TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

31ème sommet de l’Union Africaine et lutte contre la corruption : Peuvent-ils balayer d’abord la maison ?

Union-Africaine

Depuis hier se teint à Nouakchott en Mauritanie, le 31ème sommet des Chef d’Etat de l’Union Africaine. Un sommet dont le thème retient plus l’attention. Il s’agit du fléau que constitue la corruption. Un drame qui plonge l’administration publique africaine dans les profondeurs d’une bureaucratie qui ne soutient pas le développement. S’il existe des mécanismes de lutte contre la corruption dans tous les pays, il reste leur  mise en œuvre et les actes forts d’une volonté politique qu’on ne saurait mettre en doute. Poser des actes forts, c’est commencer à examen les rapports d’audits(1) du Nepad, du parlement africain et du conseil consultatif de lutte contre la Corruption. Aussi devra-t-on mettre en œuvre un programme civique conséquent pour  l’éducation nationale des citoyens (2)

1.    Les rapports d’audit.

Les Chefs d’Etat et de gouvernement sont conscients des ravages que la corruption occasionne dans leurs pays. Pour le discours officiel, les mots n’ont jamais manqué pour clamer et proclamer la bonne foi des dirigeants. Et pourtant, il y a bien d’une part le discours et d’autre part la pratique. La corruption si elle est aussi vieille que le monde, elle n’en demeure pas moins un problème. Obtenir un service de droit par des mécanismes douteux et onéreux n’est pas une gloire. Certains y trouvent un motif de satisfaction et de reconnaissance de l’intelligence. En Afrique le corrupteur est désigné comme un « Cerveau ». Les lieux d’expression de la corruption tentaculaire c’est bien les marchés publics et les institutions au contrôle interne assez faible. Ce que perdent les Etats du fait de la corruption est important et mérite qu’on s’y attarde. Par exemple dans les travaux publics, la qualité des infrastructures  est en cause. De fait les routes ont des épaisseurs en deçà de la norme et sont constamment reprises.

Les chefs de l’Etat sont ils prêts pour lutter contre la corruption ? Ils ont sur leur table des rapports d’audit du fonctionnement du parlement africain, du  nouveau projet de développement de l’Afrique (Nepad) dont on ne sait pas  s’il a eu un moindre résultat, le Conseil Consultatif de lutte contre la Corruption.  Quelles seront les suites à donner à ces dossiers ? C’est bien à ce niveau que ces Chefs d’Etat démontreront qu’ils sont vraiment prêts à lutter contre la corruption aulieu de se jeter, une arrivés dans les pays » sur la petite corruption alors que la grande corruption crapuleuse se passe à leurs  yeux et à leur barbe. En attendant ces actions de grande portée, il convient d’imaginer un programme civique conséquent pour prévenir le mal à la base.

2.     Un programme civique conséquent.

Si certains pays sont dans l’effort en matière de respect du bien public, il y a encore d’autres  qui traînement le pas. Comment produire  des hommes et femmes qui ont la mentalité et le réflexe  du respect de la loi ?  La solution c’est la famille et l’école. La famille et l’école doivent se soutenir pour mettre en œuvre un programme civique national. La corruption à l’école commence par les présents qu’on donne aux enseignants pour faire passer les enfants. La corruption dans les examens et concours est un drame récurrent. Que peut-on espérer d’un candidat qui entre dans la fonction publique par des moyens de corruption ? Rien si ce n’est perpétuer la corruption à son niveau. La connaissance théorique est importante mais elle est insuffisante sans la pratique par les modèles. La crise de modèle en Afrique est une plaie pour l’éducation civique. Le bandit ne  saurait être un modèle. La corruption n’est pas une fatalité. Elle peut être vaincue par une éducation débarrassée de ses tares.

Herbert de Saint Tauyé HOUNGNIBO

Dernière modification lemardi, 03 juillet 2018 06:20
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !