TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Campagne Maïs MatinLibre

A+ A A-

Arts martiaux au Bénin : Maitre Benjamin Soudé parle des prouesses réalisées

Benjamin-Soude

Dans une interview qu’il nous a accordée, à l’occasion de la première édition de la Journée de la mémoire sportive du Bénin (qui a eu lieu, samedi 25 novembre 2017 au Centre Paul VI à Cotonou), maître Benjamin Soudé a présenté une communication sur le thème : «Les arts martiaux au Bénin : des origines à nos jours ». Occasion pour lui de lever un coin de voile sur les problèmes qui minent les arts martiaux au Bénin, provoquant des crises. Dans cette dernière partie de son intervention, Maitre  Benjamin Soudé a évoqué les prouesses réalisées par les arts martiaux au Bénin.   

«Nous avons eu la chance d’avoir eu un champion du monde en la personne de Dovi Damien qui est actuellement en France», a rappelé Maitre  Benjamin Soudé. Il a ajouté qu’au niveau du continent africain, il y a eu beaucoup de réussites dont les toutes dernières sont entre autres, la championne d’Afrique féminine Océane Ganiero et l’équipe féminine qui a remporté le titre africain. A l’en croire, au niveau du taekwondo, il y a eu plusieurs médailles aussi bien sur le plan régional, continental que mondial. «Je ne peux pas citer tous les noms», a-t-il laissé entendre. Mais contrairement aux arts martiaux cités plus haut, il y a un qui sombre de par ses performances.  «Au judo, c’est là qu’aujourd’hui, nous avons beaucoup à faire. Le judo qui était la première discipline a connu tellement de problème que nous avons très peu de résultats», a déclaré Benjamin Soudé. Cependant, il a évoqué les quelques résultats obtenus sur le plan du Kun-fu. «A l’occasion du championnat d’Afrique, le titre du champion d’Afrique qui est revenu au Bénin», a-t-il précisé avant d’ajouter :«voilà ce que je pouvais dire comme résultats et prouesses». En somme, malgré les problèmes qui minent les Fédérations au niveau des arts martiaux, il y a des résultats qui donnent de sourire, signe d’espoir si un travail sérieux se fait à la base, il y aura de bonne retombées. Une voie que le karaté ou encore le taekwondo ou le wushu ont suivi. «Ce sont ces Fédérations qui encouragent pour que nous puissions continuer d’apporter notre contribution», a conclu Benjamin Soudé.

A.F.S.

Dernière modification lelundi, 08 janvier 2018 05:37
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !