TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Cash-and-arts-4-matin-libre

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Sport

Programme «Family Health Forum» : Sport et bien-être des personnes à déficience intellectuelle

Family-Health-Forum

Special Olympics Bénin avec à sa tête le Directeur Moustapha Yaya ne cesse de faire connaître l’entité et mène des actions en vue d’accompagner les personnes à déficience intellectuelle. C’est dans ce cadre que Special Olympics Bénin en collaboration avec le Lion clubs international a organisé, samedi 19 mai dernier, au centre d’Alphabétisation de Parakou, le forum «Santé Famille sur la Nutrition». L’objectif visé par Special Olympics Bénin, en initiant un tel forum est de sensibiliser les familles et les athlètes sur l'alimentation qu'il faut pour leur bien-être. Un moment d’enseignement mais aussi festif pour offrir un instant de bonheur à ces personnes qui ont besoin d’être accompagnées et soutenues à tout moment. «Sans vous mentir, nous mangeons très mal et nous ne savons souvent pas aussi quoi manger. Alors que, nous mangeons pour que cela soit bénéfique pour nous», a laissé entendre un des participants au «Family Health Forum ». Cette activitévise à inculquer les bonnes méthodes de nutrition aux parents pour qu'ils puissent prendre conscience et prendre les dispositions adéquates pour le bien-être de leurs enfants.Faut-il le rappeler, Special Olympics Benin est un programme qui s'occupe des personnes ayant une déficience intellectuelle à travers la pratique du sport et le suivi sanitaire pour leur bien-être.

M.M.

En savoir plus...

Deuxième édition du camp de basket-ball «Ian Mahinmi» : «Le camp a été une réelle réussite», dixit Ian Mahinmi

Ian-Mahinmi

Durant trois jours, Ian Mahinmi, basketteur français d’origine béninoise et pensionnaire de Wizards à Washington, a convié 75 jeunes, à la deuxième édition de son camp de basket-ball. Au terme de ce camp, le Numéro 28 de Wizards dans la NBA s’est prêté à nos questions. Lisez-plutôt !!!

Tu es au Bénin pour ton propre camp. Ça s’estbien passé ?

C'est la deuxième édition. On revient après une très bonne expérience l'année dernière où on a eu deux enfants récompensés. Ali, qui a intégré l'Académie au Sénégal et Fabrice Dossou qui a intégré un centre de formation en France à Orléans. Ça a été vraiment un bon premier essai. Voilà, on est de retour pour travailler. On a beaucoup d'énergies, beaucoup de talents et à la fin, on verra ceux qui sortiront du lot.

Quel a été le menu concocté aux enfants durant le camp ?

A ce camp, on donne la chance aux jeunes de faire du basket-ball du matin au soir. On travaille les skills le matin. L'après-midi, on travaille le jeu. On fait des deux contre deux, trois contre trois, et cinq contre cinq. Tout ce qu'il faut pour donner la puissance aux petits. On essaie de maximiser le temps. On veut fatiguer juste assez les jeunes pour qu'ils aient encore de l'énergie. C'est bien ce que les enfants démontrent.

Quelles sont vos attentes ?

J'aimerais vraiment qu'à la fin, nous puissions avoir des enfants de bon niveau qu'on pourrait faire partir dans la NBA académie au Sénégal. Car, c'est ce que Ali et Fabrice, les deux qu'on a fait voyager l'année dernière ont prouvé. S'il y a de bons jeunes, il y aura des opportunités pour les faire envoyer en France, aux États-Unis, ou dans la NBA académie au Sénégal. Mais, je peux vous dire que j'ai déjà vu quelques jeunes très athlétiques qui mettaient de gros dunks. Il y a des gars aussi qui ont de belles attitudes en défense. J'ai aussi remarqué des filles très battantes, très agiles, qui, avec un peu de travail, feront parler d'elles.

On peut dire que le camp se termine sur une bonne note ?

On a bien bossé comme il le faut. On a eu de belles récompenses. On a eu une équipe de cinq meilleurs garçons (Taofick Andebi, Fabien Makanga, Ismaël Oumarou, Emmanuel Megnanglo,Kevin Hodonou) et de cinq meilleures filles (Irvine Behanzin, BrithneyTougan, Binta Baldé, Audie Kpetikou, Murielle Quenum) qui ont été récompensées. On a eu le MVP chez les garçons (Emmanuel Megnanglo) et le MVP chez les filles (Audie Kpetikou). On a eu le meilleur potentiel du camp (Ismaël Oumarou). Donc, le camp a été une réelle réussite. C’est encourageant. Maintenant, on va voir comment les choses vont se développer pour les meilleurs et puis on va se donner rendez-vous pour l’année prochaine.

Alors qu’est-ce qui sera fait pour les meilleurs ?

Pour l’instant, le représentant NBA (Toundé) qui est sur le camp va faire son rapport et envoyer à New York. Et en fonction de comment les choses vont évoluer, s’il a aimé les joueurs, s’il pense qu’ils sont assez forts, il aura une débouchée sur le camp en Afrique du Sud au mois d’août notamment sur le regroupement des meilleurs jeunes africains. Puis après, on va voir d’autres appuis par rapport à d’autres joueurs, si les potentiels sont assez bons pour intégrer un centre de formation en France ou peut-être aller aux Lycées aux Etats-Unis.

Quelles sont les qualités que vous aviez vues chez Ismaël?

Ismaël, il a été promu meilleur potentiel du camp. Il est très jeune et très athlétique. Il a eu de gros dunkstout au long du camp. Il a montré un peu son envie, il a montré un bon touché. A l’unanimité, il  été élu meilleur potentiel. Maintenant, pour lui, il faut qu’il se mette au boulot. C’est un début et un commencement pour lui. Il faut qu’il prouve pourquoi on l’a élu meilleur potentiel du camp.

Qu’est-ce vous promettez pour l’édition à venir ?

C’est encore assez trop tôt. On a toute l’année pour y réfléchir. Mais je pense que l’année prochaine, quand on reviendra, on apportera des améliorations. Et je pense que ce sera encore un clan au-dessus par rapport à ce qu’on a fait cette année.

Propos recueillis par : Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Deuxième édition des championnats nationaux d’aviron : Les meilleurs de la saison 2017-2018 désormais connus

Aviron

La Fédération béninoise d’aviron, course de pirogue et pédalo (Féba-Cpp) a organisé du 15 au 17 juin 2018, au Yatch Club d’Akpakpa (Cotonou), la deuxième édition des Championnats cadets, juniors, et seniors de la saison sportive 2017-2018. Au terme desdits championnats, les meilleurs de la saison ont été distingués.

Ils étaient plus d’une cinquantaine de rameurs venus de cinq associations affiliées à la Féba-Cpp : Ganvié, Sô-Ava, Calavi, Kpêteka, et Akodéha. Durant ces trois jours de compétition sur les eaux entre l’ancien et le nouveau pont, les rameurs ont fait de leur mieux pour offrir de bons spectacles au public. Dans la catégorie des cadets, sur une distance de 500m, Rose Tchranhouenou (Ganvié) et Samuel Hounga (Calavi) ont été sacrés champions respectivement chez les filles et les garçons. Idem pour Diane Atoukou (Ganvié) et André Hounkpèvi (Sô-Ava) dans la catégorie des juniors sur 1000m. Au niveau des seniors dames, Emilienne Attoukou (Ganvié) a été la meilleure tandis que GerémieHolonou (Kpêteka) chez les hommes est sorti premier (1000m). Pour Jonas Zocli Zannou, Secrétaire général de la Féba-Cpp, les cours de palette ne sont pas faits en désordre de façon technique. Abordant le niveau, il a affirmé qu’il a vu assez de surprises même s’il reste à parfaire. Désormais, les regards sont tournés vers Pahou ou Vékété pour une régate dans le cadre de la fête de l’indépendance.      


Zoom sur les champions de la saison 2017-2018

Catégorie cadette/filles (500m)
1er Rose Tchranhouenou (Ganvié)
2è Anne Marie Kouwenou (Sô-Ava)
3è Rosaline Dossou (Abomey-Calavi)

Catégorie cadette/garçons (500m)
 1er Samuel Hounga (Calavi)
2è Constant Agban (Ganvié)
3è Aimé Ahouadi (Sô-Ava)

Catégorie Junior/dames (1000m)
1er Diane Atoukou (Ganvié)
2è Donatienne DossouYéké (Calavi)
3è Larissa Cakpo (Akodéha)

Catégorie Junior/hommes (1000m)
1er André Hounkpèvi (Sô-Ava)
2è Arnaud Houngbo (Ganvié)
3è Pacôme Dégbéglo (Kpêtéka)

Catégorie Senior/dames (1000m)
1er Emilienne Attoukou (Ganvié)
2è Jeanne Godonou (Calavi)
3è Yvette Anani (Akodéha)

Catégorie Senior/hommes (1000m)
1er Gerémie Holonou (Kpêteka)
2è Léon Avlessi (Ganvié)
3è Romain Akpo (Sô-Ava)

A.F.S.

En savoir plus...

Entretien exclusif avec un handballeur béninois évoluant à Nantes : «...Développer mon sport dans mon pays...serait une grande et vraie fierté», dixit Rock Feliho

Rock-Feliho

Son enfance, son parcours, sa saison sportive 2017-2018, son rapport avec la Fédération béninoise de handball (Fbhb) et les autres athlètes d'origine béninois qui jouent en Europe et dans le monde, sans oublier son après carrière. Tel a été le menu de cet entretien exclusif que nous a accordé Rock Feliho, handballeur français d'origine béninoise et sociétaire de l'équipe de Nantes Hbc, en Première Division en France. Lisez-plutôt !!!

Qui est Rock Feliho ?

(Rire) Eh bon ! Rock Feliho est un handballeur né au Bénin (à Cotonou), qui est parti à l'âge de six ans et qui avait envie de revenir faire un tour dans son pays. C'est aussi un handballeur professionnel qui joue à Nantes en France.

Alors, dressez-nous un peu votre parcours sportif...

J'ai grandi à Chalon Sur Saône (en Bourgogne) et j'ai commencé à jouer là-bas très jeune. Après, j'ai été au centre de formation de Sélestat. C'est là où j'ai signé mon premier contrat professionnel. Par la suite, j'ai joué à Chalon Sur Saône. Après, je suis allé m'exiler en Allemagne où j'ai fait quatre ans. J'ai  joué en Bundesliga et après, je suis rentré en France. Depuis maintenant huit ans, je joue au club de Nantes dont je suis le capitaine.

Pourquoi avoir choisi le handball comme discipline sportive ?

J'ai découvert ce sport à l'école. Et quand je suis allé jouer, ça m'a plu. Parce que j'aimais bien l'état d'esprit. On passait de bons moments et j'avais déjà quelques aptitudes et puis j'ai continué ma route.

Que retenir de votre saison sportive cette année ?

Cette année, on a eu la chance de faire une saison assez exceptionnelle. On s'est incliné seulement en finale de la Ligue des champions pour notre deuxième année. C'est quand même quelque chose d'énorme pour un jeune club à ce niveau comme le nôtre. C'est un sacré exploit. On a débuté cette saison. On a gagné un trophée de champion. On a fini troisième du championnat de France. On a encore fait une saison bien pleine d'un point de vue collectif et après d'un point de vue personnel. Je suis très content de la saison en plus d'avoir plus performé durant ces compétitions. J'ai eu un titre individuel. Je suis le meilleur défenseur du championnat français.

Tout au long de cette saison, qu'est-ce qui vous a marqué ?

Ah ! On a vécu des moments forts parce qu'on est allé en Cologne. C'est quelque chose d'énorme. Mais tout le monde n'a pas cette chance d'y arriver. On a une équipe très soutenue. On a eu le soutien populaire. Ce qui a fait qu'on a grandi au fur et à mesure. Puis après, quand tu performes, l'ambition est de plus en plus grosse.

Vous êtes élu meilleur défenseur cette année. Ça fait quoi quand on retrouve ce titre après l'avoir eu à trois reprises auparavant ?

J'ai été trois ans de suite meilleur défenseur et après, pendant deux ans, je ne l'ai pas été. Et voilà, je le suis à nouveau. Mais, c'est une fierté même si j'aurai préféré gagner la Ligue des champions que d'être meilleur défenseur. C'est une fierté parce que, ça vient aussi récompenser toute ma saison. Ça montre aussi le niveau qu'on a. Ce qui est plus important, une bonne partie a été votée par les joueurs. Ça a aussi pas mal de poids. Donc, ça montre que je me maintiens à ce niveau-là avec la régularité.

Quelle est votre connaissance du handball béninois ?

Le handball béninois est encore un peu limité. Le but est aussi de découvrir un peu plus par ma présence. Donc, c'est important pour moi et pour voir un peu dans quelle mesure je peux essayer de contribuer au développement de ma patrie. C'est une fierté pour les Béninois de voir qu'un des leurs réussit dans cette discipline. Il faut le faire connaître pour essayer de voir comment on peut évoluer. Parce que, j'imagine que le développement n'est pas simple et au cours de ma carrière, j'ai eu la chance d'avoir pas mal de connaissances et quelques savoir-faire qui pourraient s'avérer être très utiles.

Quel est votre rapport avec la Fédération béninoise de handball ?

J'avais déjà pris contact avec elle. J'avais eu deux à trois contacts avec elle, justement pour voir dans quelle mesure je pouvais essayer d'apporter ma pierre à l'édifice. Déjà, à l'époque, je prenais contact avec elle, par le président Arêmou (président de la Confédération africaine de handball, ndlr). On a quand même une Fédération au Bénin, on a un Béninois qui est président de la Confédération africaine de handball,  on a un Béninois qui joue dans l'une des meilleures équipes d'Europe. Ce n'est pas rien. Je pense qu'on a quelques forces dont-on pourrait se servir pour bien développer le Bénin.

Quelle est votre relation avec les autres athlètes d'origine béninoise qui évoluent à l'extérieur ?

Malheureusement, je n’en connais que quelques-uns qui jouent. Mais, je ne crois pas qu'on soit beaucoup en handball. En tout cas, pas à ce niveau-là. Je crois que je suis seul. Peut-être à d'autres niveaux. Je connais Isabelle Yacoubou. On a eu la chance de se rencontrer. C'est une très bonne personne. Ce qui est assez marrant, on a quelques points communs. Le même désir, c'est d'essayer de faire évoluer son pays. Il y a aussi Ian Mahinmi que je ne connais pas assez. Mais j'ai appris qu'il est aussi un Béninois et qu'il était à Cotonou pour un camp de basket-ball. Ce n'est pas rien. On n'est pas un grand pays et c'est bien de savoir que certaines personnes sont un peu les représentantes du pays. En tout cas, on a les mêmes souhaits de faire développer notre pays. Que ça soit Isabelle ou Ian en basket-ball et moi en handball. On connaît l'importance de la pratique sportive.

Une ultime question pour clore cet entretien, est-ce-que Rock pense-t-il déjà à l'après carrière ?

Oui, un peu ! Parce que je prends de l'âge. Si ça ne tenait qu'à moi, je vais jouer encore longtemps. Après, c'est l'évolution de la vie. Si je peux essayer de contribuer et développer mon sport dans mon pays, ce serait une grande et vraie fierté.

Propos recueillis par : Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

2e Journée du championnat de la Ligue Océan de Maracana : Les résultats enregistrés

maracana

Dimanche 17 juin 2018, s'est jouée au Hall des arts, loisirs et sports (Hals) de Cotonou, la 2e Journée du championnat de la Ligue Océan de Maracana. Contrairement à la première journée où 14 des 15 matches ont été joués, cette fois-ci, toutes les rencontres ont été disputées. La seule fausse note de cette journée a été l'arrêt du match Smc # 1000 Héros (catégorie opens) par l'arbitre de la rencontre. En effet, l'équipe de Smc s'inclinait (1-3) quand trois de leurs joueurs sur six ont été expulsés. Dans ce cas, le règlement stipule que le match est arrêté par l'arbitre et l'équipe qui est en infériorité numérique perd le match.Notons que la 3e et ultime journée dudit championnat se dispute, dimanche 24 juin 2018, toujours au Hals de Cotonou. Au terme de cette phase régionale, les meilleures équipes notamment trois chez les opens (25 à 34 ans), cinq au niveau des seniors (35 à 44 ans), et deux chez les vétérans (45 ans et plus) vont se qualifier pour la phase nationale qui aura lieu probablement au mois d'août.

Les résultats de la 2e Journée

Catégorie Opens

MC Sékou # SMC 0-2
Abam # MCA 1-1 et 2-3 tab
1000 Héros # SMC 2-3
MCA # Abam 2-3
SMC # 1000 Héros 1-3 (arrêt par l'arbitre)
Abam # MC Sékou 1-0

Catégorie seniors

Conesi MC # Abam 2-6
MCA # Islam MC. 7-1
Rafales # MB 1-1 et 2-1 tab
Sacr # Abam 1-0
Islam MC # Sacr  0-1
MCA # Rafales 2-1
Conesi MC # MB 1-1 et 4-3 tab
Islam MC # Abam 0-4
Catégorie Vétérans
Rafales # Sacr 1-0

M.M.

En savoir plus...

Tournoi de mise en jambes «la Solidarité» : L’équipe d’Asvo sacrée vainqueur

Equipe-Asvo

L’Association sportive de la vallée de l’Ouémé (Asvo) a été sacrée vainqueur du tournoi de mise en jambes dénommé «la Solidarité». Pour la finale disputée jeudi 14 juin 2018 au stade René Pleven de Cotonou II, Asvo a battu après la séance des tirs au but, son homologue de l’Aspac (0-0 puis 5-4 tab).

L’équipe d’Asvo est sortie vainqueur du tournoi de mise en jambes qui a réuni pendant une bonne semaine, huit équipes de l’élite du football béninois. Si la première partie a été équilibrée avec un jeu au-dessous de la moyenne, la seconde a été plus ou moins animée mais avec des déchets techniques de part et d’autre. Malgré l’engagement des 22 acteurs sur la pelouse synthétique de Cotonou, aucun but n’a été marqué pour départager les deux équipes. Il a fallu donc recourir à la séance fatidique des tirs au but pour voir la formation d’Asvo plus adroite que celle d’Aspac. Logiquement, Asvo remporte le trophée mis en jeu (0-0, 5-4 tab) puis une enveloppe financière. «Je suis content pour ce sacre. Je suis en train de voir venir le travail entamé. Je félicite mon gardien et toute l’équipe », a dit Ibrahimda Silva, coach d’Asvo. «La meilleure attaque du tournoi a tenté mais, n’a pas marqué. On savait que ça va être joué à rien du tout après notre victoire contre cette même équipe (2-0) en phase de groupe», dira Ibrahim Aboudou, entraîneur de l’Aspac. Pour Marcelin Bocovê, président de l’Asvo, l’objectif de départ n’était pas le titre mais de jauger le niveau de l’équipe. Il a par ailleurs précisé que l’objectif du club cette saison est de se maintenir en première division. Faut-il le rappeler, Asvo a été promue en Ligue 1 au terme du championnat transitoire. Notons que le tournoi de mise en jambes dénommé «la Solidarité» a été initié par l’équipe des Dragons de l’Ouémé,  et a pour objectif de créer un cadre de compétition aux clubs participants avant le démarrage du prochain championnat national de football.

A.F.S.

En savoir plus...

2e édition du Camp de basket «Ian Mahinmi» : Une grande réussite, les meilleurs distingués

Ian-Mahinmi

(75 enfants bénéficient de l’expertise de la star)
Du 15 au 17 juin 2018, a eu lieu, au Hall des arts, loisirs et sports (Hals) de Cotonou, la 2e édition du Camp de basket-ball Ian Mahinmi. Autour de la star française d’origine béninoise, 75 jeunes enfants pratiquantsdont 25 filles.Au terme de ce deuxième acte qui sera désormais pérenne, une note de satisfaction et de réussite se dégage.

Après la réussite de la 1ère édition qui a permis de détecter deux jeunes talents désormais au Sénégal et en France, Ian Mahinmi (né à Rouan d’un père originaire du Bénin et d'une mère originaire de Jamaïque évoluant au poste de pivot au sein de l'équipe des Wizards de Washington, ndlr) a une fois encore réédité l’exploit à travers la 2e édition du Camp de basket-ball « Ian Mahinmi ». Cette année, il a réuni 75 jeunes participants dont 25 filles issus des associations sportives et venus de tous les départements du Bénin. Ils ont bénéficié de l’expertise de la star de Wizards de Washington aux Etats-Unis d’Amérique. Pendant trois jours, ces jeunots ont été initiés aux fondamentaux de la balle au panier. Des ateliers de passes, de dribbles, de shoots, des jeux en défense et en attaque, travail en groupe et en individuel, communication en équipe. Un menu alléchant et bien garni qui a permis à Ian Mahinmi de voir les potentialités des jeunes basketteurs béninois à bas âge. « Il y a quelques jeunes très athlétiques qui ont de gros dunks. On a des gars qui ont aussi de bonnes attitudes en défense et des filles qui sont aussi combatives et très agiles », a fait remarquer Ian Mahinmi. Pour lui, ce camp a été une réelle réussite et son objectif a été de détecter les meilleurs qui pourraient aller poursuivre leur formation à l’extérieur. On retiendra que le jeune Ismaëm Oumarou a été désigné meilleur potentiel du camp alors que, Emmanuel Megnanglo et Audie Kpetikou ont été Mvp respectivement chez les garçons et les filles. «Les enfants ont eu du plaisir à vivre ce camp. Ils ont vécu le camp avec beaucoup de plaisir, beaucoup d’engouement et d’engagement », dira Ismahinl Onifadé, président de la Fédération béninoise de basket-ball (Fbbb). Selon ses propos, ce camp est une source de motivation pour les enfants. Ils, poursuit-il, disposent des potentiels qu’il faut dorénavant révéler tout en leur donnant la chance de réussir dans le basket-ball en plus de leurs études. Notons qu’au cours de ce camp, une douzaine de jeunes coaches ont aussi renforcé leurs acquis aux côtés de Ian Mahinmi.

Equipe type chez les garçons

Taofick Andebi ; Fabien Makanga ; Ismaël Oumarou (meilleur potentiel du camp) ; Emmanuel Megnanglo (MVP) ; Kevin Hodonou

Equipe type chez les filles

Irvine Behanzin ;BrithneyTougan ; BintaBalde ; Audie Kpetikou (MVP) ; Murielle Quenum

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Renouvellement de Nagra tennis de table club de l’Ortb : Vincent Kpohihoun dévoile les grands chantiers du bureau élu

Vincent-Kpohihoun

Nagra tennis de table club de l’Ortb a renouvelé son bureau exécutif, vendredi 8 juin 201. Son nouveau président à nom : Eric JP Abraham. Dans un entretien qu’il nous a accordé, Vincent Kpohihoun, vice-président dudit club a porté un regard sur le nouveau bureau élu. Il a dévoilé les grands chantiers dudit bureau avant de se prononcer sur le sort de Clotaire Amadji, ancien entraîneur de Nagra tennis de table club. Lisez-plutôt !!!  

Après une petite crise à l’interne, Nagra tennis table club à un nouveau bureau. Que peut-on retenir de ce bureau ?

Suite à l’Assemblée générale de renouvellement du bureau de la Fédération béninoise de tennis de table (Fbtt), Nagra tennis de table club a eu quelques remous. Mais tout est rentré dans l’ordre. Puisque, la présidente sortante Madame Aboudou a fait valoir ses droits à la retraite depuis 2013. Comme une sage personne, elle a accepté de passer le témoin au nouveau secrétaire de l’Ortb qui est Eric JP Abraham. Depuis vendredi 08 juin 2018, suite à l’Assemblée générale de Nagra Tennis de table club, il est le nouveau président de l’Association Nagra tennis de table club de l’Ortb. C’est en adéquation avec les textes de l’Office qui recommande que la première personnalité soit à la tête de l’équipe de football. Et que la deuxième personnalité qui est le Secrétaire général de l’Office soit le président de Nagra tennis table club. Puisque l’Ortb n’a pas de Directeur général adjoint, c’est le Secrétaire général qui fait office de Directeur général adjoint. Ce qui a été fait. C’est le désir des sportifs de l’Ortb. C’est à saluer, le respect des textes et également la sagesse de Madame Aboudou qui a voulu que les choses se passent dans les normes et avec beaucoup de bonté. C’est pour ça qu’on a eu le renouvellement du bureau composé d’un président Eric JP Abraham, d’un vice-président Vincent Kpohihoun, d’un secrétaire général Benoît Houandja, d’un trésorier  général Pétronille Lokossou et d’un organisateur Auguste Gnanssounou.

Quels seront les grands chantiers ?

Il y aura le toilettage des textes, en ce qui concerne le règlement intérieur et le statut de Nagra. Nous envisageons que Nagra soit Omnisport. Ça va permettre à toutes les disciplines que nous aurions eu envie d’installer d’exister. A partir de ce moment, on a envie de travailler pour que, Nagra tennis de table club soit vraiment à l’image de l’Office. Donc, il y aura de réorganisation au niveau de la structure même, de réorganisation au niveau du staff technique, et un renouvellement certainement au niveau des acteurs. Nous souhaiterions que l’ensemble des jeunes pongistes soient les enfants des agents de l’office ou soit, des jeunes qui sont très proches des agents de  l’office pour que vraiment, lorsqu’on parle de Nagra tennis de table club, nous soyons identifiés par ces enfants qui sont des nôtres.

Clotaire Amadji serait-il à la tête de l’équipe Nagra tennis de club de l’Ortb ?

C’est un nouveau bureau qui a été élu. On sait que Clotaire Amadji a été beaucoup, il faut le reconnaître. Il a joué un rôle prépondérant. C’est vrai que le tennis de table était à l’office avant qu’il n’arrive et qu’il ne soit stagiaire à l’Ortb. Mais, quand il a constaté que nous avons une table de tennis, lui étant pongiste, il a souhaité qu’on ait une équipe digne du nom. Ce qui a été fait. Nous reconnaissons aujourd’hui qu’il a fait de Nagra, ce qu’il est. Mais vous savez, à chaque temps, sa chose. Aujourd’hui, les choses évoluent. On va voir, en tenant compte de nos ambitions, si Clotaire Amadji pourrait continuer à faire chemin avec nous. La question est sur la table. Nous allons voir ce qu’il faut faire pour que ça soit non seulement meilleur pour l’encadrement technique mais également pour l’office. Nous, on va laisser et d’autres personnes viendront. Puisqu’il y a la retraite qui nous attend. Nous sommes à la tête aujourd’hui. D’autres personnes viendront quand on serait au repos. Il faut faire de telle manière que la passation de témoin se passe bien. C’est pour ça, on va réfléchir pour prendre la bonne décision pour Nagra tennis table de club.

Propos recueillis : Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Championnat régional Atlantique-Littoral de handball : Flowers et Aspac se font respecter

Entente-Dames

Le week-end écoulé (les 9 et 10 juin 2018), a eu lieu, au stade Mathieu Kérékou, le Championnat régional Atlantique-Littoral de handball. Un rendez-vous régional qui a confirmé une fois de plus, la suprématie de deux équipes : Flowers et Aspac.

Après le lancement de la saison sportive 2017-2018 de handball par la Fédération béninoise de handball (Fbhb) à Parakou, ce sont les Ligues régionales qui ont effectivement pris le relais. Celle de l’Atlantique et du Littoral n’est pas restée muette. Au contraire, elle a convié les équipes qui sont dans lesdits départements au championnat, dominé par deux équipes : Flowers et Aspac. En témoignent, les différents résultats enregistrés par celles-ci. La formation de Flowers du manager général Aimé Sèbio, aussi bien chez les hommes qu’au niveau des dames, a réalisé un parcours sans faute. Entre autres résultats obtenus, les dames de Flowers ont battu Entente des Forces armées (25-14). Quant aux hommes, ils se sont imposés respectivement face à Pélican (32-21) et à l’Uac (28-14), décrochant leur billet pour le carré d’as. L’équipe d’Aspac dames, pour sa part, a battu  Entente Hbc (30-12). Les hommes portuaires ont fait de même face aux militaires (29-16) après avoir bénéficié du forfait de l’équipe d’Asa.

Entente hommes et dames des forces armées, deux équipes à suivre à l’avenir ?

Pour leur entrée en compétition, les équipes des Forces Armées béninoises se sont révélées au public sportif. En effet, Entente dames malgré deux revers concédés face à Flowers (25-14) puis à l’Aspac (30-12), est parvenue à se hisser à la troisième place, bénéficiant du forfait d’Asa. Mais,elle aura montré de la volonté et de l’envie face aux deux gros morceaux du handball béninois. «Nous sommes entièrement comblés par la performance de l’équipe féminine qui est née, il n’y a pas longtemps. C’est son baptême de feu», a confié, à beninsports, l’Adjudant-chef, Jean Sodji, vice-président de Entente Handball club. «C’est un club naissant et nous avons défié des clubs habitués à la compétition de plus de 20 ans», s’est-il réjoui. Quant aux hommes militaires, ils ont validé leur ticket pour le carré d’as derrière Aspac et Flowers.

Lire quelques résultats enregistrés

Senior Dames : Aspac # Entente 30-12 ;
Cadet Dames :Rac # Academia 3-2
Junior Hommes :Pélican # Academia 27-11
Sénior Dames : Flowers # Entente 25-14
Aspac # Asa (Poule A) forfait Asa
Flowers # Pélican (Poule B) 32-21
Entente # Aspac (Poule A) 16-29
Uac # Flowers (Poule B) 14-28
Asa # Entente (Poule A) forfait Asa


A.F.S.

En savoir plus...

Sélection nationale des cadets du Bénin : Lafiou Yessoufou dévoile la liste des présélectionnés

Lafiou-Yessoufou

A la suite de la fin du tournoi de présélection des joueurs U17, Lafiou Yessoufou (photo), entraîneur principal de la sélection cadette du Bénin, a dévoilé la pré-liste de 103 joueurs. On note, 49 joueurs non licenciés en provenance des 12 départements du Bénin. 11 joueurs du département de l’Ouémé, neuf dans le département de la Donga, autant dans le Borgou et six dans le Mono. Le Littoral, le Zou, et l’Atlantique, ont respectivement donné deux, trois, et quatre joueurs. Les autres départements que sont, les Collines, le Plateau, le Couffo, l’Alibori, et l’Atacora en ont donné chacun un.

Au niveau des joueurs licenciés de la Fébéfoot et qui proviennent au moins d’un club des Ligues 1, 2, 3 voire amateurs, ils sont au total 54 à être présélectionnés. Ils proviennent de 20 clubs. Entre autres, Jsv de Bonou (04), Jsp (03), Unb (01), Asos (05), Apj (05), Esae (03), As Donga (01), Requins (01), Eternel (04), Usb Parakou (04), Ussk (01), Entente (01), Asso Natitingou (01), Espoir de Cotonou (04), Jam (01), Abis (05), Jac (01), Experance (03), As Volcan (01), Trait d’Union (05).De source proche de la Direction des compétitions, le départ de la première vague des joueurs pré-retenus pour l'Irm à Lomé, est prévu pour ce vendredi 15 juin. Lentement mais sûrement, la sélection cadette se mettra en place et le travail proprement dit pourra donc commencer.

A.F.S.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !