TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banner-CASH AND ART- 22

A+ A A-

Toundé Iréné Ivanogo à propos de Réal Sports : «Notre ambition…,participer à la Champions League africaine»

Tounde-Irene-Ivanogo

Mis sur les fonts baptismaux le 09 décembre 2011 par Carvalho Dédjila et Serge Aho, Réal Sports de Parakou poursuit son petit bonhomme de chemin. Dans un entretien qu’il nous a accordé, Toundé Iréné Ivanogo, président du Réal Sports de Parakou a dévoilé les ambitions du club pour la saison à venir. Lisez-plutôt !

De 2011 à 2018, Réal Sports de Parakou a fait du chemin. Dites-nous, qu'est-ce qui fait la force de cette formation de Parakou ?

Ce qui fait la force de Réal Sports, c'est la continuité dans le travail. Parce que sans le travail, on ne peut jamais avoir cette performance. Nous avons créé un environnement favorable au développement du sport en général et au développement du football que nous avons choisi comme discipline reine au sein du Real. Nous avons les hommes qu'il faut pour pouvoir mettre en œuvre notre politique. Nous avons également eu des joueurs très assidus qui se donnent à fond pour le travail. Ils ne se sont pas rebellés. Et c'est ça qui fait qu'aujourd'hui, nous paraissons comme l'un des meilleurs clubs de notre région, Parakou.

Une bonne performance la saison écoulée avec à la clé, la montée en Ligue 2 nationale. Pour cette saison qui s'annonce, quel est l'objectif de Réal Sports ?

Notre première ambition, c'est d'être sacré champion à la fin du championnat pour monter en Ligue 1. Quels que soient les résultats qu'on aurait engrangés, l'idéal pour nous serait de rééditer l'exploit qui nous a amené de la D3 en D2.

L’effectif actuel peut-il faire l'affaire ou aura-t-il  des renforts ?

Pour la saison qui s'annonce, on a déjà bouclé notre recrutement. Depuis un mois, nous avons fini la sélection. Nous sommes en train de mettre en place les schémas techniques et tactiques. C'est ce que font aujourd'hui les encadreurs du staff technique. Donc, on a fini avec le recrutement. On n’est plus à ce stade. L'effectif que nous avons peut vraiment aborder le championnat avec sérénité. Quant aux renforts, on en a eu deux au plan national. A l'international, nous avons eu deux étrangers. Deux Ghanéens parce que nous sommes en partenariat avec un centre de formation au Ghana qui est Blessing Soccer. Pour cette campagne, ils nous ont donné deux jeunes joueurs qui peuvent faire l'affaire du Réal Sports de Parakou.

Quels sont les moyens mis à disposition du staff pour le travail et aux joueurs pour leur motivation ?

On n'avait pas la prétention d'avoir fait ce qui est juste. Mais, nous avons la fierté d'avoir fait ce qui est le minimum pour ces joueurs pour qu'ils ne soient pas en conflit avec nous. Nous avons assuré et nous assurons régulièrement leur payement à la fin du mois. Je ne dirai pas leur salaire mais plutôt leur rémunération. D'aucuns disent que nous sommes les meilleurs mais, nous disons tout simplement que nous avons essayé de faire ce que nous devons faire pour ne pas être en conflit avec eux. Les primes de match sont régulièrement payées. Pour les matches gagnés à l'extérieur, nous payons 12000, les matches gagnés à domicile 10000. Match nul à l'extérieur, on leur donne 6000 francs, à domicile 5000 comme encouragement. Ceux qui sont venus des autres pays sont hébergés et sont pris en compte. Pour les membres de l'encadrement technique, il n'y a pas quelqu'un parmi les salariés qui dira que Réal Sports de Parakou, en occurrence, le bureau exécutif lui doit un demi salaire.

Quelle est finalement l'ambition générale de Réal Sports de Parakou ?

(…) Notre ambition est de batailler dur pour avoir la chance de participer un jour à la Champions League africaine de football. C'est notre ambition. Parce que, si nous restons dans notre petit coin de Parakou, personne ne nous connaîtra au-delà des frontières béninoises. Mais si nous sortons du Bénin et nous participons à une compétition africaine de football, ça va donner beaucoup plus de chance aux joueurs qui pourraient aller monnayer leur talent sous d'autres cieux. Ce n'est pas en allumant la lampe et en la gardant sous le boisseau qu'on va la faire découvrir. Il faut la mettre au sommet.

Un appel pour clore cet entretien…

C'est de soutenir le projet que nous portons. C’est pour la ville de Parakou. Au-delà de Parakou, on va honorer le département du Borgou. Ce que nous faisons, c'est pour la jeunesse de Parakou en particulier et la jeunesse du septentrion en général. (…) La relève que nous préparons, c'est purement pour Parakou avec les U15, les U17. Pour les U12, nous pensons descendre dans les communes pour faire des sélections à ce niveau. Je demande à la population de Parakou de ne pas voir la tête mais de regarder l'idée que nous portons. C'est pour tout le monde et tout le monde est invité. Ce que nous souhaitons davantage, que le public suive son équipe lors du prochain championnat. Si le public ne vient pas au stade, on ne peut pas faire de recettes. Ailleurs, les gens jouent le match en guichet fermé. Chez nous, ce n'est pas ça. Les gens disent que nous produisons du bon football mais préfèrent le beau football devant les écrans. Donc, j'invite tout le monde à nous soutenir.

Propos recueillis par : Abdul Fataï SANNI

Dernière modification lemardi, 03 avril 2018 04:49
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !