Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) : Le Président, le procureur spécial et les membres installés

363

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Président de la Cour suprême, Ousmane Batoko a procédé ce lundi, 27 août 2018, conformément aux dispositions légales portant statut de la magistrature précisément en son article 10 alinéa 3, à l’installation officielle du Président et du procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme. Ceci, à la faveur d’une audience solennelle à la Cour d’Appel de Cotonou, marquée par la présence de plusieurs ministres du gouvernement. Les membres de ladite Cour ont été installés à leur tour au cours d’une nouvelle audience présidée par le président de la Criet, Cyriaque Dossa…

La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) est désormais opérationnelle. Les différents membres devant siéger au sein de ladite juridiction ont été officiellement installés ce lundi. A l’ouverture de l’audience solennelle consacrant l’installation du premier président de la Criet, Cyriaque Dossa ainsi que du premier procureur spécial près la Criet, Ulrich Gilbert Togbonon, il a été donné lecture du décret 2018-329 du 25 juillet 2018 portant nomination au ministère de la justice et de la législation. Dans ses réquisitions, le procureur général près la Cour suprême s’est prononcé sur l’ancrage légal de la cérémonie d’installation. A l’en croire, la légalité se trouve établie dans l’article 10 de la loi portant statut de la magistrature. Tout en félicitant Cyriaque Dossa et Gilbert Togbonon pour leur brillante nomination, il a salué leur parcours au plan judiciaire, académique. Mais il appelle surtout ces derniers à accomplir leur mission en toute conscience. “Une justice, c’est d’abord la conscience… les juges sont les protecteurs séculaires de la loi et de la personne humaine…Dans une démocratie, le juge ne doit obéissance qu’à la loi et la conscience“ fera-t-il savoir avant de souligner que c’est sous une dictature que la loi et la conscience passent après la volonté du maitre de l’heure. Alors, poursuit-il, il revient au président et au procureur spécial de la Criet de choisir soit d’être un juge de la démocratie qui fonde ses décisions sur les prescriptions de la loi et interroge sa conscience ou celui de la dictature. Procédant à l’installation du président et du procureur spécial de la Criet, le président de la Cour suprême, Ousmane Batoko estime que la création de cette nouvelle juridiction témoigne de la volonté politique à s’attaquer à des crimes économiques et au terrorisme. « Qui vole un mouton va en prison et qui vole des millions va au palais des gouverneurs » déplore-t-il pour se réjouir de la lutte engagée contre l’impunité au Bénin. Il a donc exhorté les membres de la Criet à faire en sorte que désormais les crimes économiques ne restent plus impunis au Bénin. Quant au Garde des sceaux, Séverin Quenum, il a souligné que les infractions économiques et le terrorisme trouvent le terreau de leur expansion dans l’impunité et la Criet se devra d’inverser la tendance en vue d’un assainissement de l’administration publique et des mœurs politiques. Une nouvelle audience conduite par le président de la Criet, Cyriaque Dossa a permis l’installation des membres de ladite Cour.

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite