Cour d’appel de Cotonou : Après une suspension hier, le procès Dangnivo se poursuit ce jour

154

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’affaire Urbain Dangnivo est en examen depuis hier mardi 21 août 2018 à la Cour d’Appel de Cotonou. A l’ouverture de l’audience, les avocats de la défense Théodore Zinflu et Magloire Yansunu ont demandé si les questions liées à l’identité du corps découvert à Womey en 2010 avaient été solutionnées. Il faut rappeler que la Cour avait ordonné l’analyse du cadavre découvert à Womey (Abomey-Calavi) en septembre 2010. Apportant des réponses à la préoccupation de la défense, le Représentant du ministère public, Emmanuel Opita a fait savoir que des prélèvements ont été faits aux frais de l’Etat pour vérifier l’identité. Après quelques échanges houleux devant la Cour entre les avocats de la défense et l’avocat général, l’enveloppe contenant les résultats des tests Adn a été ouverte. Mais lesdits résultats n’ont pas été divulgués. S’en est suivie la composition du jury qui a fait l’objet de quelques contestations au départ. Seulement une fois le jury composé, la Cour présidée par le magistrat Hubert Arsène Dadjo a suspendu la séance. Elle reprendra ce mercredi. Notons que Me NicolinAssogba, l’un des avocats de la partie civile qui avait soulevé une exception d’inconstitutionnalité il y a quelques mois, a décidé d’y renoncer provisoirement pour faire avancer la procédure. Soulignons aussi que la famille du disparu avait décidé de faire ses propres tests Adn mais le médecin légiste choisi, a décliné l’offre au motif qu’il ne voulait pas mettre sa vie en danger. Les deux accusés principaux cités dans cette affaire étaient tous à l’audience hier matin. Il s’agit de CossiAlofa et de Donatien Amoussou. Ils sont poursuivis pour assassinat et complicité d’assassinat. Le procès Dangnivo qui avait été suspendu depuis décembre 2015 porte sur  un ancien fonctionnaire  du ministère des Finances. Pierre Urbain Dangnivo avait disparu en 2010. Son présumé corps a été découvert chez un charlatan à Womey. Pour l’instant, les différentes parties ne s’accordent pas sur l’identité du corps. Ce dossier est le 32ème inscrit à la session d’assises en cours.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite