TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Campagne Maïs MatinLibre

A+ A A-

Sport

Cérémonie de présentation de vœux au Fndajsl : El Farouck Soumanou invite son personnel à relever plus de défis en 2016

Fndajsl

Le personnel du Fonds national pour le développement des activités, de jeunesse, des sports et loisirs (Fndajsl) a présenté ses vœux de nouvel an à leur Directeur général El Hadj El Farouck Soumanou. C’était mercredi 20 janvier 2016 à la salle Majestic de Gbégamey. Occasion pour le Directeur El Farouck Soumanou d’inviter le personnel à relever plus de défis en 2016.

Le personnel du Fndajsl n’a pas dérogé à la tradition. Celle de présenter ses vœux de nouvel an à leur Directeur. Une présentation qui a eu lieu devant membres du Conseil d’administration, Directeurs des offices sous tutelles, centraux et membres du cabinet du Mjsl. Occasion propice pour le personnel de faire le point sommaire des activités menées en 2015, de présenter les attentes et doléances puis de donner les perspectives d’une nouvelle aventure. A en croire Bernardin Hounsa Gansi, Chef service suivi et évaluation (C-Sse), plusieurs actions ont été menées notamment des formations des jeunes à l’entreprenariat, la réfection des centres de loisirs, la colonie des vacances, le Fenacel, la Nuit des oscars des sportifs etc. Face à ce bilan élogieux, il entend faire mieux en 2016 afin de faire du Fndajsl, une institution forte. Pour Hyppolite Attibossou, représentant du personnel, ces objectifs ont pu être atteints grâce au climat de convivialité qui règne entre le Directeur et son personnel. Pour lui, le Directeur est sensible aux doléances et est à l’écoute de ses collaborateurs. C’est pourquoi le personnel du Fndajsl s’engage pour l’atteinte des objectifs et de nouveaux défis en 2016. «Nous avons réussi à mener à bien et à terme les activités en 2015», se réjouit El Farouck Soumanou et d’ajouter: « sans votre dévouement et votre volonté dans le travail, cela ne saurait être possible». Il souhaite cependant que l’année 2016 soit aussi meilleure que celle qui vient de s’achever. Précisons que trois collaborateurs ont reçu des mains du D/Fonds leur lettre de félicitation pour service rendu à la nation.

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Course Vtt à Cotonou : Le top donné samedi 30 janvier prochain

course-vtt

Prévue pour se tenir en décembre 2015, la grande course cycliste populaire Vtt aura lieu samedi 30 janvier 2016. Dénommée "Vélo pour tous 2016 " elle sera courue de Cotonou à Ouidah en passant par la plage de Fidjrossè pour échouer  au Fort Français de la ville historique de Ouidah. Selon Darino Atalé, promoteur de ladite course et responsable de la promotion des courses Vtt à la Fédération béninoise de cyclisme (Fébécy), la compétition est ouverte à toutes personnes physiques en bon état de santé. La distance à parcourir est de 45 km. Selon les organisateurs, les inscriptions sont déjà ouvertes et prendront fin jeudi 28 janvier 2016 au siège du Comité national olympique et sportif béninois (Cnosb), sis au stade de l'Amitié Mathieu Kérékou et à Ouidah au Centre des jeunes et loisirs au Fort Français.

A.F.S.

En savoir plus...

Badminton à l’école : Un projet mal pensé

aubin-assogba

Dans sa volonté de promouvoir le badminton au Bénin, la Fédération béninoise de badminton (Fébéba) a mis un projet en place. L’initiative a été d’ailleurs saluée par tous. Il s’agit du programme Shuttle time dont l’objectif est de mettre le badminton au premier rang des sports pratiqués sur les lieux de savoir. En effet, mis en place en 2013 dans une dizaine d’établissements secondaires, techniques, publics et privés, le programme s’est tenu en 2014, avec le soutien matériel de la Fédération internationale de badminton. Ce programme a été suivi d'un stage international sous la houlette de l'expert mauricien Dajee Annirao. Ainsi, 27 enseignants shuttle time, 15 tuteurs et 6 entraîneurs niveau I Bwf ont été formés pour la circonstance afin de permettre à la Fébéba d’avoir des formateurs à la taille de la mission à eux confiée.

Mais la non-implication des clubs civils est un problème à résoudre. Puisque, les établissements ne participent à aucune activité statutaire de la Fébéba. A cela, s’ajoute le manque d’infrastructures pour permettre aux amateurs badistes d’avoir les fondements de la discipline. De plus la qualité du matériel distribué aux établissements laisse à désirer. Le projet est par ailleurs concentré sur Cotonou seul. Combien de clubs existent dans les autres départements ou dans les coins reculés du Bénin ? Combien sont-ils à prendre part au championnat national ? Combien de ligues départementales existent au Bénin ? Ce projet aura donc un fondement si et seulement si la Fébéba associe les clubs. Ainsi, les écoliers qui seront formés participeront au championnat afin que le travail qui se fait chaque année soit évalué.            

A.F.S.

En savoir plus...

Stage international de formation : Arbitres, juges et coaches à l’école de roller sport

roller-sport

Du 15 au 22 janvier 2016 se tient à l’auditorium «Marius Francisco» du Comité national olympique et sportif béninois (Cnosb), un stage international de formation des arbitres, juges et coaches. Ledit stage a été officiellement lancé par le président du Cnosb Julien Minavoa et le représentant du Ministère de la jeunesse, des sports et loisirs (Mjsl),Gibigayé Amidou.

Soutenu par la Fédération internationale de roller sport (Firs) en collaboration avec l’union des Fédérations Ouest-africaine de roller sport (Ufoars), le stage international de formation initié à l’endroit des arbitres, juges et coaches de roller sport vise à renforcer leurs capacités sur les nouvelles notions de la discipline. Pendant une semaine, ces derniers venus du Bénin, du Burkina Faso, du Cap-Vert, de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée, de la Guinée Bissau, du Libéria, du Mali, du Niger, du Nigéria, du Sénégal, de la Sierra Leone et du Togo seront à l’école des experts français envoyés par la Firs. Ces experts ont noms, Alain Negre (arbitre Vitesse), Luc Bourdin, spécialiste de freestyle et Hervé Lallement, Directeur technique national de roller sport de la France. Au menu de ce stage, de la théorie mais surtout de la pratique concernant deux disciplines à savoir : roller acrobatique (freestyle) et roller de course. A en croire Marius Tchibozo, président de la Fédération béninoise de roller sport (Fbrs), ce stage permettra d’approfondir les notions du roller pour permettre l’essor de cette discipline dans l’espace ouest-africain. «Le rendez-vous de Cotonou est d’une grande utilité et de mise en application sur le terrain » va-t-il confier. Abondant dans le même sens, Awa Nar Fall, vice-présidente de l’Ufaors a souligné que la formation s’impose à tous et les connaissances théoriques et pratiques seront d’une grande importance pour que le niveau des athlètes soit relevé. C’est pourquoi Julien Minavoa, président du Cnosb a promis accompagner les bonnes initiatives de la Fbrs et a félicité les présidents de la Firs et de l’Ufoars pour la tenue effective dudit stage. Quant à Gibigayé Amidou, représentant du Mjsl, il a invité les stagiaires à plus d’attention afin de  bénéficier des enseignements qui leur seront donnés.

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Invité Libre : «Je parviendrai à rehausser l'image de mon pays....», dixit Paterne Kounou

paterne-koumou

Jeune footballeur béninois, Paterne Kounou n’a qu’un seul rêve. Celui de devenir une star. Pour atteindre cet objectif, il entend mûrir en expérience au sein du club nigérian de première Division, Akwa United. Lequel il a rejoint l’année dernière après un passage exceptionnel dans le championnat du Niger. Paterne Kounou ambitionne aussi porter la tunique jaune des Ecureuils du Bénin. Lisez-plutôt l’interview qu’il a accordée à votre rubrique «Invité Libre».

Après un bref passage au Niger, vous avez décidé de déposer votre valise dans le championnat nigérian. Notamment à Akwa United. Pourquoi ce  choix ?

Pour commencer, j'étais d’abord à Cifas (Centre international de football Ajavon Sébastien, déjà fermé, ndlr) où j'ai joué la Ligue professionnelle du Bénin courant saison sportive 2009-2010. Après cela, il y a eu un problème avec le football béninois. Comme il n'y a plus de championnat, j'ai cherché ailleurs. C'est là que j'ai eu l’opportunité d’aller jouer au Niger. J'ai évolué avec l’Association sportive de la garde nationale du Niger pendant deux saisons, notamment 2012-2013 et 2013-2014. Au cours de ma deuxième saison, nous avons été sacrés équipe championne du Niger. C’est de là que j’ai été repéré par un manager qui m’a fait signer à Akwa United dans le championnat nigérian pour la saison 2014-2015. Donc voilà, en bref, comment je me suis retrouvé à Akwa United au Nigéria. J'ai signé un contrat de quatre ans et je viens de passer ma première saison dans cette Ligue.

Une première saison réussie. Mais comment s’est passé votre intégration ?

La Ligue professionnelle du Nigéria est un grand championnat. Il y a de grandes équipes comme Enyimba, Dolphins, Kano Pillars, et bien d'autres. Mon début n'a pas été du tout facile, d’abord avec la langue anglaise. Ensuite, le mode de vie qui n'est pas le même que ce que je vivais. J’avais du mal à échanger avec mes coéquipiers. Les trois premiers mois, je ne me retrouvais pas. Mais au fil des semaines, cela s’est amélioré. J'ai commencé à comprendre petit à petit les réalités du milieu. Avec le temps, j'ai appris la langue officielle du Nigéria et après, tout est rentré dans l’ordre. Aujourd'hui, je n'ai plus de mal à m'exprimer et c'est un atout pour moi. Puisque ça facilite la communication sur l'aire de jeu.

Quel bilan peut-on retenir de votre saison avec votre club, Akwa United?

Nous avons été vainqueurs de la Coupe du Nigéria. C‘est déjà un premier point positif.Contrairement au championnat où les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs. Puisqu'au début, entre camarades, on s’est fixé un objectif clair et précis. Celui de remporter la Ligue nigériane. Malheureusement, la réalité du terrain est tout autre. Au cours du championnat, les choses se sont passées autrement. Mais, on s'est finalement dit que ce ne serait pas digne de finir la saison bredouille. Avec les consignes du coach, ajoutées à notre détermination, on s'est donné à fond pour décrocher la Coupe du Nigéria. C’est déjà bien pour un début. Ce qui nous permettra d'affronter le 28 janvier prochain, le champion de la Ligue nigériane, Enyimba pour la Super Coupe du Nigéria qui va ouvrir le bal de la nouvelle saison. En plus de cela, on disputera les éliminatoires de la Coupe de la Caf en février 2015 face à Vita Club du Congo. Mais en championnat, on a fini 15ème.

Quelles sont vos ambitions?

Mon ambition majeure, c'est de jouer dans un plus grand championnat. Parce que j'ai aussi envie de devenir une star du football mondial. Pour ça, je travaille dur pour y arriver. Je sais qu'un jour, je parviendrai à rehausser l'image de mon pays. Puisque, j'ai aussi l'ambition de porter le maillot de l'équipe nationale et de pouvoir défendre les couleurs du Bénin. En tout cas, je travaille, je fais le nécessaire pour concrétiser mon rêve. Et plaise à Dieu, je vais atteindre le sommet. Je vous remercie.

Propos recueillis par Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Rétrospective 2015 / Acte 2 : Le football béninois et ses crises répétées

conor

L’année 2015 est certes conjuguée au passé. Mais il importe de revenir sur les faits marquants de l’actualité sportive ayant retenu l’attention des férus du sport roi béninois. 2015 fut une année minée par une crise interne, au sein du Comité exécutif de la Fédération béninoise de football (Fbf). On note également l’élimination du Bénin de la campagne russe, entendez, éliminatoires du mondial 2018 et aussi des cas de décès.

Après la crise de 2009 sous l’ère Sébastien Ajavon et Anjorin Moucharafou, le sport roi béninois est encore retombé dans les mêmes travers. Une crise interne interminable a pris corps. Les membres du même Comité exécutif de la Fbf sont devenus des ‘’chiens et chats’’. Et pour taper du poing sur la table, le ministre des Sports, Safiou Idrissou Affo, sort une décision. Retrait de l’agrément à la Fbf. C’est le feuilleton d’une nouvelle crise au Bénin.

Football béninois, l’ombre de lui-même !

Les années passent et se ressemblent pour le sport roi béninois, toujours dans l’agonie. Pourtant, l’espoir renaît en 2013 quand le bureau exécutif conduit par Augustin Ahouanvoébla a pris les rênes de la Fbf. Mais c’était une fausse espérance. Très tôt, le désespoir a refait surface avec l’absence du Bénin de la Can 2015 en Guinée-équatoriale. Suivra la suspension du Bénin par la Caf de toutes compétitions de catégories d’âge. Ceci, à la suite d’une tricherie sur les âges des joueurs béninois cadets qui ont pris part aux éliminatoires du Championnat d’Afrique des cadets, Niger 2015. Alors que, le Bénin était à 180 minutes de la qualification. La décision de la Caf anéantit les espoirs de cette jeune génération. Pour se justifier, la Fbf qualifie sa bourde d’«erreur administrative». A cela j’ajoute une crise interne entre membres de la Fbf. Et pour sonner la fin de la recréation qui a trop perduré, le Ministère de la jeunesse, des sports et loisirs avec à sa tête Safiou Idrissou Affo a décidé de taper du poing sur la table. Le 27 mars 2015, il retire l’agrément à la Fbf et intime l’ordre d’arrêter le championnat national de football des Ligues 1 et 2 en proie à des difficultés financières et à plusieurs problèmes. Dans ce flou artistique des acteurs du football béninois, le Bénin entame les éliminatoires de la Can 2017 par deux matches nuls respectivement en Guinée-équatoriale (1-1) puis à Cotonou face au Mali (1-1). Mais il sera éliminé du mondial Russie 2018 par le Burkina Faso malgré sa victoire étriquée à domicile (2-1). Les Etalons ont réalisé l’essentiel à Ouagadougou (2-0), renvoyant le Bénin à sa crise interne.

La mise en place du Comité de normalisation…      

Pour une sortie de crise, la Fifa a décidé de la mise en place d’un Comité de normalisation (Conor). De cinq membres précédemment annoncés, c’est sept que la Fifa et la Caf ont finalement retenu. Ce Comité a pour objectif de ramener la sérénité et une reprise normale des activités footballistiques, y compris dans l’équipe nationale ; l’organisation des élections des dirigeants de la Fbf au plus tard le 30 avril 2016. Ledit Comité dirigé par Rafiou Guy-Charles Paraïso, a été installé le 11 novembre 2015 à Porto-Novo et le Mjsl en a profité pour remettre l’agrément afin que le Conor travaille en toute sérénité. Mais dans la foulée, deux membres, Laurent Houngnibo et Médard Sessinou ont été retirés dudit comité par le Comité d’urgence de la Fifa qui s’est réuni le 17 décembre 2015. « Le Comité d’Urgence de la Fifa a décidé de retirer du Comité de Normalisation, MM. Médard Sessinou et Laurent Houngnibo, ramenant ainsi à cinq le nombre des membres du Comité de Normalisation… » Peut-on lire dans le courrier adressé au président du Conor. A en croire la notification, les deux membres incriminés «ont fait preuve d’un manque total de coopération et d’une intention délibérée d’empêcher le travail du Comité de Normalisation ». Suivra le 21 décembre 2015, la démission du vice-président du Conor Louis Philippe Houndégnon, évoquant un certain nombre de faits pour justifier sa décision. Désormais réduit à quatre, le Conor a la lourde mission d’atteindre les objectifs à lui assignés par la Fifa et par ricochet remettre le football sur de bons rails. «C’est une tâche lourde mais pas impossible » disait Rafiou Paraïso, dès sa prise de fonction. «C’est un engagement patriotique pour le renouveau du football béninois » va-t-il confier. Mais pour l’heure, le peuple sportif béninois croise les doigts et retient son souffle pour un réel renouveau de son football.

Drame du 6 septembre 2015 : Deux morts

Deux morts ont été enregistrées au stade de l’amitié Mathieu Kérékou, ex stade de l’Amitié de Kouhounou, dimanche 6 septembre 2015 en marge du match Bénin # Mali (1-1) comptant pour la 2è journée des éliminatoires de la Can Gabon 2015. Peu avant le démarrage de la rencontre, une bousculade s’est produite à l’entrée E1 du stade. Conséquences, des blessés mais aussi deux morts. Quatre mois après ce drame, les responsabilités n’ont jamais été situées. Preuve que ce dossier est déjà rangé dans les placards et que les responsables de ce drame vont rester impunis.  

JDD conduit à sa dernière demeure

Le 11 mai 2015, le géant du micro au niveau du sport béninois s’est éteint. JDD, entendez Jean Dieudonné Dougba, jusque-là, correspondant de Rfi au Bénin. A 56 ans, il a abandonné micro, plume, amis et famille. Il a été conduit à sa dernière demeure le samedi 30 Mai 2015 dans son village natal à Sinwé Lègo, commune d'Agbangnizoun. Il ne reste qu’à dire :" Repose en paix très cher doyen".

Réalisation : Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Hommage du mouvement olympique à Marius Francisco : L’auditorium du Cnosb devient ‘’auditorium Marius Francisco’’

Cnosb

L’ancien président du Comité national olympique et sportif béninois (Cnosb) Marius Théodule Francisco, décédé jeudi 26 novembre 2015, a reçu samedi 9 et dimanche 10 décembre 2016, les hommages du mouvement olympique béninois. A cette occasion, l’actuel président du Cnosb Julien Minavoa a décidé d’immortaliser le patriarche. Ainsi, l’auditorium du Cnosb devient l’auditorium Marius Francisco.

Pendant deux jours, les acteurs du mouvement olympique ont défilé au siège de Cnosb pour témoigner leur affection et rendre hommage à celui qu’ils appellent ‘’le messi’’ du mouvement sportif. Tour à tour, les 26 fédérations sportives ont signé le livre de condoléances apprêté pour la circonstance. A l’unanimité, les acteurs ont reconnu le mérite de l’illustre disparu. « Le Bénin vient de perdre un digne fils qui a tout donné au sport…» a laissé entendre le ministre des Sports,Safiou Idrissou Affo, à la tête d’une forte délégation.Quant à Julien Minavoa, il a pris l’engagement de continuer et d’assurer l’héritage à lui laissé par son prédécesseur.

Marius Francisco immortalisé

L’auditorium du Cnosb devient ‘’l’auditorium Marius Francisco’’. C’est la première décision prise par l’actuel bureau du Cnosb pour immortaliser le grand Chancelier Marius Francisco. En effet, Julien Minavoa et son bureau ont décidé de coller le nom de leur leader au siège du Cnosb.Une manière, à en croire le président Minavoa, d’avoir toujours en mémoire celui qui a tout donné au sport béninois, africain et international. Il faut rappeler que Marius Francisco est décédé le jeudi 26 novembre 2015 dans sa 78ème année et sera inhumé à Ouidah, son village natal, ce jeudi 14 janvier 2016.

A.F.S.

En savoir plus...

Bjfoot Awards 2015 : Les lauréats désormais connus

bjfoot

Le 10 janvier 2016, pendant que le Bénin tout entier célébrait la fête traditionnelle du vaudoun, des internationaux béninois recevaient leurs distinctions de la 2è édition de Bjfoot Award 2015.

Le site sportif béninois bjfoot.com a distingué les internationaux footballeurs béninois qui ont brillamment marqué la scène footballistique de par leurs prestations dans les championnats africains et européens. L’innovation en vaut la peine. Puisque, certains joueurs béninois ont connu un parcours fabuleux, méritant pleinement une distinction. Pour les organisateurs, «après une année de travail et de performance, les footballeurs béninois aussi méritent bien leur moment de gloire et de récompense». Ce qui justifie l’organisation de « bjfoot Awards » qui a décerné des récompenses aux footballeurs béninois pour le compte de l’année 2015. A en croire les promoteurs de l’événement, « bjfoot Awards » a pris en considération les performances réalisées par les joueurs du 1er janvier au 31 décembre 2015.

Rudy Gestede élu joueur de l’année

Avec 51 % de vote, l’attaquent d’Aston Villa Rudy Gestede remporte le prix du meilleur joueur de l’année devant Michaël Poté et Christophe Aifimi. Auteur de 17 buts en 2015 et joueur le plus cher de l’histoire de football béninois avec son transfert de 8.4 millions d’euros de Blackburn vers Aston Villa. De plus, Gestede est le premier international béninois nominé pour le ballon d’or africain. Et c’est à juste titre que bjfoot.com lui décerne le prix de joueur béninois de l’année 2015.

Michaël Poté, décroche le soulier d’or

Elu meilleur joueur en 2014, Michaël Poté remporte le prix du soulier d’or. Aux dires des initiateurs, ce prix récompense le joueur béninois qui totalise le plus de buts en matches officiels en club comme en sélection nationale. De plus, il a été sacré meilleur buteur du championnat chypriote et a entamé une saison sportive 2015-2016 époustouflante en Turquie dans le club d’Adama Demispor. Il est d’ailleurs l’un des meilleurs buteurs actuels de la deuxième Division turque. Il devance Gestede et ses 17 réalisations. Il succède d’ailleurs à l’attaquant d’Aston Villa vainqueur l’année dernière.  

Jordan Adéoti marque le but de l’année

Sessègnon, Gounongbé, Adéoti et Gestede sont les quatre joueurs qui étaient en lice pour le but de l’année. Mais au finish, c’est celui marqué par le milieu défensif de Caen Jordan Adéoti qui a reçu l’approbation des votants. Une récupération dans les 25 mètres et une frappe aussi puissante que précise du gauche en plus et en pleine lucarne. Un but spectaculaire et aussi décisif inscrit en Coupe de France contre Dijon le 4 janvier 2015.

Christophe Aifimi, meilleur joueur évoluant en Afrique  

Elu meilleur gardien de but du championnat ivoirien avec l’As Tanda, Christophe Aifimi a connu une année 2015 inaccoutumée. Auréolé de son titre de champion de la Côte-d’Ivoire, il découvre par la même occasion l’équipe nationale du Bénin. Même s’il n’a encore un statut de titulaire au sein des Ecureuils du Bénin,  il compte travailler dur pour y arriver et bouleverser la hiérarchie. Et c’est logiquement qu’il succède  à Nana Badarou.

Et de deux pour Aifimi, élu meilleur gardien  

Après avoir été élu meilleur joueur évoluant en Afrique, Christophe Aifimi a réalisé la passe de deux. Il décroche le prix « Yessouffou Semiou » attribué au meilleur gardien. Distinction justifiée puisque Aifimi a été élu meilleur gardien de la Côte d’Ivoire grâce à ses 15 clean sheets réalisés durant la saison 2015. Décisif sur le terrain et influent dans le vestiaire, il a été promu capitaine de l’As Tanda. Selon Bjfoot.com,  il a réussi à récolter 28% du vote du public, dans une catégorie où les résultats étaient assez équilibrés entre les trois prétendants. Il a devancé ses aînés en équipe nationale Fabien Farnolle (Le Havre/France) et Saturnin Allagbé (Niort/France) à qui il succède.

AnaaneTidjani, espoir du football béninois

«Prix Médard Zannou» consacré au meilleur espoir a été décerné à Anaane Tidjani, sociétaire de l’équipe tunisienne de l’Espérance de Tunis. Il a devancé David Kiki (Niort/France) et Steve Mounié (Nîmes/France). Pour bjfoot.com, c’est la belle histoire de l’année 2015. En effet, formé à l’Académie Alodo Sports et passé par Cifas, AnaaneTidjani  a fait ses classes dans les équipes de jeunes de l’Espérance de Tunis et a signé pro. Le milieu offensif a quasiment franchi un palier et est un avenir certain pour le Bénin. Il a logiquement fini premier au vote du public, avec un score record de plus de mille votes (81%). Il succède à Sessi d’Almeida.

Zoom sur les lauréats et catégories concernées


Joueur de l’année : Rudy Gestede
Soulier d’or : Michaël Poté
Meilleur joueur évoluant en Afrique : Christophe Aifimi
Meilleur espoir « Prix Médard Zanou » :AnaaneTidjani
Meilleur gardien «prix YessoufouSemiou » : Christophe Aifimi
But de l’année, Prix spécial : Jordan Adéoti

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Edition 2016 du ‘’Festival de danse et de théâtre à la base’’ : Oscar Alossè fait des écoliers sa priorité

Oscar-Alosse

Pour avoir de la bonne crème de  danseurs et comédiens capables de relever les défis qui s’imposent au secteur arts vivants au Bénin, il est capital d’initier des âmes fragiles. Le président de la troupe ‘’Les élites du Bénin’’, Oscar Alossè, lui-même danseur-chorégraphe et chanteur professionnel, l’a compris très tôt.Pour atteindre ses objectifs, il emprunte le canal de son festival dénommé ‘’Festival de danse et du théâtre à la base’’. Ainsi, s’attelle-t-il à donner de la visibilité au travail qu’il abat dans l’ombre à travers les manifestations de cet espace spécialement créé pour la promotion des enfants aspirants au monde artistique. La deuxième  édition de cette initiative s’apprête à ouvrir ces portes et l’organisateur principal  met déjà le bouché double pour aller à la conquête des enfants dans les écoles primaires et maternelles.«  Ce projet juste parce que les enfants sont faciles à éduquer que les adultes, surtout lorsqu’il s’agit des activités de divertissement comme la danse et le théâtre. En plus, il n’y pas d’inquiétude à se faire. Les enfants ont déjà cette aptitude d’apprendre plusieurs disciplines à la fois dans leur école respective. Donc, chercher à les initier aux arts de la danse et du théâtre se serait une manière de leur permettre d’avoir plusieurs cordes à leur arc. Et ça ne leur posera pas du tout de problème dans l’évolution de leur étude. Autrement, c’est une manière pour nous de promouvoir le développement des arts à la base et d’anticiper sur la préparation de la relève » indique le président de la fédération des cercles artistiques de danse du Bénin pour exhorter à la confiance les parents qui auront de doute à épouser l’idée. « Je donne des cours de danse dans les maternelles. Moi mon enfant, Alossè Nelly, le fait déjà et s’épanouit correctement aussi bien à l’école que sur la scène. Et je lui dis souvent c’est à condition que tu travailles que va poursuivre la danse. Et puisqu’il aime la chose, à la fin de l’année j’ai de bons résultats » va-t-il rassurer pour motiver les parents à encourager les enfants.

Teddy GANDIGBE

En savoir plus...

Processus de réconciliation : Le Conor échange avec Martin Adjagodo

paraiso-adjagodo

Profitant de leur rencontre avec les acteurs footballistiques des départements du Zou et des collines, le Comité de normalisation (Conor) a rendu une visite de courtoisie à l’ancien président de la Fédération béninoise de football (Fbf) Martin Adjagodo.

Trois mobiles justifient cette initiative des membres de ce comité. D’abord, le Conor souhaite présenter à l’ancien président, ses vœux de nouvel et surtout lui apporter son soutien dans son combat contre la maladie. L’ancien président est en effet, en proie à des problèmes de santé depuis un moment. Malgré son état délicat, celui-ci n’a ménagé aucun effort pour recevoir ses hôtes dans son domicile où il passe sa retraite.Ensuite, les membres du Conor ont présenté à l’ancien N°1 du football au Bénin, un bref bilan de leurs activités, notamment celui qui concerne le processus de réconciliation des acteurs du sport roi qui a valu leur présence à Abomey. Enfin le Conor a souhaité recueillir les conseils et avis de cet homme fort du football afin de mener à bien la mission qui lui a été confiée par la Fifa.

L’ancien président de la Fbf très ému, n’a pas caché sa satisfaction d’accueillir ses hôtes. Après avoir formulé ses bons vœux aux membres du Conor, il a partagé avec eux son souhait de voir le football redorer ses blasons. Il leur a prodigué d’utiles conseils pour l’aboutissement heureux de leur mission. Il n’a pas manqué de les exhorter à travailler dans l’union, dans un esprit d’ouverture et de concession. Selon ses dires, rien de grand ne se construit dans la division et la discorde.

A.F.S.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !