Annoncé pour être très bientôt au-devant de la scène : Le trio Apouké confirme son retour sur scèn

422

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Fikïra, Space Yémadja et Kékéli reviennent dans une démarche de paix)

Fikïra, Space Yémadja et Kékéli, le trio APOUKE était face aux hommes des médias vendredi 31 août dernier pour confirmer leur retour sur la scène musicale béninoise. L’espace culturel Africa Sound City de Cotonou a servi de cadre pour cette conférence de presse dont le  thème est : ‘’Afrique, Réconciliation et Racines’’. À en croire les propos des conférenciers, ce solennel retour qu’ils sont en train de préparer activement sera auréolé de la sortie de leur  nouveau single. Prévue pour se tenir le 21 septembre 2018, cette sortie marquera à plus d’un titre, les mélomanes béninois, précise Fikira. Selon les explications, cette date retenue pour le retour du trio est en même temps le jour d’anniversaire du lead vocal du groupe, Yémadja le Messager. Ce sera donc une occasion pour les amoureux de la musique de redécouvrir ses chanteurs philosophes dans une autre dimension de leur art. « Beaucoup de gens réclament les chansons du groupe Apouké, alors nous allons vous servir mais pas tout de suite, ça va être le 21 septembre. C’est précisément ce jour qu’on va sortir notre nouveau single.  Ce sera au cours d’une soirée festive qui sera en même temps consacrée à la sortie du single qu’à l’anniversaire de mon frère Yémadja. Donc comprenez que ce sera une soirée de folie » annonce Fikira. Le groupe Apouké pense que l’Afrique doit se réconcilier avec ses racines donc ses valeurs. « Il n’y a pas de nation au monde qui puisse s’épanouir en dehors de ses propres valeurs » mentionne le chanteur pour indexer la raison principale de leur retour à leur concept de départ, ‘’louer la divinité des eaux, Mami dan’’. Dans cette démarche de retour aux sources, le groupe Apouké vient pour redonner de l’espoir à l’Afrique toute entière. Une manière pour signifier que l’existence d’une nouvelle Afrique est possible. Une Afrique qui fait tout dans ses propres langues, qui porte ses propres tissus, qui réfléchit et raisonne selon ses propres réalités.

Une démarche de paix et d’unité s’impose…

 Initié autour des années 1998, le groupe n’a attendu que l’année 2003 pour faire surface avec son premier disque ‘’Biova’’. Un disque qui a connu un succès fulgurant. Mais, «Puisque nous nous étions engagés pour passer un message que nous avons estimé révolutionnaire, il fallait en être un exemple. Donc dans cette logique, nous sommes tombés sur une religion typiquement africaine qui répondait bien à nos attentes et qui avait en elle ce qu’il nous fallait pour la promotion de nos valeurs. Nous l’avons adoptée. Alors, partout où on allait nous nous habillons et faisons tout selon notre croyance. Mais les gens ont pensé que nous venons leur arraché leur foi. Mais, loin de là, nous étions dans une autre logique. Ce qui a fait qu’on a essuyé des conflits de croyance avec certaines personnes. Après, c’est devenu compliquer. Des gens nous créaient des problèmes parce qu’on pensait autrement. Mais ce n’est pas leur faute. C’est notre succès qui a rendu agressif notre comportement et notre façon d’être. Et nous les avons compris. C’est d’ailleurs pour ça que nous revenons avec notre message mais avec un comportement un peu plus doux. Désormais, nous sommes dans une démarche qui s’appelle gestion de différence. Désormais, on peut vous passer notre message sans toucher à votre croyance et sans en discuter avec vous. Parce qu’on a compris que désormais chacun aille à son rythme » explique Fikira. Le groupe vient alors dans une démarche de paix contrairement à ce que l’opinion pense.

Teddy GANDIGBE   

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite