TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

A+ A A-

Sport

Championnats nationaux de basket-ball Renaissance atomise Lumière, ASPAC confirme

fbb

La deuxième journée des Championnats nationaux de basket-ball s’est disputée hier mercredi 20 août 2014 sur le plancher du Hall des Arts, Loisirs et Sports de Cotonou. Malgré la défection de plusieurs clubs, (ASPAL de Parakou, ATA Sport de Natitingou en hommes puis  ASOS modèle de Porto-Novo et  ASPAL au niveau des dames), le championnat s’est poursuivi avec les équipes présentes. Ainsi, pour cette 2è journée, la Renaissance Basket-ball a fait une entrée fulgurante en humiliant l’équipe de Lumière d’Abomey par une cinglante défaite de 114 à 53. Les basketteurs venus d’Abomey enregistrent du coup leur deuxième défaite d’affilée après celle concédée hier face à Galaxie de Cotonou 80-68. Pendant que Lumière s’inclinait lourdement, la formation de l’ASPAC enregistrait sa deuxième victoire face à ELAN 66-64. Un service minimum des portuaires qui leur permet de prendre la tête du classement avec deux victoires en autant de matchs, puisque le mardi dernier, ils  avaient logiquement battu l’Espoir de Cotonou (64-53) qui n’a pu disputer son deuxième match hier face à ATA de Natitingou (forfait). Pourtant, cette formation d’Atacora avait signifié aux responsables de la Fédération leur présence à Cotonou. Malheureusement, elle n’a pu effectuer le déplacement de Cotonou. Toutefois, malgré ces différents désistements, le championnat suit son coup normal. Mais une question titille les esprits. Les champions (hommes et dames) qui seront issus de ce championnat auront-ils de crédibilité ? Les heures à venir vont davantage nous édifier.

Zoom sur les résultats
RBBC – Lumière 114-53
ASPAC – ELAN 66-64
Espoir – ATA (Forfait)

En savoir plus...

Fédération Béninoise de Football : Les grandes décisions du 52è Congrès Ordinaire

fbf
Hier mercredi 20 août 2014 s’est tenu au siège de la Fédération Béninoise de Football (Fbf) sis à Djassin (Porto-Novo), le 52è Congrès Ordinaire de l’Institution. Une cinquantaine de délégués représentants les différentes ligues, associations sportives, corps arbitral, association des entraineurs et autres affiliés ont pris part à cette assise de grandes décisions.
Abdul Fataï

Les travaux du 52è Congrès Ordinaire de la Fbf ont permis aux délégués de prendre plusieurs décisions pour le rayonnement du football béninois. Ainsi, après les discours protocolaires, les présentations du rapport d’activité d’octobre 2013 à août 2014, le bilan financier des années 2011, 2012, 2013 et 1er semestre de 2014 et enfin de l’examen et l’adoption du budget de la Fédération Béninoise de Football, exercice 2014-205, plusieurs décisions ont été prises par les délégués présents à ce congrès. Au nombre d’elles, la reprise du championnat saison 2014-2015 prévue pour octobre 2014, les Buffles du Borgou et Béké confirmés champions du Bénin respectivement en Ligue 1 et 2 de la saison écoulée, l’obligation aux centres de formation de signer un partenariat avec les clubs engagés dans la ligue de football du Bénin, le rejet de prendre Anjorin Moucharafou comme le Président d’Honneur de la Fbf, les sieurs Quentin Didadi et Anjorin Moucharafou vont répondre de la mauvaise gestion des fonds alloués à la Fbf devant la justice, la non-intégration dans le championnat béninois des clubs tels que CIFAS, Mambas Noirs, requins, Dynamo d’Abomey et de Parakou, USL et Vautours ; la réintégration de la JAP , Adjobi et Akanké puis l’intégration du camp Attolou dans le football. En outre, l’Assemblée ordonne la tenue annuelle du congrès ordinaire de la Fbf qui va se tenir à la 2è quinzaine du mois d’août. Il faut souligner que le Ministère des Sports a été représenté par une forte délégation avec à sa tête le directeur de cabinet Joachim Adjagbessi qui a d’ailleurs invité les acteurs du football béninois à faire de ce congrès, un rendez-vous de donner et de recevoir afin de prendre des mesures propices pour l’unification de tous les acteurs du cuir rond béninois, gage d’atteindre des actes concrets. Par ailleurs, il faut souligner que la Fbf a promis faire une sortie médiatique afin d’éclairer l’opinion publique sur les rumeurs qui font état d’une réserve portée contre le Bénin par le Mali dans le cadre des éliminatoires de la CAN U-17ans. Affaire à suivre donc !!!

 

En savoir plus...

7è édition du Tournoi de l’Uemoa de football : S’achemine-t-on vers une débâcle du Bénin ?

tournoi-uemoa

Du 22 au 27 novembre 2014, la capitale togolaise (Lomé) va abriter la 7ème édition du tournoi de l’Union économique monétaire ouest  africaine de football (Uemoa). Du côté des Béninois cette compétition semble ne pas intéresser. En matière de préparation, c’est le statut quo. Aucun regroupement , aucun planning devant édifier l’opinion publique.  
« Qui veut aller loin ménage sa monture» dit-on. Malheureusement, du côté des responsables béninois, ce dicton fait l’exception. . Ce n’est donc pas une surprise de les voir piétiner alors que ce tournoi qui rassemble les joueurs évoluant dans les championnats locaux se pointe déjà à l’horizon. Une équipe locale inexistante, pas de plan de préparation ni de championnat. Certainement qu’on attend la veille de la compétition pour commencer à improviser. A cette allure, une débâcle du Bénin à Lomé, alors qu’il a été finaliste pour l’édition de 2013 en Côte d’Ivoire, ne serait pas étonnant. Seulement, ce serait de trop pour le football béninois. Il faut souligner que la 6ème édition du tournoi, qui s’est déroulée du 26 octobre au 02 novembre 2013, dans la capitale ivoirienne, a été remportée par le Burkina-Faso aux tirs au but face aux Ecureuils du Bénin. Créé en 2007, le tournoi de l’Uemoa, est une compétition annuelle de football regroupant les joueurs locaux des huit pays membres de l’Uemoa : Mali, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Niger, Bénin, Sénégal, Guinée-Bissau et le Togo.

En savoir plus...

Phase finale des Championnats nationaux de Basket-ball: Six équipes masculines et deux féminines à l’assaut du titre

basketball

(ATA Sport de Natitingou toujours attendue à Cotonou)
Depuis hier mardi 19 août 2014 se déroule au Hall des arts, loisirs et sports de Cotonou, la phase nationale des Championnats nationaux de Basket-ball. Sont concernées à ce rendez-vous de la balle au panier, les équipes séniors hommes et dames issues des différentes ligues. Ainsi, après les phases départementales, place à celle nationale où sont présents les meilleurs clubs du Bénin. Malheureusement, plusieurs équipes ont brillé par leur absence. Il s’agit de ASPAL de Parakou, ATA Sport de Natitingou en hommes puis  ASOS modèle (Porto-Novo) et  ASPAL au niveau des dames. Cette défection  est due au manque de moyen pour rallier la capitale économique du Bénin. Mais déjà, les autres équipes présentes ont entamé la compétition. Sur le plancher du Hall des arts,  Galaxie de Cotonou n’a pas fait de détail face à Lumière d’Abomey, battue par 80-62. En seconde heure, l’équipe championne en titre, ASPAC a battu son homologue d’Espoir de Cotonou par 64-53.
La compétition reprend ce jour mercredi 20 août 2014 avec trois affiches au programme. A partir de 11 heures, Lumière d’Abomey va tenter  de refaire son retard face à Renaissance Basket-ball. Pendant ce temps, ASPAC et ELAN (Porto-Novo) vont en découdre. Joint au téléphone, le Secrétaire général de la Fédération béninoise de Basket-ball, Guy Pierre Tonon souligne que la Fédération attend toujours l’équipe ATA Sport de Natitingou qui a promis de rejoindre le groupe ce jour à Cotonou. «Quant aux autres équipes, elles n’ont plus confirmé leur arrivée» a-t-il poursuivi.  Il faut souligner que le championnat prend fin ce week-end.   

Lire les résultats d’hier
Game 2 : Galaxie-Lumière (H)                80   -     62
Game 3 : ASPAC – Espoir (H)                64    -     53

Lire les rencontres du jour
Lumière – renaissance
ASPAC – ELAN
Espoir – ATA Sport

En savoir plus...

Echos des internationaux béninois

rudy-gestede

Rudy Gestede et Mouritala Ogunbiyi font parler d’eux
A peine les championnats européens ont repris et déjà, les internationaux béninois font parler d’eux. Après Reda Johnson  qui a signé un doublé dans son club (Coventy), il y a de cela deux semaines, c’est au tour d’un autre le week-end écoulé de lui emboiter le pas. Rudy Gestede ouvre  son compteur de buts par un doublé. Quant à Mouritala Ogunbiyi, il participe à sa manière à la victoire de son club (Paris FC) en Nationale.
Transparent lors de la première journée du Championship, équivalent de la deuxième division anglaise, l’international béninois Rudy Gestede s’est annoncé ce week-end de fort belle manière. Par un doublé, le premier sur une reprise du pied droit et le second de la tête dont il détient le secret, il permet à son club Blackburn Rovers de remporter le gain de la partie dans son opposition face à l’équipe de Blackpool. Il aurait pu signer un triplé si son but n’était pas refusé par l’arbitre pour hors jeu. Par la suite, Blackpool réduit le score mais l’histoire retiendra que c’est l’international béninois Rudy Gestede qui a permis à sa formation d’enregistrer la première victoire de la saison et ceci, de fort belle manière. Auteur de 11 réalisations la saison écoulée, l’ancien pensionnaire de FC Metz (France) annonce les couleurs et entend marquer davantage pour le bonheur de son club. Il faut préciser qu’il a écopé d’un carton jaune à la 85e minute de jeu.

Enorme Adéoti, Caen cale à domicile
Jordan Adéoti et Caen ont été surpris à domicile (0-1) face à Lille sur une erreur d’arbitrage à l’occasion de la deuxième journée de la Ligue 1 de France. Tout a commencé avec la sortie de son compatriote Emmanuel Imorou sur blessure (aux quadriceps à la 34’mn) et celle de leur buteur maison Mathieu Duhamel en seconde période. La suite a été dure pour Caen, puisque sur une erreur, l’arbitre de la partie siffle un pénalty imaginable contre Adéoti et ses coéquipiers et dans la foulée exclu le défenseur ghanéen Dennis Appiah. Le belge Divock Origi se fait justice et marque le seul but de la rencontre. A 10 contre 11, Caen tente l’égalisation en vain. Mais loin de cette défaite, l’international béninois Jordan Adéoti a été le patron dans la défense caennaise en étant présent sur toutes les actions offensives adverses. Pour sa première saison en Ligue 1 française, le Béninois montre qu’il a des potentialités pour faire partie des meilleurs défenseurs du championnat français.
Mouri Ogunbiyi participe à la victoire de Paris FC
Le joueur le plus titré du Bénin, Mouritala Ogunbiyi a participé à la large victoire de sa formation Paris FC (3-1) en déplacement à Le-Poirée-Sur-Vie. L’ancien vainqueur de la Ligue Africaine des Champions a marqué le deuxième but de son club à la 21è minute de jeu après que son coéquipier Socrier n’ouvre le score. Kinkela marque le troisième but. Entre temps, Mchangama réduit le score aux sien. Une victoire qui hisse l’Ex vainqueur de la Coupe de France (avec Guingamp) et Paris FC au deuxième rang du Championnat Amateur (3è Division de la Ligue de France) avec 4 points, soit un nul et une victoire en deux journées. Paris FC envisage fait partie des trois équipes vont monter en Ligue 2 à l’issue de la saison 2014-2015. Mais pour l’heure, Mouri et son club doivent bien négocier match par match.

Stéphane Sèssegnon et WBA calent à domicile
La première ligue anglaise a pris son envol le week-end écoulé avec à la clé, des surprises. Le seul béninois qui officie dans ce championnat anglais très engagé (le meilleur du monde) est le capitaine des Ecureuils Stéphane Sèssegnon qui n’a pu permettre à son club d’enregistrer la première victoire de la saison face à Sunderland (son ancien club). West Bromwich Albion  s’est contenté d’un nul 2-2 face Sunderland. Quant à l’international béninois, Stéphane Sèssegnon, il est entré en cours de jeu de la seconde période et a été timide dans ses actions offensives. Il lui faudra donc batailler un plus pour retrouver sa place de titulaire.   

En savoir plus...

2è édition du Festival départemental du sport féminin : Cotonou vient en tête, Calavi suit

festival-sport-feminin

Du 12 au 15 août 2014 s’est déroulée au Hall des arts de Cotonou, la 2è édition du Festival départemental du sport féminin. Au finish, c’est Cotonou qui vient en tête du classement avec trois disciplines : le Volley, le basket et le foot. Quant à l’équipe de Calavi, elle décroche le trophée en handball.
Le Festival départemental du sport féminin est une initiative de la Direction départementale de la jeunesse, des sports et loisirs Atlantique/Littoral, dirigée par Imorou Bouraïma. L’objectif visé est la promotion du sport féminin à la base. Pour Au total quatre disciplines étaient en compétition. Il s’agit du volley, du basket, du hand et du foot. En volley, c’est Cotonou qui vient en tête après avoir battu en finale la formation de Tori par 2 sets à 0. Allada ferme la marche. En handball, Calavi prend le dessus sur Cotonou par le score de 13 à 11 en décrochant ainsi la Coupe. Ouidah complète le tableau. Au niveau du basket, Cotonou revient à la charge en battant en finale la formation venue de Calavi (1) par 12 à 15. La troisième place a été occupée par Calavi (2). Au niveau du sport roi, Cotonou, l’équipe de Calavi a été atomisée en finale par Cotonou sur le score de 4 buts à 0. Ce qui a permis à  Cotonou de décrocher donc le troisième trophée de la 2è édition du Festival départemental du sport féminin. Quant à la formation de Toffo, elle s’est contentée de la médaille de Bronze. Il faut souligner que des récompenses individuelles ont été également attribuées aux athlètes qui se sont bien illustrées. Ainsi, en football, la meilleure joueuse vient de Calavi. Elle a nom Gbédjissi  Aude, une jeune fille talentueuse et plein d’avenir si  une attention particulière était portée sur le football féminin. Quant à Junias Tchéhagni, elle a été la meilleure buteuse de la compétition avec neuf (09) réalisations à son compteur. Il faut souligner que les meilleures équipes sont reparties avec des trophées, des jets de maillots, des ballons et des enveloppes financières.  Le rendez-vous est pris pour la 3è édition avec d’autres innovations.

En savoir plus...

Classement Fifa-Coca cola d’Août 2014 : Remontée miraculeuse du Bénin !

fifa

Alors que le Bénin s’est fait éliminer de toutes compétitions internationales, il vient de grimper de 14 places lors du classement Fifa du mois d’août, publié le vendredi 15 août 2014. En gagnant ces 14 points, à la grande surprise des férus du football, le Bénin se positionne à la 77è place au classement mondial, très loin devant le Malawi (106è) qui l’a éliminé au dernier tour préliminaire des éliminatoires de la Can Maroc 2015. 91è au dernier classement juillet 2014, le Bénin fait une remontée fulgurante, entrant ainsi dans le top 20 sur le plan africain, car occupant la 17è place. Sur le plan africain, c’est l’Algérie qui est en tête, mais classée 24è sur le plan mondial. A sa suite, on retrouve la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Ghana et l’Egypte qui ferme le top 5 sur le continent. Le prochain classement est prévu en début du mois de septembre prochain.

L’arbre qui cache la forêt
Ce classement loin d’être élogieux pour le Bénin, est tout simplement l’arbre qui cache la forêt. Sinon comment comprendre qu’après que l’équipe nationale de football, les Ecureuils Séniors ont été éliminés de la course pour la prochaine Can, on en arrive à un classement aussi réconfortant. Au érer cela comme une performance, les autorités chargées du football béninois doivent prendre le taureau par les cornes en se penchant sérieusement sur cette discipline, qui pendant les deux prochaines années sera absente des joutes continentales et internationales.   Il faut donc mettre à profit ce temps mort.

En savoir plus...

4ème édition du tournoi de l’intégration de judo : Quatre médailles pour le Bénin

tournoi-judo

Les rideaux sont tombés sur la 4ème édition du tournoi de l’intégration de judo qu’a abrité la Côte d’Ivoire. Au finish, le Bénin décroche quatre médailles dont trois en argent et une en bronze
Les hommes du Président de la Fédération béninoise de Judo Anicet Glitho ont hissé l’étendard du Bénin en Côte d’Ivoire dans le cadre du 4ème chapitre du tournoi de l’intégration. Ils ont décroché quatre médailles pour le pays, dont trois en argent et une en bronze. Les heureux du Bénin sont Daga August dans la catégorie des -60Kg, Dossou-Voyo Celtus  chez les -90 kg, Sebo Hyacinthe chez les -73 kg et Chantal Akogbéto chez les -52kg.
Une performance qui vient couronner de succès, le travail qu’abat depuis quelques temps le nouveau comité de la Fédération béninoise de judo.
Outre les prestations remarquables des judokas béninois, les arbitres béninois ont aussi honoré les couleurs nationales puisqu’ils ont les félicitations du jury au terme de la compétition. Aussi, ont-ils reçu les éloges de l’expert formateur de la fédération internationale de judo qui a conduit la formation. Une performance qui mérite une reconnaissance au niveau local notamment au niveau du ministère de la jeunesse des sports et loisirs. Le ministre Safiou Affo doit encourager ces athlètes et arbitres qui viennent d’honorer le Bénin malgré les maigres moyens dont-ils disposent. Il faut rappeler que la délégation conduite par le Vice-président de la Fédération béninoise de judo, Banou Adrien, était composée de quinze membres dont sept (07) abrites et commissaires qui ont tous réussi leur test aussi.

En savoir plus...

Défaites successives au niveau du football : Nécessité de valoriser les autres disciplines

foot-benin

Au Bénin, comme dans d’autres pays africains, le sport chouchouté et qui draine du monde reste le football. Malheureusement, le «Sport Roi» n’a jamais comblé les attentes au Bénin malgré les énormes moyens qui y sont engloutis en vue de son décollage. Pendant ce temps, d’autres disciplines, sans accompagnement, émergent et font parler du Bénin à l’extérieur.

Depuis ses participations à la Coupe d’Afrique des Nations (Can) de 2004, 2008, 2010, et aux finales de la Coupe Uemao en 2010 (Niger) et 2013 (Côte d’Ivoire), le Bénin au plan footballistique n’a plus émerveillé. Or, chaque 2ans c’est pratiquement le milliard qui est débloqué au profit de cette discipline. Après la dernière élimination des Ecureuils séniors et juniors des compétitions internationaux, n’est-il pas temps de repenser cette politique qu’on pourrait qualifier de deux poids deux mesures au niveau des disciplines sportives ?

La preuve…

Pendant que le football sombre, il est quand même important de rappeler certaines performances non négligeables enregistrées dans les autres disciplines. En Handball, le Bénin a décroché en novembre 2013 au Burkina-Faso, un trophée au niveau des cadets dans une compétition sous-régionale. En 2014, les juniors au tournoi chalenge trophy de Lomé atteignent la finale en hommes et dames mais n’ont pu décrocher le ticket qualificatif pour le rendez-vous continental contrairement aux années précédentes où le Bénin a fait bonne impression au niveau continental et au mondial.

Au scrabble Julien Affaton a été sacré en 2014 champion du monde de scrabble classique après les échecs de 2011, 2012 et 2013 où il était vice-champion. Dans la même veine, mais cette fois-ci sur le continent noir, les boulistes béninois ont été les meilleurs au championnat d’Afrique de Pétanque en Côte d’Ivoire (en août 2014). Cette consécration vient s’ajouter aux bonnes prestations au plan mondial où le Bénin a été champion en tir de précision et a décroché d’importants trophées à plusieurs rendez-vous régionaux, sous-régionaux, continentaux et mondiaux. Doit-on passer sous silence, les récentes performances en boxe avec les titres mondiaux décrochés à Cotonou par Victor Kpadénou et Ange Adjaho. Celui décroché par Justin Savi quelques années plutôt démontre combien de fois le Bénin est présent dans ces disciplines sportives rangées au second rang par les différents gouvernements qui se sont succédé depuis les indépendances. La liste sera plus exhaustive lorsqu’on ajoutera les scores séduisants faits au karaté, au judo, au wushu, au volley-ball et même au tir à l’arc. Ces exploits des ambassadeurs doivent interpeller les autorités du Ministère des Sports qui doivent désormais penser aux fédérations dites ‘’de parents pauvres’’. Si une discipline comme la ‘’lutte traditionnelle’’ fait parler du Sénégal à l’international c’est sans doute parce que les autorités sénégalaises y ont mis suffisamment les moyens. Corriger cette politique discriminatoire au Bénin en injectant de l’argent dans les autres disciplines sportives, pourrait encourager les Fédérations, à travers leurs athlètes, à davantage mouiller le maillot. Ce qui compenserait, tant soit peu, les faramineuses sommes mises, sans grands résultats, dans le football.

En savoir plus...

Quel avenir pour l’entraîneur Didier Ollé-Nicolle ?

didier-olle-nicolle

Elimination du Bénin de toutes les compétitions internationales : Quel avenir pour l’entraîneur Didier Ollé-Nicolle ?


 

Le Bénin est éliminé des compétitions internationales pendant les deux prochaines années suite à son échec face au Malawi (1-1 au terme des matchs Aller et Retour puis 4 à 3 aux tirs au but) en éliminatoire de la Coupe d’Afrique des Nations Can Maroc 2015. Depuis cette contre-performance, les regards sont tournés vers le sélectionneur national Didier Ollé-Nicolle pour la suite à donner à son avenir à la tête de la ‘’Maison Jaune’’ des Ecureuils du Bénin.

En signant deux ans de bail avec le Bénin, le technicien français Didier Ollé-Nicolle avait pour objectif de faire qualifier le Bénin pour la quatrième fois à la phase finale. Après avoir manqué les éditions de 2012 (Gabon/Guinée Equatoriale) et 2013 (Afrique du Sud), le peuple sportif béninois avait à cœur de retrouver son équipe à celle de 2015 après les bonnes prestations des Ecureuils du Bénin au premier tour préliminaire face à Sao Tomé et Principe que le Bénin a facilement éliminé (0-2 à Aller et 2-0 au retour, soit 4-0 sur l’ensemble des deux rencontres). Conscient que le tour suivant devrait être plus pénible, puisque l’adversaire s’appelait le Malawi, le Bénin s’est malheureusement plongé dans une impréparation qui a été fatale pour le team national. La courte victoire (1-0) à l’aller avec des occasions vendangées présageait d’un difficile déplacement du Bénin au Malawi. Très diminué parce que plusieurs internationaux béninois tels que Frédéric Gounougbé, Rudy Gestede, Djima Koukou, Emmnuel Imorou, Jordan Adéoti etc manquaient à l’appel, le Bénin n’avait plus son destin en main. Puisque les statistiques ont montré que le Bénin a toujours du mal à s’imposer en Afrique de l’Est. Les défaites face à la Namibie (8-2), à la Tanzanie (3-0 en 2003), puis les matchs nuls face à l’Ethiopie sont des signes défavorables à Didier Ollé-Nicolle et sa troupe, qui n’ont pu avoir suffisamment de temps pour se préparer véritablement pour maintenir leur maigre avantage de l’aller.

Face à tous ces paramètres, les Ecureuils du Bénin ont été momentanément sortis du navire devant les conduire à la phase de poule des éliminatoires proprement dites au désarroi du public sportif béninois, qui sera dès cet instant, orphelin de son team national pendant les deux prochaines années. Même si Didier Ollé-Nicolle a eu un bilan acceptable à la tête de l’équipe nationale du Bénin avec quatre (4) matchs joués, trois (3) gagnés et un (1) perdu, cinq (5) buts marqués contre un (1), l’objectif qui lui a été assigné n’a pas été atteint. Une vraie désillusion pour Didier Ollé-Nicolle, qui avait été nommé en remplacement de Manuel Amoros. Alors, dans ce contexte, va-t-il continuer à poursuivre l’aventure et percevoir l’argent du contribuable alors que le Bénin est écarté des joutes continentales ? Une préoccupation qui titille déjà l’esprit des fanatiques du sport roi béninois, vu le traitement salarial du technicien.

L’avenir du technicien français Didier Ollé-Nicolle

Partir ou partira pas ? La question lui été posée à la fin du match contre le Malawi. Selon ses dires, il n’est pas content de l’organisation qui se fait autour de la sélection nationale. D’abord, il fustige le fait qu’il n’a livré aucun match amical avant d’affronter le Malawi, une équipe physiquement et tactiquement au point, puis difficile à manipuler sur ses installations. «Si on veut un vrai projet avec le Bénin, il va falloir fonctionner différemment. Voilà cinq mois que je suis là et nous n’avons pas fait un seul match amical » a laissé entendre Didier Ollé-Nicolle. Mais il poursut «Si cela doit continuer comme cela, je ne compte pas rester. Si à l’inverse, il y a une vraie volonté de changer les habitudes, je veux bien remonter les manches ».

Voilà qui est clair du côté de Didier Ollé-Nicolle et la Fédération Béninoise de Football (Fbf) dirigée par l’Honorable Augustin Ahouanvoabla doit prendre en considération, les propos du technicien français qui avait donné un ‘’carton rouge’’ à ses employeurs à la veille du match aller à Kouhounou. « Nos dirigeants, par moment feraient mieux d’être pragmatiques sur l’essentiel qui est la compétition, plutôt que sur l’extra-sportif » a-t-il fait savoir.

Du côté de la Fédération, et selon des indiscrétions, le comité exécutif de la Fbf entend lui confier la gestion de la Direction Technique Nationale (DTN), vacante depuis le décès de César Dagba. Mais pour l’heure, rien de particulier à se mettre sous la dent par rapport à l’avenir du technicien français à la tête des Ecureuils du Bénin. Les jours à venir nous édifieront davantage.  

Penser à une équipe locale forte

Au-delà de l’élimination, les dirigeants du football béninois doivent revoir leur manière de gérer et leur stratégie de gestion du football béninois. L’improvisation et l’amateurisme ne doivent plus faire école au sein des responsables fédéraux. L’organisation d’un championnat local rigoureux doit être l’un des objectifs de ce comité exécutif qui avait trop misé, comme on avait l’habitude, sur les joueurs expatriés. « (…) qu’à part Sessègnon qui a fait son maximum pour venir, notre équipe A était pratiquement absente. Il manquait au moins 14 joueurs », a affirmé sur RFI Didier Ollé-Nicolle. On aurait donc pu avoir une équipe locale forte pour palier les multiples absences de ces expatriés que sont Razak Omotoyossi, Djiman Koukou, Nouhoum Kobena, Poté Michael, Rudy Gestede, Fréderic Gounongbé, Reda Johnson, Jonathan Tinhan et Jodel Dossou, pour ne citer que ceux-là. En tout cas, les équipes de l’Est de l’Afrique auraient donné l’exemple au Bénin. Elles qui se basent sur leurs valeurs locales. Le comité exécutif, s’il veut rattraper le train en marche, doit balayer du revers de la main, la mauvaise organisation qui caractérise la gestion autour du football béninois en général et autour de l’équipe nationale en particulier. Et comme le dit un adage, « qui veut aller loin, ménage sa monture », la Can 2017 doit commencer par se préparer dès à présent sinon adieu encore Can 2017. La Coupe du Monde 2018 pointe également à l’horizon.  

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !