TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Sport

Assemblée générale élective à la Fébéboxe : Germain Mehinto plébiscité pour quatre ans

Germain-Mehinto

Le président sortant, Germain Mehinto, a été plébiscité à la tête de la Fédération béninoise de boxe (Fébéboxe). C’était dimanche 5 août 2018 lors de l’Assemblée générale et élective, tenue à l’Auditorium Marius Francisco du Comité national olympique et sportif béninois (Cnos-Ben).

Seul candidat au poste de la présidence, Germain Mehinto a été reconduit à la tête de la Fébéboxe par 27 voix sur 27. Pour une seconde fois de suite, il aura pour mission de poursuivre les œuvres déjà entamées pour le rayonnement du noble art béninois. De son côté, René Bewa, vice-présent sortant n’a pu rempiler. Il a été battu par Pierre Hinvi, 18 voix pour et neuf contres. Quant au poste du secrétariat général, Armand Tossa a été maintenu, seul candidat à son poste. A la tête d’un bureau de neuf membres, Germain Mehinto et son comité doivent œuvrer pour davantage révéler la boxe béninoise, qui, jadis, faisait la fierté du sport béninois à travers des titres continentaux.  

Composition du nouveau bureau élu

Président : Germain Mèhinto
Vice-président : Pierre Hinyi
Secrétaire Général : Xavier Tossa Armand
Secrétaire général adjoint : Marc Godovo
Trésorier Général : Antonin Houessinon
Trésorier général adjoint : Rock Agnan
Responsable à l'organisation :Mériga Chouaïbou
1er Responsable à l'organisation : Armand Balley
2eResponsable à l'organisation :Réné Bèwa

A.F.S.

En savoir plus...

Fédération béninoise de tennis de table : Le bureau officiellement installé, déjà au travail !

Ferdinand-SOUNOU

Réélu président de la Fédération béninoise de tennis de table (Fbtt), Ferdinand Sounou et son bureau exécutif ont été officiellement installés. La passation des charges entre l'ancienne et la nouvelle équipe a eu  lieu, lundi 30 juillet 2018, à la Maison des Fédérations du Comité national olympique et sportif béninois (Cnos-Ben).

Présidée par Julien Minavoa, président du Cnos-Ben, la cérémonie de passation des charges permet au nouveau bureau élu de travailler en toute sérénité et de révéler le tennis de table béninois. Profitant de l’occasion, le président du Cnos-Ben a remis le chèque de la subvention du ministère des Sports au bureau installé. Le président Julien Minavoa a, à cet effet, invité le bureau à réunir toute la famille pongiste pour un nouveau départ. Le président Ferdinand Sounou a remercié et promis de ramener la paix dans la famille du tennis de table. Il a également promis de faire bon usage de la subvention de l’Etat et a remercié le Ministre des sports pour tous les efforts consentis pour le développement du tennis de table.

Le bureau déjà au travail…

Aussitôt installé, le bureau s’est mis au travail. Il a, en effet, tenu sa première réunion au cours de laquelle les textes fondamentaux de la Fbtt et le programme d'activités ont été distribués aux membres. Dans son intervention, le président Sounou a expliqué en détail, le programme d'activités et a fait observer les urgences et les difficultés auxquelles le bureau pourrait être confronté. Il a, par ailleurs, invité les uns et les autres au travail bien fait pour le développement de la discipline.


Mike MAHOUNAN

En savoir plus...

Organisation du «Challenge Ecureuils # Eléphants» : «La Fhb a relevé le défi grâce aux sponsors», dixit Abdel Rahman Bare

Abdel-Rahman-Ouorou-Bare

Dans un entretien qu’il nous accordé, Abdel Rahman Ouorou Bare, président de la Fédération Handisport du Bénin (Fhb) a dressé le bilan des dernières activités menées. Il n’a pas manqué de remercier les partenaires sans qui, laisse-t-il entendre, les activités ne pouvaient être une réalité. Lisez-plutôt !!!

D’où est venue cette idée d’organiser le «Challenge Ecureuils # Eléphants» ?

Nos sociétés sont de moins en moins inclusives, parce que de plus en plus discriminatoires envers les personnes vulnérables notamment les personnes handicapées et aucune place, par conséquent, ne leur est faite. Le handicap est perçu comme une fin en soi, une présomption d’incapacité. Cette conception injuste empêche la personne handicapée de déployer tout son potentiel et de s’acquitter du rôle qui est le sien dans la société. Sur cette base, mon collègue ivoirien et moi avions convenu d’initier ce projet intitulé «Challenge Ecureuils # Eléphants» qui est une rencontre handisport dans plusieurs domaines.

Quels en étaient les objectifs ?

Sensibiliser la population béninoise sur les droits à participation sportive des personnes handicapées. Echanger sur la vie du handisport dans les deux pays afin de définir les nouvelles bases pour son évolution. Renforcer les capacités de nos athlètes et coaches en prélude aux compétitions internationales notamment les paralympiques de Tokyo. A cet effet, il y a eu de l’athlétisme (100m, 200m pour les personnes handicapées physiques, du saut en longueur etc.), du goal-ball en démonstration, du tennis de table, du basket-ball en fauteuil roulant entre les deux pays. Il faut rappeler que des prestations artistiques d’artistes handicapés ont également meublé cette rencontre.

Quelles sont vos impressions après ce challenge?

Je voudrais d’abord rendre grâce à Dieu. Car, rien ne se fait sans son accord. Je suis animé par une satisfaction totale. Vous avez vous-même été témoins de ce que le partenariat avec nos sponsors (la Coopération Suisse au Bénin et la Société Générale Bénin) a permis de réaliser. Dans de telles circonstances, l’impression qui vaille est celle des hôtes et je puis vous confirmer que les Ivoiriens sont repartis très satisfaits de leur séjour au Bénin. Sur le plan sportif, il faut reconnaître que les Béninois ont fait des prouesses. Par exemple,Feissal Atchiba a été double médaillé en or (athlétisme), Djibril Imorou médaillé en argent (tennis de table assis), Nassirou Domingo médaillé bronze en tennis de table assis. La plus grande attraction fut le match de basket-ball en fauteuil roulant. Sur cette explication, le Bénin a remporté la coupe. Il faut également se satisfaire du déplacement du public béninois qui a été sensibilisé sur les capacités sportives des personnes handicapées. Plusieurs personnalités ont fait le déplacement notamment SEM l’Ambassadrice de France près le Bénin (à qui je dis merci), le DAC et le DSE du ministère des Sports, les représentants des sponsors. Je voudrais dire un sincère remerciement au parrain de l’événement, le Ministre Oswald Homeky, pour son accompagnement, le suivi constant par ses services qui ont permis de gagner le pari de cette organisation. Je voudrais reconnaître l’apport financier consistant de la Coopération Suisse au Bénin et de la Société Générale Bénin. Ces sponsors ont montré leur attachement à l’avènement d’une société inclusive qui ne laisse personne, quelle que soit sa situation, sur le bas-côté de la rue. Je voudrais, au nom de la famille paralympique leur dire merci, à leurs premiers responsables et tous leurs collaborateurs. Grâce à ces sponsors, la Fhb a relevé le défi de cet événement. Après cette moisson, je ne peux être qu’heureux et une fois encore, reconnaître la présente constante de cette main invisible qui a béni ce challenge.

Quelle sera la suite?

On ne peut pas s’arrêter en si bon chemin. Les négociations sont déjà en cours pour associer d’autres pays de la sous-région pour leur implication afin de relever le niveau de la compétition. C’est le lieu de lancer la perche à d’autres sponsors.

Votre mot pour clore cet entretien

La mise en œuvre de ce projet nous a amené au-delà de nos attentes. Le meilleur reste donc à venir et qu’autant que faire se peut, la famille paralympique verra que les choses évoluent. Ma récente rencontre à Cotonou avec la Ministre française des sports, Laura Flessel, révélateur du fait que le handisport devient digne d’intérêt. Cela augure de belles choses en matière d’équipements et de renforcement des capacités des acteurs du handisport béninois. Mon souhait le plus ardent est qu’aussi bien les pouvoirs publics que le privé continuent de croire en les capacités tous azimuts des personnes handicapées. Il est important que lorsque nous regardons une personne handicapée que nous voyions au-delà du handicap pour mettre en exergue les potentialités et les capacités des personnes handicapées. Ce combat est un combat de tous pour tous. Je voudrais rappeler aux personnes handicapées que le combat pour la participation sociale est un combat de longue haleine. Pour que les habitudes et les paradigmes tombent, il nous faut comme un seul homme, défendre nos droits afin de faire face à nos devoirs.


Propos recueillis par A.F.S.

En savoir plus...

Championnat de la Ligue régionale du Sud de Handball : Les équipes de Flowers s’imposent devant l’Aspac

handball

Le championnat de la Ligue régionale du Sud de la Fédération béninoise de Handball (Fbhb) était le weekend écoulé, à ses 3e et 4e actes. Au cours de ces deux journées, deux rencontres ont retenu la curiosité des uns et des autres. Il s’agit du duel entre les équipes de Flowers et celle de l’Aspac. Chez les dames, les protégées de Aimé Sèbio ont largement dominé leur rivale de tous les temps (29-17).Chez les Hommes, la rencontre était plus tendue avec des engagements de part et d’autre. Mais au finish, la formation de Flowers a remporté le gain de la partie (33-31). Les poulains du duo Jean-Luc Assogba et Antoine Alladé ne font-ils plus le poids face à leurs homologues de Flowers? En tout cas, avec cette énième victoire, c’est un avantage psychologique pour Aimé Sebio et ses poulains pour la suite des hostilités à la conquête des titres nationaux à venir.

Les résultats de Flowers

Dames : Aspac # Flowers 17-29
Hommes : As Canon # Flowers 20 # 29
Hommes :Aspac # Flowers 31# 33

A.F.S.

En savoir plus...

1ère édition de Abake’s Tennis Clinic Compétition : Les meilleurs distingués, l’acte 2 déjà dans les esprits

Abakes-Tennis-Clinic

(Objectifs atteints, selon la présidente Abakè Derosa)
Les rideaux sont tombés, dimanche 29 juillet 2018, au Tennis club de l’Amitié (Tca) du stade Mathieu Kérékou, sur la première édition de Abake’s tennis club clinic compétition. Durant cinq jours (du 25 au 29 juillet), les jeunes ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour être parmi les meilleurs.

Organisé par la fondation Abake's, Abake's tennis clinic compétition a été une réussite. Subdivisé en deux phases, c’est d’abord un camp d’entraînement qui a réuni du 25 au 26 juillet, une quarantaine de jeunes tennismen autour des fondamentaux de la discipline et remise à niveau. Ces jeunes, au terme du camp, pour la seconde étape, ont été soumis à un exercice pratique à travers un mini tournoi dans les catégories cadettes et juniors filles et garçons. Ainsi, en finale messieurs simple (catégorie cadette), c'est le jeune Vence N'Tcha qui a pris le dessus sur Mariano Kpodeziahou (6-1; 7-6). Chez les filles, c’est Emiline Honfoga qui a été sacrée devant Frida Houngbo (6-0, 1-6, 6-3). Au niveau des juniors, Carmine Becoudé a dominé Carmène Kpadonou alors que Robert Bokini s’est imposé devant Chawal Yacoubou. Dans le challenge international, les Béninois Sylvestre Monnou et Arnaud Sewanouavaient battu respectivement dans les duels simples, les Togolais Jean-Paul Katanga et Charles Alipoé avant de s’imposer en double messieurs.Pour la présidente de la fondation, Abeke Assongba Derosa, l’objectif a été atteint. Elle se dit très satisfaite et soutient que l’initiative a permis de dénicher de vrais talents qu’il faut soutenir.  «On a pu cibler quelques talentueux et on va travailler avec qu’eux», a-t-elle affirmé. Quant à Anthony JW Derosa, coordonnateur mondial de Foundation Abake's, il a laissé entendre, vu l’organisation, qu’il est déjà excité pour la deuxième édition l’année prochaine

A.F.S.

En savoir plus...

Ludovic Dakossi, président de l’Aaecpa-Pa 80-90 : «Notre mission est d’apporter notre modeste contribution au développement du Bénin»

Ludovic-Dakossi

Dans un entretien qu’il nous a accordé, Ludovic Dakossi, président de l’Association des anciens élèves du collège Père Aupiais des promotions des années 80 et 90 (Aaecpa-Pa 80-90) a dévoilé les raisons qui sous-tendent cette association. Il a, par ailleurs, levé un coin de voile sur les activités à mener ainsi que les moyens dont dispose l’association pour atteindre sa mission. Lisez-plutôt !!!

Pourquoi une telle association et quelles sont les raisons qui ont milité à sa création?

Le collège Père Aupiais était un label en matière d'éducation au Bénin. Nous qui avions fait cet établissement, portons les marques de ce label-là. C'est pourquoi nous avons jugé, à l'heure où beaucoup parmi nous sont en pleine activité, à l'heure du déclin de la qualité de l'éducation, qu'il est nécessaire que nous nous donnions la main pour revaloriser un peu ce label. C'est donc indispensable pour nous de remplir notre mission comme l'a souligné Frantz Fanon. Notre mission, c'est d’apporter notre contribution à la marche de cet établissement. C'est aussi de poser des actes qui puissent impacter positivement et améliorer la qualité de l'éducation dans cet établissement, même au-delà. Notre mission, c'est également d'apporter notre modeste contribution au développement du Bénin dans le cadre de la promotion d'infrastructures sociocommunautaires et surtout, entretenir les relations fraternelles et amicales entre nous anciens élèves de Père Aupiais des années 80-90.

Parlez-nous de vos activités en vue ?

Je parlais tantôt de l'amélioration de la qualité de l'éducation. Pour y arriver, nous envisageons mettre en place un centre informatique, faire en sorte que les sources du savoir moderne puissent être disponibles au niveau du collège, encadrer l'utilisation de ces sources parce que science sans conscience n'est que ruine de l'âme. Il nous faut donc permettre aux jeunes d'être à la pointe de l'éducation. Nous envisageons aussi améliorer la qualité du service de banque de sang de Cotonou. Le liquide vital ne doit pas manquer. Et s'il est disponible, il faut faire en sorte qu'il soit accessible pour ceux et celles qui en ont vraiment besoin. Nous avons envie également d'honorer nos professeurs, ceux-là qui nous ont permis d'avoir une dose de connaissance. Ce sera à travers des activités que nous aurons à organiser à leur intention. Aussi, prévoyons-nous réaliser des infrastructures sociocommunautaires pour soutenir tous ceux qui sont dans le besoin.

Avez-vous les moyens de vos ambitions ?

Si ! Les moyens, nous en avons. Ce qui est fondamentale pour moi, comme moyen, ce sont les hommes. Et les hommes qu'il faut pour mener à bien ces activités existent. Ce sont les 277 camarades recensés samedi 28 juillet dernier lors d'une petite action que nous avons menée. Pour moi, c'est une mine d'or. Au-delà de ces 277 anciens élèves, il y a beaucoup qui sont à l'étranger, aux États-Unis, en Europe et partout en Afrique et qui soutiennent l'initiative. Ces personnes sont dans différents secteurs d'activités. Ces messieurs qui contribuent déjà de leur poche aux activités. Donc, les moyens, c'est d'abord la disponibilité des hommes. Je peux vous rassurer que ce n'est pas les moyens financiers qui manquent. C'est plutôt une question d'organisation. C'est avec les hommes qu'il faut gérer cela.

Pour clore cet entretien, un appel pour inviter les autres anciens élèves de Père Aupiais à rejoindre l’Association…

Nous avons créé deux forums Whatsapp qui nous permettent de garder les liens avec chacun. Sur ces deux forums, dont nous disposons aujourd'hui, nous avons environ près de 500 anciens élèves déjà inscrits. Nous savons que les promotions 80-90 sont plus nombreuses que ça. Alors, nous voudrons que tous ceux qui sont passés par Père Aupiais durant la période indiquée, se joignent à nous pour que nous puissions relever le défi ensemble. Car, l'éducation est à la base de tout. Par ailleurs, je voudrais rassurer que notre Association est apolitique. Elle ne sera pas une Association de plus. Car, il n'est pas question qu'à notre âge, nous nous réunissons pour nous amuser. Nous avons de fortes ambitions et nous allons les mettre en exécution dans les tout prochains jours.

Propos recueillis par : M.M.

En savoir plus...

Election à la Fédération béninoise de football : Une seule liste désormais en lice

Bruno-Didavi

(La liste de Didavi se retire de la course)
Deux listes devraient être en course pour la conquête du prochain Comité exécutif de la Fédération béninoise de football (Fébefoot). Mais désormais, il n’en reste qu’une. Celle du « Football Nouveau Départ » conduite par Mathurin de Chacus. En effet, dans un communiqué, Bruno Arthur Didavi, tête de la liste « Nouvel Élan », s’est retiré  de la course à la succession de Moucharafou Anjorin (qui a quant à lui décidé de ne pas se présenter).

Lire ci-dessous le communiqué de Presse

Dans le cadre du renouvellement du Comité Exécutif  de la FBF , AG élective prévue pour le 25 Août 2018, deux listes sont en compétition. Il s’agit de «Bénin Football -Nouveau départ» et de «Nouvel élan». Après une analyse de la situation et pour coller au rêve du Chef de l’État le Président  Patrice Talon de faire du sport un levier du développement économique de notre pays d’une part,  et du football béninois le fer de lance du sport d’autre part, nous, membres de la coalition  « Nouvel élan « décidons après réflexion et consultation et en vue de donner à la famille du football béninois sa chance de réussir cette mission contenue dans le Pag du gouvernement de la Rupture, de retirer purement et simplement  notre liste de la compétition du 25 Août 2018.

Cette décision, loin nous éloigner du football béninois, est notre contribution pour aider le football national à atteindre ses objectifs mieux  que par le passé.
C’est dans l’Union, la solidarité et la cohésion que nous allons développer le sport en général et le football en particulier.
Vive le football béninois.

Ont signé :
1- DIDAVI Bruno
2-  He AHOUANVOEBLA Augustin
3- Contrôleur général AGBOSSAGA Cesar
4- Sabi Oly Sekefou

Liste « Football Nouveau Départ » conduite par Mathurin de Chacus

Président : Mathurin de Chacus
1er Vice-président : Francis Koto Gbian
2e Vice-président : Magloire Oké
3e Vice-président : Pamphile Zomahoun
4e Vice-président : Guy-Marie d’Almeida
5e Vice-président :Ayéma Pedro
6e Vice-président : Firmin Akplogan
7e Vice-président : William Fangbédji
8e Vice-président : Valère Kakaï Glèlè

Membres :Radji Soumanou ; Imorou Bouraïma ; Wahab Adam Chabi ; Innocent Attindéhou ; Laurent Gnassounou ; Adrien Houndjinou ; Saka Oussou ; Bako Abdoulaye ; Marcellin Bocovè ; Floriane Afoutou

En savoir plus...

Audience au ministère des sports : Des échanges fructueux entre Laura Flessel et Oswald Homeky

Laura-Flessel-et-Oswald-Homeky

Le ministre des sports béninois, Oswald Homeky, a reçu en audience, son homologue de la France, Laura Flessel. Au cours de leur tête-à-tête, c’est le sport qui a été au menu des échanges. C’était vendredi 27 juillet 2018 dans les locaux dudit ministère.

Au cours de leurs échanges, les deux personnalités ont discuté sur plusieurs sujets portant sur le sport. Notamment, le programme d’inclusion sociale par le sport, les classes sportives, les associations sportives communales, les académies départementales, les infrastructures sportives, etc. Pour Oswald Homeky, les besoins du Bénin ont été exprimés en termes de compétence technique et en expertise. A l’en croire, cette visite marque le nouveau départ d’une coopération sectorielle qui se veut fructueuse. Le patron des sports béninois a laissé entendre que la ministre s’est engagée à accompagner et à soutenir le Bénin en mettant à disposition des experts et des formateurs qualifiés. Laura Flessel qui a foulé pour la première fois la terre de Gbèhanzin, s’est dite satisfaite de l’accueil hospitalier des Béninois. Dans son message, elle a affirmé être au Bénin pour échanger sur les programmes que la France met en œuvre pour faire du sport un vecteur de cohésion, d’intégration, et d’inclusion social. «Je porte un attachement particulier au partage, à l’acceptation de la différence et à la fraternité», dira la ministre Laura Flessel, qui a ajouté que le programme d’inclusion par le sport permettra aux personnes handicapées de partager des valeurs de savoir et du lien. Par ailleurs, elle a félicité le Bénin pour l’ensemble de ses initiatives et a salué l’engagement du ministre Homeky. C’est pourquoi, elle a fait savoir qu’elle sera heureuse de mettre son équipe au service de l’ambition du ministre béninois des sports pour construire ensemble des programmes de développement de la pratique du sport par tous et pour tous.

A.F.S.

En savoir plus...

Thématique de l’inclusion par le sport : La France aux côtés du Cnp-Bénin pour des objectifs communs

Cnp-Benin

En visite officielle de 72 heures au Bénin, la ministre française des sports, Laura Flessel a, au cours de son séjour, rencontré les membres du Comité national paralympique du Bénin (Cnp-Bénin).Les échanges ont porté sur la thématique de l’inclusion par le sport. C’était vendredi 27 juillet 2018 à l’Unafrica de Cotonou.

Un match d’exhibition de basket-ball sur fauteuils roulants (handi-basket). Voilà le cadeau symbolique que le Cnp-Bénin a offert à la ministre française des sports Laura Flessel. Une rencontre qu’elle a d’ailleurs suivie avec beaucoup de plaisir. Un honneur donc pour la famille de handisport du Bénin que, Abdel Rahman Barè Ouorou, président du Cnp-Bénin a reconnu. «La ministre nous a fait honneur en nous rendant visite. Cela marque la volonté de la France et de nos autorités de compter avec la thématique handicape», dira le président du Cnp-Bénin. A l’en croire, «cette thématique fait partie des Odds et le Bénin doit dit ce qui en a fait». Il a par ailleurs sollicité l’aide de la France en matériels et de renforcement de capacité. «Votre présence, on l’a gagnée en terme de plaidoyer et de lobbying. Ceci permettra aux autres handicapes encore en rade, de nous rejoindre pour que, par le sport, nous allions vers une société béninoise vraiment inclusive», a souhaité le président du Cnp-Bénin. «L’objectif de mon voyage est de parler du sport et d’inclusion par le sport», a rappelé la ministre Laura Flessel. Pour la ministre, sa vision est de valoriser la pratique des personnes handicapées et travailler avec les pays qui ont cet objectif. Cela permettra, selon ses propos, à la France de réaliser de très bons jeux paralympiques. «C’est de bonne augure pour 2024 parce qu’on a les Jeux olympiques et paralympiques», a renchéri Laura Flessel. «Nous allons travailler en toute fraternité et cet outil qu’est le sport, va nous permettre de renforcer nos liens sur la pratique et la thématique de l’inclusion par le sport», a rassuré la ministre française des sports Laura Flessel. Cette visite vient après le Challenge Bénin # Côte-d’Ivoire soutenu par la Coopération Suisse et la Société générale du Bénin (Sgb).

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

La Loupe : Le gouvernement préfère De Chacus

Mathurin-De-Chacus

Le gouvernement de la Rupture a eu raison de Moucharaf Anjorin. Pour ça au moins, on peut dire que c’est un pas vers l’avant. Un pas vers la révolution du football. Pourtant, il reste beaucoup à faire. Beaucoup à faire pour extirper définitivement le chic de l’orteil de notre football.
Et c’est là que le choix en catimini du gouvernement qui semble rouler pour la liste de Mathurin De Chacus a surpris plus d’un.
Tout le monde sait qu’il n’y a pas d’élection de l’équipe dirigeante de la Fédération béninoise de football sans l’implication du politique, donc du gouvernement. Surtout avec la circonstance des réformes auxquelles tient le pouvoir.
Tout le monde sait aussi que la liste opposée,  c’est à dire celle de Didavi est constituée des gens qui ont fait leur preuve sans pouvoir sortir le cuir rond de sa léthargie. Au contraire ils l’ont plongé.
Mais, venez, qui est De Chacus?
Est-il recommandable?
Dans quels domaines est-il jamais intervenu sans soulever la poussière microbienne?
Pour ceux qui ne le savent pas,  celui dont il s’agit est l’actuel Président des Dragons de l’Ouémé.
Avez- vous jamais entendu parler encore de ce jadis célèbre club?
Ils l’ont tué par leur médiocrité.
Ils l’ont assassiné par leur fragilité intellectuelle
Ils l’ont tué en le politisant à outrance.
De Chacus n’est pas incapable. C’est plus profond.
Il est un vide abyssale.
Dans tous les domaines.
Tout ce qu’il touche meurt éternellement.
Il parait qu’il est bien entouré. Qu’il sera encadré.
Je ris à gorge déployée.
Le chat cessera de poursuivre la souris, parce qu’il est déposé à l’église.
Quelle cécité!
Cela me rappelle Anjorin Moucharaf et Sébastien Ajavon.
Ajavon naïvement avait utilisé le même argument. On va bien l’entourer.
Voici où nous en sommes.
Le comble est que le coach de l’équipe de De Chacus, leur colistier n’a pour nom que Anjorin Moucharaf.
Et c’est ça que soutient le gouvernement?
Souhaitons malgré tout résurrection à notre football.
Seulement,  la situation ressemble à une malédiction.
De Chacus?
Mon Dieu!

Dine ABDOU

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !