TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Société

Baccalauréat 2018 : Les résultats annoncés pour ce jour

education

Après les candidats aux examens du Certificat d’études primaires (Cep) et du Brevet d’études du premier cycle (Bepc), les candidats à l’examen du baccalauréat session de juillet 2018 seront fixés sur leur sort ce vendredi, 10 juillet 2018. De sources bien introduites, la délibération des résultats est prévue pour ce jour précisément dans l’après-midi. Rappelons qu’au total, 106.499 candidats  dont 35 789 filles (soit 33%) ont composé les épreuves écrites de cet examen en vue de l’obtention du premier diplôme universitaire. Ces derniers ont été répartis dans  147 centres de composition. La correction ayant pris fin, place aux résultats !


A.B

En savoir plus...

Agence japonaise de coopération internationale (Jica-Bénin) : Le rapport annuel des activités des volontaires présenté

jica-benin

La salle “Fleuve jaune“ du Ministère des affaires étrangères a servi de cadre ce jeudi, 09 août 2018, à la séance de restitution et de présentation des activités des volontaires japonais dans les secteurs de la santé, de l’éducation, et du développement rural. Organisée par l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica-Bénin), la présente assise a permis à l’assistance de mieux appréhender les différentes tâches réalisées par ces volontaires et les difficultés rencontrées sur le terrain. Ceci, en vue d’une amélioration de leurs prestations au sein de leurs structures d’accueil…

Du secteur de la santé au développement communautaire sans oublier le secteur de l’éducation, les volontaires japonais se sont rendus plus qu’utiles en apportant des contributions qualitatives au développement socioéconomique du Bénin. Du rapport annuel des activités menées par ces derniers dans différents domaines, il ressort que d’importants services ont été rendus aux populations béninoises. A en croire le représentant résident de la Jica-Bénin, Sasadate Koichi, la séance vise à améliorer la compréhension des activités des volontaires par leurs partenaires des structures d’accueil et aussi à permettre à ces derniers d’échanger leurs expériences afin d’améliorer la collaboration avec les volontaires. Démarré depuis 2005, ce programme des volontaires japonais vise essentiellement à apporter une assistance humanitaire tangible aux populations béninoises notamment dans les secteurs de l’éducation, du développement rural et surtout de la santé. Ceci, pour contribuer au développement du Bénin tout en renforçant l’amitié et la coopération entre les deux pays. Ainsi, 294 volontaires japonais  ont été affectés dans les différentes localités du Bénin. Procédant à l’ouverture des travaux, le représentant du ministre des affaires étrangères, William Comlan a témoigné toute sa gratitude au gouvernement japonais pour ses efforts inlassables en faveur du bien-être et du développement du Bénin. Il a, par ailleurs, reconnu la pertinence de cette démarche de la Jica-Bénin qui consiste à améliorer la prestation des volontaires à partir des observations, propositions et commentaires des représentants des structures d’accueil. Toute chose qui permettra, selon ses propos, de rendre plus dynamique et performant, le partenariat. Après la présentation des activités, missions et vision de la Jica par Fadil Gbangbade, Chargé de programme, les volontaires ont exposé à l’assistance le point de leurs activités. Dans leur présentation, les volontaires Kurita Nami (Mairie de Bassila) et Hirao Rika (Mairie de Djougou) ont évoqué des inconvénients des déchets, de la pollution de l’eau ainsi que des sensibilisations menées dans des écoles pour inculquer aux écoliers, de bonnes pratiques en matière d’hygiène. De plus, ces apprenants ont été informés sur les risques sanitaires encourus en vivant dans des logements malsains ou en cohabitant avec des animaux domestiques comme des bovins. Dans le secteur de la santé, les volontaires Onda Erika et Matsuoka Yumia sont revenus sur les activités menées pendant que  Kobayashi Yusuke a partagé avec l’assistance, ses activités dans le domaine du développement communautaire à Parakou. Quant aux représentants des structures d’accueil, ils ont reconnu la pertinence et l’impact du programme sur les populations locales. Notons qu’à l’unanimité, les volontaires se sont dits ravis de ces expériences acquises au Bénin.


Aziz BADAROU

En savoir plus...

Sécurité : Policier municipal, l’oublié des réformes !

Police-Municipale-Benin

Tels des orphelins abandonnés à leur propre sort, les policiers municipaux semblent ne point être concernés par les réformes engagées par le gouvernement de la Rupture dans la quasi-totalité des secteurs au Bénin. Pendant que la réforme de fusion de la police et de la gendarmerie dote le Bénin, des flics républicains, les flics municipaux sont laissés en rade. Et pourtant, sous la pluie comme sous le soleil, dans la nuit noire comme en pleine journée, ils ont servi aux côtés de ces désormais flics républicains pour garantir la quiétude, la sécurité dans nos villes, localités. D’ailleurs, ils restent ces flics à qui les usagers donnent le plus du fil à retordre car faut-il le dire, beaucoup se fichent pas mal de ces policiers sans armes. Le comble, c’est qu’ils remplacent au mieux les feux tricolores lorsque ces derniers connaissent de dysfonctionnement. De ce fait, ils jouent un rôle capital dans la réduction des accidents et des embouteillages sur nos axes routiers. A leur manière et selon leurs moyens, ils participent à la production de la sécurité. 1er Août 2018, les policiers républicains ont changé de tenue. Désormais plus présentables, ils exécutent mieux leur fonction. Mais nos policiers municipaux, qu’ont-ils eu ? Difficile d’y répondre avec exactitude mais la seule évidence est qu’ils traînent toujours la même tenue depuis toujours. De nouveaux véhicules, pick up de patrouille et d’intervention ont été mis à la disposition de plusieurs unités de la police républicaine. Les flics municipaux continuent de faire leur patrouille sur leur moto. C’est clair, les flics municipaux restent de grands oubliés des réformes sous la Rupture. En attendant, ils sont au service des populations !

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Demande de destitution du jeune maire de Banikoara : Rien qu’un pétard mouillé

Tamou-Bio-Sarako

Le message d’un villageois aux 22 ennemis de développent de sa commune

Messieurs les narcissiques conseillers communaux de Banikoara, quand un jeune paysan villageois, en pleine saison pluvieuse abandonne momentanément sa houe pour prendre sa plume et vous adresser un message, c’est parce que vous avez posé un acte très peu élégant. Et comme le dit un proverbe dans notre langue, « un grand n’est pas élégant dans une chemise d’enfant » En demandant à notre jeune admirable Maire de convoquer une session extraordinaire pour un vote de défiance, vous avez fait montre de votre vive jalousie nocive pour le développement de ma commune. « Même si vous haïssez la hyène ne l’accusez point de vol de fil à tresser le pagne ». Reconnaissez que le Maire a réussi là où vous avez tous capoté. Il a fait et est en train de faire ce que vous avez fait miroiter à la population en termes de politiques publiques sectorielles territorialisées. « Les problèmes se ressemblent dans la cour du roi mais ne sont pas les mêmes. » Votre acte; la demande de convocation de session extraordinaire pour un vote de défiance, est totalement en déphasage avec votre honorabilité. Ce qui porte un coup dur à votre popularité. En voulant ternir l’image et éteindre la brillante étoile du jeune Maire Sarako, vous vous êtes attaqués directement à moi le villageois et à toute la population des dix arrondissements de Banikoara. Certainement vous vous êtes dit que c’est vous qui avez élu le Maire et la loi vous permet de lui retirer aisément votre confiance. Grosse erreur fatale ! D’abord vous, qui vous a élu ? N’est-ce pas que c’est nous ? Alors, le villageois porte la voix des autres villageois pour vous demander de laisser tranquille le jeune et dynamique Maire  Sarako. Sinon…

Avez-vous eu les échos de la conférence de presse des cadres de Banikoara résidant à Parakou? Avez-vous reçu le message de la diaspora de Banikoara ? Savez-vous que l’ASSETOB de l’UAC comme de l’UP s’organise pour réagir face au papier que vous avez adressé à notre Maire. Avez-vous suivi la réaction de la foule ? Le villageois vous dit qu’il faut vous en méfiez. Ce n’est pas une menace. C'est un avertissement. Une manifestation de foule a conduit à l’incendie volontaire d’un palais royal dans une commune de l’Atacora-Est et à l’incendie de plusieurs autres domiciles de certains citoyens de cette commune. Une manifestation de foule a conduit à incendier un palais du peuple. Cela n’arrivera jamais à Banikoara. Messieurs les 22 narcissiques conseillers de la commune de Banikoara, le conseil que j’ai à vous prodiguer est de vite renoncer à votre intention de démettre mon Maire de son poste sinon….

Vous ne vous êtes pas posé la question de savoir si la gigantesque marche spontanée de refus de destitution du maire a été autorisée ? Qui pouvait interdire d'ailleurs une telle marche ? Si le Maire ne convoque pas la session que vous demandez qu’allez-vous faire ? Faire recours à l’autorité de tutelle n’est-ce pas ? Et si l’autorité de tutelle sur instruction de ses supérieurs hiérarchiques ne répond pas à votre demande ? Vous allez mettre la pression sur le Prince pour le faire? Le Prince  de la rupture est insensible aux pressions politiques. La sage décision de ne pas faire recours au référendum pour l’amendement de la constitution en est une preuve. Vous pouvez adresser une requête à la cour suprême. Nous avons assisté ici au Bénin à l’installation et à l’élection de certains maires, n’ont pas à la salle de délibération ou de réunion des mairies ; mais plutôt dans les salles d’audience de certains tribunaux devant les magistrats de la cour suprême.

Tout ce que vous reprochez au jeune premier de mon Banikoara, le Maire  Sarako est illogique et infondé. Dites-nous expressément que vous êtes contre le jeune parce qu’il menace vos intérêts politiques. Avant le terme de son mandat prévu en 2020, la population de Banikoara, dans son entièreté a déjà porté en triomphe le Maire. Et il risque de vous ravir la vedette aux élections législatives de 2019. C’est ça la vérité. Et moi le villageois, je ne suis pas sournois et je ne mâche pas mes mots.

Certains distributeurs de ‘’l’herbe’’ devenue ‘’farine’’ lors de l’élection présidentielle seraient en train de faire du chantage politique en menaçant de rejoindre l’opposition si le Maire n’est pas destitué. Le Prince est plus intelligent et élégant dans ses stratégies politiques. Il n’est pas manipulable comme l’autre ; suivez mon regard. Au contraire, c’est le Prince qui vous manipule.

Il est important de faire les choses dans leur contexte réel du temps, reconnaitre la fin normale de toute chose au risque de vivre le ridicule. C’est pour vous dire: «celui dont le néré fini range sa gaule. »

Un dernier message à l’intention de tous les acteurs politiques et même des citoyens de Banikoara et de sa diaspora ; c’est un conseil que Machiavel nous donne. « Un prince doit se montrer franchement ami ou ennemi, c’est-à-dire qui sait se déclarer ouvertement et sans réserve pour ou contre quelqu’un ; ce qui est toujours un parti plus utile à prendre que de demeurer neutre. » Ne soyez pas donc neutre par rapport à l’actualité politique de Banikoara. Benito Mussolini, Hillary Clinton et George Walker Bush paraphrasant une maxime du Nouveau Testament notamment Matthieu 12:30 ont bien dit : « Ou vous êtes avec nous, ou vous êtes contre nous » Si vous n’êtes pas avec le jeune Maire  Sarako, c’est que vous êtes contre lui et vous êtes contre Banikoara. Le courrier des 22 narcissiques conseillers de la commune, capitale de l’or blanc du Bénin ressemble à un attentat terroriste contre le développement de Banikoara, ma commune. Au langage des terroristes du développement, on répond par la manière la plus  forte.

Lorsque 22 conseillers qui ne pensent qu’à leur ventre et à eux seuls tapent sur les nerfs d’un paysan villageois, ça ne peut donner ce que vous venez de lire.
Je peux laisser tomber maintenant ma plume pour reprendre ma houe pour le bien de ma ferme.

GOUNOU SINA

En savoir plus...

Interdiction de l’usage des sachets non biodégradables : Les sachets désormais facturés à 100F à la pharmacie ?

environnement

(Les explications d’un pharmacien)
A compter du 1er août 2018, les sachets ne sont plus remis gratuitement aux clients venus acheter des médicaments à la pharmacie. Il est donc question désormais de se munir de vos sacs ou sachets biodégradables pour emballer vos produits pharmaceutiques après achat dans les pharmacies. Chose curieuse, d’après une information relayée sur le site Nouvelletribune.info, ces sachets sont facturés à hauteur de 100 F Cfa dans les pharmacies ainsi que dans les supermarchés. Un coût élevé lorsqu’on sait que les Béninois s’offraient des sachets à partir de 5 F Cfa seulement. Notons que la décision de facturer les sachets à la pharmacie, fait suite au vote de la loi portant interdiction d’usage des sachets non biodégradables en République du Bénin. Dans une note d’information signée de l’Intersyndicale des pharmaciens du Bénin, il est porté donc à l’attention du public que les emballages biodégradables seront désormais facturés à la pharmacie. Contacté, un pharmacien, responsable de l’Intersyndicale a apporté des clarifications sur cette décision. « La première difficulté est liée au fait que nous n'avons pas l'expertise pour distinguer quel sachet est bio ou pas. Ensuite, le coût est prohibitif. Nous ne gagnons pas autant pour faire de telle charge. Enfin, en tant que professionnel de santé, nous devons contribuer à la préservation de l'environnement afin de promouvoir la santé publique. Notre objectif est de parvenir à une élimination totale de ces emballages nuisibles à l'environnement » a-t-il confié.

A.B

En savoir plus...

Kassa Landry, lauréat du 5ème Batch du Programme ABE de la Jica : “C’est plus que de la joie, c’est de la reconnaissance…“

Kassa-Landry

Deux béninois sont bénéficiaires de la 5ème promotion du Programme African Business Education for youth (Abe). Il s’agit de Landry Kassa et de Nicole Chabi. Ces derniers sont alors gratifiés d’une bourse d’études et de stages au Japon. Landry Kassa poursuivra ses études en agroéconomie dans une université japonaise précisément l’université de Tokyo durant trois ans. Son séjour sera également ponctué par un stage dans une entreprise nippone. Faut-il le souligner, le gouvernement du Japon, à travers ce programme piloté par la Jica, entend renforcer son appui pour une croissance dynamique de l’Afrique en s’appuyant sur le partenariat public-privé. Pour Landry Kassa, c’est plus que de la joie qui l’anime à la veille de son départ au pays du soleil levant. Lire l’interview !

Dites-nous brièvement comment s’est déroulé le processus ayant abouti à votre sélection comme bénéficiaire de l’Initiative ABE ?

J’ai eu l’annonce sur les réseaux sociaux, je dirai que j’ai eu l’information dans un groupe Messenger par l’intermédiaire d’un de mes professeurs. J’ai postulé et j’ai pris part au processus qui s’est déroulé en quatre étapes. Il y  a eu la présélection à travers les dossiers que nous avons déposés au siège de la Jica. Après le filtrage, j’ai été appelé pour participer à des examens écrits en informatique et en anglais. Après ces examens écrits que j’ai passés avec succès, on m’a encore rappelé pour un entretien avec le personnel de la Jica-Bénin, le représentant résident pour s’assurer que je maîtrisais les tenants et les aboutissants du programme auquel j’ai postulé et si j’étais vraiment prêt à revenir au Bénin pour contribuer au développement national et non me comporter comme si j’étais en vacances au Japon. Après cela, nous avons été rappelés pour un entretien avec des universités japonaises en direct. La dernière étape consistait à discuter avec un responsable de l’université qui m’a choisi et l’université qui a accepté ma candidature est l’Université de Tokyo.

Alors, Landry Kassa, trois ans en terre japonaise pour poursuivre vos études en agroéconomie, c’est ce qui vous attend à présent. Dite-nous, quels sont les sentiments qui vous animent ?

Dire que j’ai de la joie serait peu dire, c’est plus que de la joie, c’est de la reconnaissance, de la gratitude envers la Jica (Agence japonaise de coopération internationale) pour m’avoir donné cette chance d’aller diversifier mes connaissances, aller acquérir de nouvelles innovations pour venir contribuer au développement de notre pays. C’est de la gratitude envers ma famille qui m’a soutenu.

Un message à l’endroit des jeunes béninois à propos des bourses de la Jica ?

C’est une bourse de l’effort, ce n’est pas une bourse donnée, arrangée. Pour obtenir cette bourse, il faudra travailler ardemment pour y parvenir. J’aime beaucoup cette citation de Nelson Mandela « çà semble toujours impossible tant que ce n’est pas encore fait ». Pour procéder à des changements qualitatifs dans notre pays, il revient aux jeunes de le faire, de prendre leurs responsabilités. C’est aux jeunes d’aller acquérir des connaissances qu’il faut pour le faire et si notre pays n’a pas suffisamment de ressources pour nous permettre de le faire, nous avons le devoir de chercher, de fouiller et de pouvoir le faire.


Propos recueillis par Aziz BADAROU

En savoir plus...

Programme Système qualité de l’Afrique de l’Ouest (Psqao) : Une vingtaine de béninois outillés sur le management environnemental

Psqao

(Les exigences de la norme ISO 14001 version 2015 au cœur de la formation)
Une vingtaine d’auditeurs béninois et de personnes ressources provenant de plusieurs structures ont pris part, du 06 au 08 août 2018, à l’atelier de renforcement de capacités suivant la norme internationale en Système de management environnemental (Sme). Organisée dans le cadre du Programme de mise en œuvre du Système qualité de l’Afrique de l’Ouest (Psqao), financée par l’Union européenne et conduite par l’Onudi, cette formation qui s’est déroulée dans les locaux de la Direction du développement industriel, a permis aux participants de s’approprier les exigences de la norme qualité ISO 14001 version 2015. La cérémonie de clôture s’est déroulée ce mercredi, 08 août 2018…

Partie intégrante du Programme Système Qualité de l’Afrique de l’Ouest (PSQAO), la présente formation vise le renforcement des disponibilités d’expertise en Système de management environnemental (Sme) dans la sous-région. Ainsi, trois jours durant, les participants ont été outillés sur les exigences de la norme ISO 14001 version 2015. A en croire le formateur, expert régional de l’Onudi, Roger Gnabro, ces derniers ont été sensibilisés et formés sur l’évolution de la norme ISO 14001 version 2015 et les différents changements sans oublier la nouvelle structure des normes ISO. Ceci, après une évaluation des prérequis. De plus, à travers une communication présentée dans une démarche participative, les participants ont pris connaissance des exigences de la norme ISO 14001/2015 et leur application ainsi que le contexte de l’organisme. Les organisations et entreprises du Bénin peuvent désormais se réjouir de disposer  de nouvelles compétences en Système de management environnemental (Sme) au niveau national. Le formateur, Roger Gnabro a dit toute sa satisfaction quant à l’assiduité et la qualité des échanges durant la formation. Quant au représentant du Directeur de l’Agence nationale de normalisation, de métrologie et du contrôle qualité, Gabin Degbey, il a souligné l’importance de cette formation dans la marche vers l’approche qualité dans le secteur industriel béninois. A sa suite, le Directeur général du développement industriel, Elie Santos, a exhorté les participants à mettre leurs connaissances acquises au service des entreprises en vue d’un véritable essor industriel au Bénin. Notons que cette formation en Système de management environnemental reste la troisième série de formations organisées dans le cadre du PSQAO après celles sur le système de management de la sécurité des denrées alimentaires (SMSDA) en 2012 et les formations en système de management de la qualité (SMQ).

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Journée de la coopération portes ouvertes sur l’Université de Parakou : Toko-Gandaho, un partenariat pour un Parakou révélé

Toko-Gandaho

Placée sous le thème : « contribution de l’université au service du développement de la commune de Parakou », l’édition 2018, de la journée de la coopération portes ouvertes de l’université de Parakou est conjointement organisée par la mairie de Parakou et l’université de Parakou. Présenter les offres de formations et compétences disponibles à l’université de Parakou, diffuser les innovations disponibles à mettre au service de la communauté pour intégrer l’université de Parakou sur le territoire de la commune de Parakou. Tels sont les objectifs visés par la tenue de cette journée. Il sera question de façon plus spécifique pour les enseignants et chercheurs de l’université d’explorer les différentes stratégies efficaces à proposer à la commune pour être mises en œuvre pour impulser le développement de la commune. Les compétences avérées de l’université de Parakou seront mises à disposition de la commune de Parakou dans divers domaines pour contribuer à son développement. Communications, signatures de protocole d'accord et des visites de stands tant par les autorités universitaires et municipales ont été au menu de cette journée qui consacre le mariage désormais scellé entre la municipalité de Parakou et l’université de Parakou pour révéler la ville de Parakou dans toutes ses dimensions. Pour Prosper Gandaho, recteur de l’université de Parakou, le maire Charles Toko ne s'est pas trompé en s’adressant à l’université de Parakou pour la recherche de solutions aux nombreux problèmes qui se posent à sa ville. C’est pourquoi, il a pris  l'engagement au nom de ses collègues enseignants et chercheurs de mettre à la disposition de la ville, les compétences nécessaires pour relever les différents défis de développement de Parakou. Il a relevé qu’au nom du partenariat Université de Parakou-Mairie de Parakou, le maire Charles Toko n'a plus besoin d'aller rechercher les compétences techniques hors de la ville pour mener des études quel que soit le domaine. Pour le secrétaire Général du département du Borgou Sanni Bio Baye, représentant le préfet Djibril Mama Cissé, le partenariat mairie de Parakou-Université de Parakou va renforcer les nobles actions de développement qu'engagent le maire et son équipe à la tête de la commune. Il invite les opérateurs économiques et assimilés à saisir l’opportunité la présente journée pour nouer des partenariats fructueux avec l’université de Parakou. Le maire Charles Toko,  s’est dit heureux de la tenue de cette journée qui marque un mariage durable entre la ville et l’université de Parakou, c’est-à-dire un cadre formel de coopération entre les deux institutions. Il a souhaité que cette journée soit un nouveau départ afin que la ville profite des opportunités qu'offrent les cadres et compétences de l'Université de Parakou. Car, pour lui, c’est de cette façon que l’université va quitter la théorie pour la pratique et contribuer à l’essor de la cité des Koburus.

Albérique HOUNDJO (Br/Borgou-Alibori)

En savoir plus...

Echos du Septentrion

Abraham-Akpala-Abishai

DJOUGOU

Trois collèges avec 0% d’admis au Bepc

Le Ceg ''Gbaou'' et les complexes privés ''La Puissance'' et ''Jennifer Nicolas'' sont les trois établissements de la commune de Djougou et du département de la Donga à avoir obtenu 0% comme taux d’admissibilité pour le Brevet d’étude du premier cycle (BEPC) pour le compte de l’année 2018.
Pendant ce temps, le département de la Donga s’en sort avec un taux de 28,14% et se classe 4ème au plan national avec 1487 sur 5842 candidats admissibles. C’est ce qu’il convient de retenir à l’issue de la proclamation des résultats de cet examen.

•    Dr Malick Séïbou Gomina offre 130 poteaux électriques

130 poteaux électriques, d’un coût global de 29 millions 800 mille Fcfa. C’est le don fait par Dr Malick Séïbou Gomina, le PDG du groupe de presse Fraternité à la commune de Djougou, jeudi dernier. L’objectif est d’aider les populations dans leur élan de développement, parce que l’Etat n’ayant pas les moyens pour mettre de l’électricité partout, a reconnu le donateur, natif de la cité des Kpétoni. Ce don va permettre à la Société béninoise d’énergie électrique (SBEE) de faire des extensions nécessaires dans la commune, structure à laquelle, il a été demandé de faire les diligences nécessaires pour l’installation desdits poteaux électriques.
Le maire Abischaï A. Akpalla de la commune de Djougou présent à la cérémonie de remise du don a, au nom des populations, remercié le donateur, pour qui ce don qui vient à point nommé et qui va contribuer à l’extension du réseau électrique et renforcer l’éclairage public.

KARIMAMA

Première pour le BEPC dans l'Alibori

La commune de Karimama affiche un taux d’admissibilité de 55,83% comme résultats du Brevet d'étude de premier cycle (BEPC). Un taux de réussite qui place la commune en tête de peloton dans le département de l'Alibori. Les centres de CEG 2 Kandi 25,60%, de Toura 23,85%, Comparou 23, 72%, Malanville 18.89%, Gogounou 17.22, Kandi 1 (ceg 1) 15,40%, viennent après la commune de Karimama et la commune de Ségbana tient la lanterne rouge  avec 13,80% de taux de réussite.
Il est à signaler que les années antérieures Karimama occupait la dernière place dans les classements aux différents examens. Les efforts des uns et des autres ont payé.

NIKKI

Remise de sites et réception provisoire d’infrastructures

Les autorités communales de Nikki ont procédé au lendemain de la fête de l’indépendance à la réception provisoire d'un dalot double 300 × 200 au quartier Gah-Maro avant d'aller faire la remise de sites aux entreprises chargées de construire deux modules de trois classes avec bureaux magasins dont l'un à l'EPP Ganchon dans l'arrondissement de Suya et l'autre à Massiagourou  dans l'arrondissement de Biro.

Le périple s’est poursuivi le 3 août avec les travaux d'entretien périodique, d'aménagement de l'axe Sakabansi- Barougouroussi long de 3 kilomètres 300 et un module de trois salles de classes à l'EPP Gnonkourokali qui ont fait objet de réception provisoire. Les  trois infrastructures réceptionnées financées sur fonds FADeC sont  évaluées à environ 73 millions de francs CFA.

Le maire Oumarou Lafia Boubakari et ses adjoints ont également procédé à la remise de sites pour la construction d’un modules de deux salles de classes avec bureaux et magasins au profit des Écoles Maternelles de Déma dans l'arrondissement de Tasso, Fombawi dans l'arrondissement de Ouénou et à l'école maternelle de Gnonkourokali sans oublier la remise de site pour la construction à Gbaoussi 1 de la maternité isolée avec logement incorporé.

Par ces actions, le maire Lafia Oumarou Boubacari et son conseil visent à soulager les peines des populations dans les secteurs de l’éducation et de la santé, qui sont des secteurs vitaux.

BANIKOARA

De nouvelles infrastructures pour les centres Barka

Un module d'une salle de classe, d'une cabine de latrine et une pompe à motricité humaine pour chacun des centres de Arbonga, Simpérou et le quartier Aviation. Telles sont les infrastructures pour lesquelles, Alou Toko N'douro, deuxième adjoint au maire, le directeur des services généraux de la mairie et une délégation des partenaires techniques et financiers dont Helvetas ont procédé ce vendredi à la réception provisoire.

Lesdites infrastructures ont été construites au profit des centres Barka de la commune de Banikoara, elles vont permettre de soulager un tant soit peu les peines des pensionnaires de ces différents centres.

Les travaux ont été réalisés pour les différentes infrastructures conformément aux normes techniques selon les déclarations du contrôleur de Helvetas, sans toutefois occulter quelques observations mineures.

Les bénéficiaires n’ont pas manqué d’exprimer leur joie. Tout en prenant l’engagement d’assurer un bon entretien des différentes infrastructures, ils ont félicité tout le conseil communal.

•    Le maire et ses adjoints ont échangé avec le bureau de l’amicale des retraités de la commune

Les membres du bureau exécutif de l’amicale des retraités de la commune de Banikoara ont échangé hier mardi 7 août 2018 avec l’exécutif de la commune de Banikoara. Les sujets de développement de la commune étaient au menu des échanges qui ont eu lieu à l’hôtel de ville. Les dossiers relatifs au choix d’un site devant abriter de nouveaux locaux pour le palais royal de Banikoara, la prise en charge des indigents par la mairie, la gestion des couloirs de passage d’animaux et la mini laiterie de la commune sont entre autres sujets qui ont été débattus par le maire Tamou Bio Sarako et ses hôtes.
Les hôtes de l’exécutif de la commune de Banikoara, ont souhaité que la mairie fasse ce qui est de son pouvoir afin de trouver des solutions aux différences préoccupations qui sont des questions de développement avec impact direct sur le bien-être des populations.
Le maire et ses adjoints ont promis rendre compte des préoccupations de l’Amicale des retraités de Banikoara au conseil communal pour la prise des décisions appropriées pour le bonheur de tous.

PARAKOU

Prestation de serment d’un notaire et d’un huissier de justice

Un notaire et un huissier de justice ont prêté serment le lundi 6 août 2018 à la cour d’appel de Parakou. Il s’agit de Me Bassabi qui a prêté serment au poste de notaire tandis que le maître Martial Arnaud Biaou d’huissier de justice.
Me Bassabi, est nouvellement nommé notaire près du tribunal de Natitingou et Me Martial Arnaud Biaou nommé huissier avec charge dans le quartier Wansirou. À ce titre il peut instrumenter dans tout le septentrion.
Les cérémonies de prestation se sont déroulées en présence du président de la cour d’appel de Parakou Edouard Ignance Gangny, du procureur général près la cour d’appel de Parakou, Alexis Métahou, du représentant de madame la Présidente de la Chambre Nationale des Huissiers, du président de la Chambre Nationale des Notaires, de représentant de la police républicaine, du représentant du garde des sceaux, des magistrats et des parents et amis.

Réalisation : Albérique HOUNDJO (Br/Borgou-Alibori)

En savoir plus...

Nicole Chabi, lauréate du 5ème Batch du Programme ABE de la Jica : “Je vais donner le meilleur pour relever l’étendard du Bénin“

Nicole-Chabi

Deux béninois sont bénéficiaires de la 5ème promotion du Programme African Business Education for youth (Abe). Il s’agit de Landry Kassa et de Nicole Chabi, la première participation féminine retenue au Bénin depuis le début de l’initiative en 2015. Elle bénéficie alors d’une bourse d’études et de stages au Japon. Elle poursuivra ses études en Gestion et administration publique dans une université japonaise durant deux ans et demie soit trente (30) mois. Son séjour sera également ponctué par un stage dans une entreprise nippone. Faut-il le souligner, le gouvernement du Japon, à travers ce programme piloté par la Jica, entend renforcer son appui à une croissance dynamique de l’Afrique en s’appuyant sur le partenariat public-privé. Très heureuse, Chabi Nicole entend donner le meilleur d’elle-même pour revenir, suffisamment aguerrie… Lire l’interview !
 
Dites-nous comment s’est déroulé le processus qui a abouti à votre sélection ?

Au début, j’ai eu l’annonce et j’ai postulé. Puis après, nous avons été retenus pour passer un test et s’en est suivi un entretien avec le personnel de l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica-Bénin). Après cette phase, nos dossiers ont été envoyés ou proposés à des universités japonaises. Là encore, il y a eu une sélection des dossiers. Ensuite, nous avions eu des entretiens avec les responsables de ces universités japonaises. Donc, c’est à l’issue de ce long processus que j’ai été sélectionné.

Comment avez-vous eu l’annonce, l’information concernant lesdites bourses de la Jica ?

Je l’ai eu dans les journaux mais je ne me rappelle plus exactement du nom du journal dans lequel j’ai découvert l’information.

Vous allez désormais séjourner en terre japonaise trois ans durant pour approfondir vos connaissances et compétences en Gestion et administration publique. Quels sont les sentiments qui vous animent ?

Je suis vraiment animée d’une grande joie, je suis reconnaissante. D’abord, je remercie Dieu qui m’a vraiment et je remercie également tout le personnel de la Jica-Bénin. Je ne saurais finir sans dire aussi merci à mon père qui m’a vraiment soutenue. Ma famille a été là avec moi durant tout le processus. Je rends juste grâce, je suis contente et je crois qu’une fois au Japon, je pourrais réellement donner le meilleur pour relever l’étendard du Bénin.

Un message à l’endroit des jeunes béninois qui hésitent encore à postuler à ces bourses de la Jica ?

Je voudrais surtout encourager tous ceux qui souhaiteraient postuler mais qui hésitent encore, à se décider. Parce que c’est une bourse qui peut réellement aider les jeunes. D’abord, il faut souligner qu’il n’y a pas de fraude. Ce sont seulement les meilleurs qui sont sélectionnés et récompensés. Donc, je voudrais les exhorter à postuler massivement et si nous, nous en sommes arrivés à être lauréats aujourd’hui, c’est que cela est possible pour les autres également.

Propos recueillis par Aziz BADAROU

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !