêmes. Le nouveau challenger peut présenter des atouts financiers, sociologiques, mathématiques, professionnels, et moraux plus pertinents. Un autre sans aucun atout pertinent peut répondre aux desiderata du chef, et recevoir son onction pour occuper une pôle position.

Le jeu devient serré, au point où, les rangs du Prd qui étaient apparemment en position de faiblesse, peuvent grossir, puisqu’il y aura des déplacements massifs vers un éventuel eldorado. Les rangs de l’opposition peuvent même de ce fait prendre du volume.

Mais attention.

Que cela soit pour le Prd surtout, ou pour l’opposition, dans une moindre mesure, qui parle de deux blocs, dix pour cent, c’est à dire probablement quatre cent mille voix, restent et resteront pour longtemps de la mer à boire.

Il y a un gros piège pour les deux.

Toutefois, il faut saluer, voire même magnifier la manie politique de Patrice Talon qui conduit l’opposition et la mouvance présidentielle vers deux ou trois blocs au plus pour les échéances à venir.

C’est un pas de géant vers la clarification du paysage politique, à travers le rassemblement des forces politiques.

 

Dine ABDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite