TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Sport

Affaire réserve malienne contre les cadets béninois : le Bénin disqualifié et interdit de compétions catégorie d'âge pendant deux ans !

caf

CONFEDERATION AFRICAINE DE FOOTBALL
3 Abdel Khalek Tharwat Street, El Hay El Motamayez, P.O. Box 23 6th October City, Egypt.
Tel.: 202 3824 7272 / Fax: 202 3824 7274

Mr Bruno Dossou Secrétaire Général
Fédération Béninoise de Football

 
Cotonou Bénin
 

Le Caire, le 04 Septembre 2014
 

RE : Décision de la Commission d’organisation concernant les matches 43 et 44 opposant le Mali au Bénin dans le cadre des éliminatoires du Championnat U-17,  Niger 2015

Monsieur Secrétaire Général,

Le 2 août 2014, le Benin s’est qualifié aux dépends du Mali dans le cadre du 2ème tour du Championnat U-17, Niger 2015. Au match aller au Benin, le Benin a remporté la rencontre 1-0 et au match retour les 2 équipes se sont neutralisées 0-0.

Concernant les éliminatoires et le tournoi final du Championnat U-17 de la CAF, la circulaire d’engagement de la CAF du 02 septembre 2013 a indiqué que « seuls les joueurs né le 1er  Janvier 1998 ou après cette date sont éligibles à participer à ladite compétition ».

Durant le match retour (match 44), le commissaire du match a informé la CAF des faits suivants: 1/ Il  n’a pas autorisé les 4 joueurs béninois suivants nés en 1997 à participer au match:
1-    Ibilola Aron né le 10.12.1997
2-    Ogoubiyi Oluwa né le 26.10.1997
3-    Oreko Evode né le 24.12.1997
4-    Amoussou Tony né le 19.9.1997
2/ Le Mali  a formulé une réserve contre la qualification de 13 autres joueurs. 3/ Le capitaine de l’équipe Béninoise a refusé de contresigner la réserve.

La CAF a déclaré la réserve du Mali recevable et a procédé à des investigations. La CAF a vérifié les dossiers des treize (13) joueurs en question et la CAF a noté que leurs passeports et leurs IRM prouvent que leurs âges est règlementaire (à savoir le 1er Janvier 1998 ou après). Par conséquent, la réserve du MALIFOOT a été rejetée vu les informations en possession de la CAF.

Cependant, la CAF a remarqué que les 4 joueurs cités ci-dessus ont pris part au match aller (match 43). La FBF a reconnu ce fait dans sa lettre datée du 23 aout 2014.

Selon la FBF, cette dernière n’avait pas pris connaissance de la circulaire de la CAF du 02 Septembre 2013, et qu’au moment du match, les 4 joueurs en question n’avaient pas encore 17 ans. Cependant, la CAF peut confirmer que la circulaire a bien été reçue le 5 Septembre 2013 par la Fédération Béninoise de Football par un officiel nommé « Sosthene » d’après la confirmation  de la compagnie DHL en notre possession.

De plus, l’Annexe 1 jointe confirme que le formulaire d’engagement de l’équipe du Benin des U17 a été envoyé le 25 décembre 2013 par la FBF, ce formulaire étant signé par vous-même en
 


tant que Secrétaire général de la FBF, attestant la réception de la circulaire de la CAF datée du 02 septembre 2013.

Pour rappel, selon l’article 5 des règlements de la compétition, la commission d’organisation du Championnat d’Afrique U-17 est chargée de l’application des règlements y afférents et de l’organisation de la compétition. Selon l’article 5.2.1,  elle est compétente pour « veiller à l’application des provisions prévues par les présents règlements, les statuts et le code disciplinaire de la CAF ».

Pour rappel, l’article 33.11 des règlements de la compétition stipule :
« Une équipe qui utilise un joueur non qualifié ou suspendu dans les matches à élimination directe aura match perdu et sera éliminé de la compétition »

D’autre part, l’article 37 des règlements de la compétition stipule que :
« Pour toute intention délibérée de tromper ou de tricher par toute manière de falsifier des documents officiels, la fédération coupable sera suspendue pour deux ans de toutes les compétitions de la CAF.
Pour toute erreur administrative en matière d’enregistrement ou d’indication des dates de naissance sans intention délibérée, la fédération concernée sera suspendue pour deux ans de toutes les compétitions à catégorie d’âge de la CAF »

Sur la base des éléments reçus, la Commission d’Organisation du Championnat U17 estime que les 4 joueurs cités ci-dessus n’étaient pas éligibles pour participer au match aller (m43) et que la FBF est coupable d’une erreur administrative en matière d’enregistrement ou d’indication des dates de naissance sans intention délibérée.

Par conséquent, l’équipe nationale U17 du Benin est disqualifiée des éliminatoires du championnat d’Afrique U17, et le Mali est qualifié au tour suivant.

De plus, sur la base de l’article 37 des règlements de la compétition la fédération du Benin est suspendue pour deux ans de toutes les compétitions à catégorie d’âge de la CAF.

Nous vous prions d’accepter, monsieur le Secrétaire Général, nos salutations distinguées.

CONFEDERATION  AFRICAINE DE FOOTBALL

Hicham El Amrani Secrétaire Général


Copie : MALIFOOT

En savoir plus...

Centre sport et étude d’athlétisme de Cotonou : Vers la fermeture

athletisme-benin

Le Centre de Formation Sport et Etude des jeunes athlètes béninois va fermer ses portes à compter de la rentrée académique prochaine. La nouvelle dont l’annonce a été faite par Théophile Montcho, Président de la Fédération Béninoise d’Athlétisme(Fba) se confirme de plus en plus.  
Les saints Thomas sont appelés à croire. L’information qui s’est repandue comme une traînée de poudre dans le milieu sportif béninois se confirme. A compter de la rentrée académique du 29 septembre prochaine on assistera officiellement à la fermeture du Centre Etude et Sport d’Athlétisme de Cotonou. Cette nouvelle est à prendre au sérieux puisqu’elle a été rendue publique par le Président de la fédération béninoise d’athlétisme lui-même. A en croire Théophile Montcho le cœur rempli d’amertume, la principale raison qui sous-tend cette décision est le manque total de moyens pouvant permettre de continuer à couvrir les charges dudit centre et surtout celles afférant aux besoins des pensionnaires. Au cas où cette décision viendra à être mise en application, le nombre de centre d’étude et sport fermé au Bénin se comptera à deux. Le Cifas de l’homme d’affaire béninois Sébastien Ajavon étant le premier même si c’est pour des  raisons divergentes. En effet selon les propos du Président Moncho, seule la Fédération s’est  toujours débattue au prix de grands sacrifices pour faire face aux multiples dépenses du centre qui s’évaluent chaque mois à plus d’une dizaine de millions et ce, depuis sa création. Le manque de collaboration des autorités au sommet de l’Etat, et le mutisme qui caractérise l’attitude de ces dernières en ce qui concerne  le financement des activités du centre motivent valablement la décision de la fermeture puisque la Fédération esquintée, s’est totalement vidée de ses réserves. L’on ne perçoit peut-être pas aujourd’hui la portée de cette décision qui dès son application, sera de conséquences très fâcheuses pour le Bénin dont le rêve est pourtant de figurer parmi les grandes nations de sport de la sous  région.

La fuite de l’Etat ?

Selon le Président de la Fédération Théophile Montcho, l’Etat fuit ses responsabilités. Ce qui le pousse à affirmer que  « le Bénin n’a pas besoin d’athlètes performants ». Mais au-delà de tout, le projet était louable et devrait être soutenu puis accompagné. C’est vrai que l’Etat ne peut tout faire mais il était important qu’on donne un coup de pousse à un tel projet qui, à moyens et à long terme, sera bénéfique pour le pays. Malheureusement, le rêve de la Fédération de voir dans les années à venir, un athlète béninois devenir champion d’Afrique ou champion du monde est en train de s’effriter. Et si rien n’y fit, c’est comme si l’Etat n’a pas de vision pour le sport béninois et parallèlement dire que le sport ne constitue pas une priorité pour l’Etat. En tout cas, les maigres subventions attribuées aux Fédérations sportives sont édifiantes. Si le Togo et le Mali ont pu aller jusqu’au bout de leur projet, qu’est-ce qui empêche le Bénin à les imiter. En tout cas, le projet de la fermeture de ce centre est déjà sur tapis et s’il faut faire quelque chose pour sauver  ce qui a été fait, ce sera pour le bonheur de la jeunesse béninoise.    

Abdul Fataï

En savoir plus...

2è journée Chypre : Poté débute avec un doublé

michael-pote

Pour oublier sa qualification en Ligue Europa, l’Omonia Nicosie s’est régalé ce mardi soir lors de la deuxième journée de championnat contre Anorthosis. Les verts se sont imposés 3-2 grâce à un doublé de la nouvelle recrue béninoise. L’ancien niçois a marqué dès la 2e minute sur une tête opportuniste dans les six mètres puis à la 39è minute. Bien servi en profondeur, le béninois gagne tranquillement son duel face au gardien. Avec ce premier succès, Omonia est 5è au classement du championnat Chypre  avec trois (03) points et un match en retard à disputer. Michaël Poté confirme déjà son statut du buteur, en 7 matches sous ses nouvelles couleurs (Ligue Europa +championnat), il a déjà 4 buts à son actif.

En savoir plus...

Jeux Olympiques de la Jeunesse Nanjing 2014 : Prestations mitigées pour les Béninois

nanjing-joj-2014

Le Bénin a pris part à la 2è édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse qui a connu son épilogue le 28 août 2014 à Nanjing (Chine). Au regard de la prestation offerte par les jeunes ambassadeurs béninois, on en déduit un bilan mitigé.
Réservés aux athlètes des moins de 18 ans, les Jeux Olympiques de la jeunesse  est l’un des plus grands événements sportifs planétaires  réunissant périodiquement des  nations à travers diverses disciplines sportives dont les  principales sont entre autres : l’athlétisme, le tir à l’arc, la natation, le judo, le football, le volley-ball, le basket-ball, la lutte traditionnelle etc. Au  rendez-vous d’août 2014,  le Bénin qui est à sa première participation était représenté par cinq (05) jeunes athlètes à  savoir : Moussa Abdoulaye ; Agbéty Foumilayo Mariette ; Sogbadji Charmel Morgane ; Alognisso Rayane et Zinsou Merveille Kpétchéhoué respectivement dans les disciplines : Athlétisme /100 mètres et 400 mètres pour les trois premiers ; puis la Natation et le Tir à l’arc pour les deux derniers. Nous notons  pour cette première participation des jeunes ambassadeurs béninois une prestation mi-figue, mi-raisin. Certainement, ils ont fait les frais de l’impréparation et de l’improvisation qui caractérisent le milieu sportif béninois.

Dur apprentissage des représentants béninois

«Le haut niveau ne pardonne pas», dit-on. Les Béninois malgré leur envie de donner le meilleur d’eux-mêmes se  sont heurtés à des adversaires plus coriaces et plus motivés. En plus de la raison liée à l’inexistence des infrastructures sportives appropriées, le principal motif de la contre performance des représentants béninois au cours de cette messe mondiale d’athlétisme est surtout de l’ordre de l’impréparation ou de l’improvisation.  
Lee Eun Gyeong, le bourreau de Merveille Zinsou
En tir en l’arc, Merveille Zinsou a eu à en découdre face à un adversaire coriace.  En simple, elle a été broyée d’entrée en 16è de finale par la coréenne Lee Eun Gyeong (6-0), qui au finish, a été sacrée médaillée de bronze après avoir écarté en match de classement la brésilienne Ane Machado. Un score qui n’à point arrangé la béninoise qui au  classement final tient la lanterne rouge en occupant modestement le 32ème rang sur les 32 nations convoquées avec un total de 498 points, bien distancée de la coréenne Lee Eun Gyeong  classée 3è, puis de la française Gaubil  Mélanie et de la chinoise Li Jiaman classées respectivement 2è et 1ère.
L’on pensait que Merveille Zinsou, en s’associant à la coréenne Lee Eun Gyeong, pouvait donner une chance au Bénin de décrocher sa toute première médaille dans une compétition d’envergure planétaire. Mais hélas, en mixte, le duo Lee Eun Gyeong/Merveille Zinsou a été très tôt battu et éliminé par le binôme composé d’un japonais et d’un azerbaïdjanais par le score de : (2-6). C’est dire que la championne d’Afrique en titre cadet n’a pu rien faire en Chine même si, elle reste la meilleure aux plans national, sous-régional et surtout continental en raison des titres remportés à ces échelles. Elle rentre bredouille de la Chine, une expérience amère mais pleine d’enseignements. Cela tient lieu d’un sujet de méditation aussi bien pour les Sportifs que pour les responsables béninois en charge du sport en général et ceux en charge de l’athlétisme en particulier. Le haut niveau ne badine pas. 

 
La natation se noie dans les eaux chinoises
Deux jeunes béninois représentaient les couleurs nationales au niveau de la natation. Il s’agit de Sogbadji Charmel Morgane et Alognisso Rayane. Malheureusement, ils n’ont pu rien faire face aux autres de leur tranche d’âge. Au niveau du 50 mètres nages, Alognisso Rayane a terminé 6è sur 7 nageurs avec un temps de 31’31. Au classement final, il se pointe à la 48è position sur 51 pays. Sa compatriote, Sogbadji Charmel Morgane n’a pas fait mieux. Avec un temps de 45’76, elle termine dernière de la course et se contente de l’avant dernière place au classement final (46è sur 47 pays). L’apprentissage a été donc pénible pour ces jeunes nageurs béninois qui ont tout de même un avenir radieux devant eux s’il y a le suivi.


L’athlétisme pouvait sauver l’honneur mais hélas….
La discipline qui a brillé un tout petit peu dans ces jeux olympiques de la jeunesse est l’athlétisme  avec également deux représentants qui ont su trouver une place en finale. 2è lors de la finale C  avec un temps de 58’22, Agbety Foumilayo Mariette a amélioré son chrono de 52 tiers (58’22 en éliminatoire). Une performance qui ne lui permet pas tout de même de figurer en peloton de tête car au classement finale, elle s’est logée à la 17è place sur 21 nations représentées. C’est l’australienne Jessica Thornton qui a réalisé le meilleur temps (52’50) des différentes finales. Elle est suivie de Naser Salwa et Mélanie Rodney (400m). Auréolé de sa 3è place en finale C (11’43) derrière Mohamed Saad (11’27) et Jeffrey Uzzell (11’04/Amérique), le Béninois  Abdoulaye Moussa a été au décompte final dépassé au chrono par le zambien Sydney Siamé (10’56), le japonais Oshima Kenta (10’57) et l’australien Trae Williams (10’60). Il est classé 21è au classement final  devant le guinéen Aboubacar Cheick Camara (21è/11’48).        

La preuve qu’il reste du chemin à faire
A ce rendez-vous sportif de la jeunesse, les jeunes béninois ont fait de leur mieux en honorant le drapeau national malgré leur mauvaise performance. Mais une part des responsabilités de ce résultat incombe aux autorités en charge du sport au Bénin. Que font les fédérations sportives pour assurer une relève de qualité ? Que fait le Ministère des Sports pour la promotion des vraies valeurs à la base ? Autant d’interrogations qui interpellent les responsables en charge du sport béninois, qui au lieu de penser à refonder le sport béninois,  font l’éloge de la médiocrité et de la tricherie. Le cas des footballeurs cadets béninois est encore d’actualité. Les centres de formation qui doivent participer à la formation des jeunes talents ferment leur porte tout azimuts. Le CIFAS en football et le Centre d’Athlétisme de la Fédération sont autant d’exemples qui n’augurent pas d’un avenir meilleur pour le sport béninois.
Il est alors important, que les résolutions des états généraux du sport béninois sortent des tiroirs du ministère et qu’on passe à la réalisation des recommandations. Aussi, le projet de loi sur le financement du sport, en souffrance à l’Assemblée Nationale doit-il être voté pour permettre au sport béninois d’inscrire son nom en lettres d’Or lors des grands rendez-vous sportifs continentaux et mondiaux. C’est le Bénin qui en sortira grandi.   

En savoir plus...

Edition 2014 du championnat national de tennis : Neuf médailles en Or pour l’Atlantique-Littoral

tennis-benin

Les rideaux sont tombés ce samedi 30 septembre 2014 sur l’édition 2014 du championnat national de tennis. Au finish, ce sont les tennismen de l’Atlantique-Littoral qui décrochent la palme d’or avec neuf (09) médailles en Or. Toutes les catégories étaient en compétition.


Démarrée le jeudi 28 août dernier, l’édition 2014 du championnat national de tennis a connu son épilogue ce week-end avec le sacre des pongistes de l’Atlantique/Littoral qui ont décroché vingt-quatre (24) médailles dont neuf (09) en Or, six (06) en Argent et neuf (09) en Bronze. Ainsi, Noudogbessi Sordick, chez les benjamins, Bokini Robert, chez les chez les minimes, Monnou Sylvestre, chez les cadets hommes, Udensi Gift, chez les benjamines, Tahinnou Debora chez les cadettes, Follykoue Espérance,  chez les juniors femmes sont entres autres les acteurs de cette performance. Une performance qui aurait été grandiose si Théophile Sègodo (Numéro 1 classement au plan national) n’avait pas échoué en demi-finale face à Magloire Yakpa son challenger de l’Atlantique-Littoral (7-6-6-1), et surtout si Félix Hounkpèvi de l’Ouémé-Plateau n’avait pas surpris Magloire Yakpa en finale homme sénior (7-5-6-4) en le privant de l’or. Satisfécit  à Félix Hounkpèvi qui permet à l’Ouémé-Plateau de quitter la compétition  avec trois médailles dont une en or, une en argent, et une en bronze. Tout comme l’Ouémé-Plateau, l’Atacora-Donga décroche trois médailles en  Argent. Le Mono-Couffo et le Zou-Collines rentrent bredouilles.
En dehors de  la médaille d’Or chez les séniors hommes suite à la victoire de Félix Hounkpèvi de l’Ouémé-Plateau  sur Magloire Yakpa en finale, l’Atlantique-Littoral a raflé tout sur son passage en ne laissant aucune chance à ses adversaires des autres départements. Un championnat qui a permet aux techniciens de la sélection nationale de Tennis de procéder à la sélection des tennismen béninois qui prendront part à la Coupe Davis prévue pour démarrer le 8 septembre en Egypte. Et déjà, les préparatifs démarrent d’ici peu pour permettre aux meilleurs de se mettre en jambe avant le rendez-vous égyptien.
Zoom sur les résultats définitifs du championnat

Chez les Femmes
Benjamines
1er Udensi Gift (Atlantique-Littoral)
2ème Houngbo Frida (Atlantique-Littoral)
3ème  Noudogbessi Rodia (Atlantique-Littoral)
Minimes
1er Kpadonou Carmène (Atlantique-Littoral)
2ème Lasniss Bissola (Atlantique-Littoral)
Cadette
1ère Tohinnou Debora (Atlantique-Littoral)
2ème Natta Yvette (Atacora-Donga)
Junior
1er Follykoue Espérance (Atlantique-Littoral)
2ème Becounde Carmine (Atacora-Donga)
Sénior
1er Houssou Léa (Atlantique-Littoral)
2ème Sokoua Denise (Atacora-Donga)

Chez les Hommes
Benjamins
1er Noudogbessi Sordick (Atlantique-Littoral)
2ème Brice Dylane (Atlantique-Littoral)
3ème Sognon Fidel (Ouémé-Plateau)
Minimes
1er Bokini Robert (Atlantique-Littoral)  
2ème Ibrahim Ibrahim (Ouémé-Plateau)
Cadets
1er Monnou Sylvestre (Atlantique-Littoral)  
2ème Houssinou Lionel (Atlantique-Littoral)
3ème C. Moukadas (Atlantique-Littoral))
Junior
1er Ekemon Stanislas   (Atlantique-Littoral)
2ème Gandonou Dominique  (Atlantique-Littoral)
Sénior
1er Hounkpèvi Félix (Ouémé-Plateau)
2èmeYakpa Magloire (Atlantique-Littoral)
3ème   Alowakinnou Christian (Atlantique-Littoral)

En savoir plus...

Echos des internationaux béninois

sessegnon

Les footballeurs béninois qui évoluent hors du territoire national étaient présents au niveau de leurs clubs respectifs ce week-end en championnat. De la France, en passant par l’Angleterre et la Belgique, les internationaux béninois ont participé à la réussite ou non de leurs formations. C‘est le cas de l’attaquant béninois Frédéric Gounongbé, qui a signé un nouveau doublé. Quant aux joueurs Jordan Adéoti, Djiman Koukou et autres Stéphane Sèssegnon, ils ont été aussi présents sur les stades d’Europe avec des fortunes diverses.
 
Enorme Gounongbé !!!
Chaque week-end, il fait parler de son talent dans le championnat belge. Et cette fois-ci, l’international béninois Frédéric Gounongbé s’est encore annoncé de fort belle manière en permettant à son club d’éviter une défaite à domicile. En effet, Westerlo était très tôt  mené au score (2-0), des réalisations de Sylla (5e) et Messoudi (18e) pour Zulte-Waregem. Mais l’homme le plus en forme du club réagit en  établissant la parité. Face à son ancien club, Gounongbé réalise le doublé. D’abord d’une tête à la 64è mn suite à un coup franc de son partenaire Molenberhghs et enfin, remet les pendules à l’heure dans les dernières minutes (89è) sur penalty après une faute commise sur sa personne en pleine surface de réparation.  Grâce à ce doublé, Frédéric Gounongné reste seul en tête du classement des buteurs avec 6 réalisations en 6 journées. Ce qui fait de lui, l’homme d’un but par match. Westerlo est dans le peloton de tête (4e avec 10 points), à trois unités du leader Anderlecht (13 pts +6)

Adéoti et Caen  défaits à domicile
Deuxième match à domicile et deuxième défaite pour Jordan Adéoti et Caen. Rennes a réussi un joli coup en s’imposant au Mans face à Caen (1-0), encore une fois séduisant malgré un scénario difficile. Les Normands étaient vite réduits à dix dans ce match. Avant même la demi-heure de jeu, le caennais Kanté était renvoyé aux vestiaires pour deux avertissements. Telle était la décision de l’arbitre qui ne pouvait faire autrement en raison de la récidive du joueur qui venait de donner un deuxième tacle en retard. Bien qu’étant en infériorité numérique, le Stade Malherbe se procurait les meilleures occasions mais tombait sur un Costil inspiré. Mais malheureusement, suite à une faute stupide du béninois Jordan Adéoti, pourtant maitrisant son sujet, Toivonen sur penalty offre la victoire aux Rennais (0-1, 88e). Cruel pour des Caennais qui ne méritaient pas ça. Il faut souligner que le compatriote béninois Imorou Emmanuel était absent du terrain pour blessure.

Koukou et Niort, roi des matchs nuls
Enième nul pour Niort et le béninois Djima Koukou. Face à Clermont ce week-end à domicile pour le compte de la 5è journée, Niort a concédé son quatrième nul de la saison (0-0). Un résultat qui leur permet de rester invaincu. Niort se pointe du coup à la 7è place du classement avec 7 points, à six longueurs du leader Troyes (13 pts +8). Dans ce match, l’international béninois a une fois encore impressionné par son physique et est resté égal à lui-même en étant maître du milieu de terrain. Dans cette même équipe de Niort, Saturnin Allagbé a joué avec la réserve en Cfa. Il attend donc saisir sa chance en Ligue 2 française.

Sèssegnon et WBA n’arrivent pas
Après avoir connu sa première titularisation de la saison en milieu de semaine (Coupe de la Ligue), Stéphane Sèssegnon et ses partenaires de West Bromwich Albiol ont été lourdement battus ce week-end en déplacement à Swansea City (3-0). Le béninois n’a pu éviter à son club, cette lourde défaite qui les plonge davantage dans les profondeurs du classement après trois journée. WBA totalise seulement 2 points et reste la première équipe non relégable (17è). Le capitaine des Ecureuils Stéphane Sèssegnon et ses coéquipiers ont donc l’obligation de revoir leur stratégie de jeu, sinon, bienvenu la descente.

Nul et victoire respectivement pour Adénon et Ogunbiyi
La Nationale était ce week-end à sa 4è journée. Deux béninois étaient présents. Mouri Ogunbiyi (FC Paris) et Khaled Adénon (Luçon). Si le premier et son club sont allés battre US Avranches (1-2) sur ses propres installations, rien ne va plus pour Luçon et Khaled Adénon qui se sont contentés d’un nul (0-0) en déplacement. Mouri et Fc Paris sont 3è du classement français de 3è Division pendant ce temps, Luçon se cherche dans les profondeurs du classement.

Défaite pour Johnson et Gestede, victorieux Boco
En Championship (2è Division anglaise), les béninois Réda Johnson et Rudy Gestede ont été battus dans leur club respectif. Rudy Gestede et sa formation Blackburn  Rovers en déplacement chez le 3è  Wolverhampton (12 pts +4) sont revenus au bercail avec une défaite de 3 buts à 1. Par contre, à domicile, Réda Johnson et Sheffield Wnd  ont été surpris (0-1) face à Nottingham Forest. En League One (3è Division), Chesterfield où évolue le béninois Romulad Boco est allé battre la formaton de Port Vale (1-2).

En savoir plus...

Quand des disciplines font oublier le football

idrissou-affo

Pendant que le sport roi béninois est absent de toute compétition internationale, les autres disciplines sportives essaient de sauver l’honneur du Bénin lors des rendez-vous régionaux, continentaux et mondiaux. C’est le moins qu’on puisse dire des dernières performances des équipes béninoises présentes aux activités sportives sur le continent.
Si les cadets footballeurs sont toujours en lice pour une probable qualification pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN) des moins de 17 ans qu’organise le Niger en 2015, juniors et séniors quant à eux, sont déjà éliminés des compétitions internationales. Par contre, les  disciplines, dites de ‘’parent pauvre’’ tels que : le scrabble, la boxe, le judo, le karaté, ainsi que le tchoukball font toujours briller les couleurs nationales aux différents rendez-vous sportifs sur le continent faisant ainsi oublier aux béninois, la mauvaise prestation ayant conduit à l’élimination des Ecureuils footballeurs. Et pour cause :

Le scrabble


Cette discipline a permis au Bénin de décrocher pour la première fois, un titre mondial aux derniers Championnats du Monde de Scrabble (France). C’est le Béninois Julien Affaton qui est, en effet monté sur la première marche du podium devenant champion du monde de scrabble classique. Trois fois vice champion du Monde en 2011, 2012 et 2013, il concrétise ainsi son rêve après trois éditions de revers.

Le tchoukball

Inconnue des Béninois, cette discipline sportive entend inscrire son nom dans l’arène du sport béninois. Et sans trop de bruit, elle fait déjà parler d’elle. Pour cause, elle a permis au Bénin de remporter la 2è place de la Coupe d’Afrique des Nations de Tchoukball, la 3è du nom abritée par notre pays du 14 au 17 août 2014. En finale, le Bénin chute face au Togo (55-49) et reste maître de cette discipline, trois titres en trois éditions. Quant au Bénin, il reste éternel vice-champion, deux sur trois possibles. De quoi compter sur cette discipline sportive qui fera certainement parler d’elle dans les années à venir.

La boxe

L’autre discipline qui a permis au Bénin de s’adjuger de titres mondiaux est le noble art. Grâce à Ange Adjaho et Victor Kpadénou, le Bénin est le roi de la boxe version IBU. Des titres raflés  à l’occasion du dernier gala de boxe organisé par le promoteur béninois Barthélemy Adoukounou et qui a eu pour cadre le Palais des sports de Kouhounou (à Cotonou en juillet dernier). Ces deux titres mondiaux s’ajoutent à celui décroché par Justin Savi quelques années plus tôt. Grâce à sa boxe, le Bénin pourra désormais se faire compter parmi les grandes nations de sport de la sous-région. Déjà, elle essaie de sortir la tête de l’eau à chaque rendez-vous sportif dans le monde et sur le continent. Une discipline adorée des béninois aux temps d’un certain Aristide Sagbo dit ‘’Soweto’’ (Paix à son âme). Le nouveau bureau mis en place et dirigé par Germain Mehinto en qualité de Président a donc redonné vie à cette discipline qui regorge assez de talents au Bénin.


Le judo

L’art martial béninois est donc au top et ne manque aucun événement sportif pour faire parler du Bénin. Les judokas béninois ont aussi  hissé haut le drapeau national à Treichville (Côte d’Ivoire) dans le cadre de la 4è édition du Tournoi International de l’Afrique de l’Ouest (Tiao). Quatre athlètes présents, quatre médailles en poche pour revenir au bercail dont 3 Argent et 1 en Bronze au terme de la compétition en se classant 3è derrière le Gabon (2è) et la Côte d’Ivoire (1ère), qui a présenté plus d’une cinquantaine de compétiteur avec à la clé 13 médailles dont 5 en Or, 3 en Argent et 5 en Bronze. Outre la prestation des pratiquants béninois, les arbitres et commissaires ont aussi contribué à ce que le drapeau béninois brille davantage à Treichville suite à un examen de passage de diplôme international. Le Président de la FBJ Anicet Glitho a par ailleurs reçu le satisfecit de l’expert international de judo.

L’athlétisme

Les béninois ont été à Marrakech (Maroc) du 10 au 14 août dernier pour les 19èmes Championnats d’Afrique d’Athlétisme où le Bénin est revenir bredouille malgré quelques bonnes prestations de Noélie Yarigo qui a échoué en finale des 800 mètres en terminant 5è de la course avec un temps de 2’01’’54. Par la même occasion, elle bat son propre record. D’autres athlètes béninois ont tenté de tutoyer les ténors mondiaux de l’athlétisme mais les réalités du haut niveau sont tout autres. Toutefois, avec ces jeunes, l’avenir est donc prometteur s’il y a un suivi rigoureux et une planification dans la durée.

Le karaté

Un championnat peut en cacher un autre. En effet, du 10 au 16 août derniers, les karatékas béninois étaient sur les tatamis de Dakar (Sénégal) pour prendre part aux 15èmes Championnats d’Afrique de Karaté. Si le Bénin est absent du carré d’As, il aura quand même montré un  meilleur visage. Ce qui lui a permis de revenir au bercail avec deux médailles dont une en Bronze (Kata par équipe) et une en Argent  (Kumité). Un résultat qui permet au Bénin de se positionner à la 8è place au classement général. Il faut souligner que seulement trois athlètes béninois ont participé à ce rendez-vous continental. Il s’agit de Ganiéro océane, Rokiath Moustapha et Joanita Dagnizo. Trois femmes qui ont fait la fierté du karaté béninois au Sénégal. C’est l’Egypte qui a damé le pion aux autres pays en se plaçant en première position avec 13 médailles dont 5 en Or, 3 en Argent et 5 en Bronze. Quant aux représentants béninois, ils méritent d’être  encouragés.

Le ministère des sports, une fois encore indexé
Ces différentes performances, qui loin d’être une satisfaction sur laquelle on doit dormir sur nos lauriers  doivent faire réfléchir les autorités en charge du sport béninois, qui prennent le football comme un sport qui peut décrocher d’ici peu pour le Bénin, un trophée africain (Can cadet, junior, sénior) ou mondial (Coupe du Monde), alors que rien de potable ne se fait à la base au niveau des responsables du sport roi béninois.
Pendant ce temps, les autres disciplines sportives, avec les miettes de subvention (parfois même préfinancée par les présidents de fédération) essaient de toujours hisser les couleurs nationales au firmament lors des différents rendez-vous sportifs.   Le Ministère des sports ne doit pas être celui du football mais de toutes les disciplines sportives. Il y va de l’intérêt de la nation car lorsque le sport roi béninois pleure, ce sont ces disciplines ‘’délaissées’’ qui sauvent vaillamment l’honneur. Cependant, le cas actuel du football béninois doit faire réfléchir les cadres du Ministère des Sports, qui dorénavant doivent miser sur toutes les disciplines sportives. A bon entendeur….   

En savoir plus...

Phases finales des championnats nationaux de Basket-ball : Renaissance Bbc (Hommes) et Aspac (Dames) sacrées championnes

basketball

La phase finale du championnat national de Basketball 1ère division a pris fin samedi 23 août dernier au Hall des Arts de Cotonou. Deux finales étaient au programme: Asapc – Energie chez les dames et Aspac – Renaissance Basketball de Cotonou au niveau des hommes. Au finish, Renaissance Bbc (Hommes) et Aspac (Dames) ont été sacrées championnes, une première pour Rbbc.
Au niveau du tableau des dames, la formation portuaire, championne en titre a confirmé sa suprématie au niveau de cette catégorie en dominant de bout en bout son adversaire du jour durant les quatre quart temps. Dès le sifflet final, on pouvait lire sur le marquoir électronique 88 – 54 pour les coéquipières de Kefilath INOUSSA. Aspac succède ainsi à elle-même. Pour le Coach principal de cette équipe, Landry Adognon, c’est  la consécration d’un travail et d’une rigueur  qui  a conduit ses joueuses à garder leur place de leader.
Au niveau des hommes, Rbbc éternelle demi-finaliste affrontait la formation masculine du Port autonome de Cotonou. A l’entame du 1er quart temps, les bleus-blancs de l’Aspac ont très tôt affiché leur ambition en enchainant des shoots réussis à 3 points par l’intermédiaire de leur capitaine Brice Hounnou, alors que du côté de Rbbc la maladresse et l’hésitation dans la raquette adverse les ont conduits à perdre le 1er quart temps sur le score de 21 – 14. Le scénario est resté identique dans le second quart temps qui a vu Aspac s’imposer 31 – 29.
Du retour de la pause, Rbbc, grâce à ses pivots a pris le dessus sur les joueurs du coach nigérian Charles Osho 45 – 43. Le dernier quart temps a été spectaculaire puisque les deux équipes, au finish, se sont neutralisées 64 partout. Ce score a conduit les deux formations à une prolongation de 5 minutes au cours de laquelle les renaissants conduits par le coach nigérian Oumar Balla ont remporté le titre 75 – 69. Après avoir cherché ce trophée pendant plus de 17 ans, ils l’ont enfin soulevé, les coéquipiers de Moussa Diene, capitaine de cette formation. Cette finale a été rehaussée par la présence du Président de la zone 3 de Fiba Afrique en la personne du Colonel nigérian Samuel Ahmedu. Il est à noter que les deux formations à savoir Aspac – Energie au niveau des dames et Aspac – Rbbc chez les messieurs s’affrontent samedi prochain au Hall des Arts de Cotonou dans le cadre de la finale de la coupe du Bénin.

En savoir plus...

Réserve du Mali contre les Ecureuils auprès de la Caf : Les preuves des graves sanctions qui planent sur le Bénin

fbf
Depuis quelques temps, une polémique défraie la Une de l’actualité sportive. Il s’agit de la réserve du Mali portée contre le Bénin dans le cadre des éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations (Can) des moins de 17 ans qui sera abrité par le Niger en 2015. Ce recours du Mali, selon les responsables de la Fédération Béninoise de Football (Fbf)  est juste une manigance de certains citoyens qui veulent ternir l’image du Bénin. Malheureusement, la Confédération Africaine de Football (Caf) ne voit pas de cet angle et invite la Fbf à apporter, au plus tard le 23 août 2014, des réponses et commentaires sur le cas de cinq joueurs cadets béninois sur lesquels pèsent de graves soupçons  de trucage de leur âge.
De graves sanctions planent sur le Bénin !!! C’est le moins qu’on puisse dire à la lecture de la dernière correspondance de la Caf en date du 18 août 2014 adressée à la Fbf qui invite le  Bénin à apporter des arguments complémentaires sur cinq joueurs béninois ayant pris part aux matchs Aller et/ou Retour des éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations Niger 2015 contre le Mali.
En effet, loin d’être une affaire à banaliser, ce recours contre le Bénin prend déjà une allure exponentielle. Mais les dirigeants du football béninois essaient de cacher au peuple sportif béninois, leur vrai visage. Et pour cause, les correspondances du Secrétariat Général de la Confédération Africaine de Football (Caf) adressées  à la partie béninoise sont édifiantes et interpellent les dirigeants du football béninois.

Film de la détection de faux et  usages de faux sur les âges

Dans le cadre des éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations (U-17ans) Niger 2015, le Bénin a accueilli le samedi 19 juillet 2014 les cadets maliens qu’il a battu par le score étriqué de 1 but à 0. Deux semaine plus tard, c’est-à-dire le samedi 2 août 2014, les cadets béninois se sont rendus à Bamako pour le compte de la manche Retour. Sur place, sur les dix-huit joueurs qui ont effectué le déplacement, quatre ont été recalés par la partie malienne pour inéligibilité de leur âge. Réduits à 14 avant le coup d’envoi de la rencontre, les Béninois ont tenu en échec le Mali (0-0) sur leurs installations et sont momentanément qualifiés pour le dernier tour. Une qualification entachée d’irrégularité puisque le Mali a porté réserve contre un certain nombre de joueurs béninois.
Par lettre  N°291/2014/FBF/SP/CCC/SG/PT, la Caf adresse une correspondance à la Fbf pour l’informer de la réserve du Mali portée contre la qualification de treize joueurs béninois lors du match 44 Mali contre Bénin dans le cadre du championnat U-17 (Lire la correspondance).  Cette correspondance enflamme  la Fbf. En effet, son  Secrétaire Général, dans tous ses états,  pointe un  doigt accusateur sur l’ancien Président  de la Fbf Anjorin Moucharafou et ses anciens Compagnons (les frères Didavi) qui seraient les instigateurs de ce qu’il qualifie de « manigance contre le Bénin ».
Dans la correspondance béninoise adressée à la Caf, sur laquelle est mentionné en objet  ‘’ supposé réserve contre les joueurs du Bénin’’, il est précisé « qu’il n’y a jamais eu de réserve   encore moins de réclamation avant, pendant et après le match sur cité le samedi 2 août 2014 à Bamako comme peuvent le témoigner aussi bien le commissaire au match et les responsables de la FéMa Foot. Excepté le commissaire au match qui a opposé  une circulaire de la Caf disqualifiant les joueurs des deux côtés. Ce qui a obligé le Bénin  a évolué avec 14 joueurs ». Pour la Fbf, c’est une machination qui est partie du Bénin avec la complicité du Président Anjorin Moucharafou (ancien de la Fbf) et ses anciens Compagnons,  les frères Didavi pour faire disqualifier le Bénin afin d’assouvir leurs égaux personnels et leur vengeance sur le Bénin. « Il s’agit d’une manipulation de l’ancienne équipe dirigeante de la Fbf qui ne digère pas sa sortie » mentionne la correspondance.
Aux yeux de l a Caf, c’est une accusation extrêmement graves envers un de ses membres du comité exécutif et des membres de la commission permanente de l’institution. A cet effet, La Caf demande à la partie béninoise les preuves concrètes de ce qu’elle avance sous peine de mesures disciplinaires conformément à l’article 82 du code disciplinaire de la Caf.

Le cas des joueurs incriminés

Dans cette sombre affaire où le Commissaire au match a confirmé la réserve portée contre le Bénin par le Mali, contrairement à ce que clame  le Secrétaire Général de la Fbf, la Caf confirme la recevabilité de la requête malienne mais rejette la réserve du FéMaFoot vu les informations à leur possession.
Cependant, la Caf a poursuivi les investigations. Et il en ressort qu’au cours du match Aller   N°43 Bénin – Mali, quatre joueurs dont la date de naissance dépasse l’âge réglementaire de la Caf ont participé à ladite rencontre. Il s’agit de : Ibilola Aaron, né le 10 décembre 1997 ; Ogunbiyi Olouwa, né le 26 octobre 1997 ; Oréko Evode, né le 2 4 octobre 1997 et Amoussou Toni né le 19 septembre 1997, alors que, la note circulaire d’engagement de la Caf a bien indiqué que seuls les joueurs  nés le 1er janvier 1998 ou après cette date sont éligibles à participer à ladite compétition.  
Aussi, après vérification des dossiers des quatre joueurs susmentionnés, la Caf a-t-elle découvert que le joueur Ibilola Aaron avait également participé aux éliminatoires de la dernière édition du championnat des moins de 17 ans Maroc 2013. Le dossier dudit joueur dont la dernière édition indique les informations suivantes : date de naissance, 19 août 1997 à Adjara ; détermination de l’âge au seuil : moins de 17 ans au stade 5 en date du 12 septembre 2012.
Or,  selon les experts médicaux de la Caf, «une personne au stade 5 en septembre 2012 ne peut pas être moins de 17 ans deux ans plus tard». Ce qui signifie que la Fédération Béninois de Football a triché sur l’âge de ce joueur. Ce qui pousse la Caf à inviter la Fbf à apporter des explications nécessaires sur ces quatre joueurs listés ci-dessus ainsi que sur les divergences entre les informations du joueur Ibilola Aaron concernant les deux éditions des éliminatoires des Championnats de 2013 et 2015.
Quant au cas du joueur Parfait Gadji, même si la Fbf signe et persiste que ledit joueur n’a jamais fait partie de la liste des Béninois ayant joué contre le Mali , la Caf  souligne qu’elle reste toutefois en attente de recevoir les commentaires sur la licence locale du joueur qui indique que sa date de naissance est le 29 août 1996 et non pas en 1998 comme indiqué dans son passeport. Il faut noter que le cas du Bénin sera soumis à la commission compétente de la Caf afin d’étudier d’éventuelles sanctions contre le Bénin.

Les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs

Le 30 septembre 2013, juste après l’élection du bureau actuel, le Président Augustin Ahouanvoebla et ses compagnons, inspiraient espoir. Mais au fil des mois, le désespoir s’est fortement installé. La magouille et la tricherie sont devenues sources d’inspiration des dirigeants de la Fbf. Ce revers administratif de la Fbf vient ainsi s’ajouter à celui des éliminatoires des séniors et juniors. A peine douze mois après leur élection, le bureau d’Ahouanvoebla fait honte au peuple béninois en étalant à la face du monde, leur incapacité à booster le football local. C’est le nom de toute une Nation qui est ainsi entaché  dans cette sale affaire dans laquelle le Bénin risque des sanctions graves, allant jusqu’à la  suspension de toutes les  activités de la Caf pendant deux ans. Affaire à suivre !!!

En savoir plus...

Poursuite dd’Anjorin et Didavi devant la justice : La Fbf d’Ahouanvoebla se trompe de combat

ahouanvoebla

Le siège de la Fédération Béninoise de Football (Fbf) a servi de cadre le mercredi 20 août dernier au 1er Congrès Ordinaire du mandat Ahouanvoebla où plusieurs décisions ont été prises. Malheureusement, l’union tant prônée par les acteurs du football reste d’actualité.
Certes, le congrès a ordonné la levée des sanctions du camp Attolou qui leur ouvre la voie d’intégrer la famille du football béninois. Mais au même moment, le congrès leur  refuse l’intégration de leurs clubs respectifs dans le championnat béninois. Cette politique de deux poids deux mesures laisse des doutes sur l’unification de la famille du cuir rond béninois. Alors à l’ouverture de cette assise, le représentant du Ministre des Sports avait invité les congressistes à l’union, qui serait gage d’un meilleur avenir du football béninois. Cette exhortation a été balayée du revers de la main par les délégués présents à cette assise. Ce qui signifie qu’il y a une main invisible à la tête de la fédération qui tire la ficèle.
Et pour cause, la poursuite de Quentin Didavi et de Moucharafou Anjorin devant la justice vient confirmer la volonté du bureau actuel à ne pas enterrer la hâche de guerre issue des dernières élections à la Fbf, alors que, au sein de ce même bureau figure un responsable influent qui a assuré la trésorerie sous l’ère Anjorin. Et qu’il vous souvienne que, dans une émission grand public d’une télévision privée de la place, Augustin Ahouanvoebla, alors trésorier avait affirmé sans crainte et sans  réserve : «si quelqu’un devrait aller en prison, c’est moi et non Anjorin car je suis le trésorier de la Fédération». Sans commentaire !!!
 Et si en 2014, on entend poursuivre en justice Anjorin Moucharafou et Quentin Didavi pour mauvaise gestion des fonds alloués à la Fbf, c’est comme si le monde était à l’envers. Loin d’être un avocat d’une partie ou d’une autre, il serait important de faire tête rase de ce passé sombre afin de projeter vers l’avenir  et penser au devenu des jeunes footballeurs béninois, gage d’une relève rassurante.

JAP, Adjobi et Akanké intégrés

L’autre décision issue de ce congrès, et qui a surpris plus d’un, est l’intégration spectaculaire des équipes comme la JAP, Adjobi (Ligue 1) et Akanké (Ligue 2) dans l’élite du football béninois. Alors que, suite à des forfaits, et selon les articles du règlement du championnat béninois, ces clubs étaient relégués en division amateur lors du championnat écoulé. Mais à notre grande surprise, ils sont réintégrés dans le championnat d’élite. Si c’est ainsi, pourquoi rejette-t-on celle des clubs du camp Attolou tels que Mambas Noirs, Requins, Dynamo d’Abomey et de Parakou, Vautours, USL etc. A cette allure, le championnat de la saison 2014-2015 va-t-il se jouer à 16 en Ligue 1 et à 14 en Ligue 2 ? Une interrogation qui mérite des réponses de la part des responsables de la Ligue de Football du Bénin.  
En tout cas, intégrer le camp Attolou est un pas louable. Mais permettre à leurs équipes de participer activement à la vie footballistique béninoise sera un grand pas vers l’unification tant prônée par le bureau d’Ahouanvoebla quand il était en campagne. Comme pour dire ‘’les promesses de campagne n’engage que ceux qui croient’’.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !