TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN BUSINESS BRAND

A+ A A-

Sport

Signature du protocole d’accord : Homeky et Talon sauvent le sport-roi

Ajorin-Talon

(«Cette réconciliation marque le nouveau départ du football béninois », dixit Homeky)

Peut-on dire que la paix est définitivement revenue dans la famille du football béninois? L'avenir nous le dira certainement. Mais déjà, l'acte posé par les acteurs impliqués dans la crise qui secoue le football au Bénin, vendredi 23 décembre 2016, au Palais de la République, devant quatre ministres du gouvernement avec à leur tête le Chef de l'Etat, Patrice Talon, en apposant leurs signatures respectives, laisse entrevoir un futur prometteur.

Finies les crises cycliques et place aux jeux sur les rectangles verts des différents stades du Bénin. C'est du moins ce qu'on peut espérer à la suite de la signature du protocole d'accord signé par Mouchafou Anjorin, Bruno Didavi, William Fagbémi (groupe Anjorin) ; Victorin Attolou représenté par Georges Marie d'Almeida, Athanase Boko, Sylvain Lawson (groupe Ajavon) ; Augustin Ahouanvoébla, Valère Kakaï Glèlè, et Francis Koto Gbian (groupe Ahouanvoébla). Un acte patriotique et significatif qui pourrait permettre au football béninois d'amorcer son réel développement. Pour le ministre des Sports, Oswald Homeky, ce conflit a assez perduré. Il a alors salué l'humilité des uns et des autres pour l'aboutissement de cet acte et le Chef de l'Etat, Patrice Talon, pour son implication personnelle. «Cette réconciliation marque le nouveau départ du football béninois », a-t-il affirmé. «J'ai pris l'engagement de vous accompagner dans la réalisation de votre programme d'activité (...). Je puis vous rassurer que cette nouvelle équipe qui a été mise en place sous votre égide, je vais la conduire en bon père de famille (...) », a rassuré Moucharafou Anjorin, désormais président du Comité transitoire qui dispose de 18 mois pour nettoyer les textes de la Fbf en vue de nouvelles élections. Pour Georges Marie d'Almeida, le moment est venu pour mettre la balle à terre. Au nom de son groupe, il a pris l'engagement d'accompagner le gouvernement pour que le nom du Bénin puisse rayonner dans la sphère mondiale. Même son de cloche du côté de Francis Koto Gbian qui, au nom de la famille du football a remercié le gouvernement béninois pour l'aboutissement heureux de cette crise. «Je suis content d'assister à la signature de l'acte qui consacre la réconciliation de la famille du football », dira le président Patrice Talon. Pour le Chef de l'Etat, cet acte est un mérite collectif qu'il faut saluer. «Nous rentrons, à partir d'aujourd'hui, dans une période de grâce...Si nous nous donnons ces atouts à partir d'aujourd'hui, le football béninois réussira à lever des trophées sur le plan régional et même mondial », a-t-il laissé entendre.

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Dégel de la crise à la Fbf : 21 membres pour 18 mois de transition

Football

Ils seront installés, ce vendredi 23 décembre 2016 au Palais de la République en présence du Chef de l'État Patrice Talon. Eux, ce sont les 21 membres qui vont siéger dans le comité de transition. Ils auront 18 mois pour adopter les nouveaux textes, les rendre conformes à ceux de la Fifa et puis organiser une nouvelle élection. Ainsi se résume en substance, la réunion d'hier, jeudi 22 décembre 2016, qui a eu lieu entre les acteurs du football béninois et le Chef de l'Etat au Palais de la Marina. Une rencontre qui a été celle de la recherche de solutions pour endiguer les crises successives qui secouent le football béninois depuis plusieurs années. En somme, le bureau transitoire sera composé des 15 membres de l'actuel comité exécutif de la Fbf dirigé par Moucharafou Anjorin. Auquel s'ajouteront les représentants des groupes de l'honorable Augustin Ahouanvoébla, de Valère Glèlè et Francis Gbian puis ceux du camp Sébastien Ajavon représenté par Victorien Attolou, Sylvain Lawson et Athanase Bocco. L'acte officiel aura lieu ce vendredi au Palais de la République. A suivre donc !!!

A.F.S.

En savoir plus...

Edition 2016 du championnat national : Les meilleurs connus ce samedi

Haltérophilie

Au Bénin, l'approche des fins d'année rime avec l'organisation des différents championnats nationaux au niveau des Fédérations sportives. C'est à cet engagement statutaire que va s'atteler la Fédération béninoise de l'haltérophilie (Fébéha) qui a convié ce samedi 24 décembre 2016 les pratiquants de cette discipline pour le championnat national. De sources fédérales, une soixantaine d'athlètes venus des différents clubs des quatre coins du Bénin prendront part à la 6è édition des championnats nationaux qui auront lieu au stade Mathieu Kérékou. Au cours de cette compétition statutaire, ce sera l'occasion pour chaque athlète de rivaliser d'ardeur pour conquérir non seulement une médaille mais aussi monter sur la première marche du podium. Plusieurs catégories sont attendues. Entre autres, des cadets, juniors, et seniors. Concernant les clubs de provenance des joueurs on peut citer, Bénin haltérophilie, club Eléphant de l'Ouémé, Joker sport, Guépards, Tigre de Djacotomey, etc. La Fébéha avec à sa tête Rogatien Gbaguidi pense mieux organiser cette compétition afin que les meilleurs soient récompensés et puissent représenter les couleurs nationales lors des rendez-vous continentaux et internationaux.

A.F.S.

En savoir plus...

6è édition du Tournoi « Arbre de Noël » : Deo FC # Abeilles d’or pour une finale alléchante

Football

Deo Fc et Abeilles d'Or sont les deux équipes qui disputeront la grande finale de la 6è édition du tournoi « Arbre de Noël ». Ces deux équipes ont décroché leur billet pour la finale en se débarrassant respectivement de Zéphyr Fc et As Merco en demi-finale.

Le prochain vainqueur du tournoi «Arbre Noël» organisé par Ambroise Zinsou sera connu ce samedi. Il s'agit de Deo Fc ou de Abeilles d'or. Deux équipes qui ont validé leur ticket pour l'ultime match du tournoi dont l'objectif est la promotion du football à la base. Mais pour décrocher leur billet respectif, Maxime Sékpé et ses coéquipiers de Deo Fc ont battu en demi-finale aux tirs au but, l'équipe de Zéphyr Fc (2-0) à la suite du score nul et vierge au terme du temps règlementaire. Au même moment, Abeilles d'Or, finaliste de la précédente édition a tenu son rang. Elle s'est imposée devant As Merco après les tirs au but (2-1). Cette finale Déo Fc # Abeille d'Or s'annonce alléchante entre deux équipes qui avaient affiché leurs ambitions depuis le démarrage de cette compétition. Si Deo Fc ambitionne de remporter son deuxième trophée, Abeilles d'Or quant à elle, est à la quête de son premier sacre et n'entend pas briser son rêve après sa finale perdue il y a un an devant Junior Fc, tenant du titre. Ainsi, elle devra batailler dur pour ne pas laisser échapper une nouvelle occasion. De ce fait, la finale garde encore tout son suspense et seule la fin de la rencontre au soir du 24 décembre 2016 pourra édifier. D'ores et déjà, le promoteur dudit tournoi Ambroise Zinsou invite la population à venir pousser les deux équipes sur le terrain de Wembley à la victoire finale.

Résultats des demi-finales

Deo Fc-Zéphyr Fc : 0-0 (2-0, a.t.b)

Abeilles d'Or-As Merco : 0-0 (2-1, a.t.b)

Samedi 24 décembre 2016

Finale (16h) :

Abeilles d'Or # Deo Fc(Wembley)

A.F.S

En savoir plus...

Classement Fifa du mois de décembre 2016 : Le Bénin, le statu quo

CAN-2017-Bénin

(Le Sénégal domine l'Afrique; l'Argentine, le monde)

Le Bénin demeure dans le top 15 en Afrique et dans le top 70 au monde. C'est ce qu'on peut retenir du dernier classement Fifa du mois de décembre 2016, publié par l'instance du football mondial, dans la matinée d'hier jeudi 22 décembre 2016. Le Bénin stagne au 14e rang en Afrique et 66e au monde. Un classement toutefois dominé par l'Argentine dans le monde et le Sénégal en Afrique.

15e en octobre 2016 et 14e un mois plus tard sur le continent, le Bénin reste constant au classement Fifa du mois de décembre 2016, le dernier de l'année en cours. Si le football béninois est au repos depuis des mois, force est de constater que le classement délivré par la Fifa lui est toujours favorable. Puisqu'il est 66e sur le plan mondial avec 531 points. Toutefois, ce classement n'est pas une fin en soi. Les Ecureuils du Bénin qui ont manqué de peu la qualification à la Can Gabon 2017 doivent vite se mettre au travail pour justifier leur niveau actuel. Cela passe alors par des matches amicaux qui doivent être disputés de façon régulière afin de jauger le niveau des joueurs et l'ensemble de l'équipe nationale. Aussi, le championnat national doit-il reprendre pour dénicher de nouveaux joueurs devant assurer la relève de qualité tant prônée par le ministre des Sports, Oswald Homeky lors du lancement du Programme d'action du gouvernement (Pag 2016-2020).

Le Sénégal domine l'Afrique

Sur le continent, le Sénégal reste le roi et domine le classement en Afrique avec 755 points. Il est 33e au monde et premier en Afrique. Les Lions de la Téranga sont suivis de la Côte d'Ivoire (34e au monde) et la Tunisie (35e mondial). Les Pharaons d'Egypte font un pas de plus et sepositionnent à la quatrième place (36e) alors que les Fennecs d'Algérie se pointent à la 5ème position, soit 38e mondial.

L'Argentine domine la planète foot

Sur le plan mondial, c'est l'Argentine qui termine l'année en tête devant le Brésil et l'Allemagne. L'Albiceleste succède ainsi, d'après Fifa.com, à la Belgique, sacrée "Équipe de l'année" en 2015, dont elle a récupéré le trône en avril dernier pour ne plus jamais l'abandonner. En somme, le pays de Lionel Messi (joueur de Barcelone) aura remporté dix de ses quinze matches cette année, concédant également trois défaites et deux nuls.

Peu de changement dans le top 10

Par ailleurs, on constate peu de changements dans le Top 10 qui demeure inchangé. Le plus grand bénéficiaire du mois est le Rwanda qui a obtenu plus neuf (92e). Seules trois autres sélections, l'Indonésie (171e, +8), le Myanmar (159e, +7) et l'Estonie (116e, + 6) ont fait un bond de plus de cinq rangs depuis novembre.Il faut préciser que la prochaine édition du Classement ¬mondial Fifa/Coca-Cola sera publiée le 12 janvier 2017.

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Entretien exclusif de la star du football togolais : «J’aimerais bien marquer une Can», dixit Emmanuel Sheyi Adebayor

Adebayor 1

Du 26 novembre au 3 décembre 2016, le Togo a abrité la 7e édition du tournoi de l'Union économique monétaire ouest africaine (Uemoa) de football. Dans ce cadre, la presse béninoise présente à Lomé et en particulier votre quotidien « Matin Libre » est allée à la rencontre de la star du football togolais, le capitaine Sheyi Emmanuel Adebayor. Souriant et très accueillant à son domicile à Totsi (Lomé), Emmanuel Adebayor, dans l'interview à nous accordée, est revenu sur la qualification de son pays pour la Can Gabon 2017 ainsi que les objectifs des siens à l'occasion de cette fête footballistique. Mais avant, il a donné son avis sur le tournoi de l'Uemoa.Lisez-plutôt !!!

Le Togo, votre pays, abrite le tournoi de l'intégration de l'Uemoa. Quelle est appréciation sur la performance des Éperviers locaux?

D'abord je pense que c'est une compétition énorme. Elle se déroule dans un bon état d'esprit. Tout se passe dans les meilleures conditions possibles. J'en suis ravi. Je suis avec beaucoup d'intérêt tous les matches du Togo. Je peux vous qu'on est tous un peu déçu par rapport à leur prestation. Mais, on ne peut pas leur en vouloir non plus. Parce que, pendant deux ans et demi, ces jeunes étaient sans championnat. Dans ces conditions, c'est toujours difficile. On a commencé le championnat, ça fait déjà deux ou trois mois maintenant. C'est bien pour eux. Ils ont retrouvé un peu plus de rythme. Mais perdre trois matches d'affilée à la maison, ce n'est pas pardonnable. (...) C'est de jeunes joueurs et ils n'ont jamais eu la chance de jouer devant 30000 spectateurs. Leur match d'ouverture, ils ont joué devant le premier ministre. Il y a eu beaucoup d'autorités au stade. C'est un peu plus dans la tête. Ils étaient un peu crispés. Je pense qu'ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes. Le Togo connait tout ce qui est de l'Uemoa et pense que dans les prochaines éditions, on va se préparer en conséquence pour pouvoir faire de bons matches et en gagner de bons. C'est ça le plus important. On peut toutefois faire de mauvais matches mais le plus important, c'est les trois points, gagner des matches. C'est ça qui a un peu frustré tout le monde. Trois matches, trois défaites, c'est un peu difficile. Il y a eu des lacunes. On va essayer de les corriger et d'aller vers l'avant.

Comment vous avez vécu la qualification à la Can Gabon 2017 à domicile ?

C'était difficile, compliqué ! Après notre match contre la Tunisie à Lomé, on s'est retrouvé troisième. On savait très bien que ça allait être difficile. On était dos au mur. On n'a pas lâché. On se dit entre joueurs qu'on est obligé de faire cette Can. Maintenant, c'est à nous de mettre toute la chance de notre côté pour pouvoir y passer (...). Ça va être beau et magnifique. En sachant très bien que notre dernier match serait contre Djibouti à Lomé. On était hyper motivé, parce qu'on savait que si on gagnait au-delà de peut-être trois ou quatre buts de différence, on aura la chance de finir 2e de notre groupe. D'autant plus que, nos confrères béninois avaient un match très délicat et important face au Mali et nous, on savait que ça allait être un match très difficile pour eux. Peut-être qu'ils allaient gagner mais un match très difficile. Et c'est à nous de mettre le paquet de notre côté pour pouvoir être l'un des meilleurs deuxièmes de tous les groupes. Et c'est ce qu'on a fait. On a joué à fond et on a gagné. A la fin, il y a eu la qualification. C'était extraordinaire, le pays, tout le monde était content parce qu'on revenait de très loin (...).

Comment le Togo compte-t-il aborder sa préparation ?

Tous les joueurs sont dans leurs clubs respectifs et sont en train de se préparer. (...) On a un entraineur qui ne fait pas de cadeau. Avec lui, on travaille dur tous les jours afin d'avoir la forme nécessaire pour pouvoir livrer de bons matches. En ce moment, il y a la confiance entre nous et notre staff. On commence aussi à retrouver un lien entre nous et notre Fédération. Ce qui avait causé beaucoup de tort à notre football. Aujourd'hui, je crois qu'on est vers le droit chemin. Il y a une très bonne ambiance entre nous les joueurs et les dirigeants. Maintenant, il faudrait que ça continue jusqu'à la Can. Car, il y a 3 ou 4 joueurs dont moi, qui veulent marquer la prochaine Can. Ma carrière n'est plus devant moi. Elle est plus ou moins derrière moi. Et par rapport à ce que j'ai fait durant ces dix dernières années, en Afrique et sur le plan mondial, j'aimerais bien marquer une Can où les gens parleront de moi en disant qu'il y a eu la Can 2017 au Gabon et qu'il a été bon. Je me prépare en conséquence pour (...). Je vais dans la bonne direction pour pouvoir amener le groupe à la Can et espérer quelque chose. C'est vrai que, quand on regarde les pays qualifiés, on fait partie des tous petits. Il ne faut pas se voiler la face. Quand je vois l'équipe d'Algérie, du Sénégal, du Ghana, de la Côte-d'Ivoire, j'ai bien envie de dire que sur papier, on n'est pas les meilleurs. Mais, il y aura peut-être 11, 18 ou 23 chiens enragés à la Can et ce sera les Togolais.

Vous avez eu un dernier mois un peu compliqué en ce qui concerne votre destination. Après la Can, que deviendra Emmanuel Sheyi Adébayor ?

Je resterai Emmanuel Seyi Adébayor. Je suis un jeune homme qui est toujours fier de moi-même, toujours content de ce que j'ai pu réaliser pendant ma carrière. Il y a de cela 15 ans, je me promenais à la frontière entre le Togo et le Ghana, je n'avais pas de chaussure de football. Aujourd'hui, je me retrouve à être connu sur le plan mondial. Il n'y a rien de mieux que ça. Je suis à la maison et je n'ai pas de club puis tout le Togo me fait confiance. Franchement, il n'y a rien de si beau que ça. Et le Togolais te dit, si tu ne vas pas à la Can, on risque de te frapper. Donc, ça veut dire que je suis obligé d'aller à la Can. Et je suis obligé d'être le capitaine de la sélection. Pour moi, on verra la suite. Pour l'instant, je me concentre sur la Can où je pense qu'il y a un coup à jouer pour l'équipe nationale du Togo (...). Et après, Sheyi Adébayor restera toujours Sheyi Adébayor, avec club ou sans club, il y aura toujours le sourire sur mon visage. Et c'est ça la clé de la réussite pour moi.

Les Togolais rêvent de passer le premier tour de la Can. Est-ce que l'équipe a les moyens ?

On a rêvé de cela, il y a longtemps. Quand nous l'avons fait en 2013, tout le pays était content. Aujourd'hui, le discours a changé après ce que nous avons fait en 2013 en Afrique du Sud. Quand j'entends les Togolais parler, ils veulent qu'on aille ramener la coupe. Ils disent « Sheyi, c'est allez ramener la coupe ». Franchement, moi j'adore. Je suis un joueur très ambitieux. J'adore tout ce qui est ambition. Si c'est pour aller à la Can et se fait éliminer en quart de finale, ça ne m'intéresse pas (...). L'année où la Zambie a gagné la Can, elle n'avait pas une équipe pour la gagner. L'année où le Nigeria a gagné la Can, le Nigeria, à par Victor Moses qui est en ce moment l'un des meilleurs joueurs africains et Mikel Obi, dont vous connaissez l'histoire, le Nigeria n'avait pas l'équipe pour la gagner. Mais, ils l'ont fait. Et pourquoi pas les Togolais. Donc, ça veut dire que, si on se motive, si on croit à notre destin, on peut le faire. Ce qui me motive encore plus, je vois que tous les joueurs veulent rentrer dans l'histoire de leur pays. Si on gagne la Can, qu'on nous aime ou qu'on nous déteste, on rentrera dans l'histoire. Et personne ne peut l'effacer.

Pour clore cet entretien, un appel à lancer à ces jeunes qui ont envie de rêver et faire une carrière de football...

Le plus important, c'est de travailler dur. C'est vrai quand on est jeune, on ramène tout à demain, je quitte 18 ans, pour 19 ans. C'est l'erreur que moi-même j'ai plus ou moins commise dans ma carrière. Mais tout ce que je peux leur dire est d'écouter leurs parents, d'aller à l'école. C'est très important. Parce qu'en son temps, vous serez amené à lire vos contrats et faire des interviews et autres. Pour la petite histoire, on a appris qu'un joueur est parti en stage et on lui a donné un papier à signer, il n'a pas lu et il a signé et c'était la fin de sa carrière(...). C'est très important d'aller à la maison, d'acheter les romans, de lire, de payer un professeur pour pouvoir apprendre quelque chose. Franchement, c'est le top pour demain. Et là, tu vas pouvoir lire ton contrat et le signer sans soucis. Je vous remercie.

Propos recueillis par : Abdul Fataï SANNI

(Depuis Lomé, Togo)

En savoir plus...

Fédération béninoise de Maracana : L'Ag élective prévue pour le 28 décembre prochain

Philippe

Les choses se précisent peu à peu du côté de la Fédération béninoise de maracana (Fébéma). Le mandat du bureau en place dirigé par le président Philippe Totondé a pris fin le 14 décembre 2016. A cet effet, une Assemblée générale élective s'impose pour renouveler le Comité exécutif. Prévue pour se tenir le 17 décembre 2017, c'est finalement le 28 décembre 2016 qui a été retenu. Au cours de cette Ag, il sera question de présenter un état des lieux du maracana béninois et de poser d'autres bases pour des lendemains meilleurs. De sources fédérales, la plupart des membres de l'actuel bureau exécutif sont encore candidats à leur propre succession. Et le président Totondé n'a pas de challenger tout comme la plupart des différents membres du Comité exécutif sortant. Un plébiscite attend donc le bureau à venir.

A.F.S.

En savoir plus...

2ème édition du critérium féminin de cyclisme : Gisèle Kenou de Djidja décroche la 1ère place

Gisele-kenou

Une cinquantaine de cyclistes dames ont pris part, samedi 17 décembre 2016, à la 2ème édition du critérium féminin de cyclisme à Bohicon. Une initiative de la Fédération béninoise de cyclisme (Fébécy) remportée par Gisèle Kenou de Djidja.

Venues de Ouassa-Penhounko, Dassa-Zoumè, Djidja, Covè, Agbangnizoun, Porto-Novo, Bohicon, environs, des jeunes filles ont parcouru le circuit long de 15 kilomètres. De la mairie de Bohicon en passant par les Carrefours Dako, Soglo Aliho, Soglogon, Mokas, pour finir à la Mairie de Bohicon, elles ont montré à la population de Bohicon qu'elles sont aussi capables de rouler au vélo. Au terme d'une course qui a tenu toutes ses promesses, c'est Gisèle Kenou de Djidja qui a ravi la vedette à ses poursuivantes en 15 minutes 57 secondes, décrochant un géant trophée, un vélo Vtt, une médaille d'or et une enveloppe financière. Elle a été secondée respectivement par Rufine et Valérie Sogni. Satisfaite du bon déroulement du circuit, la présidente chargée de la promotion du cyclisme féminin à la Fébécy, Flore Codjo, a précisé que ledit critérium a été organisé pour montrer que les filles savent bien pédaler. «Nous visons aussi la formation de l'équipe féminine de cyclisme du Bénin pour mettre fin au mythe qui règne dans le vélo », a-t-elle laissé entendre. A l'en croire, les meilleures seront retenues pour prendre part au championnat africain de cyclisme qui se déroulera du 14 au 19 février 2017 à Louxor en Égypte. Il faut souligner que cette compétition a été couplée d'un critérium d'un circuit fermé de 40 kilomètres chez les messieurs. Il a été remporté par Arnaud Tuituiga de Racing Vélo Club, suivi de Augustin Amoussouvi de Turbo Vélo Club et de Emmanuel Sogbo de Espoir Vélo Club. Rappelons que c'est le ministre des Sports béninois Oswald Homeky qui a donné le top des hostilités.

A.F.S.

En savoir plus...

10ème édition du Gala de boxe en plein air : Guy-Marie d’Almeida et Germain Mèhinto réussissent le pari

Boxe

Les jeunes pugilistes béninois messieurs et dames, de différentes catégories, étaient sur le ring samedi 17 décembre 2016 à la Maison des jeunes d'Agla. Ceci, pour jauger leur niveau actuel. L'initiative émane de Guy-Marie d'Almeida, président d'Espoir Boxing Club.Elle est soutenue par Germain Mèhinto, parrain dudit gala.

Le public de Cotonou en général, et celui d'Agla en particulier, a vécu de palpitants moments autour du noble art. Une dizaine de combats. Et des pupilles en passant par les minimes filles et garçons, les amateurs juniors filles et hommes, et les néo-pros, les prestations offertes par les boxeurs étaient d'un niveau aussi appréciable fait des uppercuts, des directes, des crochets sans oublier les esquives.D'ailleurs, deux combats livrés chez les pupilles filles et garçons ont permis aux amoureux du noble art de se régaler. Mariano Agnan d'Espoir et Ganiou Ekpesso d'Ame cycle dans un challenge d'une minute de trois reprises ont produit du spectacle à la hauteur de leur catégorie. Mais le résultat de cette confrontation n'était en faveur d'aucun des boxeurs.Un avant-goût de la suite du spectacle. Puisqu'outre les combats entre boxeurs béninois, des matches internationaux ont été disputés. Ainsi, dans la catégorie plume, Jean Agnan du Bénin, grâce à sa capacité technique et la finesse de ses coups a empêché Yaw Addo du Ghana de s'exprimer. Le Béninois gagne le combat par arrêt de l'arbitre à la 2e reprise puisque son adversaire multipliait les fautes. Chez les welters, Djamiou Ekpesso du Bénin a battu John Clottey du Ghana au point tandis que, Tidjani Mohamed du Bénin a été laminé par Kolley Klottey du Ghana au point chez les super/Léger. Guy-Marie d'Almeida, président d'Espoir Boxing Club s'est dit fier de ses poulains. A l'en croire, les entraînements et les compétitions auxquels ils participent régulièrement ont porté leurs fruits.« C'est la preuve que notre gala est en train de grandir (...). C'est avec un grand plaisir et une grande joie que j'ai suivi ce gala. On va inviter les clubs à travailler pour réaliser plus de performance», a conclu le président de la Fébéboxe Germain Mèhinto.

A.F.S.

En savoir plus...

Fédération béninoise du jeu Adji- awalé (domino) : Parfait Dah Houangni élu président

Nouveau-bureau

Parfait Dah Houangni élu président

La Fédération béninoise du jeu adji-awalé (Fébéja-A) a été portée sur les fonts baptismaux, dimanche 18 décembre 2016, à Gbégamey. Et c'est Parfait Dah Houangni qui a été élu président au terme de l'Assemblée générale constitutive et élective.

Les férus du jeu Adji-awalé (domino) ont tenu leur Assemblée générale constitutive et élective assortie d'un bureau qui sera dirigé par Parfait Dah Houangni pour les quatre prochaines années. Au cours de cet acte qui officialise l'existence réelle de cette instance qui va organiser désormais la vie de ce jeu au Bénin, les congressistes ont d'abord procédé à la lecture et l'amendement des textes qui la régissent. Suivra l'élection d'un comité exécutif qui aura à sa tête Délidji Parfait Dah Houangni devenant le tout premier président de ladite Fédération. Il a pour vices-présidents, Lucien Ahlonsou et Jules Adoukonou. Claude Dakossi, quant à lui prend le poste du secrétaire général. Thédy Sekloka lui, est élu trésorier général du comité exécutif. Ce bureau aura pour tâche de promouvoir cette discipline ludique, qui jadis se jouait sous l'arbre à palabre avec des vieux et autour de « la bonne boisson ».

A.F.S.

Le comité exécutif élu

Président : Parfait Houangni

1er Vice-président: Lucien Ahlonsou

2e Vice-président : Jules Adoukonou

Secrétaire général : Claude Dakossi

Secrétaire général adjoint : Marcelin Ahouangan

Trésorier général: Thédy Sekloka

Trésorier général adjoint: Aurelien Lagbado Hossou

1er Responsable à l'organisation : Blaise Kèkè

2ème Responsable à l'organisation : Marie Claire Sossouhounto

3ème Responsable à l'organisation : Prospère Djohossou

4ème Responsable à l'organisation : Maxime Tohouegnon

1er représentant des juges arbitres : Bonaventure Adomou

2ème représentant des juges arbitres : Bertille Dagba

1er Responsable à la communication : Eustache Luc Atinkpahoun 2ème responsable à la communication : Gabriel Afouda

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !