TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN COUVERTURE 4G BILLBOARD 970x250-px-01

A+ A A-

Société

Journée foot pour les enfants au complexe sportif Sowéto d’Akpakpa : La Fondation Mtn suscite l’émulation dans le 4è arrondissement

fondation-MTN

La Fondation Mtn a voulu donner un visage beaucoup plus social à la 7è édition du Tournoi international des centres de formation de football (Tic2f) qui a eu lieu au stade Général Mathieu Kérékou, du 16 au 23 avril 2017. C’est pourquoi, en marge de cette compétition qui a regroupé des académies de la sous-région dans la catégorie U17, elle a permis aux tout petits du 4ème arrondissement de Cotonou, de s’amuser avec le cuir rond et de démontrer leur savoir-faire, en présence de Guest star du football comme Japhet N’doram.

26 clubs d’enfants ont pris part à ce mini tournoi au complexe sportif Sowéto, dans le 4ème arrondissement de Cotonou. Au terme de la compétition qui s’est déroulée toute la journée du vendredi 21 avril 2017, deux clubs à savoir Fc Le Feu et la Fondation Lopez ont discuté la finale avec la victoire sur un score étriqué (0-1) de la Fondation Lopez.  Une belle partie de maracana foot, somme toute.  « C’est la preuve que c’est quelque chose qui manque, et c’est quelque chose que nous devons rééditer », a confié le représentant de la Fondation Mtn, Anselme Ayanou. Et si la Fondation Mtn a voulu associer son image au mini tournoi, c’est bien parce qu’il a permis aux enfants des quartiers d’Akpakpa, en particulier ceux du 4ème arrondissement, de taper dans le ballon cette période des congés de pâques. Mais au-delà, selon Anselme Ayanou, c’est  pour créer des opportunités de rencontre entre les enfants et des anciennes gloires du foot comme Japhet N’doram et surtout susciter l’émulation. Parrain du tournoi (Tic2f), l’ancien footballeur international tchadien et ancien joueur de l’As Monaco, champion de France en 1995 avec Fc Nantes et demi-finaliste de la Ligue des champions en 1996 avec le même club, n’a pas caché sa joie au sifflet final de la finale. « C’est un énorme plaisir de voir de jeunes africains évoluer sur l’aire de jeu parce que moi qui suis ici, je suis issu aussi du football de la rue. J’ai fait toute ma formation de footballeur dans la rue en Afrique et par la suite, j’ai eu la chance d’aller faire ma carrière en Europe. Ma présence et celle des copains qui sont là ce soir, c’est d’encourager le football de la rue qui disparait en Afrique ; ce qui fait qu’aujourd’hui on a du mal à avoir des joueurs d’exception… C’est une bonne chose pour la jeunesse africaine, c’est quelque chose qui doit se renouveler souvent pour permettre aux jeunes non seulement de se côtoyer socialement, mais aussi de grandir d’une bonne façon », a lâché Japhet N’doram. Aux côtés de la Guest star N’doram, Mounirou Daouda promoteur du Tic2f et Pierre Marie Gosselin, principal organisateur de la Journée foot dédiée aux enfants du 4ème arrondissement ont aussi exprimé toute leur admiration et leur fierté pour ce mini tournoi réussi grâce à l’appui de la Fondation Mtn.

En savoir plus...

Pour non reclassement conformément au Statut particulier : Les enseignants Ace-Ape de 1997-2007 aussi en grève

Alexandre-Agbozo

(Le gouvernement plus que jamais condamné à sauver l’école béninoise)
Les bruits de bottes se font de plus en plus entendre et la grève se généralise davantage dans le secteur éducatif. Après les enseignants vacataires et contractuels recrutés en 2008, c’est désormais le tour du Collectif des enseignants contractuels de l’Etat (ACE) et Agents permanents de l’Etat (APE) titulaires du Bapes recrutés entre 1997 et 2007 et admis au Capes (2011-2013) de brandir la menace de paralysie générale du secteur. Réunis en Assemblée générale vendredi, 21 avril 2017 au CegHouéyiho de Cotonou, ils ont exprimé leur indignation quant à l’indifférence des autorités face à leur revendication relative à leur reclassement au même titre que leurs collègues de l’enseignement technique.

Ils sont mécontents ! Victimes de duperie et d’une injustice de la part des autorités, ils sont également en grève, ces enseignants contractuels et permanents de l’Etat (ACE et APE) titulaires du Bapes recrutés entre 1997 et 2007. Solidaires des mouvements de débrayage déclenchés par leurs collègues de l’Intersyndicale des enseignants contractuels du secondaire depuis quelques semaines, ils abandonnent également la craie pour déserter les classes à quelques semaines seulement des examens de fin d’année. Ces acteurs du secteur éducatif dénoncent un désintéressement total à leur égard malgré la légitimité de leurs revendications. A en croire le président du Comité de suivi des travaux de reclassement et de reconstitution de carrière des professeurs certifiés de la cohorte spéciale Bapes/Capes 2011-2013, Alexandre Agbozo, bien qu’ils soient recrutés aux mêmes dates, ils n’ont pas été mis en formation à bonne date comme leurs homologues de l’enseignement technique. Ces derniers ont été donc régulièrement mis en formation en 2003 et reclassés au titre de 2005, 2006, 2007 et 2008. Ce n’est qu’en 2011 que ceux de l’enseignement secondaire général se verront envoyer en formation. Au terme de leur formation en 2013, alors qu’ils s’attendaient à être reclassés, conformément au Statut particulier de l’enseignement secondaire, à même date que leurs homologues de l’enseignement technique, c’est le statu quo depuis. Ils ont pourtant vu leur titre d’admission pour 2013 et ceci, pour toutes les promotions sans distinction.

De la duperie à la menace…

La présente menace de paralyser l’école béninoise et de recourir à la justice pour obtenir gain de cause intervient après de nombreuses démarches infructueuses menées auprès des autorités. Faut-il le rappeler, à l’issue d’une séance de travail avec l’ancien Directeur des ressources humaines et le cabinet du ministère de l’enseignement secondaire, l’assurance de satisfaction de la revendication leur avait été donnée. Il s’agissait d’une simple correction administrative, avaient martelé en son temps, les membres du cabinet ministériel. Mais bientôt un an, sans qu’aucun acte ne soit pris pour matérialiser cette volonté de corriger l’injustice. « Trop, c’est trop ! Nous nous associons à tous les mouvements en cours pour faire aboutir nos légitimes revendications » a déclaré Didier Alain Assogba, membre du Collectif. Et son collègue Ade Flavien d’exhorter les centrales syndicales à se saisir du dossier tout en menaçant de saisir la Chambre administrative de la Cour suprême dans les tout prochains jours. Ils annoncent un rapprochement avec la Csa-Bénin pour des mouvements plus corsés avec le Sg Anselme Amoussou. Donc des menaces sérieuses en perspective dans le secteur éducatif béninois.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Gestion des marchés : Pourquoi Dantokpa ne va pas être transféré

marche-dantokpa

(Dassigli justifie et brandit une lettre des Soglo)
Le ministre de la décentralisation, Barnabé Dassigli était l’invité de l’émission hebdomadaire ‘’Carte sur table ‘’ de océan Fm, hier dimanche 23 avril 2017. Entre autres sujets abordés, le transfert du marché Dantokpa à la marie de Cotonou par le gouvernement. Et à ce sujet, Barnabé Dassigni affirme que le gouvernement s’apprête à investir pour la rénovation dudit marché. Mais à en croire ses propos, le gouvernement ne peut consentir autant d’investissements sur ce marché et l’abandonner. Et même au pouvoir en tant que chef d’Etat, l’ancien maire de Cotonou, Nicéphore Soglo, chantre de ce transfert n’a pu réaliser ce vœux « … depuis l’existence de ce marché, … mais le président Soglo était président de la République, mais il ne l’a pas fait », a fait savoir l’invité. Le ministre fait d’ailleurs référence à une lettre envoyée au préfet, par le ministre de d’intérieur d’alors, Richard Adjaho, qui s’oppose à tout transfert de ce marché « …je crois, que j’ai retrouvé dans les archives où le ministre de l’intérieur, je crois que c’était Adjaho, qui a écrit au préfet en tant que ministre de l’intérieur pour dire d’informer la chef de la circonscription urbaine de Cotonou, que le marché Dantokpa ne relève pas de son portefeuille », a expliqué Barnabé Dassigli. Il n’a fait qu’appliquer cette décision lorsque l’ancien maire de Cotonou, le président Soglo avec pour 2e adjoint le ministre Adjaho, avait nommé un directeur général de la Sogema, affirme-t-il « Moi je leur ai brandi ce papier-là pour dire que ce n’est pas moi qui ai écrit » et c’est alors qu’il interpela le 2e adjoint au maire Richard Adjaho« Je l’ai appelé pour lui dire monsieur le ministre ce n’est pas vous qui l’avez écrit ? Pourquoi maintenant vous criez ? »,a éclairé le ministre Barnabé Dassigli.

L’éternelle question du transfert du marché de Dantokpa à la mairie de Cotonou a donc du chemin à faire, à suivre les propos de Barnabé Dassigli, ministre du gouvernement Talon. Cette question qui a toujours fait l’objet de dispute entre la mairie de Cotonou et les gouvernements successifs, mais qui a également déterminé les choix politiques du parti la Renaissance du Bénin à la tête de la mairie depuis l’avènement de la décentralisation est loin de connaître son dénouement. Le marché de Dantokpa, l’un des poumons de l’économie béninoise, représente un enjeu économique qu’aucun gouvernement ne veut céder au nom d’une quelconque alliance politique.

Thomas AZANMASSO

En savoir plus...

53ème édition de la fête de Nonvizan à Akodéha : Pari gagné pour le président Alain Aiwanou

celebration

(Dékanmey accueille l’édition de 2018)
Le dimanche 16 avril 2017, les rideaux sont tombés sur la 53ème édition de la fête de retrouvailles Nonvizan par une grande réjouissance des filles et fils des communes ayant en partage le lac Ahémé et ses chéneaux. Ceci à la grande satisfaction des participants, des organisateurs et surtout de l’association de développement de l’arrondissement d’Akodéha ayant pour président Alain Aiwanou. Le dragage du lac Ahémé et de ses chenaux a été au cœur des échanges.

Les députés Eric Houndété et Alexis Agbeléssessi ainsi que les ministres Ange N’koue,  Oswald  Homeky, José Tonato et d’autres personnalités étaient aux côtés des filles et fils du lac Ahémé et de ses chenaux.  Quelques temps forts ont marqué la 53e édition de la fête de Nonvizan à Akodéha dans la commune de Comè. Il s’agit de la grande messe d'action de grâce des peuples xwela de l'espace Ahémé ainsi que de  leurs frères xwla et d'autres encore du Mono célébrée par Mgr Victor Agbanou de l’évêché de Lokossa ce dimanche 16 avril 2017. Au cours de cette messe, le prélat a fait remarquer que l'institution des retrouvailles Nonvizan est le symbole de la foi en un avenir meilleur et surtout en la résurrection du Christ. Au titre des grands faits qui ont marqué la 53 e édition, il y a le lancement et l'animation d'une Foire artisanale locale, la Conférence-débat autour des enjeux de réhabilitation du lac Ahémé, la finale du tournoi de football- édition 2017 sans oublier la finale du tournoi de football édition- 2017 soldée par la  victoire de l’équipe d'Akodéha après les séances de tirs au but. La  Conférence-débat sur le thème : '' Réhabilitation du lac Ahémé et ses Chenaux : enjeux et perspectives '' a retenu toutes les attentions au cours de cette édition de Nonvizan qui est un creuset présidé par André Tchékounoun, et dont les objectifs sont, entre autres, regrouper au sein d'un même creuset, promouvoir la planification des végétations de mangroves et d'autres  espèces, conduire les actions de développement et cultiver l'esprit de fraternité puis réhabiliter le lac Ahémé et ses chenaux.  Le dragage du lac Ahémé a toujours été une doléance des populations à la base.

Elle a été renouvelée, à l'adresse du gouvernement en 2011. Mais à ce jour, le triste constat est que le Lac Ahémé se meurt  avec ses fils à son chevet. A cette occasion, un appel a été lancé à l’endroit du gouvernement.  Il faut noter que la région du  lac Ahémé est une population de 500 mille âmes et 120 villages.  Pour Alain Aiwanou, président de l’Adaak  dont l’arrondissement accueille la 53e édition de Nonvizan, la fête a été belle et il y a eu une grande mobilisation. Comme trace indélébile de la fête, Akodéha a obtenu la somme de 01 million de FCFA pour la construction de hangars dans son marché, a informé André Tchekounoun,   président du bureau fédéral de l’association avant de conclure que Dékanmey accueillera l’édition de l’année prochaine.

Kola Paqui

En savoir plus...

4ème Congrès ordinaire de la Cosi-Bénin : Le Sg Noël Chadaré réélu pour 5ans

Noel-Chadare

Les organisations syndicales affiliées à la Confédération des organisations syndicales indépendantes (Cosi-Bénin) ont été conviées mardi aux travaux du 4ème congrès ordinaire de la Centrale syndicale. A l’occasion, les responsables syndicaux ont procédé au renouvellement des membres du bureau confédéral. Aux commandes depuis 2012, le secrétaire général Noël Chadaré a été réélu à l’unanimité pour un second mandat de cinq (05) ans à la tête de la centrale syndicale. Le syndicaliste plus ou moins bouillant reste donc au poste pour poursuivre la lutte après le départ des baobabs tels que Pascal Todjinou de la Cgtb et Dieudonné Lokossou de la Csa-Bénin. Faut-il le rappeler, le bilan d’activités de l’enseignant-syndicaliste a été très apprécié aussi bien des syndiqués que des partenaires techniques et financiers de la Confédération. Entre autres actions à l’actif du bureau sortant, la croissance des syndicats de base qui sont passés de 39 à 120 pendant que le nombre de fédérations professionnelles a augmenté de 6 à 9 durant les 5 dernières années. « Nous avons inscrit au moins 500 travailleurs et travailleuses du secteur informel à la Caisse mutuelle de prévoyance sociale (Cmps) et octroyé des crédits équipements à 75 autres, afin de renforcer leurs outils de production », a déclaré le secrétaire général, Noel Chadaré. Egalement à son actif, la construction en 2016 d’un module de deux toilettes et d’un bureau au profit du syndicat des femmes vendeuses de Gbégamey, et de deux modules de deux toilettes et deux hangars d’attente sur les parcs de Godomey-Houédonou et d’Agbangon dans la commune d’Abomey-Calavi avec la collaboration de la CnvInternationaal. Pour la représentante de la Cnv International, Ester Droppers, Noël Chadaré a fait preuve d’un profond dynamisme et d’un esprit démocratique dans l’exécution de ses diverses missions. « Nous lui éprouvons une admiration pour son engagement, son sens de responsabilité très élevé, son esprit de créativité et surtout le respect des textes fondamentaux », a-t-elle ajouté. Quant à la ministre de la fonction publique et des affaires sociales, Adidjathou Mathys, elle a salué l’esprit démocratique qui caractérise cette confédération. « Je remercie les congressistes qui m’ont renouvelé leur confiance. Je promets qu’ils ne seront pas une fois encore déçu comme au cours du mandat passé », a-déclaré le secrétaire général réélu, Noël Chadaré. Il a, par ailleurs rassuré de ce que les perspectives sont heureuses et prometteuses pour les cinq années à venir, malgré la morosité ambiante qui frappe la plupart des organisations dans le monde. Plaçant son mandat sous le signe de l’autofinancement de la Cosi-Bénin,  Chadaré a appelé les fédérations et les membres de ce nouveau bureau, à faire de ce défi, le fil d’Ariane des cinq prochaines années afin de permettre à  l’organisation de se donner les moyens de concrétiser sa vision. En dehors de ce défi, la nouvelle équipe entend renforcer la lutte pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Incendie au quartier Camp Adagbé de Parakou : Charles Toko et son équipe au chevet des sinistrés

charles-toko

Pas de perte en vie humaine, rien que des dégâts matériels, tel est le bilan d’un grave incendie s’est déclenché dans un ménage au quartier Camp Adagbé dans le premier arrondissement de la commune de Parakou. C’était au petit matin du mercredi. Un ménage dudit quartier a vu tous ses effets partis en fumée dans un incendie qui s'est déclaré dans la nuit.

C’est un court-circuit qui serait à l’origine de cet incendie qui est survenu pendant que les membres de cette famille dormaient encore. L'ampleur des flammes n'a pas permis de retirer le moindre objet que ce soit dans le ménage, ce qui a plongé la famille dans un désarroi total.

Informé de ce drame, le maire de la commune de Parakou Charles Toko, ses adjoints et les services financiers et techniques se sont transportés sur les lieux pour constater les dégâts.

Ibrahim Mama Chabi, premier adjoint au maire de Parakou, a salué la solidarité des voisins qui a permis d’éviter le pire. Il n’a pas manqué de rassurer les victimes de ce que le maire a donné les instructions aux services techniques et financiers pour qu’elles bénéficient de l’assistance du conseil municipal, pour la reconstruction de leurs biens partis en fumée. Une démarche très bien appréciée par les sinistrés.

Il a profité pour prodiguer des conseils à la population par rapport à la qualité des matériaux à utiliser pour la construction de leur maison pour éviter les situations du genre à l’avenir.

Albérique HOUNDJO (BrBorgou-Alibori)

En savoir plus...

Pas de plaintes après les premières pluies : La mairie de Cotonou prouve son efficacité

lehady-soglo

Depuis quelques jours, les premières pluies ont démarré dans la ville. Il est à noter que les dispositions prises par la Municipalité de Cotonou ont commencé par montrer leur efficacité sur le terrain. En anticipant sur les effets pervers des pluies, le Maire avait instruit les services techniques aux fins d’assurer l’entretien des collecteurs primaires et secondaires, le curage des bas-fonds et d’autres canaux naturelsen vue de faciliter l’écoulement rapide des eaux de ruissellement.Tirant leçons des expériences antérieures, l’autorité municipale a donné des instructions pour le ramassage systématique des déblais aussitôt après leur enlèvement des caniveaux par les entreprises prestataires. L’autre innovation majeure est l’implication active des élus locaux pour le suivi rigoureux des travaux.Cet ensemble de mesures est complété par les reprofilages et les ouvertures des tranchées ainsi que d’autres actions spécifiques avec pour objectif final de soulager les populations de Cotonou en cette période de pluie. En conséquence, on a observé qu’après les premières pluies, les endroits où l’eau stagnait à chaque saison sont restés praticables. Une situation qui a entrainéla diminution sensible des plaintes au niveau des populations. Il ne pouvait d’ailleurs en être autrement puisque depuis l’installation de l’actuelle équipe, d’énormes efforts sont consentis par les autoritéspour réduire les effets des inondations dans les quartiers de la ville. D’ailleurs, les populations s’accordent à  reconnaitre l’efficacité dela nouvelle politique d’assainissement mise en place par le maire Léhady Vinagnon Soglo.  En dépit des obstacles créés par l’interférence de l’autorité de tutelle dans la passation des marchés d’assainissements de la ville et les nombreux cas d’incivisme des populations,les responsables de la municipalité n’ont pas baissé les bras. Ce qui leur a permis d’obtenir ces résultats en attendant la mobilisation des fonds nécessaires pour sortir définitivement Cotonou de l’eau.

M.M

En savoir plus...

Justice sous la Rupture : Que sont devenues les affaires Ppea II et Icc-Services?

gouvernance

Il y a un peu plus d’un an, plusieurs affaires politico-judiciaires rythmaient la scène politique nationale. Aujourd’hui, beaucoup ont l’impression que  ces dossiers n’ont jamais secoué le Bénin. C’est comme s’il existe des forces qui bloquent l’évolution de ces affaires sulfureuses devant les tribunaux.

Le Bénin a connu bien des affaires qui ont failli le déstabiliser. D’autres ont carrément terni l’image du pays à l’étranger. Il y avait le dossier Programme pluriannuel d’appui au secteur eau et assainissement (Ppea II) révélé en 2015. Un dossier dans lequel plusieurs milliards de francs Cfa ont été détournés. On cite également l’affaire Icc Services du nom de l’une ces entreprises illégales de placement d’argent ayant spolié des milliers de Béninois. L’affaire Urbain Dangnivo avait aussi agité l’échiquier politique national en 2010. Sous le régime du changement, les opposants qui détiennent actuellement le pouvoir avaient récupéré ces affaires pour mettre en difficulté leur adversaire, Yayi Boni. L’ancien président Yayi était responsable selon eux, et devrait se défendre devant la justice. Lors de la campagne électorale de 2016, certains membres du gouvernement de la Rupture ont promis de faire la lumière sur ces différents dossiers faits de crimes économiques et de crime de sang. Leur engagement restera à l’étape de promesse puisque depuis le 06 avril 2016, date de leur prise de pouvoir, aucun acte n’a été posé pour permettre de faire la lumière dans ces nombreuses affaires. Hormis l’affaire Icc-Services inscrit au rôle de la première session d’assises de la Cour  d’appel de Cotonou de cette année, l’opinion attendra longtemps encore avant d’en savoir davantage sur ces dossiers brumeux. Il y a comme une volonté de ne pas faire accélérer les différentes procédures judiciaires en cours. Et pour cause, dans l’affaire Ppea 2, certains suspects pourtant recherchés par la justice depuis 2015 semblent ne plus s’inquiéter aujourd’hui. Des témoins confient qu’ils se la  couleraient douce à Cotonou. L’ancien ministre Barthélémy Kassa cité dans cette même affaire ne craindrait plus rien du tout. Le gouvernement aurait visiblement besoin de sa voix à l’Assemblée nationale pour faire adopter ses projets de loi.  Le silence assourdissant du gouvernement de la Rupture, montre par ailleurs qu’au fort de la crise sociopolitique née suite à la disparition de l’ancien fonctionnaire du ministère des Finances, Urbain Dangnivo, il y avait une volonté de braquer les populations contre un régime. La vérité dans les affaires précitées pourrait être le dernier souci de l’équipe de Patrice Talon. Et si cela  se confirme, la Rupture démontrera que la rouerie et la supercherie sont ses meilleures armes politiques.

M.M

En savoir plus...

Système d’information sur le marché du travail au Bénin : Le Mtfpas et l’Oit outillent les acteurs

Mtfpas-et-Oit

Le ministère du Travail, de la Fonction publique et des Affaires  sociales (Mtfpas), organise du 18 au 28 avril 2017,  à l’intention des acteurs du Système d’information sur le marché du travail (Simt), et ce, à travers  l’observatoire de l’emploi et de la formation (Oef), un atelier de formation sur les techniques quantitatives d’évaluation des politiques actives du marché du travail au Bénin.  Les travaux se déroulent à l’Infosec de Cotonou.

L’atelier permettra aux acteurs du système de l’information sur le marché du travail, de connaître et de maîtriser les outils de collecte de données quantitatives, mais également de se familiariser avec l’utilisation des  techniques de collecte des données quantitatives. Il vise également à outiller les cadres de l’observatoire de l’emploi et de la formation(Oef) et les membres du Simt à l’utilisation des techniques quantitatives d’évaluation d’impact des politiques d’emploi. Les participants auront donc, au terme de la formation, à maîtriser les techniques d’interprétation des données quantitatives afin de produire des notes d’analyse de référence. En effet, l’observatoire de l’emploi et de la formation, en tant que baromètre du système d’information sur le marché du travail au Bénin, a pour mission de produire et de rendre disponibles, régulièrement et périodiquement, les informations fiables pertinentes  et efficaces sur l’emploi , le chômage, le sous-emploi, la dynamique du marché du travail et de fournir des éléments d’information pour la formulation des politiques de développement et celle de la politique nationale de l’emploi (Pne) et de la formation, afin de permettre aux dirigeants de prendre des décisions en toute connaissance de cause. Ainsi, pour accomplir sa mission et assurer une meilleure productivité en termes de rendement, l’Oef a besoin de renforcer non seulement les capacités de son personnel, mais aussi de participer aux activités des acteurs du Simt au Bénin. D’où son intérêt à cet atelier.

La problématique de l’emploi une préoccupation pour le gouvernement

Le directeur général de l’Oef, Maurice Gbèmènou, a, au cours de la cérémonie de lancement, exprimé sa gratitude à l’Organisation internationale du travail pour son appui, ainsi qu’au Bureau international du travail qui a bien voulu offrir cet atelier aux acteurs de du Simt. Il espère pouvoir compter sur leur appui pour d’autres projets à venir ou en cours. Le consultant formateur de l’Oit, Jean Ndenzako, a, en ce qui le concerne, fait part de son admiration pour l’Oef pour son dynamisme et se félicite du choix porté sur sa personne pour assurer la formation.  Pour le directeur de cabinet du ministère du travail, David Vidéhouénou, représentant le ministre,  le thème de la formation est d’une importance capitale pour le gouvernement du Bénin en ce sens qu’il est nécessaire de faire le point des efforts et investissements de l’Etat, en matière de lutte contre le chômage et la promotion de l’emploi au Bénin. Car à l’en croire, la question de l’emploi occupe une place importante dans le Programme d’actions du gouvernement notamment en son pilier 3. Ainsi tout en remerciant le partenaire pour son appui constant ainsi que les différents acteurs qui ont œuvré à la tenue de la formation, il a exhorté les participants à se rendre disponibles pour tirer le meilleur de la  formation pour des résultats probants.

Thomas AZANMASSO

En savoir plus...

Port sec d’Allada : La mairie lance les tickets de stationnement

Michel-Aclehinto

Le Conseil communal d’Allada est déterminé à mobiliser  les ressources  financières  pour le développement de la ville carrefour. Le mardi 17 avril dernier, le Maire Michel Acléhinto a officiellement lancé les tickets de stationnement des gros porteurs du port sec d’Allada. Il a été soutenu à l’occasion  par le Secrétaire  général de la préfecture d’Allada.   

Le management a changé à Allada. La vision aussi. Depuis son élection à la tête de de la cité des Adjahouto, Allada fait des pas rassurants vers le développement. La Commune devra en effet tirer bientôt des avantages d’un droit de stationnement des gros porteurs du Port sec d’Allada. Les acteurs  intervenant dans ledit port ont, de façon consensuelle, accepté d’instaurer un ticket d’une valeur de 500 F Cfa afin de contribuer aux efforts de développement d’Allada. L’équipe  dirigée par le Maire  Michel Acléhinto s’est battue pour obtenir ce résultat malgré le contexte socio-économique moins reluisant. « Allada aujourd’hui, chef-lieu, exige plus de moyens qu’Allada simple commune. Aujourd’hui (mardi dernier, Ndlr) est un grand jour pour la commune car un grand acteur vient agrandir la liste de nos partenaires», a déclaré le Maire Acléhinto. Pour lui, les 500 F Cfa retenus après de longues négociations restent un « minimum strict commun ». « Il est important que chacun joue sa partition pour le développement  de notre cité commune. Dans nos efforts au quotidien, nous nous rendons compte que beaucoup reste à faire. C’est pourquoi il nous faut compter sur nos partenaires sociaux afin de donner à Allada tout ce qu’elle mérite», a-t-il fait savoir. Juste Tomèdé, le Représentant de la Direction d’Atral, a apprécié l’initiative. « Atral ne peut qu’accompagner l’initiative », a-t-il souligné avant d’inviter les transporteurs et les conducteurs à soutenir la Mairie d’Allada. Le Secrétaire général de la Préfecture d’Alla, Robert Hounsou présent à la cérémonie de lancement, a exprimé également ses appréciations. A l’entendre, ce choix de la Mairie ne doit souffrir d’aucun clivage politique. Il a proposé que le Conseil communal unisse ses forces autour de ce choix qui doit contribuer à l’amélioration de la situation financière de la Mairie. Les transporteurs et les conducteurs ont aussi marqué leur accord ce mardi. « Nous venons de loin. C’était fixé à 2000 F Cfa. Nous sommes à 500 F Cfa aujourd’hui. Nous devons remercier les autorités  communales et le préfet pour leur disponibilité. Nous travaillerons ensemble », a lancé le président  des Transporteurs de gros porteurs du Bénin, Amadou Boni Salia.

M.M

 

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !