TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN COUVERTURE 4G BILLBOARD 970x250-px-01

A+ A A-

Société

Justice sous la Rupture : Que sont devenues les affaires Ppea II et Icc-Services?

gouvernance

Il y a un peu plus d’un an, plusieurs affaires politico-judiciaires rythmaient la scène politique nationale. Aujourd’hui, beaucoup ont l’impression que  ces dossiers n’ont jamais secoué le Bénin. C’est comme s’il existe des forces qui bloquent l’évolution de ces affaires sulfureuses devant les tribunaux.

Le Bénin a connu bien des affaires qui ont failli le déstabiliser. D’autres ont carrément terni l’image du pays à l’étranger. Il y avait le dossier Programme pluriannuel d’appui au secteur eau et assainissement (Ppea II) révélé en 2015. Un dossier dans lequel plusieurs milliards de francs Cfa ont été détournés. On cite également l’affaire Icc Services du nom de l’une ces entreprises illégales de placement d’argent ayant spolié des milliers de Béninois. L’affaire Urbain Dangnivo avait aussi agité l’échiquier politique national en 2010. Sous le régime du changement, les opposants qui détiennent actuellement le pouvoir avaient récupéré ces affaires pour mettre en difficulté leur adversaire, Yayi Boni. L’ancien président Yayi était responsable selon eux, et devrait se défendre devant la justice. Lors de la campagne électorale de 2016, certains membres du gouvernement de la Rupture ont promis de faire la lumière sur ces différents dossiers faits de crimes économiques et de crime de sang. Leur engagement restera à l’étape de promesse puisque depuis le 06 avril 2016, date de leur prise de pouvoir, aucun acte n’a été posé pour permettre de faire la lumière dans ces nombreuses affaires. Hormis l’affaire Icc-Services inscrit au rôle de la première session d’assises de la Cour  d’appel de Cotonou de cette année, l’opinion attendra longtemps encore avant d’en savoir davantage sur ces dossiers brumeux. Il y a comme une volonté de ne pas faire accélérer les différentes procédures judiciaires en cours. Et pour cause, dans l’affaire Ppea 2, certains suspects pourtant recherchés par la justice depuis 2015 semblent ne plus s’inquiéter aujourd’hui. Des témoins confient qu’ils se la  couleraient douce à Cotonou. L’ancien ministre Barthélémy Kassa cité dans cette même affaire ne craindrait plus rien du tout. Le gouvernement aurait visiblement besoin de sa voix à l’Assemblée nationale pour faire adopter ses projets de loi.  Le silence assourdissant du gouvernement de la Rupture, montre par ailleurs qu’au fort de la crise sociopolitique née suite à la disparition de l’ancien fonctionnaire du ministère des Finances, Urbain Dangnivo, il y avait une volonté de braquer les populations contre un régime. La vérité dans les affaires précitées pourrait être le dernier souci de l’équipe de Patrice Talon. Et si cela  se confirme, la Rupture démontrera que la rouerie et la supercherie sont ses meilleures armes politiques.

M.M

En savoir plus...

Système d’information sur le marché du travail au Bénin : Le Mtfpas et l’Oit outillent les acteurs

Mtfpas-et-Oit

Le ministère du Travail, de la Fonction publique et des Affaires  sociales (Mtfpas), organise du 18 au 28 avril 2017,  à l’intention des acteurs du Système d’information sur le marché du travail (Simt), et ce, à travers  l’observatoire de l’emploi et de la formation (Oef), un atelier de formation sur les techniques quantitatives d’évaluation des politiques actives du marché du travail au Bénin.  Les travaux se déroulent à l’Infosec de Cotonou.

L’atelier permettra aux acteurs du système de l’information sur le marché du travail, de connaître et de maîtriser les outils de collecte de données quantitatives, mais également de se familiariser avec l’utilisation des  techniques de collecte des données quantitatives. Il vise également à outiller les cadres de l’observatoire de l’emploi et de la formation(Oef) et les membres du Simt à l’utilisation des techniques quantitatives d’évaluation d’impact des politiques d’emploi. Les participants auront donc, au terme de la formation, à maîtriser les techniques d’interprétation des données quantitatives afin de produire des notes d’analyse de référence. En effet, l’observatoire de l’emploi et de la formation, en tant que baromètre du système d’information sur le marché du travail au Bénin, a pour mission de produire et de rendre disponibles, régulièrement et périodiquement, les informations fiables pertinentes  et efficaces sur l’emploi , le chômage, le sous-emploi, la dynamique du marché du travail et de fournir des éléments d’information pour la formulation des politiques de développement et celle de la politique nationale de l’emploi (Pne) et de la formation, afin de permettre aux dirigeants de prendre des décisions en toute connaissance de cause. Ainsi, pour accomplir sa mission et assurer une meilleure productivité en termes de rendement, l’Oef a besoin de renforcer non seulement les capacités de son personnel, mais aussi de participer aux activités des acteurs du Simt au Bénin. D’où son intérêt à cet atelier.

La problématique de l’emploi une préoccupation pour le gouvernement

Le directeur général de l’Oef, Maurice Gbèmènou, a, au cours de la cérémonie de lancement, exprimé sa gratitude à l’Organisation internationale du travail pour son appui, ainsi qu’au Bureau international du travail qui a bien voulu offrir cet atelier aux acteurs de du Simt. Il espère pouvoir compter sur leur appui pour d’autres projets à venir ou en cours. Le consultant formateur de l’Oit, Jean Ndenzako, a, en ce qui le concerne, fait part de son admiration pour l’Oef pour son dynamisme et se félicite du choix porté sur sa personne pour assurer la formation.  Pour le directeur de cabinet du ministère du travail, David Vidéhouénou, représentant le ministre,  le thème de la formation est d’une importance capitale pour le gouvernement du Bénin en ce sens qu’il est nécessaire de faire le point des efforts et investissements de l’Etat, en matière de lutte contre le chômage et la promotion de l’emploi au Bénin. Car à l’en croire, la question de l’emploi occupe une place importante dans le Programme d’actions du gouvernement notamment en son pilier 3. Ainsi tout en remerciant le partenaire pour son appui constant ainsi que les différents acteurs qui ont œuvré à la tenue de la formation, il a exhorté les participants à se rendre disponibles pour tirer le meilleur de la  formation pour des résultats probants.

Thomas AZANMASSO

En savoir plus...

Port sec d’Allada : La mairie lance les tickets de stationnement

Michel-Aclehinto

Le Conseil communal d’Allada est déterminé à mobiliser  les ressources  financières  pour le développement de la ville carrefour. Le mardi 17 avril dernier, le Maire Michel Acléhinto a officiellement lancé les tickets de stationnement des gros porteurs du port sec d’Allada. Il a été soutenu à l’occasion  par le Secrétaire  général de la préfecture d’Allada.   

Le management a changé à Allada. La vision aussi. Depuis son élection à la tête de de la cité des Adjahouto, Allada fait des pas rassurants vers le développement. La Commune devra en effet tirer bientôt des avantages d’un droit de stationnement des gros porteurs du Port sec d’Allada. Les acteurs  intervenant dans ledit port ont, de façon consensuelle, accepté d’instaurer un ticket d’une valeur de 500 F Cfa afin de contribuer aux efforts de développement d’Allada. L’équipe  dirigée par le Maire  Michel Acléhinto s’est battue pour obtenir ce résultat malgré le contexte socio-économique moins reluisant. « Allada aujourd’hui, chef-lieu, exige plus de moyens qu’Allada simple commune. Aujourd’hui (mardi dernier, Ndlr) est un grand jour pour la commune car un grand acteur vient agrandir la liste de nos partenaires», a déclaré le Maire Acléhinto. Pour lui, les 500 F Cfa retenus après de longues négociations restent un « minimum strict commun ». « Il est important que chacun joue sa partition pour le développement  de notre cité commune. Dans nos efforts au quotidien, nous nous rendons compte que beaucoup reste à faire. C’est pourquoi il nous faut compter sur nos partenaires sociaux afin de donner à Allada tout ce qu’elle mérite», a-t-il fait savoir. Juste Tomèdé, le Représentant de la Direction d’Atral, a apprécié l’initiative. « Atral ne peut qu’accompagner l’initiative », a-t-il souligné avant d’inviter les transporteurs et les conducteurs à soutenir la Mairie d’Allada. Le Secrétaire général de la Préfecture d’Alla, Robert Hounsou présent à la cérémonie de lancement, a exprimé également ses appréciations. A l’entendre, ce choix de la Mairie ne doit souffrir d’aucun clivage politique. Il a proposé que le Conseil communal unisse ses forces autour de ce choix qui doit contribuer à l’amélioration de la situation financière de la Mairie. Les transporteurs et les conducteurs ont aussi marqué leur accord ce mardi. « Nous venons de loin. C’était fixé à 2000 F Cfa. Nous sommes à 500 F Cfa aujourd’hui. Nous devons remercier les autorités  communales et le préfet pour leur disponibilité. Nous travaillerons ensemble », a lancé le président  des Transporteurs de gros porteurs du Bénin, Amadou Boni Salia.

M.M

 

En savoir plus...

Commune de Bonou : Le nouveau maire Julien Afohounga installé

Julien-Afohounga

Le chargé de mission du préfet de l’Ouémé, Igor Ulrich Aholou sous les regards du député Simplice Codjo Dossou, des têtes couronnées et toutes les forces vices de la commune de Bonou a, le vendredi 14 avril 2017, à la Maison du peuple de la commune de Bonou, installé son nouveau président du conseil communal, le maire Julien Afohounga.

Toute la population est massivement sortie pour vivre les temps forts de l’unité retrouvée entre les filles et fils de la commune de Bonou car cela fait la troisième fois que la commune de Bonou en deux ans installe un maire. Cette fois-ci sera la bonne, a déclaré le député Simplice Codjo Dossou de la 20e circonscription électorale à laquelle appartient la commune de Bonou. Pour lui,  toutes les forces vives de la commune doivent travailler pour sortir Bonou de l’ornière. C’est ce message qui justifie sa présence sur les lieux, a confié le député. Même son de cloche du côté de l’ancien maire Alexandre Zannou et membre du conseil communal qui, dans son message, aassuré le nouveau patron de son soutien mais également,     invité les autres à rejoindre la barque pour qu’ensemble, ils puissent écrire les belles pages du développement de Bonou. Abondant dans le même sens, le chargé de mission du préfet Joachim Apithy,    a fait savoir à tout le conseil communal que l’enjeu reste le développement de Bonou en vue de l’amélioration  des conditions de vie des populations. Un message fort qui tient à cœur au nouveau maire. Dans son adresse, le maire Julien  Afohounga a pris de fermes engagements. Selon lui, les élections sont terminées depuis longtemps et Bonou a besoin de toutes ses filles et de tous ses fils pour son développement. C’est pourquoi, il a placé son mandant sous le signe de la gouvernance participative sans exclusion. Pour lui, personne  ne sera de trop et l’expertise et la contribution de tous et de toutes sont attendues. Mais déjà, il a annoncé la convocation d’une grande réunion de toutes les filles et de tous les fils  de Bonou pour réfléchir sur les questions de développement. La cérémonie a pris fin par une grande réjouissance populaire.

Ainsi, suivant  l’arrêté préfectoral n° 151 du 10 avril 2017 portant constatation de l’élection du maire  et des chefs d’arrondissement et des  membres de son conseil communal suite  à la décision de la Cour suprême ce vendredi 14 avril 2017, le maire Julien Afohounga a été installé dans son fauteuil dans une ambiance festive


Kola Paqui

En savoir plus...

1er congrès ordinaire du Synatrep-Bénin : Un nouveau bureau pour un mieux-être des agents du trésor public

impots

Le Syndicat national des agents du trésor public du Bénin (Synatrep-Bénin) a organisé les 12, 13, et 14 avril 2017, son premier congrès ordinaire. A la place des fêtes ‘’La véranda’’ de Bohicon,  l’heure était au bilan  des quatre années d’existence du Syndicat et les nouveaux défis à relever pour réussir leur objectif commun: l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents du trésor public. A l’occasion, un nouveau bureau dirigeant a été élu. Entre autres objectifs du bureau, souligne Kader Yarou, nouveau Secrétaire général du Synatrep-Bénin, décrocher le statut particulier du comptable public. Lire ci-dessous, les noms et postes des membres qui constituent le nouveau bureau du Synatrep-Bénin.

M.M.

Nouveau bureau du Synatrep-Bénin

SG: Kader YAROU ,
SGA1: Armand LEHA,
SGA2: AFFANONTIN Éric,
SA: Aissatou TANKO,
TG: Aimé Santos,
TGA :Elvis AHOMONTIN,
Secrétaire à l'organisation : Gildas TOSSE,  
Secrétaire adjoint à l'organisation : Clarisse DJIMENOU,
Secrétaire à l'information et à la presse: Séraphin KOUAGOU,
Secrétaire à l'éducation ouvrière : Hermione AGADAME,
Secrétaire aux affaires culturelles et sportives: Serge ODOUBOUROU,
Secrétaire adjoint aux affaires culturelles et sportives :Dimitri ODOULAMI,
Secrétaire à la sécurité : Paul FALANA,
Secrétaire à la santé et à l'environnement : Dieudonné MAMAH,
Secrétaire chargé des réformes : Odette FASSINOU,
Conseiller aux affaires juridiques :Eric DJOSSOU ,
Conseiller aux affaires politiques : Bertrand AHANHANZO

En savoir plus...

Journées médias Bénin édition 2017 : Les principales activités dévoilées

Journees-medias-Benin

Le comité d’organisation des "Journées médias Bénin" a, au cours d’une conférence de presse, mardi 18 Avril 2017, à la maison des médias de Cotonou, levé un coin de voile sur les activités de la deuxième édition de l’initiative. C’était également l’occasion pour les organisateurs  de faire le point de la première édition du village des médias.

Les " Journées médias Bénin" sont une occasion pour célébrer en huit jours les acteurs des médias béninois au cours d’un évènement dénommé "village des médias". Les journalistes seront donc mobilisés autour de la question de la liberté de presse au Bénin au stade de l’amitié Mathieu Kérékou de Cotonou. Selon la présidente du comité d’organisation Jisleine Adimi, l’objectif est d’œuvrer pour plus de brassage entre les acteurs des médias mais aussi de mieux connaître le public. Il s’agit spécifiquement  de conscientiser sur le fait que le travail de média n’est pas un travail de débauche mais une passion. Cette célébration a déjà eu lieu l’année écoulée et a eu les mêmes objectifs que celle de cette année. L’occasion a été  donnée à Josué Fortuné Mèhouénou, membre du comité d’organisation, de rappeler les différentes activités ayant marqué la première édition. Il s’est par ailleurs réjoui du succès qu’a connu la première édition. Pour le coordonnateur de cet événement Nwankwo Eunock, la journée média est un événement de tous les médias. Elle va démarrer le 30 Avril par une marche de confraternité au cours de laquelle il sera décerné un trophée dénommé "Trophée François Mensah". Le village des médias sera couvert par la connexion Wifi gratuite. Egalement il y aura lieu au cours de cette célébration des conférences débats, enregistrements d’émissions, soirées résistives d’artistes en herbe et confirmés. Aussi est-il prévu l’organisation d’un match de football le 6 Mai 2017. Des défilés de mode, des expositions de photographies meubleront la cérémonie de clôture. Pour finir, il a sollicité l’implication de tous les médias béninois pour la réussite desdites journées qui restent une occasion pour les professionnels de médias de sympathiser, de partager et de s’épanouir.

Thérèse Wohndéna GNITONA (stag)

En savoir plus...

Rituels d’intronisation à Pobè : Le nouveau roi conduit sur un site sacré

chefferie

Le nouveau roi de Pobè a été conduit samedi dernier par les sages et dignitaires de la cour royale sur le site Elè, un lieu où se sont installés les premiers occupants de la ville de Pobè. Ce déplacement royal s’inscrit dans le cadre des rituels devant conduire à son installation au palais royal de la localité. Il s’agit d’amener le roi sur le site Elè où se sont installés leurs premiers ancêtres avant l’emplacement actuel de la ville, pour renforcer son pouvoir avant qu’il n’intègre le palais royal pour l’accomplissement de sa mission. Sorti d'Iwoyé (sorte d'un couvent d'initiation) situé derrière le palais royal, le roi Adegbola Camille Elléchi de nom souverain, Adékiwo Otè Bolè a parcouru environ 3 kilomètres à pied en empruntant la voie qui a servi de canal pour ses ancêtres lors de leurs installations sur l’emplacement actuel de la ville de Pobè. Sous l’indication des sages et dignitaires de la cour et ceux du fétiche Ondo, le parcours du roi a été marqué par des rituels avant son arrivée sur le site des aïeux. Une fois sur les lieux, les sages de la cour royale ont aménagé le site et procédé à l’installation du roi conformément à l’histoire de la ville pour faire place aux cérémonies devant conduire à son installation dans le palais royal de la localité. Après plusieurs heures de sacrifices, le roi Adékiwo Otè Bolè a intégré le palais royal dès son retour du site historique. Le 20ème souverain du palais royal de Pobè a officiellement occupé le siège de ses ancêtres pour la résolution des problèmes de la cité et pour le bien–être des filles et fils de la ville de Pobè.

A.B

En savoir plus...

36ème Confejes : Les opportunités de la Francophonie exposées aux jeunes

Confejes

La jeunesse francophone a été mobilisée hier, mardi 18 avril 2017, autour d’une Journée d’information sur les opportunités phares de la Francophonie. Ceci dans le cadre de la 36ème Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de l’espace francophone (Confejes) dont les activités commémoratives se déroulent du 17 au 22 avril 2017 à Cotonou. La présente Journée qui s’est déroulée dans les locaux du Ministère des affaires étrangères a été marquée par la présence du Directeur de l’éducation et de la jeunesse ainsi que d’autres responsables de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Initiée par le Comité provisoire de mise en place de la Cellule jeunesse Francophonie (Lcj Oif Bénin), la Journée d’information s’est davantage accentuée sur les solutions qu’offre l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif) à certains problèmes cruciaux de la jeunesse tels que l’emploi, le renforcement des capacités, la formation, l’épanouissement, le numérique, les loisirs, le droit. Il a été donc question d’informer, de sensibiliser, réseauter pour stimuler l’action des jeunes dans l’espace francophone. Dans leur brève intervention, quelques membres de la cellule organisatrice ont souligné la nécessité d’une implication de la jeunesse dans la mise en œuvre des Objectifs du développement durable tout en évoquant de multiples opportunités qui s’offrent à la jeunesse avec la révolution numérique. Des efforts de l’Oif pour la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes à travers une approche inclusive ont été également salués. Quant au représentant du Secrétaire général de la Commission nationale permanente de la Francophonie, il a salué l’initiative innovatrice qui fera sans doute resplendir davantage la Francophonie. A sa suite, le Directeur de l’éducation et de la jeunesse de l’Organisation internationale de la Francophonie, Mr Mabiyala, dans sa présentation de la Stratégie jeunesse actuelle de l’Oif, a décliné la vision de l’Organisation de faire des jeunes, les principaux artisans de leur destin. A l’en croire, des programmes et projets pertinents ont été conçus pour accompagner la jeunesse francophone à concrétiser ses rêves dont notamment le programme des jeunes volontaires francophones. Pour Mr N’Diaye, représentant du Sg/Confejes, il importe de placer désormais la jeunesse au cœur de la Francophonie pour plus d’impacts. Les participants ont également visité les stands pour libres ensembles et Finance ensemble de la Foire des opportunités jeunesse de l’Oif.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Assemblée générale constitutive des anciens étudiants de l’Eneam : L’Association des Alumni de l’Eneam mise sur les fonts baptismaux

association

(Ricardo Missihoun préside le Conseil d’administration)
L’Association des Alumni de l’Ecole nationale d’économie appliquée et de management  (2Ae/Eneam) était en Assemblée générale constitutive, vendredi 14 avril 2017, à l’auditorium de l’Eneam. Au terme de l’Assemblée, un bureau exécutif national a été mis en place ainsi que le Conseil d’administration avec à sa tête Ricardo Missihoun.

Les objectifs visés par ces anciens étudiants de l’Eneam en mettant sur pied une telle association sont, entre autres, promouvoir l’excellence et impacter positivement la société ; contribuer à l’orientation, à l’insertion socio-professionnelle et l’épanouissement de tous ; apporter son appui à l’insertion professionnelle des diplômés et à l’accès à l’opportunité de bourses d’études ; offrir à tous les étudiants, anciens et/ou actuels, un cadre de fraternité, de concentration, de collaboration, de coopération, d’amitié, de solidarité, d’entraide et d’assistance morale, matérielle et financière. Ainsi, après les échanges sur les textes de l’Association notamment le règlement et les statuts, les anciens étudiants ont porté leur choix sur Ricardo Missihoun à la tête du conseil d’administration alors que Renaud Bossou a été élu président du bureau exécutif national du 2Ae. Quant au conseil de surveillance, il sera présidé par Wilfried Kouessi. Pour Ricardo Missihoun, l’association sera animée par des diplômés convaincus et disponibles pour l’atteinte des objectifs. «Je ne doute pas que les défis qui attendent la Directrice de l’Eneam et l’Association pourront être relevés si vous nous accompagnez, avec la rigueur et l’objectivité», a laissé entendre Ricardo Missihoun. «C’est une première et ça nous renforce dans notre position, ça nous permet de savoir que vous avez à cœur le développement de votre école», dira pour sa part, Rosaline Worou Houndekon, Directrice de l’Eneam qui a rassuré que le travail se fera ensemble afin de faire de l’Eneam la grande école de management du Bénin.

A.F.S.

En savoir plus...

Assemblée générale des étudiants sur le campus d’Abomey-Calavi : L’Uneb et l’Unseb relancent leurs activités

manifestations

Les organisations estudiantines de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) notamment l’Union nationale des étudiants du Bénin (Uneb) et l’Union nationale des scolaires et étudiants du Bénin (Unseb) ont tenu une Assemblée générale vendredi, 14 avril 2017, sur l’Esplanade Thérèse Waounwa devant le Restau U. C’était l’occasion pour ces deux associations de relancer leurs activités après plusieurs mois de suspension et ceci, suite à la décision de la Cour constitutionnelle condamnant celle du gouvernement.

Cette fois-ci, ils n’ont ni été poursuivis ni malmenés par les forces de sécurité. Les responsables étudiants ont tenu leur Assemblée générale bel et bien sur le campus sans être inquiétés par les flics qui, autrefois, étaient leurs bourreaux. L’Uneb et l’Unseb viennent ainsi de relancer leurs activités bien que le gouvernement n’ait pas encore pris un acte administratif pour matérialiser ou prononcer la levée de sa mesure de suspension des organisations estudiantines. Si le Chef de l’Etat a récemment clamé qu’il est bon démocrate et qu’il se plie à la décision de la Cour, il n’a toujours pas annoncé jusqu’à quand faudra-t-il attendre pour que son gouvernement s’y conforme. Mais en attendant, le mouvement étudiant a repris son souffle à l’Uac depuis vendredi. Au cours dudit meeting, les responsables étudiants ont rassuré la communauté estudiantine de la défense de leurs intérêts. Ainsi, une plateforme revendicative a été établie et sera l’objet des prochaines manifestations et négociations des organisations. L’Ag a été marquée par la présence de l’ancien secrétaire général de la Csa-Bénin, Dieudonné Lokossou qui est venu apporter son soutien aux étudiants. Déjà en fin de mandat à la tête des différentes organisations, les responsables étudiants rassurent du démarrage du processus d’alternance qui marquera leur départ.

Aziz BADAROU

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !