TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

SGB MAF GIF 1000x250px

A+ A A-

Sport

2è édition du Festival départemental du sport féminin : Cotonou vient en tête, Calavi suit

festival-sport-feminin

Du 12 au 15 août 2014 s’est déroulée au Hall des arts de Cotonou, la 2è édition du Festival départemental du sport féminin. Au finish, c’est Cotonou qui vient en tête du classement avec trois disciplines : le Volley, le basket et le foot. Quant à l’équipe de Calavi, elle décroche le trophée en handball.
Le Festival départemental du sport féminin est une initiative de la Direction départementale de la jeunesse, des sports et loisirs Atlantique/Littoral, dirigée par Imorou Bouraïma. L’objectif visé est la promotion du sport féminin à la base. Pour Au total quatre disciplines étaient en compétition. Il s’agit du volley, du basket, du hand et du foot. En volley, c’est Cotonou qui vient en tête après avoir battu en finale la formation de Tori par 2 sets à 0. Allada ferme la marche. En handball, Calavi prend le dessus sur Cotonou par le score de 13 à 11 en décrochant ainsi la Coupe. Ouidah complète le tableau. Au niveau du basket, Cotonou revient à la charge en battant en finale la formation venue de Calavi (1) par 12 à 15. La troisième place a été occupée par Calavi (2). Au niveau du sport roi, Cotonou, l’équipe de Calavi a été atomisée en finale par Cotonou sur le score de 4 buts à 0. Ce qui a permis à  Cotonou de décrocher donc le troisième trophée de la 2è édition du Festival départemental du sport féminin. Quant à la formation de Toffo, elle s’est contentée de la médaille de Bronze. Il faut souligner que des récompenses individuelles ont été également attribuées aux athlètes qui se sont bien illustrées. Ainsi, en football, la meilleure joueuse vient de Calavi. Elle a nom Gbédjissi  Aude, une jeune fille talentueuse et plein d’avenir si  une attention particulière était portée sur le football féminin. Quant à Junias Tchéhagni, elle a été la meilleure buteuse de la compétition avec neuf (09) réalisations à son compteur. Il faut souligner que les meilleures équipes sont reparties avec des trophées, des jets de maillots, des ballons et des enveloppes financières.  Le rendez-vous est pris pour la 3è édition avec d’autres innovations.

En savoir plus...

Classement Fifa-Coca cola d’Août 2014 : Remontée miraculeuse du Bénin !

fifa

Alors que le Bénin s’est fait éliminer de toutes compétitions internationales, il vient de grimper de 14 places lors du classement Fifa du mois d’août, publié le vendredi 15 août 2014. En gagnant ces 14 points, à la grande surprise des férus du football, le Bénin se positionne à la 77è place au classement mondial, très loin devant le Malawi (106è) qui l’a éliminé au dernier tour préliminaire des éliminatoires de la Can Maroc 2015. 91è au dernier classement juillet 2014, le Bénin fait une remontée fulgurante, entrant ainsi dans le top 20 sur le plan africain, car occupant la 17è place. Sur le plan africain, c’est l’Algérie qui est en tête, mais classée 24è sur le plan mondial. A sa suite, on retrouve la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Ghana et l’Egypte qui ferme le top 5 sur le continent. Le prochain classement est prévu en début du mois de septembre prochain.

L’arbre qui cache la forêt
Ce classement loin d’être élogieux pour le Bénin, est tout simplement l’arbre qui cache la forêt. Sinon comment comprendre qu’après que l’équipe nationale de football, les Ecureuils Séniors ont été éliminés de la course pour la prochaine Can, on en arrive à un classement aussi réconfortant. Au érer cela comme une performance, les autorités chargées du football béninois doivent prendre le taureau par les cornes en se penchant sérieusement sur cette discipline, qui pendant les deux prochaines années sera absente des joutes continentales et internationales.   Il faut donc mettre à profit ce temps mort.

En savoir plus...

4ème édition du tournoi de l’intégration de judo : Quatre médailles pour le Bénin

tournoi-judo

Les rideaux sont tombés sur la 4ème édition du tournoi de l’intégration de judo qu’a abrité la Côte d’Ivoire. Au finish, le Bénin décroche quatre médailles dont trois en argent et une en bronze
Les hommes du Président de la Fédération béninoise de Judo Anicet Glitho ont hissé l’étendard du Bénin en Côte d’Ivoire dans le cadre du 4ème chapitre du tournoi de l’intégration. Ils ont décroché quatre médailles pour le pays, dont trois en argent et une en bronze. Les heureux du Bénin sont Daga August dans la catégorie des -60Kg, Dossou-Voyo Celtus  chez les -90 kg, Sebo Hyacinthe chez les -73 kg et Chantal Akogbéto chez les -52kg.
Une performance qui vient couronner de succès, le travail qu’abat depuis quelques temps le nouveau comité de la Fédération béninoise de judo.
Outre les prestations remarquables des judokas béninois, les arbitres béninois ont aussi honoré les couleurs nationales puisqu’ils ont les félicitations du jury au terme de la compétition. Aussi, ont-ils reçu les éloges de l’expert formateur de la fédération internationale de judo qui a conduit la formation. Une performance qui mérite une reconnaissance au niveau local notamment au niveau du ministère de la jeunesse des sports et loisirs. Le ministre Safiou Affo doit encourager ces athlètes et arbitres qui viennent d’honorer le Bénin malgré les maigres moyens dont-ils disposent. Il faut rappeler que la délégation conduite par le Vice-président de la Fédération béninoise de judo, Banou Adrien, était composée de quinze membres dont sept (07) abrites et commissaires qui ont tous réussi leur test aussi.

En savoir plus...

Défaites successives au niveau du football : Nécessité de valoriser les autres disciplines

foot-benin

Au Bénin, comme dans d’autres pays africains, le sport chouchouté et qui draine du monde reste le football. Malheureusement, le «Sport Roi» n’a jamais comblé les attentes au Bénin malgré les énormes moyens qui y sont engloutis en vue de son décollage. Pendant ce temps, d’autres disciplines, sans accompagnement, émergent et font parler du Bénin à l’extérieur.

Depuis ses participations à la Coupe d’Afrique des Nations (Can) de 2004, 2008, 2010, et aux finales de la Coupe Uemao en 2010 (Niger) et 2013 (Côte d’Ivoire), le Bénin au plan footballistique n’a plus émerveillé. Or, chaque 2ans c’est pratiquement le milliard qui est débloqué au profit de cette discipline. Après la dernière élimination des Ecureuils séniors et juniors des compétitions internationaux, n’est-il pas temps de repenser cette politique qu’on pourrait qualifier de deux poids deux mesures au niveau des disciplines sportives ?

La preuve…

Pendant que le football sombre, il est quand même important de rappeler certaines performances non négligeables enregistrées dans les autres disciplines. En Handball, le Bénin a décroché en novembre 2013 au Burkina-Faso, un trophée au niveau des cadets dans une compétition sous-régionale. En 2014, les juniors au tournoi chalenge trophy de Lomé atteignent la finale en hommes et dames mais n’ont pu décrocher le ticket qualificatif pour le rendez-vous continental contrairement aux années précédentes où le Bénin a fait bonne impression au niveau continental et au mondial.

Au scrabble Julien Affaton a été sacré en 2014 champion du monde de scrabble classique après les échecs de 2011, 2012 et 2013 où il était vice-champion. Dans la même veine, mais cette fois-ci sur le continent noir, les boulistes béninois ont été les meilleurs au championnat d’Afrique de Pétanque en Côte d’Ivoire (en août 2014). Cette consécration vient s’ajouter aux bonnes prestations au plan mondial où le Bénin a été champion en tir de précision et a décroché d’importants trophées à plusieurs rendez-vous régionaux, sous-régionaux, continentaux et mondiaux. Doit-on passer sous silence, les récentes performances en boxe avec les titres mondiaux décrochés à Cotonou par Victor Kpadénou et Ange Adjaho. Celui décroché par Justin Savi quelques années plutôt démontre combien de fois le Bénin est présent dans ces disciplines sportives rangées au second rang par les différents gouvernements qui se sont succédé depuis les indépendances. La liste sera plus exhaustive lorsqu’on ajoutera les scores séduisants faits au karaté, au judo, au wushu, au volley-ball et même au tir à l’arc. Ces exploits des ambassadeurs doivent interpeller les autorités du Ministère des Sports qui doivent désormais penser aux fédérations dites ‘’de parents pauvres’’. Si une discipline comme la ‘’lutte traditionnelle’’ fait parler du Sénégal à l’international c’est sans doute parce que les autorités sénégalaises y ont mis suffisamment les moyens. Corriger cette politique discriminatoire au Bénin en injectant de l’argent dans les autres disciplines sportives, pourrait encourager les Fédérations, à travers leurs athlètes, à davantage mouiller le maillot. Ce qui compenserait, tant soit peu, les faramineuses sommes mises, sans grands résultats, dans le football.

En savoir plus...

Quel avenir pour l’entraîneur Didier Ollé-Nicolle ?

didier-olle-nicolle

Elimination du Bénin de toutes les compétitions internationales : Quel avenir pour l’entraîneur Didier Ollé-Nicolle ?


 

Le Bénin est éliminé des compétitions internationales pendant les deux prochaines années suite à son échec face au Malawi (1-1 au terme des matchs Aller et Retour puis 4 à 3 aux tirs au but) en éliminatoire de la Coupe d’Afrique des Nations Can Maroc 2015. Depuis cette contre-performance, les regards sont tournés vers le sélectionneur national Didier Ollé-Nicolle pour la suite à donner à son avenir à la tête de la ‘’Maison Jaune’’ des Ecureuils du Bénin.

En signant deux ans de bail avec le Bénin, le technicien français Didier Ollé-Nicolle avait pour objectif de faire qualifier le Bénin pour la quatrième fois à la phase finale. Après avoir manqué les éditions de 2012 (Gabon/Guinée Equatoriale) et 2013 (Afrique du Sud), le peuple sportif béninois avait à cœur de retrouver son équipe à celle de 2015 après les bonnes prestations des Ecureuils du Bénin au premier tour préliminaire face à Sao Tomé et Principe que le Bénin a facilement éliminé (0-2 à Aller et 2-0 au retour, soit 4-0 sur l’ensemble des deux rencontres). Conscient que le tour suivant devrait être plus pénible, puisque l’adversaire s’appelait le Malawi, le Bénin s’est malheureusement plongé dans une impréparation qui a été fatale pour le team national. La courte victoire (1-0) à l’aller avec des occasions vendangées présageait d’un difficile déplacement du Bénin au Malawi. Très diminué parce que plusieurs internationaux béninois tels que Frédéric Gounougbé, Rudy Gestede, Djima Koukou, Emmnuel Imorou, Jordan Adéoti etc manquaient à l’appel, le Bénin n’avait plus son destin en main. Puisque les statistiques ont montré que le Bénin a toujours du mal à s’imposer en Afrique de l’Est. Les défaites face à la Namibie (8-2), à la Tanzanie (3-0 en 2003), puis les matchs nuls face à l’Ethiopie sont des signes défavorables à Didier Ollé-Nicolle et sa troupe, qui n’ont pu avoir suffisamment de temps pour se préparer véritablement pour maintenir leur maigre avantage de l’aller.

Face à tous ces paramètres, les Ecureuils du Bénin ont été momentanément sortis du navire devant les conduire à la phase de poule des éliminatoires proprement dites au désarroi du public sportif béninois, qui sera dès cet instant, orphelin de son team national pendant les deux prochaines années. Même si Didier Ollé-Nicolle a eu un bilan acceptable à la tête de l’équipe nationale du Bénin avec quatre (4) matchs joués, trois (3) gagnés et un (1) perdu, cinq (5) buts marqués contre un (1), l’objectif qui lui a été assigné n’a pas été atteint. Une vraie désillusion pour Didier Ollé-Nicolle, qui avait été nommé en remplacement de Manuel Amoros. Alors, dans ce contexte, va-t-il continuer à poursuivre l’aventure et percevoir l’argent du contribuable alors que le Bénin est écarté des joutes continentales ? Une préoccupation qui titille déjà l’esprit des fanatiques du sport roi béninois, vu le traitement salarial du technicien.

L’avenir du technicien français Didier Ollé-Nicolle

Partir ou partira pas ? La question lui été posée à la fin du match contre le Malawi. Selon ses dires, il n’est pas content de l’organisation qui se fait autour de la sélection nationale. D’abord, il fustige le fait qu’il n’a livré aucun match amical avant d’affronter le Malawi, une équipe physiquement et tactiquement au point, puis difficile à manipuler sur ses installations. «Si on veut un vrai projet avec le Bénin, il va falloir fonctionner différemment. Voilà cinq mois que je suis là et nous n’avons pas fait un seul match amical » a laissé entendre Didier Ollé-Nicolle. Mais il poursut «Si cela doit continuer comme cela, je ne compte pas rester. Si à l’inverse, il y a une vraie volonté de changer les habitudes, je veux bien remonter les manches ».

Voilà qui est clair du côté de Didier Ollé-Nicolle et la Fédération Béninoise de Football (Fbf) dirigée par l’Honorable Augustin Ahouanvoabla doit prendre en considération, les propos du technicien français qui avait donné un ‘’carton rouge’’ à ses employeurs à la veille du match aller à Kouhounou. « Nos dirigeants, par moment feraient mieux d’être pragmatiques sur l’essentiel qui est la compétition, plutôt que sur l’extra-sportif » a-t-il fait savoir.

Du côté de la Fédération, et selon des indiscrétions, le comité exécutif de la Fbf entend lui confier la gestion de la Direction Technique Nationale (DTN), vacante depuis le décès de César Dagba. Mais pour l’heure, rien de particulier à se mettre sous la dent par rapport à l’avenir du technicien français à la tête des Ecureuils du Bénin. Les jours à venir nous édifieront davantage.  

Penser à une équipe locale forte

Au-delà de l’élimination, les dirigeants du football béninois doivent revoir leur manière de gérer et leur stratégie de gestion du football béninois. L’improvisation et l’amateurisme ne doivent plus faire école au sein des responsables fédéraux. L’organisation d’un championnat local rigoureux doit être l’un des objectifs de ce comité exécutif qui avait trop misé, comme on avait l’habitude, sur les joueurs expatriés. « (…) qu’à part Sessègnon qui a fait son maximum pour venir, notre équipe A était pratiquement absente. Il manquait au moins 14 joueurs », a affirmé sur RFI Didier Ollé-Nicolle. On aurait donc pu avoir une équipe locale forte pour palier les multiples absences de ces expatriés que sont Razak Omotoyossi, Djiman Koukou, Nouhoum Kobena, Poté Michael, Rudy Gestede, Fréderic Gounongbé, Reda Johnson, Jonathan Tinhan et Jodel Dossou, pour ne citer que ceux-là. En tout cas, les équipes de l’Est de l’Afrique auraient donné l’exemple au Bénin. Elles qui se basent sur leurs valeurs locales. Le comité exécutif, s’il veut rattraper le train en marche, doit balayer du revers de la main, la mauvaise organisation qui caractérise la gestion autour du football béninois en général et autour de l’équipe nationale en particulier. Et comme le dit un adage, « qui veut aller loin, ménage sa monture », la Can 2017 doit commencer par se préparer dès à présent sinon adieu encore Can 2017. La Coupe du Monde 2018 pointe également à l’horizon.  

En savoir plus...

Razack Omotoyossi vers l’Irak : L’entraineur d’Al Shorta décidé à annuler la transaction

razack-omotoyossi

Sans club depuis plusieurs mois, l'Attaquant international Béninois Razack Omotoyossi doit encore patienter avant de pouvoir renouer avec les pelouses. En effet, selon le site béninois jipsportsbj, alors que tout était fin prêt pour qu'il signe avec le Club d'Al Shorta (Irak), l’entraîneur dudit club Mohamed Youssef souligne que l’actuel meilleur buteur des Ecureuils du Bénin n’est pas bon pour le club et a décidé d’annuler la transaction. Même si les raisons qui ont poussé l’entraîneur à avoir ce comportement vis-à-vis du joueur n’ont pas été élucidées, on peut en déduire que tout porte à croire que le co-meilleur buteur de la Ligue Europa, il y a de cela quelques années quand il évoluait au sein de Helsingborg (1ère Division Suédoise) ne rentre pas dans le système tactique de l’entraîneur Mohamed Youssef. Même si les négociations se poursuivent, le taureau de Pobè doit devoir se patienter avant de trouver un nouvel job, puisque le mercato reste ouvert jusqu’au 31 août prochain. Annoncé au Gabon puis en Egypte, précise la même source, « Omogoal » espère retrouver les pelouses d’ici peu pour marquer assez de buts. Toutefois, ex-sociétaire de la Jeunesse Sportive de Pobè(Bénin), d’Helsingborg en Suède, de Metz (France) et du Zamālek du Caire reste optimiste sur une nouvelle destination. Né le 8 octobre 1985 (29 ans bientôt) à Lagos (Nigeria) et fort de ses 1m77 pour 88 Kg, Razack Omotoyossi espère relancer sa carrière dans les jours à venir. A suivre donc de très près !!! Championnats d’Afrique 2014

En savoir plus...

Eliminatoires Can Maroc 2015 : Les Écureuils du Bénin "out"

benin-malawi-retour

Les Ecureuils séniors du Bénin ne participeront pas aux éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations Maroc 2015. La sélection béninoise s’est inclinée cet après-midi à Blantyre au Malawi devant les flammes à l’issue des épreuves des tirs au but.

A la fin du temps règlementaire, la sélection malawite menait par le score de 1 but à 0. But marqué à la 14e minute par John M. Un but qui remet les deux équipes au score d’égalité sur l’ensemble des deux matches. Pour rappel, il y a deux semaines, à Cotonou, les Ecureuils s’étaient également imposé par le score de 1 but à 0. Pour départager les deux équipes, il fallait recourir aux épreuves des tirs au but directement sans les prolongations. Une épreuve qui a été fatale aux protégés du technicien français Didier Ollé-Nicole. Les locaux se sont montrés plus adroits marquant 4 tirs alors que les béninois n’ont pu mettre au fond que 3 tirs. Sessegnon et Adenon ont manqué d’adresse devant le gardien de but malawite. Les flammes s’imposent donc par le score de 4 buts à 3 à l’issue des tirs au but.

-* Les 19 joueurs présents à Blantyre 1- Steeve Glodjinon 2- Saturnin Allagbé 3- Emmanuel Fabiyi 4- Stephane Sessegnon 5- Nicolas Dognon 6- Khaled Adénon 7- Désiré Azankpo 8- Eric Tossavi 9- Giscard Tchato 10- Didier Sossa 11- Chamousou Dine Chaona 12- Seidou Barazé 13- Mohamed Aoudou 14- Fadel Suanon 15- Pascal Angan 16- Jean Ogouchi 17- Fortuné Orè 18- Seibou Mama 19- Appolinaire Danvidé.

Réaction du Président de la Fédération béninoise de football Augustin Ahouanvoebla

Les joueurs se sont bien défendus mais la chance n’était pas de notre côté. Nous avons manqué de faire un large score au match aller ce qui nous mettrait à l’abri. Mais ici nous avons essayé de nous imposer sans succès.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !