TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Présidentielle 2020 au Burkina Faso : Kaboré dans les règles de l’art

Christian-Kabore

Bilan de mi-mandat et une annonce de candidature à la présidentielle de 2020. Roch Marc Christian Kaboré incarne la nouvelle génération d’Homme politique qu’on souhaiterait pour l’Afrique de l’Ouest. Pas d’hypocrisie, pas de reniement de soi, pas de discours radio-télé tortueux et contradictoire. Le Président sortant a été clair et direct : Il sera candidat pour la présidentielle de 2020. En délaissant  la vieille méthode onéreuse des marches payantes de réclamation de candidature, Roch Marc Christian Kaboré fait les choses dans les règles de l’art (1) et assume son bilan sans hypocrisie aucune (2).

1. Les choses dans les règles de l’art.

Un homme d’Etat assume son bilan. Il n’a pas de l’aversion pour la fonction pour laquelle il s’est battu pour l’avoir.  C’est à l’occasion de la présentation de son bilan de mi-mandat, ce dimanche 24 juin 2018 que   le Président Kaboré a  annoncé son intention de solliciter à nouveau les suffrages des Burkinabè pour poursuivre sa mission. « Dans la loi, j'ai droit à deux mandats. Je me battrai pour réaliser mon programme (actuel) et solliciter un deuxième mandat en 2020.», a indiqué le Président du Faso. Un chef d’Etat qui a un langage sincère et franc est d’abord respectueux de lui-même et de son peuple. Pas de subterfuge. On ne saurait solliciter un second mandant par nervosité ou en revanchard pour faire du mal. C’est la loi qui l’autorise à faire deux mandats. Pas question d’acrobatie de juriste de pacotille pour réviser en catimini la constitution afin d’instaurer de nouvelle république au mandant présidentiel anormalement long. Le Président Compaoré en a appris à ses dépens. Et lui, et ses « juristes de niveau » qui s’amusaient à sur- interpréter la constitution  en ont eu pour leur compte.  Faire les choses dans les règles de l’art, c’est respecter la constitution, la loi fondamentale. C’est la loi des lois. Elle au-dessus de l’intelligence artificielle qu’on accorde aux Présidents une fois élus.  Ce qui était au menu du bilan du Président Roch Marc Christian Kaboré, c’est le  Plan national de développement économique et social (PNDES) évalué  à plus de 150 milliards $. Un chiffre lourd qui a pour but de soutenir la  croissance à un taux  moyen de 7,7% et  de reculer les frontières de la pauvreté et de la réduire à environ 35% à l’horizon de 2020. Le Président Rock Marc Kaboré  met son bilan  au cœur de la prochaine campagne présidentielle. Pour l’élégance, il change au moins l’image d’une campagne présidentielle d’un candidat à sa propre succession.

2. Assumer son bilan sans hypocrisie  

Rendre compte, ce n’est pas  un exercice facile pour les politiques. Celui qui a déterminé et conduit la politique de sa Nation, est obligé de faire le point. L’exercice en fait est important en ce qu’il s’agit d’une évaluation.  Ailleurs, on organise des élections de mi-mandat. Cela permet au peuple d’aviser et de donner des signaux pour la courbe de la conduite des affaires. Devrait-on s’étonner de l’élégance avec laquelle le Président Roch Marc Christian Kaboré  annonce sa candidature ?  Le parcours politique de cet intellectuel catholique Mossi est un éclairage : Roch Marc Christian Kaboré, (61 ans) a été  Premier ministre (1994-1996) et président de l'Assemblée nationale (2002-2012).  Ce n’est pas assez. C’est l’environnement  qui vous façonne. Pas d’environnement sans guide.  Le jeune en avait un qu’on appelle Charles Bila Kaboré ! Quand on a grandi sous l’influence remarquablement remarquée  du très charismatique Charles Bila  Kaboré, (Son géniteur !)  , on  a sans doute un double repère éthique et moral. En effet,  Charles Bila Kaboré, son  père a été d’octobre 1963 au 9 décembre 1965, Ministre des Finances, Ministre  de la Santé publique jusqu’à la chute de la première République, en janvier 1966.  Kaboré Père, a été secrétaire général de la présidence de la République jusqu’en 1975, puis vice-gouverneur de la BCEAO (Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest) jusqu’en 1982, avant de reprendre une place de conseiller technique puis de secrétaire général à la présidence burkinabè, jusqu’à sa retraite, en 1985. Grandir dans un tel feuillage vous donne sans le doute le sens de l’Etat et la notion du pacte républicain. Roch Marc Christian Kaboré  est une illustration de ce qu’on peut faire autrement la politique avec sa touche.

Herbert de Saint Tauyé HOUNGNIBO
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Droit international, Institutions Diplomatiques et Consulaires

Dernière modification lejeudi, 28 juin 2018 05:34
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !