TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN NEW GO 970x250 Px-01-1

A+ A A-

Sport

Mini championnat de boxe Juvénile ''Uppercut 2015'' : Jean Koffi du Bénin et Komlangan du Togo pour le show professionnel

edgard-adoukonou

L’aire de jeu de Vodjê à Cotonou accueille ce  samedi 21 février 2015, la première édition du mini championnat de boxe Juvénile ''Uppercut 2015''. Pour cet événement qui entend promouvoir la pratique de la boxe, 10 combats sont au programme dont un professionnel. Il mettra aux prises le Béninois Jean  Koffi et son homologue Togolais Komlangan.

Donner de la visibilité à tous les jeunes pugilistes qui s'entrainent ardemment dans les centres de formations installés un peu partout au Bénin ; permettre la détection des meilleurs parmi eux pour un meilleur suivi afin de permettre un large choix  à la Fédération béninoise de boxe (Fbb) pour la constitution des différentes catégories  des équipes nationales, toutes catégories confondues. Tels sont les objectifs de cette compétition initiée par le Cercle de réflexion pour le développement du sport au Bénin (Crdsb). Pour cette première édition, le groupe dirigé par Edgard Adoukonou n'a pas voulu faire les choses à moitié. 10 combats sont prévus dont un professionnel. Il va opposer dans la catégorie poids léger, le Béninois Jean Koffi à son homologue du Togo du nom de Komlangan. En dehors de ce combat, deux autres non moins importants sont attendus. Il s'agit des combats amateurs masculins qui opposeront  d'une part, ImorouTadja, poids léger du Club Palace Sporting Boxing de Parakou à Pierre Adjolohounde Amessik boxing club de Cotonou, et d'autre part, Garadima  Fataou Super Moyen du Club palace Boxing de Parakou  à son homologue Aristide Hountovi du club Tigre Noir de Cotonou. Egalement au menu, des combats d'exhibition des enfants de moins de 11ans  et ceux féminins. ''Uppercut 2015'', c'est 180 minutes d'époustouflants combats pour une entrée libre et gratuite. Les amoureux du noble art sont donc conviés pour suivre de belles affiches de boxe.

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Graine de star : Pascaline Vitou, valeur sûre du badminton béninois

pascaline-vitou

Sociétaire de l’Association des Athlètes du Bénin (2AB) dont la présidente est LizetteKoulemi, Pascaline Vitou est l’une des valeurs sûres du badminton béninois. Championne du Bénin en titre, la jeune badiste ne cesse de gravir des échelons. Née le 15 avril 2001, elle a déjà un palmarès impressionnant. Et pour cause. En 2013, la fille aînée de Noëlie Abdoulaye et Antoine Vitou (Ndr : tous deux commerçants) a raflé tout sur son passage. Du championnat national de badminton en passant par l’Inter Country Bénin-Togo qui a eu lieu au Palais des Sports du stade de l’Amitié de Kouhounou, la coupe du Bénin  sans oublier l'Open de Cotonou de Badminton, elle n’a rien laissé à ses adversaires. L’année écoulée (en 2014), elle a confirmé son statut de championne en conservant son titre. L’an 2015 viendra certainement lui ouvrir la porte à l’international puisqu’elle a aussi des rêves.  
Ses rêves…

"Mon ambition est d'être toujours première partout où je passerai dans ma vie. Par conséquent, je rêve de survoler le badminton mondial. Je rêve d’être un jour la championne du monde de mon épreuve" a-t-elle laissé entendre. Outre le badminton, Pascaline Vitou trouve sa passion dans le tennis. Elle aime également la musique. Dans son quartier, «Passi» comme on l’appelle affectueusement attire l’admiration de ses amis. Elève en classe de quatrième au Collège d’enseignement général Akpakpa Centre et d’une taille de 1m60, elle adore manger du riz accompagné de la boisson Coca-cola. La couleur rose comme l’amour qu’elle a pour le tennis, sa deuxième passion, est sa préférence. En somme, Pascaline Vitou a tous les atouts pour être l’une des meilleures athlètes du Bénin, et dans les années à venir du continent africain, pourvu que Dieu lui prête vie, car « petit poisson deviendra grand ».

En savoir plus...

Appréciation de José Anigo sur les centres de formation du Bénin : «Les Béninois ont beaucoup de qualités individuelles mais je pense qu’ils leur manquent l’essentiel»

jose-anigo

(La preuve qu’il y a encore du travail à faire à la base)  
Les projecteurs sont éteints dimanche 15 février 2015 sur la cinquième édition du tournoi des centres de formation de football. Une initiative de l’Association Jeunesse Afrique (J2A) de Mounirou Daouda, à encourager car faisant la promotion des jeunes talents africains. Certes, le tournoi a connu son épilogue mais il serait primordial de revenir sur le bilan des centres de formation du Bénin.

Cette année, le tournoi a pris une allure internationale, contrairement aux précédentes éditions qui ne réunissaient rien que des centres de formation béninois. Au décompte final, le constat frappe à l’œil, la preuve qu’il reste du travail à faire à la base, surtout au niveau des centres de formation du Bénin. Sinon, comment comprendre que, pour une telle compétition, où on a noté la présence de neuf centres de formation du Bénin sur douze participants, le trophée est reparti au Burkina Faso. Même la médaille d’Argent a été décrochée par un centre étranger, United Through Sport (Uts) du Ghana. Seuls, Cefes et Divinité Suprême (Bénin) ont sauvé l’honneur en se classant seulement 3è et 4è du tournoi.

A en croire José Anigo, recruteur de l’Olympique de Marseille, invité au tournoi et qui a suivi tous les matches, « les Béninois ont beaucoup de qualité individuelles » mais pense-t-il « qu’ils leur manquent  l’essentiel». Et cet « essentiel », c’est l’organisation autour du football béninois. «Les autres Fédérations sont mieux organisées. Nous, on se bat seul. On est dans nos coins et il n’y a que le ministère seul qui essaie de temps en temps de nous offrir de petits tournois. On attend huit ou 11 mois pour avoir une compétition pareille » s’est fustigé Roger Emana, promoteur du centre Bénin Foot Académie. Cependant, Roger Emana reste confiant quant à l’avenir du football béninois et pense déjà à la prochaine édition. « Je vous promets que la sixième édition sera béninoise », a-t-il promis.

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Cinquième édition du tournoi des centres de formation : J2A Kozaf du Burkina-Faso remporte le trophée

Mounirou-Daouda

Les rideaux sont tombés sur la Cinquième édition du tournoi des centres de formation, doté du trophée J2A. Au terme d’une finale âprement disputée, c’est la formation  de Kozaf du Burkina Faso qui remporte la coupe au détriment de l’United Through Sport du Ghana (1-0). Une finale jouée dimanche 15 février 2015 sur la pelouse du stade de l’Amitié de Kouhounou. Pari gagné pour le promoteur Mounirou Daouda qui a réussi l’organisation et a permis à ces centres de formation, d’évaluer le travail abattu en leur sein.

Douze centres de formation sur la ligne de départ. Et un seul est monté sur le podium final avec le trophée de la Cinquième édition du tournoi des centres de formation J2A. En trois journées (du 13 au 15 février 2015), la formation venue du pays des Etalons a écarté de son chemin, plusieurs autres centres de formation en commençant par Bénin Foot Académie, Académie Stéphane Sessègnon (Bénin), ou encore Cefes et Divinité Suprême. En n’encaissant aucun but durant la compétition, Kozaf a aussi offert un meilleur spectacle au public de Kouhounou qui a massivement effectué le déplacement. Ainsi, s’appuyant sur ses individualités, le centre burkinabè a ouvert le score peu avant l’heure de jeu par l’entremise de Cédric Fréado Dahan, élu d’ailleurs meilleur joueur du tournoi. Malgré les timides tentatives des joueurs de l’United Through Sport du Ghana, le score est resté inchangé. Kozaf du Burkina Faso quitte donc Cotonou avec le trophée J2A. Outre la Coupe, l’équipe s’en est sortie avec des distinctions individuelles telles que le trophée du meilleur gardien et celui du meilleur joueur.

A cette fête du football de la jeunesse, étaient présentes des personnalités non moins importantes de la vie politique. On a noté la présence du député David Gbahoungba, Chabi Yayi et autres qui sont venus apporter leur soutien au promoteur du tournoi, Mounirou Daouda, qui a tout simplement réussi le pari de l’organisation. En témoigne des lots et prix distribués aux équipes participantes. Même les journalistes n’ont pas été épargnés (des clés Usb sont offertes aux journalistes sportifs).  Par ailleurs, il faut souligner qu’en match de classement, c’est Cefes qui a décroché la médaille de bronze aux dépens de Divinité Suprême du président Firmin Akplogan (2-0). José Anigo et Japhet Ndoram ont été séduits par le jeu produit par les jeunes des différents centres de formations, même si, selon eux, beaucoup reste à faire pour améliorer le travail au sein des académies. Kozaf du Burkina Faso succède donc à Asos Académie de Porto-Novo et devra mettre son titre en jeu l’année prochaine pour le 6è acte du trophée J2A.   

Classement général au terme du tournoi J2A

Kozafdu Burkina Faso
UTS du Ghaha
Cefes du Bénin
Divinité Suprême du Bénin
Bénin Foot Académie
Abi Sport du Bénin (équipe Fair-play)
FC Aklakou du Togo
Alodo Sport
Académie Poté
Adéfob
Académie Sessègnon
Razam de Bassila

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Echos des internationaux béninois : Rudy Gestede buteur, accède en quart de Fa Cup de même que Stéphane Sessègnon avec Wba

GESTEDE

Le Béninois Rudy Gestede s’est annoncé ce week-end en participant à la belle victoire de Blackburn Rovers (4-1) face à Stoke City. Idem pour Stéphane Sessègnon qui joue un rôle important dans le dispositif de West Bromwich ; de même que Djiman Koukou avec Niort. L’incroyable scénario de Caen des Béninois Emmanuel Imorou et Jordan Adéoti face au Psg, aura également retenu l’attention des férus, sans oublier le duel bénino-béninois entre Jonathan Tinhan et Mouritala Ogunbiyi en Nationale (3è Division/France).  

Rudy Gestede buteur, Blackburn dans le top 8 de Fa Cup

Blackburn Rovers fait partie des huit équipes qualifiées pour les quarts de finale de Fa Cup au terme des rencontres de huitièmes de finale. Le club du Béninois Rudy Gestede a éliminé Stoke City par le score de 4-1.  En signant un triplé (36′, 50′, 55′), King a déjà accompli la mission du club de Championship mais le Béninois Rudy Gestede aura activement participé à cette belle victoire puisqu’à la 45’mn, il a marqué son but sur penalty. Un contre-pied parfait qui n’a laissé aucune chance au gardien de but de Stoke City. Entre temps, Peters Crouch (10è) aura réduit le score aux siens mais cela n’a rien changé au décompte final. Rudy Gestede a joué l’intégralité de la rencontre permettant à sa formation d’accéder en quart de Fa Cup.

33’mn pour Sessègnon, West Bromwich assure

Les coéquipiers du capitaine des Ecureuils du Bénin, Stéphane Sessègnon sont qualifiés pour les quarts de finale de Fa Cup en Angleterre. En effet, en huitième de finale, West Bromwich Albion a tout simplement pulvérisé West Ham (4-0). Brown Ideyé (19’ et 57’), James Morrison (42’) et Saido Berahino (72’) sont les artisans de ce résultat. Stéphane Sessègnon, même s’il n’a pas marqué de but, a contribué au succès de son club, car entrée en cours de jeu à la 57’mn. Deuxième victoire d’affilée en une semaine pour West Bromwich après celle enregistrée dans le cadre de la 25è journée de Premier League face Swansea City (2-0). 14è au classement (26pts -10), les partenaires de Sessègnon s’éloignent peu à peu de la zone rouge.

Imorou et Adéoti présents, Caen dans un scénario incroyable

Face au Psg, la tâche s’annonçait difficile, voire compliquée pour Emmanuel Imorou et ses partenaires qui se déplaçaient aux Parcs des Princes pour affronter Blaise Matuidi et ses coéquipiers dans le cadre de la 25è journée de Ligue 1 de France. Assommée puis crucifiée en première période (2è mnZ. Ibrahimovic puis 39è E. Lavezzi), l’équipe de Caen a eu les ressources nécessaires dans les dernières minutes pour revenir au score. D’abord, par Sala 89è puis par Hervé Bazile (90+2è) sur un coup franc qui n’a laissé aucune chance au dernier rempart du Psg, signant ainsi son 3è but en Ligue 1. Grâce à ce nul, Caen poursuit sa belle série d’invincibilité en 2015. Côté Béninois, Emmanuel Imorou a joué l’intégralité du match alors que Jordan Adéoti est entré à la 68è minute de jeu et a écopé d’un carton jaune suit à un tacle dangereux sur Marco Verratti (87è). Caen est cependant 14è au classement avec 28pts (-2).

90’mn pour Koukou, Niort toujours au ralenti

Rien ne va plus pour Niort qui n’enchaine plus de victoires et se contente des matches nuls ou des défaites. Ce week-end, dans le cadre de la 24è journée de Ligue 2 de France, les Niortais se sont encore contentés d’un nul (1-1) face à Dijon. Le seul but niortais de la 18è minute (F. Martin) a été neutralisé à la 58è minute par F. Raspentino. Après 25 journées, Niort est toujours dans le ventre-mou du classement (16è) avec 25 points (-6). Le Béninois Djiman Koukou a joué la totalité de la rencontre mais n’a pu rien faire pour offrir la victoire aux siens.     

Duel Tinhan et Ogunbiyi : Red Star l’emporte

Un duel du haut de tableau était au programme ce week-end en France pour le compte de l’acte 21 de Nationale (3è Division française). Paris Fc, premier du classement était en déplacement sur le terrain de Red Star (3è). Un duel bénino-béninois était également sur la pelouse. Duel finalement tourné à l’avantage de celui qui a fait son baptême de feu chez les Ecureuils du Bénin, Jonathan Tinhan. Transféré à Red Star cet hiver, Tinhan a été titulaire en attaque mais n’a pas scoré. Néanmoins, ces partenaires F. Makhedjouf (68è sur penalty) et M. Kante (75è) ont permis à Red Star de décrocher les trois points du match. Mouri Ogunbiyi a aussi joué l’intégralité de la rencontre mais c’est  J. Chevalier (59è) qui avait ouvert le score pour Paris Fc. Avec 41 pts (16), Paris Fc  reste leader de ce championnat mais talonné de près par Bourg-Peronnas (37pts +15) et Red Star Fc (36 pts +17). L’équipe de Luçon du Béninois Khaled Adénon (8è au classement avec 27 points +3) n’a pas joué ce week-end.

League One: Chesterfield battue, Coventry tient le nul

Depuis quelques semaines, Réda Johnson qui évolue à Coventry et Romuald Boco (Chesterfield) se font rares dans le championnat anglais (League One/D 3). Ce week-end, pour le compte de la 30è journée, leurs clubs étaient encore au charbon sans eux. Sur ses installations, la formation de Coventry a été tenue en échec (1-1) par Scunthorepe. Pendant ce temps, Chesterfield se faisait battre à domicile par Preston (0-2).   Avec 42 points (4), Chesterfield est 7è au classement alors que Coventry est à un pas de la zone rouge (20è sur 24 équipes avec 32 points -11).

Gounongbé à l’infirmerie, Westerlo n’y arrive plus

La série noire continue pour Westerlo, club du Béninois Frédéric Gounongbé dans le Championnat belge de première Division, qui abordait le week-end écoulé, son 26è chapitre. Occasion pour Westerlo de recevoir à domicile la formation de Racing Genk. En absence de leur buteur maison, le Béninois Frédéric Gounongbé, c’est Koffi qui a répondu au but matinal de la première minute encaissé, œuvre de Thomas Buffel. Mais à la dernière minute de jeu, les coéquipiers de Gounongbé ont laissé filer le point du nul quand ils ont encaissé un deuxième but à la 89’mn de la rencontre, signature de Sérigne  Mbodji. Avec 30 points (-15), Westerlo reste au 11è rang et doit se battre pour le maintien en Ligue Jupiler.  

Réalisation : Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Confédération africaine de Wushu : Patrice Koménan Dossou-Yovo candidat à la présidence

patrice-komenan

En marge de la phase finale du championnat national de Wushu qui s’est déroulée le samedi 7 février 2015 sur l’esplanade intérieure du stade de l’Amitié de Kouhounou, Patrice Koménan Dossou-Yovo, président de la Fédération béninoise de Wushu, a officiellement annoncé sa candidature au poste de président de la Confédération africaine de Wushu. «Le Championnat africain de Wushu va se tenir au Congo et va abriter un évènement de marque. Il s’agit du congrès exécutif de la Confédération africaine de Wushu dont je suis aussi postulant à la présidence » a-t-il publiquement annoncé. Une ambition qui mérite d’être appuyée par les autorités sportives du Bénin. Et du soutien, il en a déjà eu, puisque dans la foulée, El Farouck Soumanou, Directeur du Fonds national pour le développement des activités de jeunesse, des sports et loisirs (Fndajsl) et représentant le ministre Idrissou Affo, n’a pas marchandé son soutien. «Le Wushu fait partie des Fédérations qui ramènent des médailles, qui défendent les couleurs nationales sur le plan international» a-t-il signifié. «Votre positionnement au niveau de l’Union Ouest Africaine de Wushu en est la preuve» a ajouté El Farouck Soumanou avant d’ajouter : «je voudrais vous rassurer, que cette candidature sera soutenue par le ministère des sports et que le Fonds que j’ai l’honneur de diriger continuera non seulement, de vous soutenir mais va désormais augmenter son soutien habituel à la Fédération de Wushu». Pour briguer un tel poste, il faut le courage et surtout un plan de campagne qui va intéresser les délégués. Un projet sportif pouvant booster le Wushu continental. «Je voudrais ainsi vous souhaiter beaucoup de courage pour que le cap soit maintenu» a indiqué Marcel de Souza, ministre du développement et parrain du championnat. A en croire Julien Minavoa, le Comité national olympique et sportif béninois (Cnosb) salue cette ambition. «Cette ambition, le comité olympique du Bénin la salue et la soutiendra, soyez-en sûr» a martelé Julien Minavoa, président du Cnosb.

Déjà président de la zone Ouest africaine de Wushu, Patrice Koménan Dossou-Yovo entend, cette fois-ci mettre son expertise sur le plan continental et ceci, mérite d’être accompagné par l’Etat béninois. S’il se fait élire par ses pairs, il deviendra le troisième béninois à être à la tête d’une confédération africaine de sport après Arèmou Mansourou (handball) et Idrissou Ibrahima (pétanque).

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Tournoi de football sous-régional : Douze centres de formation à l’assaut du trophée J2A

Mounirou-Daouda

Du 13 au 15 février 2015, douze centres de formation du Bénin et de la sous-région iront à l’assaut de la Coupe J2A. Ces centres de formations connaissent déjà leurs adversaires du premier tour. Ceci, au terme du tirage au sort qui a lieu le samedi 7 février 2015 au stade de l’Amitié de Kouhounou. Les douze équipes sont reparties en trois groupes de quatre. Ainsi, Liberty du Togo, Académie Sessègnon, Kozaf du Burkina-Faso et Bénin Foot Académie vont animer la poule A. le groupe B est composé des équipes comme United Through Sport du Ghana, Alado Sport, Abi Sport et Adéfob. Enfin, AS Bamako du Mali, Divinité Suprême, Cefes et Rasam de Bassila vont en découdre  pour une place au second tour. A en croire les organisateurs, les matches de poule se jouent en une seule journée (le 13 février), les demi-finales (le 14 février) et enfin, le match de classement et la finale le 15 février prochain. Trois stades sont retenus pour la circonstance. Le stade Cotonou 2, celui de l’Amitié de Kouhounou et le stade Charles de Gaulle de Porto-Novo.

Organisé par l’Association Jeunesse Afrique (J2A) avec à sa tête Mounirou Daouda, le tournoi vise à promouvoir le football à la base. Aussi, est-elle une occasion pour les recruteurs africains et européens de venir dénicher les talents cachés. De nos sources, cette cinquième édition du tournoi JSA notera la présence de deux recruteurs français, notamment José Anigo de l’Olympique de Marseille et Japhet Ndoram de Fc Nantes sans oublier celle de Lamine Badiane, journaliste de profession. Il faut souligner que la dernière édition a été remportée par l’Asos de Porto-Novo.         

Abdul Fataï SANNI

Zoom sur les vainqueurs des quatre dernières éditions  

Février 2011 : 1ère édition remportée par Bénin Foot Académie
Février 2012 : 2è édition remportée par Bénin Foot Académie
Mars 2013 : 3è édition remportée par le Centre Tanéka de Natitingou
Février 2014 : 4e édition remportée par le Asos Académie de Porto-Novo

En savoir plus...

Première édition de «l’A-M Open de Tennis » : Le Togolais Antoine Dagboa vainqueur

am-open-tennis

Emmanchée le 2 février 2015, la première édition de «l’A-M Open de Tennis », organisée par Alphonse Gandonou a pris fin ce samedi 7 février 2015 sur les courts du Tennis Club de l’Amitié (Tca) par une belle affiche de finale entre le Togolais Antoine Dagboa et le Béninois Magloire Yakpa.

Dénommé « A-M Open de Tennis », ce tournoi a réuni plus d’une cinquantaine de joueurs  du Bénin et du Togo. La finale  qui  a opposé Yakpa Magloire du Bénin à Antoine Dagboa   du Togo était d’un  bon niveau technique. Elle a d’ailleurs tenu en haleine le public qui s’est vraiment régalé. En dépit d’une solide expérience, Yakpa Magloire n’a pas été en mesure de tenir en respect, la fougue du  jeune Togolais  Antoine Dagboa qui s’est empressé de prendre le premier set. Il a fallu le second pour  constater le réveil de son adversaire. Mais, c’était trop serré. Et le suspense est resté jusqu’au bout. Au troisième set, le jeune togolais   dévoile une autre stratégie qui lui permet de tuer le match. Score finale 6-4 ;  4-6- ; 7-4. En doubles, la paire Allowakinnou Christian/Kodjo Charles a battu en finale Zannou Timothée/ Félix HounkpeviI.

Préparer les joueurs aux prochaines compétitions

Pour rappel, ce tournoi, dénommé A-M Open de Tennis »  a pour but de préparer les joueurs aux prochaines compétitions sous régionales, continentales voire mondiales. Mieux, il s’agit pour les tennismen béninois de se frotter à leurs homologues des autres pays, afin d’avoir une idée de leur niveau actuel. Etant donné que sur le plan national, les activités statutaires peinent à être organisées. Au terme de ce tournoi, le vainqueur simple, le togolais empoche la somme de 200 000 Fcfa,  et le finaliste malheureux, Yakpa s’est contenté de 100 000 Fcfa. Plusieurs prix ont été distribués. Outre les trophées, les  joueurs qui ont atteint les quarts de finales  et les demi-finales ont été aussi récompensés.  La somme de 1,5 million Cfa  a été distribuée. L’initiateur promet  de revenir dans quelques mois pour la 2ème édition.

A.F.S.

En savoir plus...

23 ans après : Les Eléphants barissent !

finale-can-2015

Les Eléphants de la Côte d’Ivoire ont décroché la 30è édition de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) Guinée équatoriale 2015. Ils ont battu en final, les Blacks Stars du Ghana au terme d’une séance fatidique de tirs au but interminable (0-0, 9-8 tab).

La Côte d’Ivoire a été sacrée championne d’Afrique pour la deuxième fois après le sacre de 1992. Un titre décroché dans la douleur puisqu’ il a fallu les séances de tirs au but, pour voir Yaya Touré brandir pour la première fois, le titre continental en tant que capitaine. Mais, avant d’en arriver à ce sacre, les 22 acteurs ont donné le meilleur d’eux-mêmes en présentant un jeu d’un niveau appréciable, semblable à une vraie finale de Can. D’un jeu équilibré, les deux équipes ont offert un joli spectacle mais le vainqueur s’est dessiné aux tirs au but comme ce fut le cas en 1992 au Sénégal. 23 ans après, les Eléphants ont barri sur le toit de l’Afrique. Dans ce sacre, le dernier rempart ivoirien Barry, après avoir arrêté le dernier penalty ghanéen, a offert la victoire aux siens en permettant à Hervé Renard de remporter le deuxième titre après celui de 2012 avec la Zambie. Les rideaux sont donc tombés sur l’édition 2015 de la Can et rendez-vous dans deux ans pour d’autres spectacles et d’autres magies du football africain.

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Championnat national de football : Des actes qui n’augurent pas d’une fin heureuse

federation-beninoise-de-football

Depuis le 28 décembre 2014, le ballon a commencé par rouler au Bénin avec la reprise du Championnat national de football, même s’il a connu des reports sur des reports. L’implication du ministre des Sports, IdrissouSafiouAffo et du président du Comité national olympique et sportif béninois Julien Minavoa auront permis d’aplanir la situation qui s’enlisait vers un duel entre la Fédération béninoise de football (Fbf) et la Ligue de football du Béni (Lfb), avec la menace du boycott de cette dernière si ce qu’elle demandait n’est pas respecté. Entre autres, le remboursement des arriérés des arbitres, des commissaires aux matchs, la réfection du siège de la Lfb etc. Heureusement, tout est entré dans l’ordre pour le bonheur des férus du sport roi béninois et depuis lors, chaque week-end, se jouent sur toute l’étendue du territoire national, les matches du championnat de football. Mais un début de championnat entaché de matches perdus sur tapis vert. L’Aspac de Cotonou et Ayéma en ont subi les conséquences. Mais le fait le plus marquant lors de la quatrième journée est la rencontre Tonnerre-Ayéma qui n’a pu se jouer. Ayéma FC n’a disposé que de six joueurs réglementairesalors qu’on doit avoir 11 sur le terrain et sept sur le banc de touche comme remplaçant. Conséquence, le match n’a pu avoir lieu.

Mais à qui la faute ?

D’aucun diraient aux responsables de club. D’autres à la Ligue ou la Fbf. D’ailleurs, sur ce sujet, nul ne sait qui organise le championnat actuel, vu le dernier feuilleton qui s’est déroulé avant la reprise du championnat. De nos sources, ce sont les secrétaires généraux de la Fbf et de la Lfb qui organisent le championnat en lieu et place de a Lfb. C’est un autre angle sur lequel nous reviendrons.

A en croire les mêmes sources, Ayéma a envoyé une liste de joueurs pour l’établissement des licences. La fbf rejetterait sous prétexte qu’il y a des fausses informations sur les pièces présentées par ces derniers. Du coup, Ayéma se retrouve avec moins de joueurs alors que le championnat est en cours. Mais à la lecture des faits, cela montre tout simplement l’amateurisme et l’improvisation qui entourent l’organisation du championnat et la programmation des rencontres. Dans un pays sérieux, on aurait régler tout se problème avant même le démarrage du championnat. Mais puisque, le ridicule ne tue pas au Bénin et qu’on peut marcher sur la tête, on ne peut assister à ces genres de situation qui déshonorent tout un pays. Dans ce désordre en à point finir, comment on peut avoir des sponsors pour accompagner le championnat. Sans être un oiseau de mauvais augure, le championnat béninois est loin d’être semi-professionnel. Et avant de parvenir à ce stade, il faudra des sacrifices pour ces dirigeants qui ne prêchent que pour leurs églises.

La question de subvention des clubs…

Au-delà de ce cas ‘’Ayéma’’ qui mérite une attention,l’autre hic qui viendra certainement confirmer nos hypothèses est celui de la subvention des clubs. La scène sombre de la saison dernière reste gravée dans les mémoires. A ce jour, qu’est ce qui est fait aux clubs qui prennent part au championnat national. Pour l’heure, rien ! Des points qui n’avantagentdonc pas la suite de la compétition quand on sait la façon dont les clubs se gèrent au Bénin. En cours de route, ces présidents de club seront essoufflés financièrement, et bienvenus les dégâts et la rétrogradation en division régionale.

En tout cas, nous attirons l’attention des membres de la Fbf sur ces points carils ont l’obligation d’améliorer leur image, et par ricochet, celle du football béninois, qui traverse un tournantpénible avec les sanctions de la Caf, les éliminations des seniors et juniors sans oublier le limogeage de Didier Ollé-Nicolle à la tête de l’équipe nationale orpheline depuis son départ.

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !