TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Société

Invité sur le plateau de l’émission Actu Matin de Canal 3 Bénin : Le Dg/ Soneb rassure les Béninois de la disponibilité d’eau

david-babalola

L’émission « Actu Matin » de Canal 3 Bénin a reçu hier mardi 16 septembre 2014 comme invité, le Directeur général de la Société nationale des eaux du Bénin (Soneb). Pendant plus d’un quart d’heure, il a été question de la disponibilité ou non d’eau au Bénin. Dans son intervention, il a rassuré les Béninois quant à la qualité d’eau fournie par la société dont il a la charge. Les projets  en cous dans le secteur, à Cotonou, Porto-Novo, Djougou et d’autres villes du Bénin ont été passés au peigne fin. Enfin, le Dg Babalola a exhorté les clients, c’est-à-dire les Béninois à payer à bonne date leurs factures afin de permettre à la Soneb de bien les satisfaire dans les meilleures conditions car dit-il «l’eau doit payer l’eau».   

Dites nous, d’entrée monsieur le Directeur général de la Soneb, l’eau est-elle disponible au Bénin ?

Parler de la disposition de l’eau, ce n’est pas en cinq ou dix minutes. Mais je pourrais vous donner quelques chiffres qui permettrons de comprendre si l’eau est, disponible ou pas. En fait, en 1955, la quantité d’eau disponible pour chaque personne au Bénin était évaluée à six (06) millions de litre par an. Trente cinq ans après, c’est en 1990 quand nous avons repris la réévaluation, l’eau disponible pour chaque personne au Bénin est deux millions huit cent mille litres.  Alors, quand nous faisans la projection pour l’an 2015, nous constatons que malheureusement, l’eau disponible pour chaque béninois serait environ de un millions deux mille litres.

Cela veut dire que la quantité descend …

Voilà ….

Donc, on risque un jour de nous retrouver sans l’eau et vous, Directeur général de la Soneb nous dites qu’on a plus de quantité eau disponible pour servir la population

C’est justement ça la problématique. En fait, les besoins forcent mais la disponibilité est constante. C’est purement et simplement mathématique. La quantité d’eau disponible est peut-être la même sans tenir compte de ce que nous appelons aujourd’hui, changement climatique. Nos besoins augmentent au jour le jour. Et permettez-moi de dire, quand je dis, moins d’un million de litre par personne et par an, cela suppose les besoins agricoles, les besoins industriels, les besoins de l’artisanat et les besoins domestiques. Mais il y a encore d’autres problèmes. C’est de savoir si cette eau est disponible partout et de la même manière. Justement non !

Pourquoi ?

Si nous prenons le cas du Bénin, l’eau est beaucoup disponible au Sud, (c’est ce que nous appelons le sédimentaire) que dans le Nord ou dans le socle cristalique, dans les zones de Collines, de l’Atacora ou même une partie aussi du Borgou. C’est-à-dire, l’eau n’est pas géographiquement bien repartie. Maintenant, quand nous parlons de l’eau potable en milieu urbain, puisque c’est de ça qu’il s’agit, c’est de ça que la population a besoin, nous dirons qu’aujourd’hui, nous avons de l’eau  suffisante mais sa mobilisation pose problème.      
L’eau  suffisante, sa mobilisation pose problème. C’est ce qui explique les coupures dont  la population se plaint. On est sous la douche, on ouvre le robinet et plus rien
Pas nécessairement. Vous savez, il y d’abord la disponibilité et la mobilisation. Aujourd’hui, pour que vous ayez une idée nette, les besoins de mobilisation pour les populations urbaines s’élèvent à environ à soixante neuf millions de litre d’eau par an. Aujourd’hui, la Soneb arrive à mobiliser quarante-quatre millions par an. Vous voyez qu’il y a déficit. Chaque béninois où qu’il se trouve, il y a un déficit de mobilisation d’eau.  Si c’est à Cotonou, le déficit est effectivement criard. Et c’est pourquoi par moment, il y a toutes les conditions qui sont réunies, les équipements de la Soneb marchent convenablement,  nous avons de l’énergie disponible mais il y a des populations qui ne peuvent pas avoir de l’eau à des heures données. Parce que, il y a une heure de pointe. Pour tout consommateur, les gens ont besoin de l’eau pour aller au service. Quand tout le monde rentre dans la douche au même moment, les besoins montent techniquement.

Et qu’est ce qui est fait pour combler ce déficit ?

C’est justement pour cela que nous nous battons tous les jours. Tous les projets que vous voyez en cours d’exécution sur toute l’étendue du territoire se mobilisent pour combler ce déficit. Et c’est pourquoi, il y a une date que nous donnons aux populations, surtout celles de Cotonou. Vous avez vu les grands travaux qui ont été visités tout récemment par la Haute Autorité, ces travaux viennent pour combler justement tout le déficit et même créer une marge d’évolue.

Et la date, c’est quand ?

Pour nous, c’est le 30 novembre 2014 avec l’aide de Dieu. Nous avons mis en service des équipements qui sont en cours de réalisation. Maintenant, par rapport aux perturbations que vous notez ces derniers temps, c’est justement ça puisqu’on ne peut pas faire des omelettes sans casser les œufs. C’est-à-dire, nous avons démarré maintenant les phases de raccordement. Et vous avez l’obligation de nous accompagner aussi. Parce que la population doit comprendre qu’on ne peut pas raccorder pendant que l’eau serait en train d’être produite.
    
Justement, cette eau dont vous parlez, il y a parfois qu’elle présente des couleurs inquiétantes ?

L’eau de la Soneb ne doit pas inquiéter. Je vous rassure une fois encore pour plusieurs raisons. Vous savez, la première raison, le métier de l’eau est un métier de l’ordre, donc pas de négligence. La Soneb a pour attribution de donner l’eau potable en milieu urbain et semi urbain. Je précise bien, l’eau potable. On  a parlé de la disponibilité de l’eau mais on n’a pas précisé ça. Nous avons l’obligation de donner l’eau potable. Et c’est ce qui justifie que certaines populations constatent que l’eau passe devant leurs maisons mais n’arrivent pas à se raccorder comme les populations de Houèdo d’où nous tirons l’eau mais qui pendant des années, nous ne savons pas où les raccorder.

Pourquoi ?

Parce que cette eau n’est pas encore traitée. Donc, l’eau de la Soneb, c’est l’eau d’abord traitée. On évalue d’abord la qualité brute, on évalue et on traite. La Soneb est aussi contrôlée. C’est ce qu’on ne dit pas à la population. Le Ministère de la Santé est chargé de contrôler  la Soneb. Nous disposons de plusieurs laboratoires pour ces contrôles. Mais quand les gens constatent que l’eau  n’est pas peut-être bien, c’est pour plusieurs raisons. Et ces raisons, nous les avons expliquées à maintes reprises. Déjà, la question de déficit d’eau pose problème aussi. Parce que l’eau à une vitesse normale d’écoulement  au niveau de canalisation. Donc, il faut l’expliquer parce que, cette eau peut stagner. Quand l’eau séjourne longtemps dans les canalisations, et que nous avons de pannes, et que nous ne prenons pas toutes les dispositions, il peut arriver effectivement que cette eau devienne non colorée.

Lorsqu’elle est colorée, on peut donc la consommer ?

Oui, on peut la consommer parce que nous injectons un produit, qu’on appelle produit gendarme. Nous l’appelons hypocholie de calcium, justement pour ces cas. Ça anéantit les microbes et ça prévient la qualité de l’eau pendant des jours.

Donc, on n’a plus d’inquiétude à se faire ?

Vous pouvez la boire si elle vient de la Soneb et que vous êtes sûr qu’elle vient de la Soneb. Je vous rassure, la preuve et comme exemple, tous les bateaux qui viennent à Cotonou cherchent à venir s’approvisionner en eau potable de la Soneb.

Le coût de l’eau, c’est une plainte de la population. Que répondez-vous à la population sur le coût de l’eau, surtout à Porto-Novo ?

Tout à fait. Je suis bien placé pour parler de Porto-Novo.   Je connais le dossier de Porto-Novo. Premièrement, vous avez parlé du coût de l’eau. C’est un problème de tous les jours. Je reviens là-dessus et j’explique à la population que l’eau n’est même pas vendue. S’il faut vraiment parler, l’eau n’est pas vendue au Bénin. C’est les services de l’eau, c’est-à-dire, les prestations. Naturellement, pour produire l’eau, il faut de l’énergie. Dans le coût de revient d’un mètre cube d’eau, l’intrant essentiel qui est l’énergie électrique prévient au moins quarante pour cent. Donc, pour produire un mètre cube d’eau, il faut au moins, un kilowattheure d’énergie électrique et nous connaissons le prix. De la même manière, le produit dont nous venons de parler, les équipements, il faut les amortir. Les hommes qui travaillent, il faut payer leur salaire. Bref, c’est les services de recouvrement. Nous essayons de recourir les coûts pour recouvrir les charges. Donc, en aucun cas, on ne peut pas dire que l’eau coûte chère, mieux quand je fais la comparaison, et ça, beaucoup de gens était surpris de savoir que le litre d’eau coût moins d’un francs Cfa. Les gens ne sont jamais donnés la peine de rapporter le coût de l’eau au litre. Un litre d’eau potable coûte moins d’un francs Cfa. Vous trouvez par rapport à quoi l’eau est chère. Je crois que ce débat n’existe plus. L’eau n’est pas du tout chère au Bénin. Mieux, elle est de très bonne qualité.

Parlons de Porto-Novo, je profite de cette occasion pour expliquer aux populations de Porto-Novo qu’effectivement, il y a eu difficultés mais pas difficultés de qualité de l’eau, pas une difficulté de disponibilité de l’eau. L’eau à Porto-Novo est de bonne qualité. Mais il y a eu un problème d’accès. Le problème d’accès est dû au fait que les extensions ne sont pas réalisées. Alors, la Soneb entre temps, avait voulu prendre ce dossier en main et fait sur elle-même les extensions. Et a fait payer la population. C’était une décision quand même juste mais malheureusement, il y avait des situations qui n’ont pas permis à la Soneb d’avoir les moyens de réaliser  et de faire sa politique d’application. Mais progressivement, depuis que je suis là, on a commencé par régler ce problème. Aujourd’hui, je crois que nous avons encore vingt-huit kilomètres de cordons à poser pour régler définitivement le problème de raccordement d’accès. Donc, je prie les populations de bien vouloir encore patienter un temps soit peu. C’est vrai qu’elles ont payé et elles se plaignent et c’est à juste titre. A défaut d’avoir un projet, nous allons sur fonds propre régler ce problème de façon définitive.
 Vous allez régler progressivement le problème de Porto-Novo et le barrage de Djougou ?

Merci d’avoir évoqué le problème de Djougou et une fois encore, je vous invite à montrer quand c’est bon. C’est une occasion pour vous dire que vous faites de bon travail. Mais quand c’est bon, dites le aussi. Je suis parti de Djougou, 22 jours après l’ouverture et personne n’en parlent. C’est un phénomène naturel. On ne peut pas donner ce qu’on n’a pas. C’est un barrage et c’est pour retenir l’eau. Quand il pleut, il y a l’eau. Et quand vous buvez tout, il n’en aura plus. C’est ce qui s’est passé à Djougou. Le jour où je suis parti à Djougou. J’ai fini de parler avec la population de Djougou et avant d’arriver à Parakou, il y a pluie. On m’appelle pour dire que le barrage est encore rempli. Le lendemain, il y a eu une seconde pluie, et le barrage est encore rempli.

Donc,  c’est le fait de dame nature ?

Voilà ! Et qui ne dépend de personne. Mais ce qu’il faut dire pour régler le problème de façon durable, le projet est en cours d’exécution. C’est un grand projet de plus de six milliards.

Et il n’a pas de date. Cotonou est pour le 30 Novembre, Djougou, pas de date ?

Djougou, ce que je vous dirai, nous sommes à l’étape d’appel d’offre. C’est trop prétentieux de vous dire. Vous savez de quoi tout est fait. Vous savez ce que nous faisons aussi dans notre pays pour bloquer, pour retarder. Donc, il a des choses qui ne dépendent pas que de telle ou telle chose. Les facteurs externes, on ne peut pas  en parler. Pour Cotonou, on a pris une date parce que c’est des travaux en cours d’exécution. Des contrats sont signés. Et ça ne dépend que des entrepreneurs et des chimies de la Soneb. C’est pour ça que nous avons pris une  date. Et là encore, c’est sous la pression du Chef de l’Etat. Parce qu’en fait, les travaux devraient prendre fin en avril 2015 mais on nous a instruits  pour que nous ayons l’impact  de ce projet pour compter de janvier. Donc, les travaux vont se poursuivre mais nous allons remettre en service tout le système  pour qu’on puisse avoir effectivement l’impact. Il y aura les travaux de finition qui pourront se poursuivre au cours de l’année 2015 pour Cotonou. Mais pour Djougou, avec l’aide de Dieu, si nous arrivons à choisir de très bonnes entreprises, on leur donnera au maximum douze mois pour exécuter tous les travaux.

De l’eau potable disponible de façon disproportionnelle dans les différentes localités du Bénin. L’eau, lorsqu’elle présente une couleur inquiétante, il ne faut pas se lamenter pour la consommer, parce que la Soneb  travaille à ce que l’eau qui sort du robinet soit consommable. On retient que pour Cotonou, la date butoir est le 30 novembre 2014 pour permettre aux Béninois d’avoir l’eau de façon permanente. Quant à Djougou, elle peut encore attendre parce que c’est un projet. Bien d’autres localités seront prises en compte. Au niveau de la Soneb, tout roule comme sur des roulettes ?

Non ! On ne peut pas dire que tout roule comme sur des roulettes. Parce qu’il y a toujours de difficultés pour toute entreprise. Et l’une des difficultés, il faut que je profite de cette occasion pour  dire à nos chers clients de payer leurs factures à bonne date. Vous savez que l’eau doit payer l’eau. Et c’est l’eau qui supporte l’eau. Tous ces investissements, tous ces accompagnements, tout ça, relève  de la gouvernance sur l’eau. Et si l’eau n’est pas bien gouvernée, si l’eau est malade, c’est toute l’Afrique qui est malade. Et si la terre est malade, c’est tous les hommes qui sont malades. C’est le vrai principe et les gens doivent faire plus attention à l’eau. Vous savez, pour produire un kilogramme de riz, il faut 4500 litres d’eau. Pour produire un kilogramme de blé, il faut 1500 litres d’eau. Pour produire 10 tonnes de pétrole, il en faut 10 tonnes d’eau. Vous voyez l’importance de cette denrée qui est irremplaçable. A partir de cet instant, ne pas payer ses factures, c’est rendre malade la terre. Ne pas payer ses facteurs à bonne date, c’est rendre malade la Soneb. Et quand la Soneb est malade, c’est l’eau qui est malade. Et si l’eau est malade, c’est nous tous qui sommes malades. C’est de ça qu’il s’agit. Vous avez parlé des projets, il y en a partout. C’est à nous d’en décider. Il y aura cette année des projets à Kétou, à Malanville, à Grand-Popo, à Comé. Il y a des projets un peu partout. Les grands projets qui démarrent cette année, c’est ça que je viens de vous citer. Il y a des projets qui sont encore en gestation. Donc, accompagnez nous pour que nous soyons bien vis-à-vis de nos Partenaires Techniques et Financiers sans lesquels nous ne pouvons pas aller loin.   

Transcription : Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Polémique autour de la qualité des œufs importés Sébastien Ajavon rassure les consommateurs

sebastien-ajavon

(Le Groupe JLR Sa entre bientôt dans la production)
L’Administrateur du Groupe JLR Sa a éclairé l’opinion au sujet de la polémique alimentée depuis plusieurs jours autour des œufs importés. Face à la presse mardi 16 septembre 2014 au Bénin Marina Hotel, Sébastien Ajavon a rassuré les consommateurs sur les œufs commercialisés par le Groupe JLR Sa et annoncé pour bientôt son implication dans la production locale.


Les marches et commentaires à propos des œufs importés n’ont aucun fondement à en croire l’Administrateur du Groupe JLR Sa, Sébastien Ajavon. Selon lui, l’importation des œufs au Bénin ne viole nullement les textes existants, ne constitue en rien un danger pour la consommation et ne gêne aucunement la production locale. A travers une conférence de presse hier, il a battu en brèche les insinuations propagées par des «producteurs animés de mauvaise foi ou visiblement mal informés». L’homme d’affaires Sébastien Ajavon a montré que l’objectif de JLR Sa est de mettre en place les conditions nécessaires afin d’assurer à terme la production  et la mise en marché d’œufs de table en quantité suffisante et de qualité meilleure au coût accessible.

La polémique…

Il faut rappeler qu’en 2005, l’Association nationale des aviculteurs du Bénin (Anab) a demandé à l’Etat de l’aider en arrêtant l’importation des œufs. Le principal importateur d’alors, Cajaf-Comon avait pris une décision assortie de plusieurs engagements de certaines structures parties au protocole d’accord. Selon  Sébastien Ajavon, 10 ans après la signature de ce mémorandum, les besoins de la clientèle ne sont toujours pas satisfaits. Pire, le contrôle des services vétérinaires pose problème. A entendre l’Administrateur du Groupe JLR Sa, l’Etat a démissionné et il n’existe plus de vétérinaires, même pour les dépotages.  Une situation qui influe sur la qualité des matières premières utilisés par les aviculteurs. C’est dire que les engagements pris par l’Anab et l’Etat, notamment la Direction de l’élevage du ministère de l’Agriculture ne sont pas respectés.
Face à ce tableau peu reluisant, les activités de JLR Sa interviennent pour redorer le marché local. Mais les aviculteurs les ont interprétées autrement. Il faut noter que le mémorandum avait une portée limitée car il n’interdit pas l’importation des œufs à toutes les sociétés exerçant au Bénin existantes ou à venir. Ce qui veut dire que déclarer que l’importation d’œufs au Bénin est une activité illicite comme l’ont fait des aviculteurs en parlant d’«importation frauduleuse» n’est pas juste à en croire l’homme d’affaires Sébastien Ajavon. Il a montré que l’importation actuelle des œufs réfrigérés a été réalisée par la société VAD et non par le Groupe JLR Sa comme tentent de le faire croire les mêmes aviculteurs. « La société VAD s’est appuyée sur le circuit de distribution de JLR en lui vendant ses produits ; à charge pour JLR de les commercialiser», a-t-il clarifié.

Un test pour évaluer...

L’Administrateur de JLR Sa a par ailleurs fait remarquer que les activités de sa structure constituent un test d’évaluation. Elles devront permettre de découvrir réellement la capacité de consommation du Bénin. Les résultats de ce test conditionneront la production et la mise en marché d’œufs en quantité suffisante et de qualité meilleure à moindre coût. A ce propos, Sébastien Ajavon a soutenu que contrairement aux rumeurs et mensonges ventilés, les œufs importés sont de bonne qualité. « Au réfrigérateur, l’œuf se conserve pendant plusieurs semaines toute sa fraicheur et ses qualités organoleptiques. Il n’est donc pas juste d’affirmer que les œufs  conservés par le froid perdent leur bonne qualité», a-t-il souligné. Et d’ajouter que les œufs commercialisés par JLR Sa ont été bel et bien analysés par le Laboratoire central de contrôle de la sécurité sanitaire des aliments du ministère de l’Agriculture. Le conférencier a aussi  laissé entendre que les activités actuelles de JLR Sa influenceront l’implantation prochaine d’une unité industrielle de production d’œufs. Sur ce point, Sébastien Ajavon a persisté et signé : « j’informe que je vais passer à la vitesse supérieure et j’informe les consommateurs que je m’apprête à rentrer dans la production».

Le combat judiciaire…

Face aux médias, l’Administrateur de JLR Sa a informé que sa société a 8 conteneurs au Port de Cotonou pour lesquels des autorisations ont été régulièrement données ; des conteneurs, a-t-il précisé, qui ne sont pas encore dépotés bien que les autorités compétentes aient été informées. Il a annoncé avoir déjà saisi la justice pour que la situation soit décantée pour le bonheur des consommateurs. Seulement l’homme d’affaires a mis en garde  les institutions étatiques en  soulignant qu’au cas où ses produits subiront des dommages, la responsabilité du Bénin sera engagée.

Mike MAHOUNA                   

En savoir plus...

Mairie de Cotonou : Les jeunes sacrifiés, les personnes âgées promues

mairie-cotonou

Les Soglo gèrent très mal les ressources humaines de  la mairie de Cotonou. Ils préfèrent la collaboration des « vieux pères », c’est-à-dire des retraités au détriment des jeunes.

Incroyable, mais vrai. Léhady Vinagnon Soglo 1er Adjoint au maire de Cotonou et cheville ouvrière de la plus grande municipalité du Bénin donne sa bénédiction à des nominations qui éliminent systématiquement des jeunes parfois expérimentés. Sinon, comment comprendre que la promotion des personnes âgées et surtout celle des retraités soit faite au détriment des jeunes. On distingue souvent  parmi ces jeunes, des cadres très compétents et très expérimentés prêts à  apporter  tout leur savoir-faire à la municipalité pour qu’elle  réduise  les difficultés auxquelles est confrontée la  ville de Cotonou. Seulement, contre toute attente, 67 contrats à durée déterminée dont la plupart appartenaient à des jeunes ont été résiliés. Motif, en 2012, l’autorité municipale a mis en place un plan social en vue de réduire les charges salariales. Pendant ce temps, plusieurs retraités dont l’ancienneté à la mairie varie de 02 à 10 ans sont en poste. Malgré cela, les dettes dues au personnel dépassent le milliard de F Cfa.

Obligation de respecter la légalité

Le maintien en fonction des cadres retraités depuis 2013 est une irrégularité que la  mairie ne pourra pas justifier au regard des dispositions légales et règlementaires. Selon l’article 161 de la loi n° 86-013 du 26 février 1986, portant Statut général des Agents permanents de l’Etat: « l’Agent permanent de l’Etat ne peut être maintenu en fonction au-delà de la limite d’âge de son emploi ; il est alors admis à la retraite». L’article 19 du décret N° 2001-412 du 15 octobre 2001, portant statut du Secrétaire général de Mairie prescrit la cessation d’activités par la retraite. Alors qu’en son article 13, la loi N° 2011-20 du 12 octobre 2011  portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin proscrit le maintien au poste du fonctionnaire après son admission à la retraite. Il stipule : « l’agent de l’administration admis à la retraite ou  démissionnaire ne peut exercer des activités professionnelles directement liées aux fonctions qu’il assurait quand il était en poste qu’après un délai de cinq ans, sauf dispositions contraires des statuts  particuliers régissant certaines professions ». Bien que tous les textes cités ci- haut soient clairs, le maire et son 1er Adjoint continuent de s’offrir les services de nombreux retraités. Loin de nous toute polémique générationnelle. Mais, il est incompréhensible que Léhady Vinagnon Soglo qui est un jeune leader malgré sa longue expérience dans l’arène politique et de gestion de la plus grande mairie du Bénin préfère des personnes âgées aux jeunes. C’est pourquoi, il doit sans délai, prendre ses responsabilités en mettant fin aux contrats qui sont en cours d’expiration et faire appel à la jeunesse consciente. Le positionnement des jeunes cadres va insuffler beaucoup d’énergie  aux ressources humaines de la municipalité de Cotonou. il n’en sera pas de même  si les nouveau retraités qui frappent à a porte: Mme Berthe Biadja, Sga, M. Marcel Atodjinou, Chef du  service de la fiscalité et Mme Noëlie Apithy Secrétaire générale.

Lire ci-dessous la liste des retraités :

Nom et prénoms

Fonctions ou attributions

Service

Ancienneté à la Mairie

Date d’expiration du contrat en cours

observations

CABINET

CAKPO-TOZO Edmond

Directeur de Cabinet

Cabinet

10ans

28/02/2014

 

VIGBE Sessou Adjaka Prosper

Contrôleur Général des Services Municipaux

CGSM

10ans

28/02/2014

 

HOUNTOMEY Justin

Chargé de Mission à l’économie et aux Finances

Cabinet

9ans

-

Le contrat de l’intéressé qui court depuis le 1/10/2006 comporte une clause de tacite renouvellement.

DEGBE Marcelin

Chargé de Mission aux Affaires Politiques

Cabinet

04ans

31/12/2013

 

CLEDJO Flavien

Directeur de la Police Municipale

DPM

03ans

31/03/2014

 

FRANCISCO Marius

Chargé de Mission aux relations internationales et à la coopération décentralisé

Cabinet

02nas

06/05/2014

 

AZANNADJE Léandre

Agent d’appui au CGSM

CGSM

02nas

31/03/2014

 

DAN Claude

Agent de sécurité

Cabinet

10ans

28/02/2014

 

SECRETARIAT GENERAL

ALIDOU Mouftaou

Directeur des Services Economiques et Financiers

DSEF

10ans

31/03/2014

 

DAKPO Coovi Gildas

Chef de la section solde et accessoires de salaires

DSEF (SBC)

06ans

01/06/2014

 

TCHEGBE Lamy

Chauffeur

DST

 

28/02/2014

 

DELE Hyacinthe

Agent d’appui à la prise des actes de carrières des agents

DRH

09nas

31/03/2014

 

GUEZODJE Martin

Agent à la section solde

DSEF (SBC)

 

31/10/2013

Contrat expiré

En savoir plus...

Négociations gouvernement-Confédérations syndicales : L’intégralité des défalcations de 2012 payée fin septembre

syndicats-gouvernement

Le gouvernement et les confédérations syndicales s’étaient à nouveau retrouvés, hier lundi 15 septembre 2014, à l’Infosec de Cotonou, pour poursuivre les négociations en vue d’une satisfaction de la plateforme revendicative des travailleurs. A l’issue des échanges, le gouvernement s’est engagé à rétrocéder d’ici à la fin de septembre les défalcations sur  les salaires de 2012 opérées pour fait de grève.
La rétrocession des défalcations opérées sur les salaires en 2012, la question relative aux 1.25 d’augmentation d’indice salarial pour les enseignants, la sédentarisation des vacataires, la paralysie des activités dans le secteur de la santé et l’élaboration d’un mécanisme permanent en vue d’une négociation permanente, ce sont les cinq points qui ont été débattus, hier, lors des négociations entre gouvernement et centrales syndicales. C’était à l’infosec de Cotonou. Présidée par le ministre d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur, François Abiola, la séance a connu la présence de plusieurs ministres du gouvernement, membres de la Commission nationale permanente de concertation et de négociations collectives. Malgré l’atmosphère tendue et la mésentente entre le Secrétaire général de la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) et ses pairs, des approches de solutions ont été apportées aux différents points de revendication inscrits à l’ordre du jour. Au terme des échanges, le gouvernement a décidé de rétrocéder les défalcations sur salaire  opérées au titre de 2012  à la fin du mois de septembre 2014. En ce qui concerne la question relative aux 1.25 d’augmentation d’indice salarial pour les enseignants, le gouvernement a enfin reconnu la justesse de cette revendication  en promettant de mettre en place une procédure, au plus tard, lundi prochain, pour donner satisfaction aux enseignants. Le troisième point est celui relatif à la sédentarisation des vacataires. Sur ce point, le gouvernement et les centrales syndicales ont convenu de la mise sur pied d’un comité de cinq (05) membres pour procéder au recensement des vacataires concernés. Ce comité sera composé de deux représentants des Centrales syndicales, des Directeurs des ressources humaines des ministères de l’Enseignement secondaire et de la Fonction publique et du Directeur exécutif du Budget. La paralysie des activités dans le secteur de la santé a été aussi évoquée tant l’Administration pourrait connaître une grève sans service minimum à partir du 23 septembre prochain. Le gouvernement a alors exhorté les confédérations syndicales à se rapprocher des membres de l’Intersyndicale des ressources humaines de la Santé afin de les convaincre à prendre encore patience. Pour le gouvernement, les revendications des agents de la santé ne sauraient être satisfaites dans l’immédiat mais elles seront prises en compte.  Le gouvernement a donc invité les agents de la santé à continuer à s’occuper des patients pour éviter les « hôpitaux morts » aux populations. Le dernier point est celui relatif à l’élaboration d’un mécanisme permanent en vue de gérer de façon permanente, les problèmes des travailleurs. Il faut dire que le gouvernement a démontré la pertinence de cette revendication avant de promettre de l’analyser lors des prochaines négociations. Notons que c’est avec une grande satisfaction que les centrales syndicales ont salué la volonté du gouvernement d’assurer aux apprenants, une rentrée apaisée. Cependant, la Cstb n’entend pas laisser tomber la menace tant que les autres points n’auront pas été satisfaits même s’il est prévu que les deux parties se retrouvent lundi prochain pour poursuivre les négociations sur les autres points de la plate forme revendicative, notamment sur la question de sédentarisation des enseignants vacataires, le relèvement du point indiciaire.

Les querelles entre les syndicalistes refont surface avec Essè Iko…

Après Emmanuel Zounon de l'Union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin (Unstb), c’est Paul Essè Iko de la Cstb qui s’oppose à ses pairs de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb), de la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin), de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin), de la Centrale des syndicats unis du Bénin (Csub) et de la Centrale des syndicats de secteurs privé et informel du Bénin (Cspib). En effet, le climat s’est détérioré entre eux lorsque Dieudonné Lokossou de la Csa-Bénin a exigé le respect du nombre de membres par les Centrales syndicales devant siéger au sein de la Commission nationale permanente de concertation et de négociations collectives. Ce qui a fait sortir le Sg/Cstb de ses gongs car il était contraint de faire sortir de la salle, quelques-uns de ses collaborateurs. Une divergence a été également constatée au niveau des revendications car la Cstb exige en plus des points connus des autres confédérations, le limogeage du préfet Placide Azandé, du Commissaire Pierre Agossadou ainsi que le retrait de la loi sur le retrait du droit de grève aux magistrats. De sources proches des Centrales syndicales, la Cstb n’a pas encore digéré la façon dont les autres confédérations syndicales avaient suspendu leur participation à la dernière grève générale dans l’Administration.

 Aziz BADAROU

Impressions au terme de la rencontre

Paul Essè Iko (Cstb) : « Le gouvernement fait encore du dilatoire»
Je pus dire que, encore une fois, nous sommes au dilatoire. Ça fait au moins deux ans que nous parlions des 1.5. C’est aujourd’hui maintenant que le gouvernement dit qu’il a compris. Nous avons été au palais de la présidence, on a expliqué tout à M. Yayi Boni. C’est aujourd’hui que le gouvernement dit que c’est maintenant que les enseignants réclament l’extension des 25% parce que les enseignants aussi sont de l’Administration publique. En ce qui concerne le reversement des vacataires, le gouvernement n’a rien compris jusqu’à maintenant. Et il a fallu qu’on parle longtemps avant que cette commission ne soit mise en place. Donc, on a fait du dilatoire. Mais nous, nous leur avons expliqué la nécessité que les vacataires puissent devenir des Agents permanents de l’Etat parce qu’il en a qui ont déjà fait plus de 10 ans, 15 ans et qui sont dans la précarité. Mais c’est eux qui préparent nos enfants au Bepc et ils réussissent. Après, ils prennent nos élèves au Bac et on commence par les payer au mois. Le ministre de l’Enseignement secondaire nous a précisé que sans les vacataires, on ne peut rien à l’Enseignement secondaire. Malgré ça, il continue de tourner en rond. Et c’est maintenant qu’il faut mettre en place un comité et ce comité devra faire le recensement sur la base de celui que le ministre aurait déjà fait alors que le ministre de l’Economie et des finances sait très bien combien de gens lui il paie. Le recensement, si ça doit durer longtemps, nos camarades vont continuer de souffrir. Nous disons qu’il peut accélérer cela sinon que nous, à la Cstb, on ne parle pas de rentrée. Si on met la rentrée comme épouvantail, de toutes les façons, la rentrée sera bien perturbée et sera perturbée pour plusieurs raisons. On a besoin du recrutement des enseignants de qualité dans le secondaire, on a besoin du recrutement des enseignants qualifiés dans l’Enseignement maternel et primaire. Il y a onze mille enseignants qui ont été formés et on ne veut pas les recruter. On dit qu’il faut des concours et on sait très bien que les concours aujourd’hui dans notre pays sont des concours frauduleux, c’est des concours de népotisme. Nous disons que l’Etat est souverain, il peut et il doit regarder ceux dont l’enseignement a besoin et pour les recruter. De plus, ce n’est pas seulement de ces problèmes qu’il s’agit. Après les grèves, il y a eu des problèmes pendant qui sont nés. L’inapplication du code de travail qui permet de désigner des gens qui ont un pour cent pour aller au Conseil économique et social. Lorsqu’on a voulu commencer, ils ont réclamé qu’on applique le texte sur la représentativité, la Cstb à cinq, et les autres, ainsi de suite. Nous, on a demandé et nous exigeons que ce problème puisse être pris en compte à savoir, l’application et le respect du code de travail ; plein d’autres revendications sont là que nous avions peaufinés, il y a les camarades de la santé et nous savons qu’ils ont aujourd’hui en grève et qu’ils vont encore en grève dès le lundi prochain. Il y a les camarades du développement rural, il y a les camarades de  l’Administration publique qui ont besoin de recrutement. Même dans l’enseignement primaire, il faut que le gouvernement mette en place très rapidement et chaque fois les subventions pour qu’il n’y ait pas manque de craies et autres accessoires de travail. Nous devons nous occuper de la gestion des établissements, de la gestion de notre pays. Ce n’est pas uniquement les enseignants. Mais le vrai fond du problème, c’est quel pouvoir nous faut-il pour la satisfaction de nos revendications.


Pascal Todjinou (Cgtb) : «  il faut saluer la volonté du gouvernement »
Le principe est retenu, les défalcations opérées en 2012 seront restituées en bloc sur les salaires de septembre 2014 la deuxième chose qui concerne les 1.25 des enseignants, nous avons finalement fait comprendre au gouvernement que c’était de l’injustice et cette injustice a été finalement comprise par le gouvernement. On a convenu, maintenant que le lundi prochain, il faut qu’on se penche sur le processus à engager pour faire jouir aux enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire, l’extension des 1.25 d’augmentation d’indice salarial. Comme vous le savez, la question de sédentarisation est une question très délicate mais très importante pour les intéressés. C’est pour ça que nous avons mis en place un comité composé des Directeurs des ressources Humaines (Drh) des ministères de l’Enseignement secondaire, de la Fonction Publique, du directeur de l’Exécution du budget et d’un représentant des Confédérations et Centrales Syndicales. En ce qui concerne la question de la santé, nous avons insisté pour que les revendications des paramédicaux soient réglées et je crois que, le gouvernement à pris l’engagement de reprendre l’angle avec les intéressés pour qu’il n’y ait pas mort d’homme dans nos hôpitaux. Mais si, il y a mort d’homme, ce sera la faute du gouvernement.

Dieudonné Lokossou : « La question des 1.25... le gouvernement a compris la justesse»                 
 Tout a été déjà dit, les défalcations opérées sur les salaires de 2012 seront restituées sur les salaires du mois de septembre 2014. La question des 1.25 a été abordée et le gouvernement a compris la justesse de la revendication. D’autres points ont été également évoqués et les négociations se poursuivront, lundi prochain. Il faut reconnaître que le gouvernement a manifesté sa volonté de satisfaire les revendications pour une rentrée apaisée.

En savoir plus...

Construction du pont d'Athiémé : Les travaux peinent à démarrer

pont-athieme

Un mois après leur lancement officiel, les travaux de construction du pont d’Athiémé peinent toujours à démarrer. Ce qui amène les populations de Mono et du Couffo à  douter des déclarations faites par le Chef de l’Etat lors du lancement.

Lancés officiellement depuis le 11 Août passé à lokossavi, un village de la commune d'Athiémé situé au bord du fleuve Mono par le Dr Yayi Boni le démarrage des  travaux de construction du pont d’Athiémé ont  toujours du plomb dans l’aile. Pas un seul coup de pioche depuis cette date et les travaux de construction de ce pont qui devrait servir de trait d’union entre certaines localités frontalières entre le Bénin et le Togo ne semble  véritablement préoccuper jusqu’à nos jours l’entreprise en charge de sa construction. En effet ce pont se localise précisément entre  le Bénin et le Togo à hauteur d'Athiémé au Bénin et Agomè Glozoun. Selon les propos du Chef de l’Etat au cours de la cérémonie du lancement les travaux de la construction étaient programmés pour démarrer la semaine après. Mais malheureusement ces travaux  peinent à prendre corps contrairement aux discours du Chef de l’Etat. Par ailleurs selon les propos du maire, Dakpè Sossou de la commune de Lokossa, les multiples déplacements du Président  Yayi Boni  dans les départements du Mono et du Couffo, durant le mois d’Août écoulé n’ont pu permettre relancer véritablement lesdits travaux.  En outre en marge des travaux de la construction du pont le Chef de L’Etat avait également promis de la lumière aux villages, Yayi Boni lors du lancement des travaux, avait promis aux habitants des villages touchés par la réalisation des travaux, de l’électricité juste une semaine après son départ. Mais un mois après, rien n’a été fait à cet effet, remettant ainsi en doute, les promesses du premier magistrat du pays. Ces populations sont toujours dans l’obscurité et les travaux de construction du pont n’ont même pas démarré. Et du côté de l'entreprise adjudicataire, c'est également le statut quo; pas un convoyage de matériels de travail et pas un coup de pioche. Les populations villageoises qui voyaient leur rêve se réaliser surtout par rapport à l'électricité se résignent désormais. Pendant ce temps, le Président de la République lance d'autres travaux de construction.

Emile AMAH

En savoir plus...

Dr Gérard Aïvo à propos de la lutte contre le terrorisme en Afrique : «Le Bénin… doit investir dans la surveillance des frontières»

dr-aivo

Le monde entier revit ce jour, les moments tristes des attentats du 11 septembre 2001. Cela fait exactement 13 ans que les Etats-Unis ont subi l’une des attaques les plus planifiées de l’histoire. Près de 3000 personnes avaient péri. A l’occasion de la commémoration de ces évènements, le Docteur en Droit international, Gérard Aïvo a accordé une interview à votre journal. Dans  l’entretien, il a analysé les choix opérés par les Etats-Unis en réponse aux attaques et la bataille engagée contre le terrorisme international.  L’universitaire a aussi suggéré des solutions aux Etats africains, dont le Bénin, qui craignent ou affrontent déjà le terrorisme. Lire l’interview.
Matin Libre: Quels souvenirs gardez-vous des attentats contre le Word Trade Center?

Dr Gérard Aïvo: Le 11 septembre 2001 est une date mémorable pour toute personne ayant suivi les évènements inédits qui se sont déroulés ce jour là aux Etats-Unis. Les attentats terroristes perpétrés par les membres du groupe Al-Qaïda contre les tours jumelles du World Trade Center à New-York et le Pentagone (Département de la Défense) à Washington, ont frappé les esprits en raison du pays dans lequel ils ont eu lieu, de la manière dont ils ont été préparés et exécutés, et de l’envergure des dégâts. Il faut préciser que le terrorisme n’est pas un fait nouveau. Il a toujours existé notamment au sein des Etats, puis il s’est internationalisé et s’est perfectionné. Cependant, il n’y avait jamais eu un attentat d’une telle ampleur opéré avec autant d’ingéniosité : les Etats-Unis sont le pays le plus sécurisé du monde, et pourtant, les attentats y ont été préparés et exécutés en utilisant des avions de ligne internes du pays. De plus, les symboles économique, politique et stratégique des Etats-Unis ont été visés et touchés de manière spectaculaire. Je rappelle que ces attentats ont fait près de 3000 morts, plusieurs milliers de blessés, et des dégâts matériels et financiers considérables. Le World Economic Outloook du Fonds monétaire international de décembre 2001 portant sur « The Global Economy After September 11 », a estimé les dégâts matériels et financiers à environ 24, 1 milliards de Dollars américains. Manifestement, le but d’Al-Qaïda était de frapper durablement les esprits et de se donner de la visibilité : on peut dire que cet objectif a été atteint de manière abominable.

Suite à ces attaques, les Etats-Unis ont engagé la bataille contre le terrorisme en Afghanistan, en Irak et dans d’autres Etats. Est-ce la meilleure manière de réprimer le phénomène ?

Quand la Première puissance militaire du monde est ainsi attaquée sur son territoire dans des domaines aussi essentiels que l’économie, la sécurité et la Défense nationale, par des entités non étatiques, cela est vécu par les Etats-Unis comme une humiliation. Logiquement, cela ne peut rester impuni. La vive émotion suscitée par ces attentats a généré une solidarité spontanée de la communauté internationale envers le peuple américain et un soutien total à toutes actions visant à réprimer les auteurs et leurs complices. Forts de ce soutien, les Etats-Unis ont déclenché la guerre contre le régime des talibans en Afghanistan qui soutenait logistiquement Al-Qaïda et lui servait de refuge. Cette guerre punitive nous semble politiquement justifiée.
Toutefois, depuis les attentats du 11 septembre 2001, les autorités américaines déclarent mener une « guerre globale contre le terrorisme ». Cette terminologie est juridiquement inappropriée car on peut mener une « lutte » contre le terrorisme, mais par une « guerre » : la première étant différente de la seconde dans ses moyens et ses méthodes. Le travail fouillé des services de police et de renseignement, la coopération entre les Etats dans les domaines de la formation, de l’échange d’informations et de l’appui logistique, les attaques ciblées contre les groupes terroristes (surtout leurs dirigeants), sont les moyens les plus appropriés et les plus efficaces pour lutter contre le terrorisme. L’assassinat de Ben Laden (le 02 mai 2011, Ndlr) par une opération commando américaine au Pakistan illustre bien notre analyse. Cependant, lorsque les groupes terroristes recourent aux moyens et méthodes de guerre, une riposte de la même nature peut être nécessaire comme ce fut le cas au Mali où le déploiement de la Mission Internationale en Soutien au Mali (MISMA) avec l’appui militaire déterminant de la France (Opération Serval) a permis de repousser les groupes terroristes (MUJAO, ANSAR DINE, AQMI etc.) qui avaient occupé militairement le nord du pays. C’est également le cas actuellement en Irak où le groupe terroriste « Etat islamique en Irak au levant » (EIIL) a lancé avec un certain succès, une opération militaire d’envergure contre le pays dont il occupe une partie importante du territoire. Le recours à la guerre aérienne par les Etats-Unis pour stopper leur avancée, les éliminer ou au moins les disperser, est parfaitement justifié et approprié. D’autres Etats s’apprêtent à apporter leur soutien à cette lutte contre l’EIIL.
En revanche, le recours systématique à la guerre et à la pratique de la torture sous prétexte de lutte antiterroriste dans certains pays comme l’Irak en 2003, est juridiquement contestable, psychologiquement contreproductif et militairement inefficace. C’est pour remédier à cela qu’actuellement les Etats-Unis privilégient principalement des attaques ciblées avec l’usage des drones qui bénéficient d’un investissement financier et logistique conséquent sous la présidence Obama. Néanmoins, l’efficacité d’une telle méthode est tributaire de la fiabilité des renseignements recueillis par les services compétents des Etats-Unis (FBI, CIA), de la précision des tirs et de la collaboration des pays tiers à partir desquels les terroristes opèrent.

Aujourd’hui, on a l’impression que le terrorisme prend de l’ampleur dans le monde entier. Qu’est-ce qui justifie cela ?

A mon avis, l’ampleur du terrorisme dans le monde est due d’abord à la fin de la guerre froide entre les Etats-Unis et l’ex-URSS. Car cette guerre idéologique fédérait et cristallisait chaque bloc contre le bloc ennemi avec la tutelle des deux grandes puissances. Mais l’effondrement de l’ex-URSS a libéré les intérêts particuliers des Etats qui doivent désormais faire face à leurs préoccupations nationales. Le défaut d’ennemi extérieur fédérateur des acteurs nationaux, va mettre en exergue les problèmes internes des Etats (politiques, économiques, ethniques, etc.), accentuer les dissensions et générer des groupes armés ou des mouvements terroristes. Aujourd’hui, la religion et le refus de la différence (l’intolérance à l’égard d’autres religions ou cultures) jouent un rôle fondamental dans la multiplication, la radicalisation et l’internationalisation des ces mouvements terroristes. La domination économique, militaire et culturelle des pays occidentaux est souvent un élément fédérateur de ces groupes qui, pendant longtemps ont concentré l’essentiel de leurs attaques contres les puissances occidentales, avant de trouver maintenant un nouvel « Eldorado » en Afrique.  

L’Afrique de l’Ouest est aujourd’hui fortement menacée. Outre le terrorisme islamiste qui frappe le Nord-Mali, le Nigeria, notre voisin de l’Est est en proie à une violence inouïe. Le Bénin est-il menacé ? Si oui, quelles sont les actions préventives que vous conseillez aux décideurs politiques ?

Il n’y a pas que l’Afrique de l’Ouest qui est menacée. L’Afrique du Nord, l’Afrique Centrale (notamment le Cameroun) sont aussi touchées. Aucun pays n’est à l’abri du terrorisme. Le choix des pays d’attaque par les groupes terroristes est juste une question de stratégie politique, d’opportunité et de facilité ou une stratégie de communication. Si actuellement les mouvements terroristes se renforcent en Afrique et mènent des attaques contre des autorités, des institutions et surtout les populations africaines, c’est parce qu’ils y trouvent une opportunité et une facilité : opportunité offerte par la déstabilisation de la Libye et le pillage de ses armes ; puis la facilité opérationnelle qu’offre la fragilité politique, institutionnelle et militaire des pays africains qui n’ont pas tous les moyens de garantir la sécurité sur l’ensemble de leur territoire. C’est dans les zones grises que s’installent ces groupes pour mener leur attaques et, chose nouvelle, pour tenter de conquérir l’Etat afin d’y instaurer la Charia.
Concernant les solutions qui peuvent être suggérées, il convient de mettre l’accent sur le renforcement des capacités des Etats africains en matière de lutte antiterroriste, plus précisément dans les domaines du renseignement, de l’enquête, de l’échange d’informations entre les Etats. En outre, ces Etats, y compris de Bénin, doivent investir dans les moyens techniques et logistiques de surveillance des frontières, des groupes criminels, de contrôle de la contrebande d’armes et de produits illicites susceptibles de favoriser le financement des mouvements terroristes. Enfin, au-delà des normes internationales de lutte contre le terrorisme (insuffisantes et lacunaires), il est primordial que tous Etats se dotent d’un arsenal juridique adéquat au plan national en matière de répression du terrorisme. Ce qui n’est pas le cas actuellement, notamment dans les pays africains. Le Bénin doit se mettre à jour sur les plans juridique et logistique, former ses personnels en matière de lutte antiterroriste et mener une veille permanente. Voilà quelques pistes de solutions qui, à défaut d’éradiquer le phénomène, peuvent permettre de l’endiguer.

Propos recueillis par Allégresse Sassé

Gérard AÏVO est Docteur en droit international public. Il est Chercheur associé au Centre de droit international de l’Université Lyon 3 (France). Membre du Centre de droit constitutionnel (UAC-Bénin), il est aussi Enseignant-Chercheur à l’Université d’Abomey-Calavi.


Le 11/09, l’attaque qui a tout chamboulé


Towers 911-939cfLes attentats du 11 septembre (11/09) ont changé l’arsenal juridique  des Etats-Unis. Les législations ont été corsées. Elles ont apporté un surcroît de pouvoir à l’Exécutif américain, aux services secrets et la police fédérale ainsi qu’aux militaires.
Il faut rappeler que l’Usa Patriot act a été soumis aux parlementaires dès le 24 septembre et voté le 26 octobre de la même année. Sous la simple affirmation de participation à la lutte antiterroriste, la police fédérale se voit attribuer le pouvoir d’espionner les associations politiques et religieuses sans que celles-ci soient suspectées d’activités criminelles. Le gouvernement peut poursuivre en justice les possesseurs de fichiers et de données qui révèleraient qu’ils ont dû procéder à des réquisitions d’informations. Il peut faire procéder à des perquisitions et saisir les documents et effets possédés par des citoyens. Sans devoir se justifier, il peut faire emprisonner quiconque, y compris des citoyens. Le FBI ni la CIA ne sont contraints de répondre de leurs actions devant les élus.
Il y a également le Homeland Security Act. Il a voté le 25 novembre 2002. Il crée le département de la Sécurité intérieure des États-Unis (Department of Homeland Security) regroupant une vingtaine d’agences fédérales comme  les Douanes, les Services Secrets… Cette loi reprend le contenu d’un rapport de la commission dite Hart-Rudman (US Commission on National Security for the 21st Century) créée en 1998 sous la présidence de Bill Clinton. Elle se propose de constituer une banque de 300 millions de fiches, regroupant les informations de sources publiques et privées sur chaque Américain. Elle  autorise entre autres les réunions secrètes des Conseils présidentiels, la dispense de justification intervenant en opposition avec la loi 92-463 sur la transparence des réunions de l’Exécutif.
On note aussi le Military Commission Act, signé le 18 octobre 2006 par le président Bush (Bush junior). Il abroge, et avec effet rétroactif, le droit des personnes, jusqu’alors reconnu dans les traités internationaux signés par les États-Unis, en définissant une nouvelle classe d’individus, les « combattants illégaux ». Ceux-là peuvent être indéfiniment détenus, sans l’obligation de fournir un acte d’accusation, sont exclus de la protection accordée par les Conventions de Genève, peuvent être soumis à des tortures psychologiques et physiques.
Ces lois ont transformé les Etats-Unis. Plusieurs rapports d’Amnesty International ont dénoncé la violation des droits de la défense et les pratiques de détention arbitraire. Des Ong spécialisées dans la défense des droits de l’homme comme le Centre international de la Croix rouge (Cicr) et Amnesty international ont introduit plusieurs recours auprès de la Cour suprême américaine sur les procédures en œuvre à Guantanamo ; des procédures qui  violent les règles élémentaires du droit international humanitaire.
Il est donc clair que les normes antiterroristes adoptées dans une précipitation politique extrême remettent en cause  des libertés publiques. De nombreux juristes affirment que le droit a été instrumentalisé dans la bataille engagée contre le terrorisme. D’autres n’hésitent pas à  soupçonner  le rôle influent des tenants de l’idéologie libérale de la torture.  

Allégresse Sassé

(Documentation exploitée : Champ pénal,  Vol. VII | 2010/La fabrication des normes antiterroristes post 11 septembre en Amérique du Nord               et en Europe)

En savoir plus...

Mouvement de débrayage dans le secteur de la santé : Une grève sans service minimum à partir du 23 septembre

greve

Lancé depuis le 19 août dernier, le mouvement de débrayage qu’observent les agents du secteur de la santé se poursuit. Au regard de la menace de l’intersyndicale qui durcit quotidiennement le ton, ce mouvement de grève pourrait même entrer dans sa phase la plus alarmante  dès les prochains jours si le gouvernement ne prend garde.  
23 septembre 2014, c’est la date butoir. Les agents de la santé  mécontents  exigent du gouvernement la satisfaction de leurs revendications au risque de voir les hôpitaux perturbés par des mouvements de grève sans service minimum. Dans un communiqué rendu public  lundi, L’intersyndicale des ressources humaines de la santé a décidé de durcir  le ton face au gouvernement qui maintient  une attitude de sourd face  à  leur cri de détresse. Ainsi à partir du 23 septembre prochain, les agents en charge de la santé publique déclencheront l’opération « hôpitaux morts » sur toute l’étendue du territoire national. Une menace qui relance à nouveau le calvaire des patients. Même si jusque-là, des mesures ont été prises à l’interne dans des hôpitaux pour ne pas délaisser les patients, notamment ceux en situation d’hospitalisation. Cependant, nul  n’ignore les éventuels inconvénients d’un mouvement de grève sans service minimum dans un secteur aussi sensible que celui de la santé. Pour les agents en fonction dans les centre sde santé public, la motion de grève de 72 heures par tacite reconduction n’a  nullement ébranlé le gouvernement. Leurs revendications seraient donc traitées avec légèreté. L’Intersyndicale estime que le gouvernement serait entièrement responsable des éventuelles déconvenues qui découleront d’une telle situation.
Rappelons qu’ils revendiquent la signature de l’arrêté devant favoriser l’octroi des indemnités de logements aux agents, le paiement des arriérées de salaires, la correction de la disparité concernant l’indemnité de logement aux personnels administratifs et paramédicaux, le paiement de la prime de motivation et la poursuite des travaux de reversement dans le secteur de la santé.
                                                                                            
Aziz BADAROU

En savoir plus...

Rencontre du Mesfpt avec les syndicats pour une rentrée apaisée : Le ministre Alassane s’amuse avec le feu

alassane-djemba

Plus d’une trentaine de syndicats ont pris part à la séance de travail initiée par le Ministre des Enseignements Secondaires dans l’optique d’une rentrée académique  apaisée. Mais en dépit de ce tête-à-tête de  04 jours tenu les 25,26, 27, et 28 Août derniers dans la salle de conférence dudit ministère entre Alassane Djemba, ministre de tutelle  et des syndicats  en charge de l’éducation, le climat d’une rentrée surtension n’est toujours pas écarté.


Ils étaient plus d’une trentaine de syndicats à  prendre d’assaut la salle de conférence du ministère des enseignements secondaires en réponse à l’invitation  du Ministre Alassane Djemba qui veut s’assurer d’une rentrée académique apaisée. Mais chose curieuse, c’est que cette séance dont l’objectif premier est de garantir aux apprenants béninois une rentrée académique apaisée s’est malheureusement déroulée en l’absence des principaux groupes des partenaires sociaux. Par exemple, le Front des trois ordres de l’enseignement qui est l’un des principaux partenaires en matière de dialogue social a brillé par son absence. Idem pour les centrales syndicales. Eu égard de cet état de chose il convient de faire savoir à l’opinion publique  l’attitude d’une autorité à double face qui veut d’une chose et son contraire à la fois. Sinon comment ne pas inviter à une telle rencontre les vrais partenaires au dialogue. Autrement, l’on est tenté de trouver dans cette attitude de l’autorité ministérielle en charge de l’éducation une preuve de sa mauvaise foi ou carrément une banalisation des éventuelles menaces des syndicats. Dans un secteur aussi sensible que celui de l’éducation et pour un sujet aussi capital que celui de la rentrée des classes le ministère a semblé faire fausse route en  choisissant des partenaires fictifs pour les négociations et  en écartant les syndicats et centrales syndicales les plus représentatives du secteur. La preuve est que les vraies raisons de la menace de grève ont été occultées au cours de la séance en faveur de flatteuses promesses dont la principale est celle concernant la rétrocession des défalcations opérées sur les salaires de l’année écoulée alors que les syndicalistes exigent également celles opérées au titre de 2012. De plus, les questions de visite médicale, des primes de rentrée, et de la formation des enseignants, ont été évoquées. De cette liste de doléances, il faut reconnaître que les principales revendications n’étaient pas inscrites à l’ordre du jour. Il s’agit notamment de la question de la sédentarisation des vacataires et surtout celle relative au 1.25 des enseignants, un acquis du processus de la revalorisation de la fonction enseignante. Notons qu’il y a quelques jours seulement, le Front a fait de cette dernière question, l’une des conditions à satisfaire pour une rentrée apaisée. Il est donc normal qu’on ne cherche plus à se leurrer tout en faisant croire à l’opinion publique que tout va bien. Face à cette situation qui risque  de replonger l’école béninoise  dans de nouveaux mouvements de débrayage, il est souhaitable que le ministre Djemba, soit animé d’une vraie volonté de négociation avec les partenaires qu’il faut ou du moins qu’il fasse le nécessaire pour rencontrer le Front et les centrales syndicales afin de lever la menace de grève dans l’optique d’une reprise apaisée des cours.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Célébration de la Journée internationale de l’Alphabétisation ce jour : Le ministre Abimbola déplore l’analphabétisme des filles

abimbola

Le Bénin, à l’instar des autres pays du monde, célèbre la journée mondiale de l’Alphabétisation, ce lundi, 08 septembre 2014. L’occasion d’évaluer les réformes engagées pour la dynamisation de ce secteur. Dans son message adressé au peuple béninois, ce dimanche, le ministre Jean-Michel Abimbola a déploré le fait que plusieurs filles soient encore analphabètes au Bénin.


«  Alphabétisation et développement durable », c’est le thème retenu pour l’édition 2014 de la journée internationale de l’Alphabétisation. Un thème qui a été choisi par la communauté internationale pour montrer que l’alphabétisation est l’un des principaux éléments nécessaires pour promouvoir le développement durable en ce sens qu’elle donne aux individus les moyens de prendre les bonnes décisions dans le domaine de la croissance économique, du développement social et de l’intégration environnementale. L’alphabétisation est à la base de l’apprentissage tout au long de la vie, et elle joue un rôle fondamental dans la création de sociétés durables, prospères et pacifiques. Dans son message adressé à la nation, ce dimanche, le ministre Jean-Michel Abimbola rappelé des réformes engagées par le gouvernement béninois, depuis quelques années pour promouvoir l’alphabétisation. Il a également confié qu’une avancée notable s’observe à ce titre. Il a déploré par contre l’analphabétisme d’un grand nombre de filles béninoises. La célébration de cette journée devra permettre au ministre Jean-Michel Abimbola et son personnel de procéder à une évaluation des résultats desdites réformes afin de rassurer les partenaires techniques et financiers investissant pour la promotion de l’Alphabétisation. Si l’alphabétisation est un droit humain, un outil d’autonomisation personnelle et un facteur de développement social et humain et  l’alphabétisme permet l’accès à l’éducation, il convient de souligner que beaucoup reste à faire au Bénin en dépit des efforts consentis pour une véritable promotion de l’Alphabétisation.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Religion : Crise au sein de l’Eglise des Chérubins et Séraphins

cherubins-seraphins

Ça va mal  au sein de l’Eglise des Chérubins et Séraphins du Bénin depuis plusieurs mois.  A l’origine de la crise, la délocalisation du siège de l’église de Vèkpa à Tokpota et la remise en cause de l’autorité du Vice Père spirituel Baba Aladura. En dépit de  l’appel au calme du ministre de l’Intérieur, les dissidents semblent garder leur position.
Quatre ailes dissidentes de la Congrégation Chrétienne de l’Ordre Sacré-Cœur de l’Eglise des Chérubins et Séraphins s’opposent à la délocalisation du siège de l’église de Vèkpa pour Tokpota à Porto-Novo. Le problème remonte à l’intronisation du Vice Père spirituel Baba Aladura, président de ladite église, Noël Emmanuel Couthon le 12 décembre 2009. A cette époque, certains responsables de cette église ont estimé que le siège ne pourra pas être délocalisé et depuis lors, l’église est divisée.  Approché, le Vice Père spirituel Baba Aladura, président de ladite église Noël Emmanuel Couthon, intronisé le 12 décembre 2009 ne se retrouve pas dans cette crise. Pour lui, l’église comporte plus de 243 paroisses et c’est l’assemblée générale qui a demandé que le siège de l’Eglise des Chérubins et Séraphins soit mis à Tokpota. Et donc pour lui, la délocalisation du siège de l’église répond à une volonté de la majorité. Par ailleurs, il parle du non respect de son  autorité par ses dissidents alors que c’est devant eux qu’il a  été nommé Surintendant Apôtre général. « A Vèkpa, il y a des pagailleurs qui se sont soulevés contre ma personne lorsque je suis allé pour le culte en tant que président. J’ai donc décidé de ne plus aller là bas. », a-t-il expliqué. «Cependant, le ministre de l’Intérieur est informé de la situation et il nous a demandé de nous entendre pour que la paix règne. Mais nos dissidents semblent garder leur position», a-t-il ajouté.


M. M.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !