Edition 2018 du festival culinaire ‘’Vivitocthéton’’ : Les manifestations annoncées pour le mois d’août

319

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(20 restauratrices pour cuisiner avec dextérité des mets béninois)

 Le festival culinaire dénommé ‘’Vivitotchéton’’ ouvrira très bientôt ses portes sur l’esplanade intérieur du stade Général Mathieu Kérékou. Il s’agit d’une initiative qui vise à mettre en valeur les mets béninois en voie de disparition. Pendant dix (10) jours, c’est-à-dire du 10 au 19 août 2018, les populations béninoises seront retournées aux casseroles de la grand-mère pour y redécouvrir les merveilles culinaires d’antan. Entre autres plats à exposer courant cette période, le ‘’Wôkoli’’ (la pâte recyclée), le ‘’Yonmlin’’ (du haricot à la farine de maïs), le ‘’fétrigboman’’ (mélange du gombo et de l’épina), le ‘’Atassi’’ (du riz au haricot), du Wassa-wassa (sorte de couscous fait à base de la farine de cossette d’igname), de la friture d’escargot, de l’igname pilée. Par ailleurs, les visiteurs des stands de ce festival auront droit à des jus naturels tels que le bissap, le Tchakpalo, le Tchoucoutou, le jus de baobab, d’ananas, etc. « Aujourd’hui on constate que dans les foyers il n’y a pratiquement plus les mets de chez nous. Les enfants ne connaissent que Chawarma, spaghetti et autres. Donc, on aurait bien aimé créer à l’air libre un restaurant où il y aura des bonnes dames (vingt restauratrices)  pour préparer des mets typiquement béninois. Et ce sera pour la plupart, des mets qui n’existent presque plus dans la circulation qui seront revalorisés », mentionne Arielle Alagbé, la promotrice de l’événement pour situer un peu la vision qui sous-tend la création de l’événement. Pendant une dizaine de jours, le stade va grouiller aux sons de la musique.et aux goûts des mets locaux. « Il y aura un géant podium qui sera installé pour accueillir un nombre important d’artistes qui tiendront compagnie aux milliers de festivaliers attendus », précise la présidente du comité d’organisation, Arielle Alagbé. Cette initiative qui est déjà à sa deuxième édition a fait tâche d’huile dans les annales de la promotion de la cuisine béninoise à côté d’autres festivals de ce genre.

Teddy GANDIGBE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite