TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

bandeau-TocToc 1

A+ A A-

Entretien avec le nouveau directeur de l’Obssu : «Nous devons relever le niveau du sport à la base », dixit Alexis Acakpo

Alexis-Acakpo

Créé en 2010, l'Office béninois du sport scolaire et universitaire (Obssu) a, à sa tête depuis le 28 décembre 2016, un nouveau directeur en la personnede Alexis Acakpo.Dans cet entretien, il nous parle de ses projets pour redorer le blason du sport scolaire et universitaire. Lisez-plutôt !!!

Monsieur le Directeur, quels sont vos projets pour l’Obssu ?

Nos projets phares, il ya des projets d'installation des classes sportives dans toutes les communes du Bénin. A côté de ça, nous avons le projet que nous appelons « Projet jeune officiel». Le projet jeune officiel à côté des classes sportives que nous allons installer. Il s'agira d'inciter les jeunes au métier du sport parce que, vous n'êtes pas sans savoir qu'à part Bonaventure Codjia, il n'y a plus une émergence d'une classe d'arbitre International. Alors que si nous partons de la base, nous formerons les jeunes à l'arbitrage, à l'organisation, au Coatching. Je crois que dans 10ans voire 20ans, nous aurons des officiels vraiment performants. C'est dans ces domaines que la Côte d'Ivoire et la France vont nous envoyer des experts pour encadrer les équipes que nous aurons ici. Il existe désormais une convention entre la Côte d'Ivoire et le Bénin et c'est d'ailleurs pour ça qu'on était en visite en Côte-d'Ivoire du 27 novembre au 3 décembre 2016. La Côte-d'Ivoire avec l'Office ivoirien des sports scolaires et universitaire (Oissu),qui  crée en 1962 et a aujourd'hui 56 ans d'expériences dans le domaine du sport scolaire et Universitaire, a accepté partager ses expériences avec nous. La Côte-d'Ivoire a accepté envoyer des experts dans le domaine du sports scolaire et universitaire former les nôtres ici dans une relation bilatérale.

Qu'en est-il des classes sportives ?

Nous avons suspendu les classes sportives parce que la manière dont elles étaient organisées ne respectaitpas notre vision. Avant, il n'en existait que 12. Aujourd'hui, nous partons jusqu'à 80. C’est-à-dire, toutes les communes auront les classes sportives mais il y aura des classes universitaires. En tout, 80 pour animer le sport à la base au niveau scolaire et universitaire. Je crois que dans cette nouvelle logique, il faut qu'on parte de l'existant.De l'existant, on va redéployer le personnel. On va redéployer les enfants pour prendre corps avec le nouveau programme.

Que comptez-vous faire pour que le sport universitaire retrouve ses lettres de noblesse ?

C'est de replacer le sport universitaire dans ses attributs.Il faut remettre les choses à leur place. Vous n'êtes pas sans savoir qu'il ya de cela 10 ans en arrière, c'est le sport universitaire qui fournissait à l'État national de grands sportifs mais depuis des années, ça va en décrescendo. D'ailleurs, dans les jours qui viennent à partir de l'année 2017,des experts viendront faire des détections pour former. Ce ne sera plus des équipes universitaires formées sur le copinage. Nous allons former des jeunes qui seront intégrées dans les différentes équipes.

Comment comptez-vous associer les différentes Fédérations pour atteindre vos objectifs ?

Je crois que nos différentes Fédérations doivent se sentir en joie et en sécurité. L'Obssu se présente désormais comme une porte d'entrée de ces Fédérations au niveau des écoles et des universités. Nous, on va former et les Fédérations vont les prendre en charge. Les Fédérations doivent nous aider à ce que nous ayons plus de moyens pour former à la base. Je demande aux Fédérations de nous venir en aide, de venir pour qu'on se donne la main pour relever le niveau du sport à la base. Le ministre des Sports Oswald Homeky l'a martelé à plusieurs reprises. Plus de différence entre les différents sports. Il n'y a plus de sport roi. Mais si dans une zone, il y a un sport privilégié par la population, on va promouvoir le sport dans cette zone.

Un appel à l'endroit des parents pour clore cet entretien…

Nous sommes entrain de faire l'état des lieux. Nous sommes entrain de faire des missions sur le terrain pour démarrer 2017 sur les chapeaux de roue. Nous demandons aux parents de laisser chaque enfant développer ses talents, de laisser la libertéaux enfants. Je vous remercie.

A.F.S.

Dernière modification lemardi, 03 janvier 2017 05:07
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !