TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

La Loupe : Les quinze pour cent qui piègent Houngbédji

adrien houngbedji

Patrice Talon a ordonné trois alliances pour porter la rupture pour le compte des élections de 2019. Trois blocs forts pour la mouvance présidentielle. Dans le même temps, il propose ou fait proposer dans le nouveau code électoral quinze pour cent, pour le parti ou l’alliance de parti qui entend obtenir des sièges à l’Assemblée nationale. Pour être plus clair, nul ne peut s’asseoir à la table où on distribue des sièges de députés s’il n’obtient  quinze pour cent des suffrages.

Que pourra-t-il se passer si le Prd de maître Adrien Houngbédji s’obstine à faire cavalier seul?

On n’a pas besoin de faire les sciences politiques en Californie du Nord ou à Oxford pour savoir qu’il ne pourra pas obtenir quinze pour cent des voix en 2019. Trois raisons simples justifient cela:

-En 2015, à l’issue des législatives, le Prd n’a obtenu environ que neuf pour cent des suffrages sur toute l’étendue du territoire national.
- Le choix porté sur Lionel Zinsou lors de la présidentielle de 2016 au moment où ses électeurs aspiraient rageusement à la rupture a érodé considérablement son capital confiance
- Tertio, l’avènement de Sébastien Ajavon en politique et la création du parti USL dont les fiefs sont partagés presque également avec le Prd est en train de sonner le glas de l’hégémonie de ce parti à Akpakpa et dans l’Ouéme.
- Enfin, les députés Augustin Ahouanvoebla, Gbénou, et Badirou Aguemon sont plus aujourd’hui de la mouvance aile Rupture que de la mouvance aile Prd. Il y a même pire.

Alors, dans ces conditions, Adrien Houngbédji qui a exigé de constituer tout seul son alliance, tout étant de la mouvance, doit être en train de se rendre compte que ce n’est pas possible.

Ou bien s’il s’alliera à l’opposition,  ou bien il fait profil bas et reprend langue avec l’Union  Fait la Nation ou Dynamique Unitaire. A l’allure où vont les choses, c’est à prendre ou à laisser. Ceux dont il s’était moqué l’attendent fermement. Surtout que personne ne veut se mettre ensemble avec lui. Apres six mois de tentative de rapprochement avec quelques personnalités de la mouvance, la montagne a accouché d’une souris.

Adrien Houngbédji est tombé dans le piège de Talon. Il se mettra avec cette donne en position de négociation, donc de faiblesse.

Mais il lui reste une échappatoire. Mettre les pieds dans le plat, en faisant échouer le processus de révision du code électoral dans le sens voulu par les autres députés du BMP. Pas une mince affaire.

Dine ABDOU

Dernière modification lemardi, 03 juillet 2018 06:19
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !