TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Campagne Maïs MatinLibre

A+ A A-

Société

Commission technique de retrait de permis de conduire du Cnsr : Des conducteurs tirent leçon de cinq cas d’accidents de la route

cnsr1

Le Centre national de sécurité routière,Cnsrs à travers sa Commission technique de retrait de permis de conduire, a organisé sa dernière séance publique de l’année depuis hier, mardi, 23 décembre 2014. Au cours de cette séance publique qui permet aux usagers de la route notamment les conducteurs de tirer leçon des cas d’accidents enregistrés, des sanctions disciplinaires allant jusqu’au retrait du permis de conduire sont prononcées. Le sieur Florent Tchégnimon, attaché au service de la prévention du Cnsr à bien voulu éclairer l’opinion publique sur l’importance de ladite séance…

Présentez-vous à nos lecteurs s’il vous plait !

On m’appelle Florent Tchégnimon, je suis attaché au service de la prévention du Centre national de sécurité routière

Parlez-nous en quelques mots de la commission technique du retrait de permis de conduire…

La commission technique de retrait de permis de conduire, c’est une commission nationale qui regroupe tous les acteurs en charge de la sécurité routière au Bénin. Présidée par le Dg/ Cnsr, le professeur Sylvain Zohoun, cette commission siège tous les derniers jeudis du mois. Cela veut dire douze fois par an. Mais par trimestre, au lieu que cela soit une seule séance, nous faisons d’une séance, trois séances que nous appelons la séance publique. Cette séance permet donc aux autres conducteurs de véhicules n’ayant pas encore été impliqué dans des cas accidents de prendre connaissance des cas, témoignages et circonstances de survenue des accidents sur nos axes routiers. Ainsi, face à de pareilles circonstances ou réalités, ces derniers pourront réagir à temps et éviter des accidents. Donc cela constitue également une mesure de prévention des accidents de la route.

Alors dites-nous comment se déroulera la présente séance publique, la dernière de l’année 2014…

Pour la journée d’aujourd’hui comme cela a toujours été le cas, la plupart de nos actions sont des actions préventives des accidents de la route. Tout ce qui nous intéresse, c’est comment faire pour que l’accident ne survienne pas sur nos axes routiers. Mais au cas où cela se produirait malgré les mesures qui sont prises pour l’éviter, il faut également envisager des précautions à prendre pour atténuer les conséquences graves de cet accident chez les usagers de la route. Ainsi, au cours de cette journée, tous les conducteurs impliqués dans les accidents au cours du mois sont convoqués pour s’expliquer. Les policiers, les assureurs, les agents de santé, y sont aussi conviés. La commission porte à la connaissance du public, le résumé de chaque cas d’accident et le conducteur concerné est invité à donner sa version des faits en évoquant les circonstances de l’accident. S’il n’est pas d’accord avec ce qui est écrit, alors il donne sa version et compte tenu du contenu de sa déclaration, les connaisseurs du code de la route tranchent et chacun essaie d’analyser en vue d’amener le fautif à prendre connaissance de la vraie cause de l’accident. Ainsi, les responsabilités sont situées. Ce dernier se trouve désormais bien outillé pour ne plus reprendre les mêmes erreurs.

Quelles sont alors les sanctions qui sont infligées aux conducteurs indélicats ?

La sanction est décidée par la commission. La sanction peut aller jusqu’au retrait du permis de conduire, car il y a des conducteurs qui n’ont plus la capacité visuelle de conduire et qui s’efforcent de tenir le coup. Alors, au cours de la séance, la commission soumet les conducteurs à un questionnaire qui permet de détecter ces derniers et de leur retirer leur permis de conduire. Il y a également des sanctions contre la surcharge, l’excès de vitesse, l’imprudence… elle est prononcée suivant la grille de sanctions déjà disponible. Aujourd’hui, cinq conducteurs impliqués dans des cas d’accidents constatés par les brigades territoriaux et routiers d’Ifangni, de Porto-Novo et de Sèmè-Podji seront écoutés par la commission qui prononcera les sanctions qui s’imposent. Je vous informe que ces cinq cas d’accidents ont fait déjà quatre morts.

Propos recueillis par Aziz Badarou

En savoir plus...

Evaluation du niveau de satisfaction des revendications des agents de la santé : Le Syntrasesh donne un nouvel ultimatum au gouvernement

syntrasech1

(Il promet un bras de fer préjudiciable en cas de poursuite du dilatoire)
Le syndicat des travailleurs des secteurs de la santé humaine au Bénin (Syntrasesh) a effectué une sortie médiatique ce mardi, 23 décembre 2014 à la Bourse du travail à Cotonou. L’occasion pour ces responsables syndicaux de se prononcer sur le niveau de satisfaction de leurs revendications et projeter de nouvelles démarches et actions pour l’année 2015.

Fin du mois de décembre 2014, c’est le nouvel ultimatum donné au gouvernement par le Syndicat des travailleurs des secteurs de la santé humaine pour une satisfaction totale de ses revendicatives. Ils l’ont fait savoir hier au cours de leur sortie médiatique à la bourse du travail. Faire une rétrospective du niveau de satisfaction de leur plateforme revendicative et envisager de nouvelles mesures et actions pour 2015, c’est l’objectif de ladite conférence de presse tenue par le Syntrasesh. A cet effet, le Secrétaire général du Syntrasesh, Soulé Salako a rappelé que des mouvements de débrayages et si-in amorcés depuis avril 2014 ajoutés à la menace de boycott des Journées nationales de vaccination suite au retard qu’accusent les autorités dans la satisfaction de leurs revendications a conduit à des avancées notables. A en croire ce dernier, certains dossiers sont en cours de finalisation. Il s’agit de la prise des arrêtés d’éligibilité pour les agents omis dans le processus de reversement en Ace, le traitement de tous les dossiers bon à étudier en instance au ministère de la Santé, le paiement des arriérées de salaires à tous les agents des fonds mesures sociales, la parution des actes d’avenants et de reversement des Ape, le paiement de la prime de risque et des rappels y découlant, la prime de motivation au titre de 2007, la prise du décret modifiant et complétant le statut particulier du personnel d’hygiène et d’assainissement, la régularisation de la situation administrative de tous les agents partis en stage avant le 1er janvier 2013, le mandatement des salaires aux agents contractuels de l’Etat, la correction de la disparité catégorielle des paramédicaux agents contractuels de l’Etat et le bénéfice des concours professionnels. Cependant, les responsables syndicaux du Syntrasesh invite les autorités impliquées dans la résolution desdites revendications à finaliser les dossiers avant la fin du mois de décembre 2014 au risque de se voire contraindre de choisir entre un bras de fer préjudiciable à la population et un dialogue franc et continu assorti d’engagements respectés. Ces derniers promettent recourir à la grève au cas où le gouvernement poursuivra avec le dilatoire.

A. B.

En savoir plus...

Remise officielle de diplôme aux étudiants de la 1ère promotion de la Faculté de Médecine de Porto-Novo : Porto-Novo livre ses premiers Docteurs en médecine

francois-abiola

La faculté de médecine de Porto-Novo a procédé à la remise officielle de diplôme aux étudiants de la première promotion de ladite école ce samedi 20 décembre 2014. La prestation de serment d’Hippocrate des douze nouveaux Docteurs a eu lieu sous le parrainage du Ministre d’Etat, le professeur François Adébayo Abiola. C’était à la maison des jeunes de Djègan- Kpèvi devant un parterre de jury international, des enseignants, parents et amis.

La Faculté à caractère spécial de formation médicale de Porto- Novo (FCSFM/PN) a livré ses premiers Docteurs en médecine. Officiellement lancée le 15 mars 2013 par l’ouverture d’une 6ème année de médecine en stage interné pour le compte de l’Année universitaire 2012-2013, cette faculté a mis sur le marché de l’emploi les 12 des 15 lauréats qu’elle comptait au départ. « … je donnerai mes soins gratuits à l’indigent, et je n’exigerai jamais un salaire au - dessus de mon travail. Je garderai le respect absolu de la vie humaine…. ». ont-ils promis chacun devant un jury international bilingue présidé par le professeur Sikiratou Adéothy Koumakpaï. Dans son allocution, la présidente du jury international, le professeur Sikiratou Adéothy Koumakpaï, avant de procéder à la délibération n°001-2014/ Coor-FCSFM/VC/SA a remercié le gouvernement à travers la personne du Ministre d’Etat François Abiola pour sa vison éclairée. Car pour la présidente du Jury, cette initiative répond à un double besoin de l’insuffisance de la couverture sanitaire au Bénin et de décongestionnement des universités publiques avec la grande motivation des bacheliers pour les études médicales. Tout en félicitant les impétrants pour la qualité des thèses soutenues, la présidente Koumakpaï n’a pas manqué de leur prodiguer de sages conseils. Le docteur Hossou Virginie, porte-parole des lauréats a pour sa part remercié tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à la réussite en l’occurrence le Ministre d’Etat, qu’elle exhorte à porter une attention particulière au Centre hospitalier départemental de l’Ouémé-Plateau qui a servi de cadre pour leur formation afin de lui permettre de répondre efficacement à sa nouvelle vocation. Le Ministre d’Etat, Francois Abiola a félicité les lauréats pour les sacrifices consentis avant de leur souhaiter une bonne insertion sur le marché de l’emploi.

M.M.

En savoir plus...

Lancement du rapport 2014 sur l’état de la population : L’Unfpa évoque la nécessité de promouvoir la jeunesse

marcel-de-souza

Le Fonds des Nations-Unies pour la population (Unfpa) a officiellement publié son rapport 2014 sur l’état de la population mondiale ce vendredi, 19 décembre 2014 au Bénin Royal hôtel. Selon ce rapport, la jeunesse occupe plus de la moitié de la population mondiale. L’occasion pour le ministre du Développement d’évoquer la nécessité de promouvoir l’emploi des jeunes.

Les jeunes représentent désormais plus de la moitié de la population mondiale. Ils ont atteint un chiffre sans précédent de 1,8 milliard. Au Bénin, il représente 47% de la population. La proportion des adolescents et jeunes de la tranche d’âge de 10 à 24 est de 33,03 %. Ce qui veut dire que deux Béninois sur trois ont moins de 25 ans aujourd’hui. Une fille sur trois donne naissance avant d’atteindre l’âge de 18 ans. La prévalence contraceptive chez les adolescentes (15- 19 ans) est de 4 % et 6 % chez les jeunes (20-24 ans). Ce sont là quelques chiffres importants du rapport 2014 sur l’état de la population publié vendredi dernier par le Fonds des Nations-Unies pour la population(Unfpa). C’était au Bénin royal hôtel en présence de plusieurs membres du gouvernement et des responsables de l’Unfpa au Bénin. Selon le représentant résident de l’Unfpa au Bénin, Docteur Koudaogo Ouédraogo, les plus fortes proportions de jeunes se retrouvent dans les pays pauvres où beaucoup d’obstacles menacent la réalisation de leur plein potentiel. Il a fait aussi savoir qu’il est important et judicieux d’investir dans la jeunesse pour réduire la pauvreté et relever le niveau de vie des populations. A l’en croire ce dernier, cette quantification record de la masse populaire des jeunes, loin d’être une calamité constitue une opportunité pour les pays. Pour lui, cela justifie d’ailleurs le thème dudit rapport à savoir : « Le pouvoir de 1,8 milliard d’adolescents et de jeunes et la transformation de l’avenir ». il a confié que la jeunesse représente effectivement une aubaine pour le développement des nations car la démographie actuelle induit une forte proportion d’adolescents et de jeunes dont l’évolution exerce une forte pression sur la demande sociale face à une croissance économique encore faible en dépit des efforts consentis. Quant au ministre du Développement, de l’analyse économique et de la prospective, Marcel Alain de Souza, le présent rapport témoigne de l’engagement de l’Unfpa à faire de la jeunesse un pôle de développement à travers la promotion de l’emploi. Le ministre a évoqué quelques actions du gouvernement en faveur de l’épanouissement de la jeunesse avant de rappeler la nécessité de résoudre l’épineux problème du chômage des jeunes. Aux dires de ce dernier, l’emploi est le seul élément garant de l’avenir des jeunes.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Rançonnement sur les routes béninoises : Les véhicules d’immatriculation nigeriane, les grosses victimes de la police

immatriculation-nigeriane

Les Forces de l’ordre béninoise connues pour leurs dérives, ont multiplié les rançonnements contre les conducteurs de véhicules d’immatriculation nigeriane. Plusieurs expatriés travaillant au Bénin continuent d’être victimes de ces actes qui déshonorent toute la Police nationale.

Les actes de rançonnement sur les véhicules d’immatriculation nigériane ont pris des proportions inquiétantes ces derniers mois. Les plaintes contre ces actes avilissants sont quotidiennement enregistrées par la rédaction de votre journal. Le seul tort des victimes de ces rançonnements, c’est d’avoir acheté leurs biens au Nigéria. En effet, parce que les frais de douanes sont excessivement élevés au Bénin, des expatriés et même des Béninois choisissent souvent d’aller faire leurs achats au Nigéria. Seulement de retour à Cotonou, ils vivent le calvaire à toutes les intersections routières. Des agents de police leur en font voir de toutes les couleurs. Selon les confidences de certaines victimes, les propriétaires de véhicules sont souvent interpellés de façon cavalière. Ceux qui sont identifiés comme des Béninois sont souvent relâchés. Mais les expatriés qui ont la malchance de tomber dans le "traquenard" de la police sont systématiquement malmenés. A en croire plusieurs victimes, quand les agents de police arrêtent leurs proies, ils procèdent à des contrôles de pièces. Et si le malheureux conducteur refuse de jouer à leur jeu, ils le conduisent à leur base. « Les policiers arrivent toujours à nous reprocher quelque chose et nous soutirer de l’argent», a confié une victime. Selon nos investigations, les flics prennent parfois jusqu’à 200 mille francs Cfa chez les expatriés. Ces actes de rançonnement, qui sont légion, sont souvent enregistrés aux carrefours Houdégbé, Jonquet, St Michel et Dantokpa. Au carrefour Houdégbé particulièrement, les étudiants nigérians inscrits à l’Université du même nom, sont souvent intimidés par les forces de l’ordre. La cupidité de certains policiers a failli provoquer de graves incidents entre le Bénin et le Nigéria, à en croire nos sources. Selon ces sources, un vendeur nigérian vivant à Cotonou a fait l’objet de plusieurs interpellations par les mêmes policiers. Cela avait suscité la réprobation de l’ambassade du Nigéria près le Bénin et il a fallu l’implication réelle des hautes autorités béninoises pour que l’incident soit clos. Mais cet évènement n’a pu rien changer aux habitudes de la Police. Au contraire, ces mêmes dérives se sont amplifiées dans les coins de rue de Cotonou. Ces actes, aujourd’hui, deviennent de jour en jour effarants et tant que la haute hiérarchie policière ne fera pas le grand ménage, les flics pourris vont continuer à frapper. Et cela écornera davantage l’image de la Police nationale et par ricochet celle du Bénin.

Mike MAHOUNA

En savoir plus...

Distribution de cadeaux aux enfants du Benin par la Rb : L’opération se poursuit avec succès

distribution-cadeaux-rb

Après les 1er, 2ème, 7ème, 8ème, 9ème et 10ème arrondissements de Cotonou,  les responsables du parti La Renaissance du Bénin(RB) honorent les 3ème et 4ème arrondissements. Hier, le ministre Christian Sossouhounto, Secrétaire exécutif national chargé des structures décentralisées de cette formation politique, a réjoui le cœur des enfants de ces zones de Cotonou par la remise de 7000 cadeaux. Les cérémonies se sont déroulées à Midombo et Akpakpa Dodomè dans l’engouement  et la discipline.

L’aire de jeux de Midombo  dans le 3ème arrondissement était pleine à craquer en cette matinée du lundi  22 décembre 2014. Plusieurs enfants accompagnés de leurs parents ont accueilli dans la liesse le ministre de l’urbanisme, de l’habitat et de l’assainissement.  Preuve que cette œuvre de solidarité parrainée par le président du parti Léadi Soglo est bien accueillie par les populations. Les incidents de la veille à zogbo n’ont pas du tout dissuadé  les habitants de ces arrondissements qui ont compris la sublimité de l’opération. Car, il ne s’agit en réalité que d’un geste de générosité envers les enfants. La forte mobilisation sonne comme un accompagnement sans conditions de l’initiative. Ce qui d’ailleurs a mené le ministre à adresser ses vifs remerciements à la foule enthousiaste et attentive. Christian Sossouhounto en a profité pour appeler les enfants à bien travailler pour préparer un futur radieux au Bénin. Au total, 2000 cadeaux ont été distribués.

Même ferveur à  Akpakpa Dodomè

Dans l’après-midi, le ministre s’est rendu dans le 4ème arrondissement sur le terrain de football d’Akpakpa Dodomè où l’attendait une foule impressionnante. Il faut tirer un coup de chapeau au comité d’organisation  qui a pris toutes les dispositions pour le bon déroulement de la cérémonie.  Délonix Kogblévi, deuxième secrétaire adjoint à l’organisation de la RB, n’a  ménagé aucun effort pour donner un cachet particulier à l’évènement.  Dans son intervention, il a remercié les dirigeants du parti et salué l’engagement militant de la jeunesse du 4ème arrondissement. A son tour, le ministre a exprimé toute sa reconnaissance non seulement au comité d’organisation, mais aussi à l’assistance pour sa discipline. Christian Sossouhounto a remercié les parents pour leur rôle actif dans l’éducation des enfants. «  Cette cérémonie a été initiée par la RB parce que les enfants nous sont trop chers » a –t-il affirmé. Il a souhaité une joyeuse fête de noël et une bonne et heureuse année 2015 à tout le monde. Dans une clameur teintée d’allégresse, le père noël est apparu. Il a été très applaudi par les enfants qui ont reçu en tout 5000 cadeaux.

Ccom/Muha

En savoir plus...

Validation du cadre organique et du plan de formation 2015-2017 : Sranon opte pour une gestion prévisionnelle des emplois et compétences

sranon

Sous la houlette Marie Laurence Sranon, les locaux du ministère chargé de la microfinance, de l’emploi et de l’entreprenariat des jeunes et des femmes ont servi de cadre hier jeudi 18 décembre 2014 à un atelier de validation du cadre organique 2015-2017. Objectif, faire accroître la performance de l’administration du ministère au service de l’intérêt général.

Résolument engagé à se mettre dans les démarches du Chef de l’Etat, la ministre chargée de la microfinance vise loin. Dans une perspective de gestion prévisionnelle, elle organise en parfaite symbiose avec les directions générales de son ministère, les travaux d’élaboration du cadre organique et du plan de formation 2015-2017 du ministère ; lesquels travaux ont été validés à travers cet atelier qui s’est déroulé jeudi 18 décembre 2014. Pour elle, la vision du Chef de l’Etat consistant à œuvrer pour la mise en place d’une administration de développement capable de mettre en œuvre, de soutenir et d’accompagner les orientations stratégiques du gouvernement pour un Bénin émergent et de prospérité partagée, mérite un accompagnement digne. « En effet, la performance de notre administration doit s’appuyer sur une vision prospective, suffisamment claire de nos besoins en ressources humaines. Et la nécessité de disposer de pareils outils de gestion des ressources humaines est chose primordiale » ajoutera-elle avant de faire savoir que c’est de faire qui justifie la recommandation d’une telle mission de la part du ministère du Travail et de la fonction publique à l’égard de tous les ministères et les autres institutions de l’Etat qui consiste à élaborer ces outils de gestion. A la fin de cet atelier qui a permis d’apprécier les amendements fait, une vue claire de la structuration du ministère d’une part et l’identification des besoins réels en effectif et en compétences pour son bon fonctionnement d’autre part feront de ce projet de cadre organique le socle sur lequel reposeront les différentes actions de formation au profit des agents pour le renforcement de leur capacité.

Loth HOUSSOU

En savoir plus...

Elections rectorales sur le campus d’Abomey-Calavi : Brice Sinsin réélu brillamment au premier tour

brice-sinsin

Les élections du recteur et des vice-recteurs se sont déroulées à l’université d’Abomey-Calavi ce vendredi, 19 décembre 2014. A l’issue du scrutin qui s’est déroulé sans aucun incident, c’est la liste Alafia II du recteur Brice Sinsin qui a été élue.

94,28 % pour la liste Alafia II, c’est le résultat qui a sanctionné le premier tour des élections rectorales qui se sont tenues vendredi dernier sur le campus d’Abomey-Calavi. La liste conduite par le recteur sortant Brice Sinsin vient donc de rempiler un nouveau mandat à la tête du rectorat. Cette liste étant d’ailleurs la seule liste enregistrée pour prendre part aux élections. Les résultats ont été proclamés par Attiklèmè Kossivi, président de la commission de supervision desdites élections à l’amphithéâtre Idriss Déby de l’Uac. A l’issue des campagnes, le recteur Brice Sinsin et son équipe ont réussi à gagner la confiance des électeurs. Rappelons qu’aucun acte de vandalisme ou d’intimidation n’a été enregistré durant le processus électoral et au cours du scrutin.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Fêtes de fin d’année : Grand enthousiasme autour de la distribution de cadeaux par la Rb

distribution-cadeaux-rb

C’est parti pour noël des enfants édition 2014. Sous le parrainage du Président de la Renaissance du Bénin(RB) Léhady Soglo, le ministre de l’urbanisme, de l’habitat et de l’assainissement et par ailleurs secrétaire exécutif national chargé des structures décentralisées du parti Christian Sossouhounto a égayé les cœurs des enfants de plusieurs arrondissements de la ville de Cotonou samedi dernier et hier dimanche. Plusieurs milliers de cadeaux ont été remis aux enfants. Une initiative qui va s’étendre à d’autres villes du Bénin en cette période de fêtes. Au total, 50 000 cadeaux seront offerts.

C’est devenu une tradition à la RB depuis quelques années : l’altruisme et la générosité envers les enfants en période de fin d’année.  Pour permettre à ceux-ci de fêter  noël dans l’allégresse  et la joie, les responsables de ce parti politique ne lésinent pas sur les moyens pour offrir de jolis présents à ces âmes innocentes. C’était déjà le cas en 2012 et 2013. La réédition  en cette fin d’année 2014 de ce sens du partage et d’amour qui place l’être humain en général et l’enfance en particulier au cœur des préoccupations, a été rendue possible par l’engagement des dirigeants du parti des « Houézèhouè ».
Tout a commencé samedi dernier par le 1er arrondissement de Cotonou et plus précisément à l’école primaire publique(Epp) d’Avotrou. Devant une foule enthousiaste composée des enfants, parents et enseignants, Christian Sossouhounto, accompagné du père noël et des autorités locales, a distribué des cadeaux aux enfants. Le ministre leur a demandé  de cultiver dès le bas-âge, les vertus du travail, de l’assiduité et de la compétence. Toutes choses qui permettront d’assurer une relève de qualité. Il a remercié le président de la RB Léhady Soglo qui l’a envoyé travailler auprès du Président Boni Yayi. Dans un langage simple, il a expliqué aux enfants et à leurs parents les prérogatives du ministère qu’il dirige depuis 2013. Il a insisté sur le volet pavage et assainissement  grâce auquel  les caniveaux d’Avotrou sont construits et rappelé que la voie sera pavée jusqu’à la lagune. Ces explications ont soulevé des tonnerres d’applaudissements. Idem à l’Epp Finagnon toujours dans le  1er arrondissement quand le ministre de l’urbanisme, de l’habitat et de l’assainissement a affirmé devant de nombreux enfants que la voie qui ceinture l’école sera bientôt pavée.  Là également, le ministre a appelé les enfants à bien travailler. Car selon lui, « c’est par le travail que le Bénin va se développer ». Dans l’ensemble, 2500 cadeaux ont été remis aux enfants du 1er  arrondissement. Le cap fut enfin mis dans la journée du samedi sur le 2ème arrondissement, sur l’aire de jeux de Kpondéhou où 2500 présents ont été offerts  dans la gaieté. Le ministre en a profité pour saluer l’implication du secrétaire exécutif national de la RB Luc Atrokpo, des députés issus du parti et le président du collectif des chefs quartiers de Cotonou Emile Houndéladji, dans la réussite de l’évènement. Il  a aussi félicité les enseignants qui encadrent les enfants.

Hier Dimanche, Ce fut le tour des enfants des 7ème, 8ème, 9ème et 10ème arrondissements réunis à l’Epp Zogbo. L’engouement était à la taille de l’évènement, avec une foule impressionnante. La cérémonie a été agrémentée par la prestation des artistes Kèmi  et Pipi Wobaho.  Les responsables du parti ont remis 10.000 cadeaux aux enfants. Mais la chaleur et le souci légitime d’être servi le premier ont entraîné des bousculades et provoqué des malaises chez certains enfants. Il a fallu l’aide des sapeurs-pompiers pour leur venir à la rescousse. Heureusement, tous ces enfants sont rentrés chez eux sains et saufs au grand bonheur de leurs parents.

Après Cotonou,  place à l’intérieur du pays

Les responsables de la RB n’entendent pas se limiter à Cotonou pour cette œuvre de solidarité. Les enfants d’autres villes  du Bénin vont  aussi recevoir leurs cadeaux de noël. Il s’agit entre autres d’Abomey, Bohicon, Zakpota, Djougou, et Bantè. Au total, 50.000 cadeaux seront remis aux enfants. Preuve que les dirigeants du parti ont fait un gros effort  pour rendre agréable la fête de la nativité dans plusieurs familles.

Ccom-Rb

En savoir plus...

Suite aux dégâts importants causés par les inondations : La Fao vole au secours des populations de Karimama et de Malanville

fao1

Les populations de Karimama et de Malanville ont connu de graves inondations en août 2013. Cette situation est aggravée par un déficit pluviométrique, soit 20% de pluie en moins, par rapport à l’année précédente, dans la région de l’Alibori, notamment dans les deux communes précitées. Ce qui a entrainé  une grave sécheresse. Il s’ensuit une baisse substantielle du niveau des récoltes. C’est dans ce contexte que  la FAO avait assisté les populations sinistrées par des semences et des engrais, pour une relance de leur production agricole. Les remises de dons se sont déroulées respectivement à la mairie de Karimama et celle de Malanville les  19 décembre et le 20 décembre 2014.

Fidèle à sa mission, l’Agence des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) dans le cadre de ses projets d’urgence, a fait don d’équipements, de semences, d’engrais et de formation de renforcement de capacité des paysans. Ce don d’une valeur de 300 millions de francs CFA est destiné aux communes de Karimama et de Malanville. A raison de 150 millions Fcfa par commune,  il vise essentiellement, à contribuer à la restauration des moyens de production des ménages affectés par les inondations afin de leur permettre de relancer leurs activités. Il leur permettra aussi de diversifier leur source de revenu et contribuer à leur renforcement de capacité par des formations. Ainsi, à Karimama, 18 groupements de femmes et 3600 ménages et à Malanville 16 groupements de femmes et 3600 ménages, ont bénéficié de l’aide. La distribution des dons se fera par le Centre agricole régional pour le développement rural (Carder) pour les groupements de femmes et les plates formes de protection civile de chaque commune pour les ménages.

Très reconnaissants pour ce geste salutaire, Les maires dans leur différentes interventions ont remercié la FAO, pour ses dons combien importants qui permettront à leurs populations de sortir de la misère. De son côté, Conseillère technique à l’agriculture du Ministère de l’agriculture de l’élevage et de la pêche (Maep), Comlanvi Marie-Odile dans ses allocutions à Karimama et à Malanville n’a manqué de remercier au nom du Ministre, l’Agence onusienne chargée de l’alimentation et de l’agriculture pour tout ce qu’elle fait pour la sécurité alimentaire et le développement de l’agriculture dans notre pays le Bénin. Tout en rappelant les dons de la FAO suite aux inondations d’août 2013, elle a au nom du gouvernement demandé aux bénéficiaires d’en faire bon usage.

C’est au tour du Directeur adjoint de cabinet du ministère des Affaires étrangères, Souley Sambo Issifou de remercier à nouveau la FAO avant de  convier les populations à une bonne utilisation des équipements. « La FAO a décidé de venir en aide aux populations sinistrées des communes afin qu’elles puissent faire face à cette période de soudure à venir en renforçant leur production agricole » a rappelé le Représentant résident de la FAO au Bénin, pour qui la vision de la FAO est de « libérer le monde de la faim, mais aussi travailler pour le développement de l’agriculture dans le monde ». Il a donc réitéré l’engament de l’institution qu’il représente aux côtés des populations en partie et avec les organisations des secteurs publiques, privées et la société civile pour la réduction de la pauvreté dans les villages et campagnes. Les bénéficiaires à Karimama comme à Malanville ont remercié la Fao pour les dons et s’engagent à les utiliser de façon judicieuse afin d’atteindre les objectifs poursuivis.

fao-2

Tableau des équipements et intrants offerts aux 2 Communes

SPECULATION

QUANTITE TOTALE

RIZ

80.500 KG

MAÏS

6000 KG

TOMATE

1640 BOÎTES DE 100 G

PIMENT

1640 BOÎTES DE 50 G

NPK

1640 SACS DE 50 KG

UREE

1640 SACS DE 50 KG

COUPE-COUPE

340

PELLES

340

BROUETTES

102

BATTEUSE DE RIZ A PAILLE NON TENUE

6

DECORTIQUEUSE DE RIZ ENGELBERG AVEC MOTEUR THERMIQUE GENRE LISTER

6

DECORTIQUEUSE DE D’ARRACHIDE MOTORISEE

10

MOTOPOMPE

20

PULVERISATEUR

20

               

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !