La loupe : Que va-t-il se passer au Parlement ?

361

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La Commission des lois de l’Assemblée nationale du Bénin vient de filtrer le nouveau code électoral qui va régir les opérations électorales au Bénin. Il reste la partition de la plénière à qui revient le privilège de trancher définitivement.

La fameuse disposition des quinze pour cent, sans laquelle nul ne peut prendre part à la table de répartition des sièges à pourvoir à l’issue des élections législatives, refait surface.

L’opinion retient son souffle. Et j’attends de voir ce qui va se produire la semaine prochaine au parlement. Est-ce que les députés, toutes tendances confondues, parviendront à se suicider collectivement?

Est-ce que le Parti du renouveau démocratique de maître Adrien Houngbédji acceptera de cautionner une loi qui lui interdira désormais de compter sur son indépendance et son égocentrisme politique?

Le Prd, tel qu’il se présente aujourd’hui, sera-t-il capable de réunir sur le plan national, quinze pour cent du suffrage exprimé.  La réponse selon les analystes de l’arène politique est nettement non.

La coalition Bénin en route, (Ber) qui a des soutiens insoupçonnables, au sein du parlement, tel que Barthélemy Kassa, qui n’entend pas se fondre dans un quelconque bloc de la mouvance présidentielle, parce que craignant le revers des positionnements inattendus et défavorables, veille au grain, et fera alliance secrète avec le Prd pour faire échouer ce code.

Depuis quelque temps, on dit qu’il existe des députés du Bmp tapis dans l’ombre qui travaillent avec la minorité pour faire échouer constamment les réformes de PatriceTalon. Ce cas de figure risque de se produire à nouveau, surtout qu’en plus de la barrière du pourcentage, il ya celle de la caution. Deux cent millions pour une liste.

Une certitude politique et mathématique. Si cette nouvelle disposition passe,  le Prd et Ber,  pour ne citer qu’eux, n’auront aucune marge de manœuvre que de se fondre dans l’un des deux blocs de Patrice Talon en gestation.

Aucun stratagème n’est presque envisageable. Aucune acrobatie inattendue ne peut leur permettre de s’en sortir.

L’échappatoire est unique. Faire échouer ce code, s’aligner, ou périr.

Maintenant, si la loi passait, alors Patrice Talon aurait été à la fois, un tueur, et un diplomate. Un chef.

Le gagnant.

Dine ABDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite