« Le pays wémè d’hier à demain : histoire, culture et développement » : Des têtes pensantes croisent les réflexions aux assises de Dangbo

157

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le colloque sur la vallée de l’Ouémé s’est ouvert à Dangbo, hier mardi 21 août 2018, et ce pour trois jours. En dépit de la fête de la Tabaski qui pourrait bousculer les agendas, le Professeur émérite Adrien Huannou, initiateur des présentes assises, a réussi à avoir avec lui tout un parterre de personnalités, des sommités du monde scientifique et autres personnes ressources dont le ministre de l’industrie et du commerce, Serge Ahissou ; le député Paulin Gbénou ; le directeur de cabinet du ministre de l’enseignement supérieur, Bienvenu Koudjo ; l’ex secrétaire général de la Cgtb, Pascal Todjinou, les professeurs John Igué, Michel Boko, Norbert Hounkonnou…

« Le pays wémè d’hier à demain : histoire, culture et développement ». C’est autour de ce thème que se tient le colloque. « (…) nous avons décidé de revenir sur nos pas pour questionner l’histoire et ne pas nous perdre », a expliqué d’entrée le Professeur émérite Adrien Huannou. En tant que président du comité d’organisation, il s’est donc inspiré de l’adage populaire « quand on ne sait où l’on va, on sait d’où l’on est parti » afin que le peuple wémè ne se perde point.En effet, cette rencontre scientifique vise à retracer l’histoire du peuple wémè, revisiter sa culture pour faire de ses atouts naturels et économiques des instruments de son développement réel. « Nous nous sommes donnés rendez-vous ici à Dangbo pour tracer les sillons qui nous mèneront vers un futur moins sombre que notre présent pitoyable, pour chercher et trouver, avec les yeux de la science, les clés du développement du pays wémè » a précisé le professeur Huannou. Dans son message, leSecrétaire généralde la mairie de Dangboreprésentant le maire,a souligné que le peuple wémè comme tout autre peuple, a sa culture. Une carte d’identité qui permet de l’identifier parmi tant d’autres avec ses particularités qu’il convient de révéler au monde entier et au peuple wémè lui-même. Tout en se réjouissant de ce que le colloque permettra de révéler le potentiel touristique et culturel de la Vallée de l’Ouémé au-delà de son potentiel agricole, le représentant du maire a invité les fils et filles du pays wémè, à parler leur langue et à ne plus avoir honte de leur culture. A son tour, le coordonnateur de Wémèxwé,Antoine Bonou va remercier le ProfesseurHuannou pour cette noble initiative. Il va ensuitesouligner la richesse intellectuelle et naturelle du pays wémè qui, selon lui, regorge d’éminencesgrises et d’importantes richesses touristiques, culturelles et agricoles. Antoine Bonoun’a pas manqué d’exprimer l’engagement de la coordination de wémèxwé à soutenir et vulgariser les conclusions du colloque. « Je suis convaincu qu’avec ce colloque s’ouvre une nouvelle page de l’histoire du pays wémè. Nous sommes tous témoins ce matin d’un événement d’une haute portée scientifique, culturelle, sociale et politique (…) Désormais, on posera sur le pays wémè un regard nouveau empreint de respect et de considération pour ce qu’il représente dans la vie culturelle et surtout économique du Bénin », a laissé entendre pour finir, le Recteur de l’Université d’Abomey-Calavi Maxime Da Cruz dans son discours de lancement des travaux du colloque. C’est donc parti pour trois jours de réflexions qui seront agrémenté par des expositions-vente de livres et recueils sur la vallée de l’Ouémé de même que des excursions.

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite