TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

SGB MAF GIF 1000x250px

A+ A A-

Société

11 communes menacées par l’inondation du fleuve Ouémé

fleuve-oueme

La montée des eaux du fleuve Ouémé a atteint un niveau critique et plusieurs localités courent le risque d’être inondées. Le niveau d’alerte étant passé au rouge, les préfets et les maires des localités ont été donc priés de  prendre toutes les mesures utiles pour faire évacuer les berges des fleuves et mettre les populations et leurs biens à l’abri des eaux.


Covè, Zagnannando, Ouinhi, Bonou, Adjohoun, Dangbo, Porto-Novo, Aguégués, So-Ava, Sèmè-Kpodji et Cotonou sont des localités menacées par l’inondation du fleuve Ouémé. En effet, les eaux du fleuve Ouémé ont dangereusement monté ces derniers jours et ont même atteint un niveau critique. C’est d’ailleurs ce qui a motivé la tenue d’une séance marathon d’information et d’échanges à la préfecture de Porto-Novo, hier lundi 1er septembre 2014, entre la  cellule de prévision et d’alerte du projet Sap-Bénin, le directeur général de la protection civile et les différentes composantes de la plate-forme départementale d’alerte précoce sur les risques patents d’inondation liés à la montée dangereuse des eaux du fleuve Ouémé. La montée des eaux aurait atteint déjà le niveau critique de 656 cm à Savè, 870 cm à Zangnannado, 805 cm à Bonou et 461 cm à Adjohoun. Ainsi ce niveau d’alerte reste jaune sur le bassin Béninois du Niger c'est-à-dire Malanville et Karimama mais passe au rouge dans la vallée. Aux dires du commissaire principal de police et directeur général de la protection civile, César Agbossaga, le niveau d’alerte est passé au rouge et pourrait être maintenu ainsi sur les 4 prochains jours. Poursuivant, il a confié que la situation est potentiellement dangereuse pour les localités telles que Covè, Zagnannando, Ouinhi, Bonou, Adjohoun, Dangbo, Porto-Novo, Aguégués, So-Ava, Sèmè-Kpodji et Cotonou.
Il faut retenir que tout le dispositif d’alerte précoce vient d’être ainsi mis en branle. A l’issue de la séance d’échange, les préfets et les maires territorialement compétents ont été priés de déclencher toutes les mesures utiles pour faire évacuer les berges des fleuves et mettre les populations et leurs actifs à l’abri des eaux.

Un homme averti …

La prompte réaction des maires des différentes localités est attendue. Il ne faut pas qu’ils attendent pour venir faire les médecins après la mort. Maintenant que l’alerte est donnée depuis le sommet, ils doivent chacun, en ce qui le concerne et compte tenu des réalités de son milieu prendre  les dispositions pour empêcher la catastrophe. L’heure est donc à l’anticipation. En d’autres termes les autorités    doivent prendre des mesures pour protéger leurs administrés.

En savoir plus...

Lutte contre la pollution de la nappe phréatique : Le Centre Africa Obota dote Glazoué de 30 latrines sanitaires

centre-africa-obota

Les trois localités de la Commune de Glazoué ont bénéficié de 30 latrines écologiques et sanitaires (Ecosan), ce vendredi, 29 août 2014. Offerts par le Centre Africa Obota, ces latrines ont été mises à la disposition des bénéficiaires en vue de réduire voire bannir la pollution de la nappe phréatique à Glazoué.


D’un coût global de 36 millions de francs Cfa, ces 30 latrines écologiques et sanitaires mises à la disposition des trois localités de la Commune de Glazoué, notamment Agouagon, Kpakpazoumè et Adourékowa, sont le fruit d’un cofinancement entre le Centre Africa Obota, l’Université Notre-Dame de Lourdes des USA, le Fonds mondial pour l’Environnement (à travers le Pnud), et les bénéficiaires. A la cérémonie de remise, le Secrétaire exécutif du Centre Africa Obota, Paul Ayémonna a,  rappelé les avantages de ces latrines aux populations. Ces latrines, a-t-il fait savoir,  participent à la protection de l’environnement sans oublier la facilité de leur usage et la production d’engrais pour un accroissement du rendement des paysans. Ainsi, après avoir félicité le conseil communal de Glazoué pour les démarches menées pour bénéficier de ces latrines, il a exhorté les populations à en faire un bon usage. Le maire de Glazoué, Laurent Gnacadja, va à son tour remercier le Centre Africa Obota et les différents partenaires qui ont contribué à la mise en œuvre de ce projet. Au nom des bénéficiaires, il a rassuré qu’un bon usage sera fait desdites infrastructures. Il faut noter que chacune des trois localités concernées a bénéficié de dix latrines (Ecosan).


Aziz BADAROU

En savoir plus...

Médias : La Haac rappelle les critères de professionnalisme à la presse

haac

A l’issue d’une séance de travail tenue, hier, au siège de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac), des recommandations ont été faites aux organes de presse, stations radios et aux chaînes de télévision. La Haac a saisi l’opportunité pour rappeler à ces derniers, les critères de professionnalisme à observer dans les différentes productions tout en invitant à un respect de la déontologie et de l’éthique.

 

RAPPEL DE LA HAAC


-    Vu la loi Organique n°92-021 août 1992 relative à la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication
-    Vu la Loi n°60-12 du 30 juin 1960 relative à la liberté de la presse ;
-    Vu la Loi n°97-010 du 20 août 1997 portant libéralisation de l’espace audiovisuel et dispositions pénales spéciales relatives aux délits en matière de presse et de communication audiovisuelle en République du Bénin.

Critères de professionnalisme
Les organes de presse doivent justifier l’existence :
-    D’un comité de rédaction permanent dont la liste nominative des membres doit être produite ;
-    Et en outre, pour les radios et télévisions d’un service technique dont la liste nominative des membres doit être produite.

Autres critères
-    Dans le respect de la déontologie et de l’éthique, le contenu des journaux et des émissions doit avoir un caractère d’intérêt général quant à la diffusion de la pensée.
-    Les organes de presse doivent avoir, en dehors des dépêches d’agences et des comptes rendus de séminaires, publié au moins deux (02) articles de fond (enquêtes, reportages, dossiers) visant l’éducation, l’instruction, l’information, par semaine pour les quotidiens, radios et télévisions et par parution pour les périodiques.
-    En outre, les radios et télévisions doivent avoir communiqué à la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication leurs grilles de programmes ainsi que leurs rapports annuels.
-    Tout promoteur d’organe de presse sollicitant un quelconque appui de l’aide de l’Etat à la presse privée doit s’engager à autoriser ses employés à bénéficier des renforcements de capacité organisés sur la base de ladite aide.

En savoir plus...

Fête musulmane : La tabaski 2O14 sur fond d’Ebola

tabaski

Encore quelques semaines et la communauté musulmane célèbrera la fête de la tabaski. Une fête qui veut que les musulmans immolent des moutons. Mais avec la mesure prise par le gouvernement contre le virus Ebola, notamment la suspension provisoire de l’importation d’animaux sauvages au Bénin, le convoyage habituel des moutons  (qui sont des animaux domestiques) des pays voisins pour la tabaski aura-t-il du plomb dans l’aile? Ou le gouvernement sera-t-il contraint de céder?
La tabaski s’annonce déjà et la communauté musulmane s’apprête activement à célébrer l’événement. Pour rester en adéquation avec les prescriptions de la religion, les musulmans ayant les moyens financiers pour s’acheter un ovin ou un caprin, doivent en immoler en sacrifice pour remercier Allah, pour ses bienfaits. Depuis des décennies, des commerçants étrangers convoient depuis le Burkina Faso, le Niger, le Mali et même de la Libye, des moutons pour les vendre aux musulmans béninois. Ainsi, chaque année, la communauté musulmane du Bénin n’attend que ces ovins et caprins importés pour sacrifier à la tradition. Seulement pour faire face aux ravages du virus Ebola, le gouvernement a pris plusieurs mesures. Au nombre de ces mesures, figure la suspension provisoire de l’importation d’animaux sauvages au Bénin. Mais avec l’imminence de la fête de la tabaski, le gouvernement se trouve, à coup sûr dans un grand dilemme. Que faire ? Maintenir la décision de ne pas importer des animaux sauvages ou prendre le risque en cédant? La question reste tout de même posée. Envisageons toutes les éventualités. Il est important de rappeler tout d’abord que cette mesure prise par le gouvernement est indispensable en matière de prévention contre le virus Ebola. Mais il faut également reconnaitre que le gouvernement ne doit pas priver les musulmans béninois de moutons pour la tabaski. Face au dilemme, le gouvernement béninois doit prendre très tôt une décision pour ne pas être surpris par le temps et par les événements. L’autre facteur qu’il complique la situation, c’est que beaucoup de moutons prennent par le Nigéria pour atterrir au Bénin et des Nigérians préfèrent également venir s’acheter ces animaux au Bénin, car disent-ils, les moutons sont moins chers à Cotonou. Or, le virus Ebola sévit au Nigéria. Même avec le renforcement de la sécurité au niveau des frontières, il faut rappeler qu’il faudra beaucoup de temps pour contrôler ces ovins et caprins   importés chaque année au Bénin pour la Tabaski. Doit-on suspendre l’importation des animaux et empêcher les musulmans béninois d’être en phase avec la prescription de l’Islam ou prendre le risque de laisser passer Ebola en annulant la mesure au niveau des frontières béninoises? C’est une interrogation qui mérite  une réponse appropriée.

En savoir plus...

Menaces sur la rentrée scolaire : Les centrales syndicales exigent la reprise des négociations

antonin-dossou1

La rentrée des classes risque à nouveau de connaitre des perturbations. C’est ce qui ressort de la sortie médiatique des secrétaires généraux des centrales syndicales, ce mercredi, 27 août 2014. Ces derniers invitent le gouvernement à entamer les négociations avant le démarrage des cours.
Aziz BADAROU


Des menaces pèsent déjà sur la prochaine rentrée des classes. Les centrales syndicales n’entendent plus se laisser faire sans qu’il n’y ait pas une satisfaction totale de leurs revendications. En effet, les sécrétaires généraux des centrales syndicales notamment de la Cgtb, de la Csa-Bénin, de la Cosi et de la Cspib étaient montés au créneau, hier, pour mettre en garde le gouvernement contre une  éventuelle paralysie des activités académiques. Pour le Sg/Cgtb, Pascal Todjinou a rappelé que les négociations entamées depuis peu par le gouvernement n’ont pu conduit à un aboutissement heureux. Des revendications sont toujours restées insatisfaites, aux dires de ce dernier qui prend d’ailleurs l’opinion publique à témoin quant aux perturbations que pourraient connaitre la prochaine rentrée des classes. Quant au Sg/Cosi, Noèl Chadaré, le gouvernement semble prendre à la légère, les revendications des travailleurs. Il a souligné qu’il est important que les négociations se poursuivent dans l’immédiat avant la reprise des classes dans la perspective d’une rentrée académique apaisée. Le Sg/Csa-Bénin, Dieudonné Lokossou a, quant à lui, invité le gouvernement à ne pas se cacher derrière mais à s’y mettre pour une satisfaction totale des revendications. Il a également fait savoir la bonne foi des syndicalistes de ne pas mettre en péril à nouveau, l’éducation au Bénin. Rappelons que les centrales syndicales exigent la rétrocession des défalcations opérées sur les salaires des grévistes, le relèvement du Smig à hauteur de 60 OOOf cfa, le reversement des contractels locaux et la sédentarisation des vacataires. Vivement que les deux parties parviennent à un consensus pour le bien des apprenants béninois.

En savoir plus...

Destruction des postes fictifs de contrôle sur l’axe Cotonou-Sèmè Kraké : La lutte contre les déviances policières enclenchée (La Cosycotrab peut désormais laisser tomber sa menace)

cotonou-seme

Le comité national de facilitation des transports et des transits routiers a enfin entamé depuis ce mardi, 26 août 2014, la destruction des postes fictifs de contrôles érigés sur l’axe routier Cotonou-Sème Kraké. Cette mesure semble intervenir suite à la menace de la Confédération Syndicale des Conducteurs et Transporteurs du Bénin de marcher pour dénoncer les déviances policières sur les axes routiers.
C’est désormais chose faite, la lutte contre les tracasseries policières, notamment contre le rançonnement  a été enclenchée par le comité national de facilitation et des transits routiers et ceci au grand bonheur des conducteurs et transporteurs béninois. En effet, le Directeur des Transports Terrestres (DTT) et Dg/ Comité de facilitation et des transits routiers, Venance Gandaho, a effectué une descente avec son équipe à Sèmè-Kraké, ce mardi, pour non seulement rencontrer les transporteurs mais également procéder à la destruction des postes fictifs de contrôle érigés sur l’axe routier Cotonou-Sèmè-kraké. Ainsi, après avoir expliqué aux conducteurs et transporteurs, le contenu du décret et de l’arrêté ministériel relatifs à la règlementation des postes de contrôles sur les corridors en République du Bénin. Ledit décret stipulant qu’il ne peut y avoir plus de trois postes de contrôle conjoints routiers aux 100 km par corridor. Rappelant que le contrôle d’un véhicule ne peut excéder plus de cinq minutes sauf en cas de fraude, il a fait savoir que tout contrôle syndical et toute perception de taxes syndicales sur les corridors sont interdits par ledit décret. Ce n’est qu’après cette phase d’explication que des postes fictifs ont été simplement bannis de l’axe routier reliant Cotonou à Sèmè Kraké. Un geste pour lutter contre les rançonnements sur nos routes. Rappelons qu’il y a de cela quelques jours seulement, les transporteurs et conducteurs du Bénin réunis au sein du Cosycotrab,  avaient  déclaré insupportables les tracasseries, les rançonnements, les faux frais et les escroqueries savamment organisées par les forces de sécurité sur les axes routiers tout en promettant mener une grande marche pour dénoncer ces déviances de la police nationale. Le cri de détresse de ces derniers semble réveiller le comité de facilitation et des transits routiers de son sommeil qui a donc pris les mesures qui s’imposent pour calmer les esprits. Notons que conformément aux revendications de la Cosycotrab, les axes routiers de Godomey-PK10 et Dantokpa-Ouidah doivent également subir le même sort. Le rançonnement des CRS, RED,  BPLP a été déploré par la Cosycotrab .La destruction de ces postes fictifs est le signe d’une bataille gagnée pour Claude Quenum, le président national du Cosycotrab- Bénin et son équipe.


La scène se déroulait, ce mercredi, 27 août 2014, aux environs de deux heures du matin dans le village de Kpakpakanmè à Agblangandan. En effet, six policiers à la poursuite d’un véhicule depuis le carrefour Dégakon (Tundé Motors) se sont retrouvés dans le fief du culte « oro » à Agblangandan. Ces policiers, pourchassant avec des motos de marque « Haojue » ont malheureusement perdu la trace de «leur proie», le véhicule soi disant en infraction. Ainsi, ils ont décidé de longer la voie  dans l’espoir retrouver ce dernier ,quand ils se sont vus encerclés par des adeptes du culte « oro » dans le village de Kpakpakanmè. Après avoir essayé d’intimider les adeptes, ces policiers ont pris peur lorsqu’ils ont entendu le cri habituel de ce fétiche. A peine les adeptes ont commencé par chanter des louanges de leur fétiche que les policiers ont détalé à toute vitesse et ont failli heurter  un mur dans leur folle course. Cette scène laisse perplexe quant à l’efficacité de nos forces de l’ordre.

En savoir plus...

Pour ses belles performances à la Sobémap : Le révérend Adéogoun et l’église céleste prient pour Soumanou Toléba

reverand-adeogoun

Les fidèles de l’église du christianisme céleste ont organisé une séance de prière, ce mercredi à leur siège à Porto Novo, pour invoquer la protection divine sur le Directeur général de la Sobemap, Soumanou Toléba. Pour le révérend Adéogoun, les performances du secteur portuaire sont déterminantes pour le développement économique du pays.
C’est à la faveur d’une prière organisée, ce mercredi, à l’intention du Dg/Sobemap que le révérend Adéogoun, président mondial de l’église du christianisme céleste et ses fidèles ont reconnu et salué les nombreuses performances réalisées par le Dg  Soumanou Toléba. Très ravi du bilan élogieux dressé par le Dg/Sobemap, lors de la célébration du 45ème anniversaire de cette structure, le révérend Adéogoun a jugé bien de confier ce cadre indispensable à l’émergence économique du pays, dans les mains du Tout puissant, le Dieu suprême. Pour le révérend, c’est le leadership et les qualités managériales de Soumanou Toléba qui permet aujourd’hui à la Sobemap de résister face à la rude concurrence observée sur le commerce maritime international. Le révérend Adéogoun a également déclaré que celui qui cultive l’amour du prochain doit bénéficier de l’amour divin, souhaitant ainsi que le Dg/Sobemap jouisse des grâces divines aussi longtemps que possible. Tout en souhaitant son maintien à la tête de cette structure afin qu’il permette à la Sobemap de retrouver ses lettres de noblesses, il a imploré le Tout-Puissant afin qu’il accorde la protection divine, le bonheur, la paix et la prospérité au Dg Toléba et à son entourage.

En savoir plus...

Deuxième semaine du mouvement de grève des paramédicaux : L’intersyndicale impute la responsabilité au gouvernement

greves

Le mouvement de paralysie lancé la semaine dernière par les paramédicaux se poursuit dans le secteur de la santé cette semaine. Les hôpitaux seront à nouveau paralysés trois jours durant. Mais cette fois-ci, l’intersyndicale attribue la responsabilité au gouvernement et non au ministère de la santé.
C’est parti encore pour 72heures de grèves cette semaine dans les hôpitaux. Lancé depuis la semaine dernière pour non satisfaction des revendications, le mouvement de grève des paramédicaux se poursuit dans le secteur de la santé. Le calvaire des patients va encore perdurer. À l’hôpital de la mère et de l’enfant(Homel) de Cotonou, les patients ne sont pas encore au bout de leur peine en ce sens qu’ils ont affaire désormais à un  personnel très réduit qui ne dispense qu’un service minimum. Approché, le secrétaire général du syndicat des travailleurs de cet hôpital, Roger Adjibi a confié que le service minimum observé au niveau des différents services de l’hôpital est le fruit d’une organisation interne. Il a également fait savoir que le service minimum est observé pour alléger les peines des patients hospitalisés et notamment celles des enfants. Selon les témoignages d’une patiente rencontrée sur les lieux, le service de la pédiatrie travaille normalement. Notons que cette motion de grève de 72heures reconduite par tacite reconduction chaque semaine a été lancée  dans le but d’obtenir une satisfaction des plates formes revendicatives, qui selon les paramédicaux, sont traitées avec légèreté.

Imputation de la responsabilité au gouvernement…
Le ministère de la santé n’est plus désormais responsable des mouvements de grève des paramédicaux. Selon les propos du coordonnateur de l’intersyndicale des ressources humaines de la santé, le ministère de tutelle aurait déjà joué sa participation en transmettant les différents points de revendications au gouvernement en vue de leur satisfaction. Pour lui, il revient désormais au gouvernement de donner son aval pour que les activités reprennent leur cours normal dans les hôpitaux. Rappelons que les paramédicaux revendiquent entre autres la signature de l’arrêté devant favoriser  l’octroi des indemnités de logement aux agents, le paiement des arriérées de salaires, la correction de la disparité concernant l’indemnité de logement aux personnels administratifs et paramédicaux, le paiement de la prime de motivation et la poursuite des travaux de reversement dans le secteur de la santé. Ils promettent durcir le ton dans les prochains jours en menant des actions précises et déterminantes allant même à une grève sans service minimum.

En savoir plus...

Promesses pour une amélioration des conditions de 3000 policiers - Simplice Dossou Codjo : leurre ou lueur ?

codjo-dossou

Aussitôt après sa prise de service officielle vendredi 22 août 2014, le tout nouveau ministre de l’Intérieur, de la sécurité publique et des cultes a effectué en début de semaine, une visite de prise de contact avec la Police nationale.  Tellement les conditions de vie et de travail des flics préoccupent Simplice Dossou Codjo que visiblement, cette première sortie s’impose. Seulement, ce qu’il convient de se demander au lendemain de cette rencontre, c’est de savoir si les nombreuses promesses et assurances faites à ces agents de sécurité seront concrétisées ou ce ne sont que des illusions.  
Ça ne va pas à la Police nationale notamment au niveau des gardiens de la paix. L’image que projettent ces jeunes recrues dans la ville, à des carrefours, est simplement ahurissante. Beaucoup en trépassent même tragiquement sous les projectiles des chenapans. Le dire ainsi n’est pas encore hyperbolique, car c’est une lapalissade que ces flics sont souvent mal habillés, mal équipés pour la mission qui est la leur. Le comble, ce que dénoncent d’ailleurs les populations, c’est  le rançonnement parce que mal rémunérés. Et si ces mêmes constats sont faits et divulgués par le ministre de tutelle, à la suite du Synapolice, le syndicat maison, c’est que cela est d’autant plus vrai. Eh oui ! A la séance de prise de contact, Simplice Dossou Codjo n’a pas eu honte de l’affirmer urbi et orbi. Morceau choisi : « Mais tant qu’il reste à faire, rien n’est fait ! C’est donc le lieu de rassurer le Contrôleur général de Police Louis Phillipe Sessi Houndégnon, Directeur général de la Police nationale et toute la troupe que les doléances de la Police feront l’objet d’une attention particulière de ma part. L’une de mes missions prioritaires sera donc de vous donner les moyens en diversifiant les sources de financement. Je voudrais mettre un accent particulier sur le partenariat public-privé et la diplomatie sécuritaire pour accroître les ressources de la Police nationale. Pour ce qui concerne le projet de loi portant statut particulier du personnel de la Police nationale, il fait de ma part l’objet d’une attention particulière. 3000 policiers payés à moins de 40 000 francs par mois au 21ème siècle sera alors un lointain souvenir pour la corporation. C’est d’ailleurs le premier dossier sur lequel je me suis penché dès le vendredi après la cérémonie de prise de fonction. Mes premières investigations localisent le dossier à la Cour suprême. Le chef de l’Etat en personne, de même que le ministre de l’Intérieur, de la sécurité publique et des cultes que je suis, nous suivons avec une attention particulière ce dossier.
Je voudrais également rassurer les uns et les autres dans la maison Police que les diligences en fonction des ressources disponibles seront faites pour que les forces de Police soient équipées en matériels de protection (gilet pare-balles, casque…), en tenue, en lunettes à visé nocturne, en armes de pointe et tout ce qu’il faut pour vous permettre de faire face aux nouvelles menaces d’ordre sécuritaire. Le policier ne sera plus un chien à abattre par de vils individus. » C’est clair. L’autorité a parlé !

Discours ou paroles d’évangile?
 
Si cette déclaration du ministre de l’Intérieur avait été faite quelques années en arrière, on la situerait dans un contexte politique puisque Simplice Dossou Codjo serait ni plus ni moins dans sa vraie posture d’homme politique notamment de deuxième adjoint au maire de la Commune de Dangbo qu’il était. Devant ses mandants, ces propos seront taxés de politiques, d’électoralistes et n’engageraient que ceux qui vont y croire. Dans le cas d’espèce il semble qu’on soit bien loin de ce scénario puisque les vis-à-vis du ministre sont des mandants pas comme les autres. Mais est-ce une raison pour ne pas s’interroger sur le message du ministre Simplice Dossou en direction des flics ? C’est un discours qui fait rêver. Quel jeune policier ne veut voir ses conditions de vie et de travail s’améliorer ? C’est sûr même que pendant que le ministre rassurait, certains dans les rangs s’imaginaient déjà  le bâton magique qui pourrait changer sur place, et ceci de façon radicale les choses. Mais il va falloir encore patienter. Et peut-être longtemps parce que si le ministre a la volonté, la décision finale se prend soit par le chef de l’Etat ou à la limite en conseil des ministres. Sinon, pourquoi les différents ministres qui se sont succédé à la tête de ce département ministériel depuis 2006 n’ont pu refaire ce mauvais tableau qu’a peint Simplice Dossou Codjo ? A défaut, de relever les salaires, ils pouvaient tout au moins acquérir beaucoup de gilets pare-balles, des armes de pointe, etc., si c’était si simple que ça. Sur quoi compte l’actuel ministre des flics pour bouger les montagnes ? Si l’actuel patron des policiers a de belles intentions et veut aller loin et vite, il n’en demeure pas moins qu’il y a beaucoup d’incertitudes qui peuvent freiner son élan.  

Ce qu’il faut déjà relever

Est-ce parce que Simplice Dossou Codjo a pris la mesure des choses que dans son discours il se dédouane par anticipation ? Tenez. Dans ses propos, le ministre a bel et bien dit qu’il va diversifier les sources de financement en insistant sur le partenariat public-privé. Et ce partenariat étant ce qu’il est, Simplice Dossou Codjo prévient que lui ne mettra les moyens nécessaires qu’en fonction des ressources disponibles. A bon entendeur…

L’autre probable frein

Relever les salaires de 3000 policiers et peut-être plus, les recrutements se poursuivant, n’est forcément pas chose aisée. C’est une grosse incidence sur le Budget national. Et quand l’on se souvient que le chef de l’Etat dans un passé récent a affirmé que le Bénin, en terme de ratio masse salariale, est un mauvais élève dans l’espace Uemoa, il y a de quoi s’inquiéter. Au regard de tout ce qui précède, on peut se demander si le ministre Dossou Codjo est allé vendre du vent à la troupe policière ou si ses propos tenus sont sincères. De toutes les façons, l’essentiel est qu’il y ait la collaboration mutuelle pour que règne la sécurité.

Depuis son installation, le Médiateur de la République fait partie des institutions qui ne sont pas connues des populations. Pourtant son rôle est important dans la résolution des conflits qui opposent les citoyens à l’administration publique en général. Au nombre des raisons qui justifient cet état de choses, il faut noter la méfiance des Béninois mais surtout le manque de communications.
La descente  de  la 4è promotion des commissaires principaux de police en formation à l’Ecole nationale supérieure de la police pour l’obtention du Diplôme d’études supérieures appliquées de police (Desap) au siège du Médiateur de la République hier mardi 26 août 2014 pose à nouveau la problématique de la nécessité de l’institution dirigée par Joseph Gnonlonfoun, un poulain du professeur Albert Tévoédjrè. Sans pouvoir exagérer  ou  être trop pessimiste, nombre de Béninois se demandent encore à quoi sert le Médiateur de la République. Ou encore ses attributions et son fonctionnement. Face à cette pile d’interrogations, que ce soit l’immense professeur  Albert Tévoédjrè dont l’ombre plane encore sur l’institution ou encore son successeur Joseph Gnonlonfoun, aucun d’eux n’a réussi à graver le Médiateur de la République dans la mémoire des Béninois. Peut- être que le projet de révision de la constitution  qui fait monter la tension, reléguera, une fois accepté,  le Médiateur de la République au rang des institutions fortes à l’image de l’Exécutif, du Législatif, de la Cour constitutionnelle, de la Cour suprême, du Conseil économique et social (CES). En plus de ce qu’il n’est pas un  pouvoir coercitif, pour saisir le Médiateur de la République, il faut écrire et venir jusqu’à son siège à Porto-Novo. Beaucoup de Béninois ne pourront pas s’offrir ce luxe. Seule l’annexe de Parakou est opérationnelle pour desservir la partie septentrionale. Pour le moment, des clins d’œil sont faits pour bénéficier de la magnanimité financière du président  Yayi Boni  afin d’ouvrir d’autres annexes, à en croire Joseph Gnonlonfoun face aux cadres de la police. En réalité, le Médiateur de la République souffre de deux maux majeurs. Il s’agit de la méfiance des Béninois vis-à-vis du géniteur de l’institution en la personne du professeur Albert Tévoédjrè d’une part et d’autre part du manque de moyens pour mieux communiquer autour de l’institution.

En savoir plus...

Remise du 11ème don hors projet : Le Japon octroie plus de 13 000 tonnes de matériels de construction au Bénin

japon

Le Bénin vient de bénéficier pour la onzième fois, du don hors projet offert par le gouvernement japonais. Au cours de la cérémonie de remise du don, l’ambassadeur du Japon près le Bénin, Daini Tsukahara a remis plus de 13 000 tonnes de matériels de construction au ministre des affaires étrangères, Nassirou Arifari-Bako.
Un milliard de yen japonais soit environ 6 milliards de FCFA, c’est le coût global des matériels de constructions offerts au Bénin par le gouvernement japonais. Constitués de 11.650 tonnes de fer à béton et de 2000 tonnes de feuilles de tôle, ces matériels de construction ont été offerts  dans le cadre du 11ème don hors projet de l’année fiscale 2012. Notons que la décision d’octroyer ce don est l’un des fruits de la visite au Japon du Chef de l’Etat. Prenant la parole,  l’Ambassadeur Daini Tsukahara a rappelé que beaucoup de réalisations ont été faites par le don hors projet dans le passé. Se justifiant, il a confié que le 10ème don de l’année fiscale 2009 pour un montant de cinq cent millions de yen japonais soit environ 3 milliards de FCfa, a aidé le Bénin dans l’acquisition des matériels roulants et autres équipements pour le renforcement des capacités techniques afin de  faire face aux catastrophes naturelles. Poursuivant, il affirme que les 8ème et 9ème dons de l’année fiscale 2007 et 2008 ont permis d’acquérir des matériels constitués respectivement des engrais pour un montant de cinq cent millions de yen japonais soit environ 3 milliards de FCfa pour soutenir la production agricole, et des fers à béton pour un montant également de cinq cent millions de yen japonais soit environ 3 milliards de FCfa pour encourager la réalisation des infrastructures dans le pays. Après avoir rappelé que le présent don du Japon a un double objectif dans la mesure où il a permis au Gouvernement béninois non seulement de se doter des matériels de construction répondant aux besoins des populations mais également de pouvoir réaliser des projets de développement socio-économique grâce à un fonds de contrepartie qui sera constitué à partir des ventes de ces matériels. « ce dont permettra aussi la réalisation du projet d’approvisionnement en eau potable dans les départements de l’Atacora et de la Donga pour un coût global de plus de 3 milliards de FCfa » a-t-il déclaré.
A sa suite, le ministre des affaires étrangères, Nassirou Bako-Arifari, a remercié très chaleureusement le peuple japonais puis confié que ce projet permettra de faire fonctionner l’économie béninoise en aidant le secteur privé à mener des activités de vente des matériels octroyés. Pour finir il a promis que le gouvernement du Bénin fera un bon usage de ce don.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !