Santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes : Un guide national de conduite du dialogue parents-enfants conçu

1 184

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’Infosec (Cotonou) a servi de cadre, jeudi 6 septembre 2018, à la cérémonie officielle de l’atelier de validation du guide national de conduite du dialogue parents-enfants en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes. Un outil élaboré par le Ministère des affaires sociales et de la microfinance avec le soutien de l’Association pour l’éducation, la sexualité, et la santé en Afrique (Apessa), grâce à l’appui financier de l’ambassade du royaume des Pays-Bas près le Bénin et qui, rendu opérationnel, permettra d’asseoir une politique d’éducation sexuelle responsable au Bénin.

«Le tableau des indicateurs sur la  santé de la reproduction au Bénin est vraiment sombre», affirme Olivia Diogo, représentant l’ambassade du royaume des Pays-Bas près le Bénin. Et pour elle, si les parents qui sont les premiers acteurs de l’éducation ne discutent pas de la sexualité avec leurs progénitures, personne d’autre ne pourrait mieux le faire à leur place. A l’entendre,  le dialogue parents-enfants resserre les liens familiaux et permet aux enfants d’avoir des comportements sains. D’où l’importance de cet outil qui, confie-t-elle, vise à aider les parents à mieux aborder le sujet de sexualité avec leurs enfants. Pour la Ministre des affaires sociales, BintouChabi Adam Taro, 13% des filles ont leur 1er rapport sexuel avant l’âge de 15 ans et 20% des adolescentes ont leur première grossesse avant 20 ans. Le guide national de conduite du dialogue parents-enfants vient pour briser les limites et infléchir les statistiques qui affirme-t-elle, sont de plus en plus inquiétantes. Ceci  permettra de maintenir un processus de communication adaptée. Cet outil  «assez simple et expressif », affirme Marie Odile Atanasso, garderait les jeunes des rapports sexuels précoces et des nombreux cas de grossesses d’adolescentes que le Bénin enregistre par an. Pour  la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, en effet, il faut changer de paradigme. Un capital humain bien formé, signifie-t-elle, est gage de développement.

 

Cyrience KOUGNANDE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite