TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Couverture linkedln

A+ A A-

Sport

Saturnin Allagbé à propos du match Bénin # Guinée-équatoriale : «Nous devons gagner pour être en bonne posture avant…»

Saturnin-Allagbe

Né le 22 novembre 1993 à Assaba (Bénin), Saturnin Kassifa Owalabi Allagbé est un football international béninois. Sociétaire de Chamois Niortais football club, une formation de la Ligue 2 en France, le gardien de but n°2 du Bénin a connu une saison difficile. Il n’aura retrouvé du temps de jeu que lors des dernières journées du championnat. Dans cet entretien exclusif qu’il nous a accordé, Saturnin Allagbé nous parle de sa saison mais aussi de l’équipe nationale du Bénin. Lisez plutôt !!!

Matin Libre : Bonjour Saturnin. Tu as retrouvé une place de titularisation même si c'est vers la fin de la saison. Quelles sont tes impressions.

C'est toujours agréable de débuter des matches surtout quand on est gardien de but. C'est mon objectif depuis que j'ai signé à Niort. C’est vrai que ça arrive dans un contexte où je m'y attendais le moins. Mais le plus important a été le club. Quand le coach me fait confiance, je prends chaque match comme cela se doit. A la fin, le club est maintenu. Je dirai qu'on a ensemble atteint notre objectif.

Niort avant la 36e journée était en situation de ballotage. Vous aviez cru au maintien ?

Fermement ! On a vécu une saison difficile. On n’a rien relâché. On a joué tous les matches à fond. On avait notre destin en main et on avait les moyens d’y arriver. On s’est battu pour cela et ça a été fait  par la grâce de Dieu.

Ne penses-tu pas que Niort a perdu trop de points ?

Comme je le disais, la saison a été difficile. Evidemment, il y a eu pleins de matches où, au vu de ce qu'on a produit, on aurait pu espérer de meilleurs résultats. Mais, c'est comme ça le football. On s’adapte.

Qu’est ce qui peut expliquer ces contre-performances ?

On a eu des hauts et des bas comme toutes les équipes du championnat. Malheureusement, nos temps faibles nous ont coûté beaucoup de points. Mais au finish, on s’est rattrapé et on a pu se maintenir en Ligue 2.

Un mot sur les prestations de vos coéquipiers de l’équipe nationale qui sont dans le même club que vous…

Je suis celui qui a moins joué. Je n’ai pas le droit de parler (rire). Mais sérieusement, tout le monde était au point. Djiman a bien confirmé ce qu'il montrait lors des saisons précédentes. C'est le plus ancien. Les deux David qui sont arrivés cet été sont vite rentrés dans le bain. Ils m'ont surpris agréablement tous les deux. Je les félicite car ils nous ont beaucoup apporté sur le plan défensif (Kiki) et offensif (Djigla).

Les Ecureuils, parlons-en. Le Bénin est à deux matches de la qualification. Le peuple sportif peut-il espérer?

Mathématiquement, on est encore dans le coup. Nos cartes sont dans nos mains. On doit gagner les deux matches restants. La dernière journée à Bamako sera importante. Ce sera la finale du groupe. L'essentiel, c'est d'arriver à Bamako avec un léger avantage. Dans tous les cas, on doit aller chercher la victoire et nous avons un bon groupe pour décrocher la qualification.

Comment entrevoyez-vous le match de juin prochain face à la Guinée-équatoriale ?

Le match face à la Guinée-équatoriale ne sera pas une partie de plaisir. Les équato-guinéens, viendront jouer sans pression. Nous, nous avons besoin de points et c'est ce qui comptera à la fin. Nous devons gagner pour être en bonne posture avant l‘ultime journée. Je vous remercie.

Propos recueillis par Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Match entre les joueurs revenus du Brésil et l’équipe U20 : Oswald Homeky heureux de la qualité du jeu produit

oswald-homeky

Au cours d’un match de gala disputé vendredi 13 mai 2016 au stade Mathieu Kérékou, les 22 joueurs béninois venus du Brésil (centre de Botafogo) ont été contraints au partage des points par l’équipe nationale U20 du Bénin (2-2). Une rencontre suivie de près par le patron des sports, Oswald Homeky. Au terme de la rencontre,  il a adressé un message de courage et de félicitations aux joueurs. Pour lui, le niveau de jeu, est comparable à celui du championnat d’élite du Bénin. Maîtrise de balle, bonne circulation du cuir rond et bon quadrillage du rectangle vert. Tel a été le spectacle offert par les jeunes footballeurs béninois venus du Brésil. En somme, le ministre des Sports Oswald Homeky et le public ont pu apprécier le talent individuel et collectif de ceux qu’on peut désormais considérer comme l’espoir du football béninois.

Lire le message du ministre des Sports Oswald Homeky à l’endroit des jeunes footballeurs venus du brésil

«Je suis venu leur dire que la République est de cœur avec eux. Et comme le Chef de l’Etat s’est engagé à le dire, nous qui l’accompagnons dans ce projet, avons décidé de promouvoir tous les talents dans toutes les disciplines sportives et principalement dans le football. C’est le gouvernement qui a financé ce projet qui a permis d’envoyer les jeunes au Brésil. Il y a eu quelques difficultés liées au non payement de nos redevances.... J’ai pris les dispositions pour que cette situation soit réglée en même temps que la situation de salaire qu’on devait à l’entraîneur. Je suis heureux que les enfants soient rentrés au pays. Beaucoup plus heureux que nous ayons constaté toute la qualité de jeu produit. J’ai tenu également à féliciter la sélection locale par rapport à ce que les joueurs ont montré sur l’aire de jeu. Le Bénin a encore apporté la preuve qu’il a du talent dans le football. J’ai félicité les encadreurs, aussi bien ceux de l’équipe locale que ceux des jeunes venus du Brésil. Parce que, le football, ce sont les acteurs mais aussi les encadreurs. Je les ai félicités pour leur engagement, à l’endroit de la jeunesse de leur pays. Parce que pour nous, ce qu’ils font, c’est ça le vrai patriotisme.»

Propos recueillis par : A.F.S.

En savoir plus...

Le ministre Homeky sur la suspension du Bénin par la Fifa : «Nous prendrons les dispositions…pour sortir de cette situation»

oswald-homeky

Très attendu du public sportif béninois à propos de la suspension du Bénin par la Fifa, le ministre des Sports Oswald Homeky, s’est finalement prononcé. C’était à l’occasion du match de gala qui a opposé les jeunes footballeurs béninois venus du Brésil et les Ecureuils juniors (2-2). Le patron des sports béninois a, en effet, répondu aux questions des journalistes. Lisez plutôt !

Presse sportive : Monsieur le ministre, le 9 mai 2016, lors du Congrès de la Fédération international de football association (Fifa), le Bénin a été suspendu. Quelle est la position du gouvernement béninois face à cette décision ?

Oswald Homeky : Le gouvernement a une position républicaine qui n’a qu’une seule priorité, la réconciliation des acteurs pour le bonheur de la jeunesse béninoise et des passionnés du football en particulier. C’est bien dommage qu’une association nationale qui est totalement indépendante de l’Etat, commette des fautes et que l’application de la sanction se répercute sur tout le pays. Nous n’allons pas réinventer le monde. C’est ainsi que fonctionnent les associations nationales et la Fifa qui est la structure faîtière. Nous prenons acte de ce que nous avons entendu, qui nous a été notifié par écrit. Nous disons que nous prendrons les dispositions avec les acteurs, avec les protagonistes pour pouvoir dans les meilleurs délais sortir de cette situation. Je tiens à dire que j’ai échangé depuis les premières heures de ma prise de service avec tous les acteurs. Je continue de parler avec quelques-uns. J’ai échangé également avec tous ceux qui les entourent à savoir les journalistes, les supporters, les associations sportives amateurs. Le constat que j’ai fait, est que, tous autant qu’ils sont, ils ont été par le passé des passionnés du football. Et puis, vous le savez, à une certaine époque de l’histoire du football de notre pays, ils ont été partenaires. Je veux bien croire que la capacité de chacun d’eux à aller au-delà de ses intérêts personnels, au-delà de ses émotions et de son égo pour sauver la nation, va l’emporter et que bientôt, la raison gagnera le cœur des uns et des autres pour que nous puissions reprendre la situation en main tous ensemble.

On a appris que l’équipe nationale junior joue finalement le 22 mai contre la Lybie en Egypte. Le juge a renvoyé  tout le monde dans une semaine. Dans votre tête en tant que ministre, comment ça se passe ? Comment vous vous sentez dans votre peau ?

Bien évidemment que je me sens mal quand il y a trop d’incertitudes. J’ai demandé aux joueurs de continuer à s’entraîner comme si de rien n’était pour que nous ne soyons pas surpris au cas où, les acteurs se mettaient d’accord…Nous allons continuer à garder le moral haut et à isoler les joueurs de la crise qui oppose les acteurs. Je dis une fois encore que j’ai échangé avec les différents protagonistes. Ce que j’ai entendu me permet de croire aujourd’hui que nous sommes face au mur, et que les émotions, les impulsions, les égos, vont se calmer afin que tous ensemble, nous ayons l’humilité de garder le pays, de regarder notre drapeau, de nous souvenir de la fierté que nous avons quand notre équipe nationale joue en compétition…

On totalise huit points dans le groupe du Mali. On pourrait se qualifier à une Coupe d’Afrique des nations (Can). On joue une véritable course contre la montre, parce que le match est prévu pour la première semaine du mois de juin. Avec la prolongation de la justice, et cette réponse un peu trop fermée de la Fifa, comment pouvons-nous, nous en sortir ?

Il est évident que dans un Etat démocratique, un ministre ne peut donner d’ordre à un juge. Les pouvoirs sont séparés. Le pouvoir exécutif ne peut pas s’immiscer dans la justice comme le pouvoir exécutif ne fait pas immiscion dans le fonctionnement des Fédérations nationales. Mais quand il y a ce genre de situation, il y a une démarche qui s’appelle plaidoyer ; que j’ai d’ailleurs entreprise depuis quelques temps. Je peux croire que les acteurs qui sont au cœur de cette crise sauront se souvenir de l’intérêt national même si les dates sont très proches et qu’on a des raisons d’être inquiets. Maintenant que nous sommes face au mur, chacun d’eux saura se souvenir que le comité exécutif auquel ils aspirent à diriger serait heureux que le pays joue. Nous ne pouvons pas continuer à regarder nos intérêts et sacrifier la passion de tout un peuple. Je voudrais demander à chacun de nous, tous ceux qui sont proches des protagonistes, ainsi que tous les journalistes qui aujourd’hui comptent dans la crise par leurs analyses, leurs chroniques, leurs prises de position, au nom de la République, de s’impliquer en demandant à chacun de ramener la balle à terre pour que nous puissions qualifier notre pays. Moi, je crois et le Chef de l’Etat est en phase avec nous là-dessus, que nous avons encore la capacité de nous entendre pour que vive le football béninois et nous allons y arriver.

Monsieur le ministre, au cas où nous serons sanctionnés, est-ce que le gouvernement Talon a les moyens pour animer sur deux ans le football ?

Le projet que nous avons pour le football béninois et le sport en général est un projet très ambitieux. Je l’ai dit au cours de ma première rencontre avec la presse sportive. Nous allons massivement investir dans les infrastructures, dans la formation et dans l’animation sportive. On va jouer, et ceci, dans toutes les communes, au football, au basket-ball, au handball. On va faire de l’athlétisme, du tennis. On va jouer à tous les sports. Je veux le dire ici, avec la plus grande assurance, que le gouvernement du président Patrice Talon veut massivement investir dans le football, dans le sport pour pouvoir permettre l’épanouissement et l’éclosion de nouveaux talents. C’est pourquoi je fais une fois de plus un plaidoyer à tous les acteurs des Fédérations pour que nous puissions profiter de ce nouveau départ qui est d’abord un nouveau départ pour nos jeunes, pour le pays avant d’être une opportunité pour chacun de nous.  

Propos recueillis par Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

13e Tour cycliste du Bénin : Bassirou Konté récidive et s’empare du trophée Castel Beer

tour-du-benin

Le top du 13e tour cycliste international du Bénin a été donné mercredi 11 mai 2016 à Parakou avec deux points chauds : Tchaourou et Kilibo. A l’arrivée, il sera respectivement remporté par Hamidou Yaméogo du Burkina-Faso et Bassirou Kontéde la Cote d'Ivoire. Mais au classement général de cette 1ère étape, c’est l’Ivoirien Bissirou Konté qui s’est emparé du maillot jaune griffé Castel Beer. Il est suivi du Belge Stein Vancouter et du Togolais Raouf Akanga. La 2e étape qui s’est tenue hier jeudi 12 mai 2016 entre Dassa et Bohicon a vu l’Ivoirien Bassirou Konté récidiver. Elle était longue de 80 Km avec un seul point chaud à Setto. Rappelons, qu’il y a neuf équipes que composent les 53 coureurs qui ont signé la fiche d'engagement.Nous avons la participation des équipes venues du Burkina-Faso, du Ghana, de la Côte-d’Ivoire, de la République démocratique du Congo, du Togo, de la Belgique, de la France et du Bénin.


Classement de la 1ère étape

1er Bassirou Konté (Cote d'Ivoire)
2ème Stein Vancouter (Belgique)
3ème RaoufAkanga (Togo)
Classement de la 2e étape
1er Bassirou Konté (Cote d'Ivoire)
2eBart Tribout (Belgique)
3ème Yameogo Hamidou (Burkina Faso)

Les enjeux de la 1ère étape

Maillot Jaune Castel Beer : 1er du Classement Général au temps: Bassirou Konté (Côte dIvoire)
Maillot La Béninoise : Premier Béninois : Rémy Sohou (Bénin)
Maillot XXL Sprints Intermédiaires : Hamidou Yaméogo (Burkina-Faso)
Maillot Peugeot SOCAR : Combativité Anthony Boakye (Ghana)  
Maillot Canal+ : 1er des Africains : Bassirou Konté (Côte dIvoire)
Maillot Sonaec : 1er jeune : Rouf Akanga (Togo)  
Maillot Best Western Plus: Elégance :AbakaTimi (Nigéria)
Maillot Asky : Plus Grande Remonté : RaoufAkangta (Togo)
Maillot Novotel Ibis Hotels : Plus Combatif Béninois : Robert Kponha (Bénin)
Maillot Moov : 1er des Invités : Stein Vancouter (Belgique)
Maillot Oryx Energies : Vainqueur dEtape : Bassirou Konté (Côte dIvoire)  
Maillot Aps : Jacques Hounsa (Bénin)

Les écharpes

Echarpe du Meilleur Jeune Béninois (Mon Savon) : Rémy Sohou (Bénin)  
Echarpe du Meilleur Equipier Béninois (Restaurant L’oriental : Abdoul Idrissou (Bénin)
Echarpe du Plus Ancien (Scil Bénin) : Didier Langlois (France)    
Echarpe de l’Intégration (Visual Communication : Emmanuel Sagbo (Bénin)  
Echarpe de Fair Play (LG): Robert Kponha (Bénin)

A.F.S.

En savoir plus...

Regard de Béchir Mahamat sur le sport roi au Bénin : «J’ai honte de la gestion du football béninois…»

Bechir-Mahamat

Consultant sur des chaînes de télévision du Bénin lors des grands rendez-vous footballistiques, Béchir Mahamat Haïdara est le Directeur technique du centre de formation Dimension Foot. Dans une interview qu’'il nous a accordée, l’ancien coach des Panthères de Djougou s’est prononcé sur le sacre d’Abi Sport. Il a par la suite levé un coin de voile sur les ambitions de son centre. Pour lui, le football béninois doit retourner à la base. Lisez-plutôt !

Matin Libre : Abi Sport a remporté la 6e édition du Tournoi des centres de formation organisé par Mounirou Daouda. Qu’est-ce que ce sacre vous inspire quand on sait que la compétition a réuni 12 centres de l’Afrique de l’Ouest et du centre ?

Béchir Mahamat : Merci monsieur le journaliste. Je dirai que ça dépend du sérieux qu’on met à la tâche. Abi est parti d’où ? Depuis combien de temps le centre travaille ? De quel moyen dispose-t-il ? Quelle est sa force dans ce qu’il fait ? Je connais le président du centre Abi. Le travail qu’il est en train de faire depuis des années a été payé aujourd’hui. C’est la preuve que le Bénin peut faire beaucoup de chose si on met du sérieux et qu’on donne les moyens de travailler dans la durée. C’est un désaveu de la gestion au haut sommet du football béninois. Je connais Abi depuis un certain temps. Il s’est détaché des crises qui alimentent le football béninois. Il se bat pour que son équipe soit compétitive et représentative. Cette victoire d’Abi, il ne faut pas qu’on se trompe, ce n’est pas la victoire du Bénin. C’est la victoire d’Abi qui a cru à ce qu’il fait.

Comment se porte  le centre de formation Dimension Foot?

Aujourd’hui, Dimension Foot se porte bien. Pour preuve, le capitaine d’Abi vient de Dimension Foot. J’ai quatre joueurs à Mogas et d’autres à Onze Créateurs. On a plein de joueurs dans plusieurs clubs. Mais on veut cette fois-ci repartir à zéro. A partir du moment où on s’est fixé d’autres ambitions. Il faut préparer la base de l’équipe nationale des cadets à partir de maintenant. Il faut que Dimension Foot soit la base essentielle de l’équipe nationale des cadets. C’est sur cela que Dimension veut axer son travail. Il faut venir voir comment ça se passe et vous aurez le temps d’apprécier. Une fois encore, félicitation à Abi mais j’ai honte de la gestion du football béninois.

Quelles sont les ambitions  de Dimension Foot ?

L’ambition de Dimension Foot, est que le football béninois prenne l’exemple sur Dimension Foot. Il faut qu’on forme à la base. Il faut que l’Etat s’engage  et qu’on encourage aussi les sponsors et les mécènes à s’impliquer (et non les faire fuir) pour que le football béninois puisse générer et apporter de l’argent dans le pays. En somme, notre ambition est de constituer une base pour l’équipe nationale. On a été à la base de la première promotion des enfants qui ont été au Brésil où sur les 22, on avait cinq joueurs dont l’un aujourd’hui joue au Ghana, Saliou Badalaou.  Le football béninois n’a pas généré quelque chose. Ça fait deux ans qu’il joue au Ghana et il a été nominé parmi les neuf footballeurs du championnat.

Votre regard sur la situation actuelle du football béninois

Complètement nulle. Le Ministère, la Fédération, le Comité de normalisation, les principaux acteurs, les entraineurs, il n’y a rien de bon. Il n’y a pas de sérieux. J’espère que le nouveau ministre des Sports qui est un jeune va se prendre au sérieux pour revoir les choses et promouvoir la formation à la base. Le ministre est là pour la rupture. Donc, il y a quelque chose qu’on veut rompre. Moi, j’ai foi en cela. Il y a des raisons d’y croire. J’espère qu’il va respecter la ligne de conduite de son chef. Si le football béninois décolle, il aura de la visibilité au Bénin et ça va générer beaucoup de choses. Je pense qu’avec le nouveau départ, on va y arriver.

Pour finir, les chances du Bénin pour la Can 2017…

Ce n’est pas le plus important. On ira à la Can pour faire quoi après.  On a été qualifié trois fois à la Can. On a disputé neuf rencontres et on a fait un seul match nul. On va aller, on va faire piètre figure et on va revenir. Il faut avoir la culture de la défaite. Et c’est à partir des défaites qu’on fera de bonnes choses. Le plus important, ce sont les enfants, la base. Il faut qu’on s’organise en mettant en place un bon projet pouvant booster le football à la base. C’est essentiel et le plus important. Je vous remercie.

Propos recueillis par : Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Après la suspension du Bénin par la Fifa : Ildevert Gnikpo invite le gouvernement à ne pas se laisser distraire

Ildevert-Gnikpo

24 heures après la suspension du Bénin par la Fifa, les réactions fusent déjà de part et d’autres. De façon officielle, certains membres du Comité exécutif sortant, sont montés au créneau pour inviter le gouvernement béninois à ne pas se laisser distraire. C’était hier mercredi 11 mai 2016 à la salle Bio Guéra de l’Hôtel Azalaï de Cotonou.

Pour les conférenciers, la suspension du Bénin interpelle la conscience du public sportif béninois. Selon eux, celle-ci est le fruit de la manipulation et des montages ‘’grotesques’’ de Rafiou Paraïso et de son allié, Anjorin Moucharafou. «Cette suspension du Bénin constitue la dernière trouvaille du clan Anjorin pour faire du chantage au nouveau gouvernement», va clarifier le porte-parole Ildevert Gnikpo. Pour ces membres du Comité exécutif de la Fbf sortant, la mission principale du Comité de normalisation (Conor) était de réunifier la famille du football béninois et d’organiser le congrès électif ouvert à tous les acteurs y compris les membres sortants. Ce qui, selon leur propos, n’a pas été fait. Pour eux, le Conor a lancé les élections dans des conditions précipitées pour avantager la liste unique conduite par Anjorin Moucharafou. Et face à l’incapacité du Conor d’unir la famille, les conférenciers affirment que «la sanction est salutaire». Elle, ont-ils estimé, permettra d'organiser le football et de régler définitivement tous les différends pour que le Bénin cesse d'être l'enfant malade du football sur le plan mondial. C’est pourquoi, ils ont invité le gouvernement béninois à ne pas se laisser distraire par cette suspension du Bénin. «C'est l'occasion de remettre tout à plat et de repartir sur de nouvelles bases», ont-ils conclu.

Mike MAHOUNA

En savoir plus...

13e tour cycliste du Bénin : A vos marques, prêts…partez!

cyclisme

Les cyclistes venus du Togo, du Burkina-Faso, du Ghana, de la Côte-d’Ivoire, de la Rd Congo, de la Belgique, de la France et du Bénin (pays hôte) vont donner ce mercredi 11 mai 2016, les premiers coups de pédales du 13e tour cycliste international du Bénin. De Parakou où le top sera donné à travers deux points chauds (Tchaourou et Kilibo), en passant par Savè, Dassa, Bohicon, Ouidah, Porto-Novo, pour échouer à Cotonou, les neuf équipes auront à parcourir 1145 Km dont la plus longue distance est celle quittant Parakou à Savè, longue de 160Km. La course pour succéder au Burkinabè Mathias Sorgho est lancée et il faudra attendre dimanche 15 mai 2016 pour savoir si le Burkinabè va garder sa couronne ou se verra déposséder du maillot Oryx Energies attribué au vainqueur d’étape. Ce qui est certain, le tour du Bénin gagne en expérience.Précisons, que l’évènement est soutenu par des partenaires tels que la Sobebra avec ses produits Castel Beer, la Béninoise, XXL ,pour rafraîchir les participants.

Retour sur les cinq étapes


1ère étape :
Parakou - Savè 150 KM
2ème étape :
 Dassa - Bohicon 80 KM
3ème étape:
Bohicon - Ouidah 115 KM
4ème étape :
Critérium à Porto-Novo
5ème étape :
 Critérium à Cotonou

Zoom sur les enjeux


Maillot Castel Beer : 1er du classement général au temps (jaune)
Maillot la Béninoise : 1er Béninois
Maillot XXL : Sprints intermédiaires
Maillot Canal+ : 1er des Africains
Maillot Peugeot Socar : Combativité
Maillot Renault Sonaec : 1er jeune
Maillot Best Werstern Plus: Elégance
Maillot Asky plus: Grande remontée
Ibis-Novotel : Plus combatif béninois
Maillot Moov : 1er des invités
Maillot Oryx Energies : Vainqueur d’étape

Zoom sur les écharpes 


Echarpe Mon savon: Meilleur jeune béninois
Echarpe Restaurant L’Oriental : Meilleur équipier africain
Echarpe Scil Bénin : Le plus ancien
Echarpe Lg : Fair-Play
Echarpe Visuel communication : L’intégration

A.F.S.

En savoir plus...

Inclusion sociale par la pratique du football au Brésil : Les 22 footballeurs béninois rentrent au bercail ce jour

jeunes-botafogo

Les 22 jeunes footballeurs béninois et les deux encadreurs qui ont bénéficié du Projet d’inclusion sociale par la pratique du football dans le centre de Botafogo au Brésil, seront de retour au bercail ce mercredi 11 mai 2016 après des mois de labeur. Selon les informations reçues, ils rentrent ce jour par Air Ethiopians. Toutefois, nous renseignent ces informations, pour certains, ce retour ne sera pas du tout repos. Mathias Déguénon, l’un des encadreurs, a été choisi pour diriger l’équipe nationale junior du Bénin. Laquelle prépare le second tour des éliminatoires de la Can Junior 2017 face à la Lybie. Par ailleurs, parmi les 22 jeunes venus du Brésil pour renforcer la sélection locale déjà en place et qui a déjà entamé les préparatifs du match, cinq joueurs auraient été pris. Une occasion pour eux de faire valoir leurs acquis.

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Préparatif du match Bénin-Guinée-équatoriale : Les Ecureuils du Bénin en amical face au Niger

ecureuils-du-benin

Dans le cadre de la cinquième journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) Gabon 2017, les Ecureuils du Bénin seront en amical, samedi 28 mai 2016 face au Menas du Niger. Une rencontre qui va permettre aux deux équipes nationales de faire la revue de troupe après des mois d’inactivité mais aussi de faire jouer de nouveaux joueurs en leur offrant de temps de jeu. Pour rappel, le Bénin est deuxième du groupe 3 avec 8 points (+4), derrière le Mali, 1er avec 10 points. Les Ecureuils du Bénin ont besoin d’une victoire obligatoire en juin prochain face à la Guinée-équatoriale pour maintenir ses chances de qualification ou d’être un potentiel meilleur deuxième.  

L’erreur du Togo…

Le nouveau sélectionneur du Togo Claude Leroy avait aussi suggéré disputer un match amical face au Bénin, le 28 mai prochain. Mais ce ne serait plus possible. Puisque, le Bénin avait déjà donné son accord au Niger avant que le Togo n’entre en négociation. Selon les informations reçues, le Togo a déjà annoncé le match sans que la partie béninoise ne soit au courant. Conséquence, le Togo devra se trouver un autre pays pour jouer le match de la journée Fifa.

A.F.S.

En savoir plus...

Nuit du noble art à Cotonou : Cinq victoires béninoises et une française

boxe

Le pavillon du Hall des arts, loisirs et sports (Hals) de Cotonou a servi de cadre, vendredi 6 mai 2016, à l’organisation par Abel Agbodjogbé, de la nuit du noble art. Une initiative de l’Agence africaine pour le développement du sport et l’Union francophone de boxe en collaboration avec la Fédération béninoise de boxe (Fbb). La compétition a réuni une douzaine de pugilistes venus du Ghana, du Nigéria, de la France et du Bénin. Au finish, les Béninois ont enregistré cinq victoires contre une pour la France.

Huit combats ont été le menu concocté par le promoteur Abel Agbodjogbé. Ceci, pour revoir le moral des boxeurs béninois de retour du Cameroun dans le cadre des éliminatoires des Jeux olympiques. Des combats minimes, passant par ceux féminins, amateurs pour finir par les néo-professionnels. Le public a été émerveillé par le spectacle des différentes confrontations, largement dominées par les locaux. Au niveau du combat féminin, Judith Amoussou du Bénin a dominé aux points son homologue Abigail Qwartey du Ghana. Trois victoires des Béninois  au niveau des combats amateurs, catégorie poids plume. Clément Loko, Martin Klaklevi et Justin Hounkpevi ont respectivement battu aux points Wassiou Mohamed, Latey Jerry et Emmanuel Kato, tous du Ghana. Deux confrontations ont meublé le combat néo-professionnel, catégorie léger. D’une durée de 6mn de trois rounds, le Béninois Mohamed Tidjani a pris le dessus par points sur le Nigérian Olaïtan Idohou. Enfin, le combat de la soirée a mis aux prises Louis Malaka du Ghana à Patrice Amidt de la France. Une confrontation plaisante qui a fait lever à maintes reprises le public. Au finish, c’est le Français qui est sorti vainqueur par abandon du Ghanéen.  Pour le promoteur Abel Agbodjogbé, l’objectif est atteint. A l’entendre, la nuit du noble art est un tremplin vers le championnat du monde qu’il aura à organiser dans soixante jours exactement en collaboration avec la Fbb.Les regards sont désormais tournés vers le championnat mondial pour lequel il sollicite déjà le soutien de la Fbb et des bonnes volontés pour sa réussite.

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !