TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN BUSINESS BRAND

A+ A A-

Société

Lancement des travaux du Cic/Wapp : Vers la concrétisation du marché régional de l'électricité

Josep-Coll

Josep Coll, Ambassadeur, Chef de la délégation de l’Union européenne au Bénin, a procédé hier mardi 17 janvier 2017, à la cérémonie de lancement des travaux de construction du Centre d'information et de coordination (Cic),du système d'Echanges d'énergie électrique Ouest africain (Eeeoa) dans la ville d'Abomey-Calavi. A l’entendre, ce projet s'inscrit entre autres, dans la résolution de l'Union européenne à appuyer de manière décisive l'initiative des Nations Unies "Sustainable Energy for All", pour contribuer à fournir un accès à des services énergétiques durables à 500 millions de personnes d'ici à 2030.Par sa dimension régionale, par le symbole qu'il représente pour l'Afrique de l'Ouest et pour les défis techniques qu'il relèvera, il est, estime-t-il, «sans aucun doute, unique au monde». Pour Josep Coll ce centre qui se concrétise au travers d'un don de 30 millions d'Eurfinancés par le Programme indicatif régional du 10ème Fed de l'Union européenne, deviendra le «cerveau» du réseau interconnecté, sorte d'organe vital pour la coordination des échanges et pour l'organisation du marché. Selon son propos, le Cic permettra au marché régional de l'électricité de devenir une réalité. Il rendra "possibles"les investissements en cours qui sont estimés à près de 3 milliards d'Eur. «L'effet de levier de ce projet est donc considérable. Comme vous, je suis convaincu que cette contribution essentielle à la mise en place du marché régional de l'électricité sera un élément déclencheur qui encouragera la mobilisation des investissements notamment du secteur privé…L'enjeu essentiel, alors que le bâtiment et le système d'interconnexion se concrétisent, se trouve désormais au niveau des ressources humaines, avec des compétences multiples et pointues qu'il faudra déployer pour exploiter ce centre», fera-t-il observer.


C K

En savoir plus...

Construction de la centrale électrique de Maria-Gléta : Les explications d’un agent de Nangbéto, membre de la commission de pilotage

maria-gleta

Le dossier de la centrale électrique de Maria-Gléta s’invite encore une fois dans les débats en cette période de recrudescence du délestage. Cet investissement censé résoudre une fois pour toute le problème de déficit énergétique s’est révélé être un gâchis. Plusieurs millions de francs ont été engloutis dans ce projet sous le régiméYayi sans aucun effet. Et ce sont des cadres béninois qui sont au Coeur de ce scandale. Un agent de Nangbéto, membre de la commission de pilotage livre ici toute la vérité sur la centrale électrique de Maria-Gléta.

Le présent document va rappeler les grandes lignes du processus de construction de la Centrale de Maria Gléta, appelée aussi Centrale CAI, CAI étant le sigle de la société qui a fourni et a installé les équipements de ladite Centrale. Les détails de dates vont manquer dans ce document puisque les faits remontent au début du premier mandat de l'Ex-Chef d'Etat, son Excellence BoniYayi qui a voulu trouver une solution à l'insuffisance de l'énergie électrique après la crise énergétique de 1998 qui a négativement marqué le développement économique du BÉNIN sur une longue période.

La réponse de la CEB pour juguler cette crise énergétique de 1998 a été l'acquisition de deux TAG (Turbines à gaz en cycle ouvert), Centrales thermiques de 20MW utilisant les moteurs aéro-dérivatifs, moteur d'avion. C'était la première utilisation par la CEB au Bénin et au Togo de cette nouvelle technologie pour produire l'énergie électrique. Et Monsieur SESSOU K Ferdinand a été le premier responsable de ladite Centrale installée à Vêdoko (Cotonou).

Une commission  a été mise sur pied au Ministère ayant en charge l'énergie. Cette commission est composée d'agents de plusieurs ministères impliqués dans l'achat des machines en plus de  deux structures : la SBEE, la CEB pour les personnes ressources en tant que techniciens représentées respectivement par Messieurs :

- AGBOGNIHOUE Paul (SBEE), Directeurs des Études et Planification,
- SESSOU K. Ferdinand (CEB), premier responsable de la Centrale de production de l'énergie électrique avec une TAG (Turbine à gaz en cycle ouvert). Aujourd'hui, il occupe le poste de Directeur de la Centrale Hydroélectrique de Nangbéto.

Cette commission dans un premier temps est présidée par M. Godefroid Tchékété, conseiller du Chef de l'Etat à l'énergie, il a été remplacé après par M. AGBO Justin par le ministère de l'Energie. Entre-temps Monsieur Godefroid Tchékétéa été nommé Directeur Général de la SBEE sans se déconnecter de la gestion du Dossier.

Cette commission a été chargée de prospecter en urgence le marché international pour trouver un fournisseur de Centrale Turbine à gaz parce que l'Ex Chef de l'Etat a promis au peuple béninois de résoudre dans un délai de trois mois l'insuffisance de l'énergie électrique.

Après des infructueuses recherches sur l'internet et par des appels téléphoniques à des personnes de groupes industriels, une consultation a été faite auprès des sociétés béninoises reconnues dans le secteur de l'énergie électrique. Trois offres ont été reçues au ministère chargé de l'énergie : deux offres de vingt à quarante groupes électrogènes diesel de puissance variant de 01MW à 02MW en plus d'une offre d'un fournisseur américain de Californie (PDG de Cai) proposant des turbines à gaz. Devant les difficultés de faisabilité pour utiliser 20 à 40 groupes diesel, le choix du fournisseur de la Californie a été retenu et ce dernier a été invité par le ministère en charge de l'énergie pour une interview.

Cette interview dirigée par M.Godefroid Tchékété, Conseiller du Président, a été faite avec les membres techniciens en plus d’autres personnes de la commission. À la fin de l'interview, les techniciens de la commission ont décidé d'aller vérifier à l'usine en Californie les informations données par le PDG de Cai, surtout pour ce qui concerne l'état neuf des équipements à fournir. Malheureusement pour cette mission, le technicien, premier responsable de la TAG de la CEB au Bénin, M. SESSOU K. Ferdinand a été écarté de cette mission qui a été faite par Messieurs Godefroid Tchékété et AGBOGNIHOUE Paul.

Cette mission a duré une semaine. Avant leur retour de cette mission, Monsieur SESSOU K. Ferdinand a déposé au Ministère en charge de l'énergie un document de recherche et de calculs de rendement relatifs au type de machine LM1500 de marque General Electric que le PDG de Cai prétendait fournir.

Les recherches sur le réseau Internet montrent que lesdites machines proposées provenaient des avions déposés dans les années 1960 donc elles ne sont pas neuves.

Les calculs de rendement démontraient que ces machines ont une consommation exagérée : 0,355 litres/kWh contre 0,29 litres/kWh pour la machine de la CEB. Après c'est en terme de coût que la différence s'explique, si le litre de jet A1, fuel utilisé par lesdites machines, coûte 760FCFA/litre, le kWh produit par les machines de Cai va coûter 49,4FCFA plus cher que le kWh produit par la machine de la CEB.

Avec les rumeurs persistantes dans la presse nationale, le ministère en charge de l'énergie a organisé une rencontre avec des cadres des ministères impliqués dans le processus d'achat desdites machines, de l'Ambassadrice des USA près du Bénin et le PDG de Cai accompagné de ses experts. À cette rencontre, deux questions furent posées aux membres de la commission qui avait été élargie à d'autres agents des ministères impliqués. Les questions sont les suivantes :

1- les machines sont-elles neuves?
2- les machines peuvent-elles bien tourner?

Pour sa part, M. SESSOU K. Ferdinand a répondu pour dire que les machines n'étaient par neuves et elles vont tourner avec un mauvais rendement qui les rendraient inefficaces, d'autre part il a signalé qu'il se posera des problèmes de pièces de rechange pour leur utilisation à long terme.

La parole fut adressée au PDG de Cai qui a reconnu que les machines qu'il va livrer sont des machines "refurbished", c'est-à-dire des machines remises à leur potentiel pouvant encore fournir du service dans leur capacité normale. Pour les problèmes de pièces, il a garanti les fournir. Pour ce qui concerne le mauvais rendement, le PDG de Cai a rappelé qu'il a confiance en ces machines et qu'il est d'accord pour une pénalité si la consommation par kWh dépasserait ce qui est signalé dans le contrat.

L'Ambassadrice des USA a aussi pris la parole pour dire qu'elle a reconnu le sérieux de la société Cai et qu'elle veillera pour un bon aboutissement dudit projet des 80MW.

Quelques autres difficultés qui ont marqué ce projet de la Centrale de 80MW :

- le processus de réalisation de la Centrale a longtemps traîné parce qu'il y a eu des blocages de la part du PDG de Cai pour lui faire accepter un contrat d'assurance pour la sécurité sur le chantier.
- le PDG a voulu plusieurs fois réviser la configuration technique de la Centrale pendant l'exécution du marché.
- la part caution de Cai a été difficilement mise en place.
- une réception à l'usine de Cai a été marquée par un refus de recevabilité à cause d'un constat de traces d'usure majeure sur l'entrée d'admission d'air d'une des machines. Finalement, une conférence par téléphone avec un partenaire de General Electric qui a certifié que ces traces d'usure peuvent occasionnellement se produire parce la tolérance à cette partie de ce type de machine n'est pas exigeante, il a produit un certificat pour signifier que cela est sans importance sur le fonctionnement futur de ladite machine.
- un auxiliaire d'une machine s'est explosé projetant des projectiles qui ont causé des blessures graves d'un expert de Cai pendant les essais pour la réception provisoire par une grande commission représentée par plusieurs ministères. Au lieu de 18 mois, la Centrale a été mise en place cinq (5) ans après à la suite des ménages de l'ancien Président qui n'avait pas hésité à menacer d'assigner en justice le fournisseur. Les nouveaux Ambassadeurs : Mr NIGHT, Mr MICKEL, successeurs de Mme Galeta BROWN (paix à son âme), ont usé de leurs possibilités pour l'achèvement de l'usine. Selon lui, l'ancien Ministre Spero MENSAH avait désapprouvé le choix technique  basé uniquement sur le jet A1 et le gaz (ignorant le fuel) et l'a notifié à Monsieur Godefroid Tchékétépendant que ce dernier était en mission en Californie.

Agent de la Centrale de Nangbéto, membre de la commission mise en place par le ministère de l’Energie.

En savoir plus...

Conditions carcérales des condamnés à mort au Bénin : Amnesty international s’indigne et dénonce

amnesty-international

Dans un nouveau rapport publié, ce lundi 16 janvier 2017, l’Ong Amnesty International accuse le gouvernement béninois de maintenir les condamnés à mort dans une situation d’incertitude cruelle. Selon l’organisation de défense des droits de l’Homme, les 14 détenus qui croupissent dans le couloir de la mort de la prison d’AkproMissérété, n’ont pas encore vu leur peine commuée alors qu’une décision de justice a aboli, l’an dernier, la peine capitale. Ils sont toujours incarcérés dans de mauvaises conditions et tenus bien à l’écart des autres prisonniers. « Ces hommes ont déjà passé près de 20 ans dans le quartier des condamnés à mort, à se demander si chaque jour sera le dernier ou non. Ils ne savent pas de quoi demain sera fait, et continuent à vivre dans des conditions déplorables sans bénéficier d’une alimentation suffisante, ni de soins médicaux dignes de ce nom », a déclaré Oluwatosin Popoola, conseiller d’Amnesty International.


Amnesty International exhorte les autorités béninoises à commuer les condamnations de ces détenus de manière officielle et de veiller à ce que leurs conditions de détention soient conformes aux règles internationales minimales en la matière.

En savoir plus...

Grogne dans le secteur éducatif : Les écoles maternelles et primaires paralysées dès ce jour

ecoliers

Des mécontentements resurgissent dans le secteur éducatif béninois. Frustrés et indignés suite à une série de décisions récemment prises par le ministre des enseignements maternel et primaire, SalimaneKarimou, les éducateurs et instituteurs déclenchent un vaste mouvement de paralysie à compter de ce jour, mardi 17 janvier 2017. Ceci pour contraindre l’autorité ministérielle à leur donner gain de cause dans les meilleurs délais. Les écoles maternelles et primaires seront donc paralysées par une grève pour 48 heures renouvelables chaque semaine. Pour ces enseignants, il s’agit d’une forfaiture en cours au niveau du ministère de l’enseignement maternel et primaire qu’il faudra décourager à tout prix. Selon l’aile syndicale du Conseil sectoriel pour le dialogue social (Csds), l’autorité ministérielle a, de façon délibérée, pris une série de décisions consacrant le retour d’anciens retraités dans l’enseignement en qualité d’inspecteurs et de conseillers pédagogiques. « Le ministre a consacré le retour d’enseignants complètement amortis qui avaient fait le malheur de bon nombre d’enseignants et de l’école béninoise dans le temps », a déclaré le Vice-président de Csds Maxime Agossou-vè. En réaction à ces nominations, le syndicat préconise un mouvement de désobéissance collective. « Le bureau informe du mot d’ordre de désobéissance qui consiste à ne pas recevoir les encadreurs dans nos salles sur l’étendue du territoire national », a-t-il déclaré. La levée de la motion de grève qui prend effet mardi prochain est conditionnée, selon ces syndicalistes, par une série de mesures urgentes à prendre obligatoirement par l’autorité ministérielle. Ils exigent entre autres le rapportage systématique des différents arrêtés et notes de service, la mise en place d’une commission conjointe d’élaboration et de mise en œuvre des différents arrêtés et notes de service, la prise d’arrêtés d’application du décret portant statut particulier des corps des personnels enseignants de la maternelle et du primaire.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Ouidah : Le fauteuil de Sévérin Adjovi menacé

severin-adjovi

Le Maire de la Commune de Ouidah est sur un siège éjectable. Il perd des soutiens de jour en jour. Son sort semble de plus en plus scellé. 12  Conseillers communaux ne partagent plus avec lui les mêmes idéaux.  Ces conseillers forment une majorité déterminante dans un Conseil communal qui en compte 19. Les élus contestataires ont en effet demandé au Maire Sévérin Adjovide convoquer une séance extraordinaire ; séance au cours de laquelle le Conseil pourrait lui retirer sa confiance. La protestation s’organise. Et les critiques montent. Selon la Conseillère Célestine Adjanohoun, Sévérin Adjovi gère la mairie de Ouidah comme sa propre entreprise. « Il ignore les droits des Conseillers. Il a perdu notre confiance », a-t-elle déclaré. On l’accuse de gestion solitaire et scabreuse des ressources de la Commune. Le Maire  aurait banalisé une affaire de détournement de denierspublics. Certains Conseillers parlent même de complicité de vol. Sévérin Adjovi a des soucis. Plusieurs sources soutiennent qu’il lui sera difficile d’échapper à la destitution visiblement programmée.

Mike MAHOUNA

En savoir plus...

Le président du Consortium Touristes par millions sur Golfe TV/FM : Dine Bouraïma en phase avec le PAG 2016-2021

Dine-Bouraima

Dine Bouraïma, le promoteur de Bénin Royal Hôtel, un hôtel 4 étoiles situé en plein cœur de Cotonou, était l’invité de l’émission ma part de vérité de Golfe TV/FM. Président en exercice du consortium Touristes pas millions, il a exprimé son point de vue sur les mesures contenues dans le Programme d’actions du gouvernement 2016-2021 en faveur du secteur touristique au Bénin. Un programme que l’invité juge réaliste.

Dans ses propos, Dine Bouraïma a salué les efforts du gouvernement en faveur du tourisme. Efforts concrétisés par des mesures importantes prises par le gouvernement en faveur du tourisme et contenues dans le Programme d’actions du gouvernement. A l’en croire, le gouvernement béninois entend investir 621 milliards de FCfa dans le secteur du tourisme. Et dans cette perspective, le budget du ministère du tourisme et de la culture est passé de 2 milliards à 35 milliards. Entre autres actions à mener : la construction de musées à Abomey et à Porto-Novo, d’une arène, d’une cité balnéaire à Ouidah, l’aménagement des parcs de la Pendjari et du W avec construction de pistes d’atterrissage pour faciliter l’accès. La création de l’Agence nationale des patrimoines et du développement du tourisme, le nettoyage des 125 km de plages au Bénin, la libération de l’espace public, la levée des check points et les mesures de sécurisation du territoire national sont également autant d’actions du gouvernement qui, à en Croire Dine Bouraïma contribueront à promouvoir le label touristique béninois. Et selon les propos du Président du consortium Touristes par millions, toutes ses mesures permettront de lever les goulots d’étranglement du secteur touristique au Bénin.  

Un secteur en proie à des difficultés

Entres autres problèmes du secteur touristique et évoqués par Dine Bouraïm, on peut citer : les problèmes liés au visa, la cherté de l’énergie électrique, la TVA au-dessus de la norme exigible dans l’espace Uemoa, la cherté des billets d’avion due à la hausse des taxes appliquées au Bénin, la non praticabilité des pistes desservant le pays… L’invité de Golfe TV/FM salue tout de même les différentes actions menées par le gouvernement du Président Patrice Talon et qui visent l’atténuation de ses problèmes qui d’ailleurs ont suscité la création du consortium Touristes par millions.

Le consortium Touristes par millions

Le consortium Touristes pas millions est une organisation regroupant les professionnels du tourisme notamment les hôteliers, les compagnies aériennes, les agences de voyage, les guides touristiques et qui vise à booster la destination Bénin à travers des actions transversales liées à la sensibilisation au tourisme intérieur, au moyen du lobbying et la professionnalisation du secteur. Depuis sa création, le consortium Touristes pas millions a mené plusieurs actions notamment l’organisation d’ateliers de sensibilisation, des rencontres avec diverses autorités du pays en l’occurrence l’ex-président de la république Yayi Boni et les chancelleries du Bénin.

Dine Bouraïma pour finir ses propos, invite les acteurs du tourisme béninois à se muer en soldats de développement en vue d’accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre de ses mesures.
 

Thomas AZANMASSO

En savoir plus...

Création d’une pseudo-commission de supervision à La Poste : Le Syntraposte dénonce un pillage des ressources

la-poste-du-benin

Une lettre ouverte N°2 du secrétaire général du Syntraposte, Sinodobe Agli, adressée aux travailleurs de La Poste du Bénin S.A et parvenue à notre rédaction fait état de ce qu’à La Poste du Bénin, il est organisé un pillage systématique des ressources d’une société déjà agonisante. Le Syntraposte pointe du doigt le Directeur général de La Poste Jonas Gbènamèto et la ministre de tutelle Rafiatou Monrou. De quoi s’agit-il ?

Dans la lettre ouverte du Syntraposte, la constitution de commissions dans le cadre de l’organisation des concours professionnels, édition 2016 à La Poste du Bénin SA est la nouvelle trouvaille du Dg Jonas Gbènamèto pour partager les ressources déjà très amenuisées et rares de l’outil de production des travailleurs. En effet, dans le cadre des derniers concours d’Agex et d’Inspecteurs tenus du 09 au 16 juillet 2016 (délibération des Agex y compris), le Dg Gbènamèto a signé et publié la décision N°150/LPB/127/DRH/DPDRHS/SGPDRHS du 07 juillet 2016 abrogeant toutes les dispositions antérieures et créant de nouvelles commissions impliquant la Direction des examens et concours. C’est donc avec ces commissions que les concours ont été organisés. Mais grande a été  la surprise des travailleurs de constater que le DG de La Poste a pris une nouvelle décision le 08 août 2016, et ceci après tous les travaux du concours, sous le numéro 119/LPB/043/DRH/DPDRHS introduisant les trois premiers responsables du ministère de tutelle dans une pseudo-commission dite de supervision. Et au lendemain de cette décision, soit le 09 août 2016, les trois personnalités à savoir la Ministre Rafiatou Monrou, son Directeur de cabinet Wilfrid Codjia et la directrice adjointe de cabinet Opportune Quenum auraient été payés.

Pour le Syntraposte, cette pseudo-commission n’a en réalité pour finalité, que de permettre à ces personnalités de prendre leur part. Car, le Syntraposte ne comprend pas par quelle alchimie, on peut superviser un concours près d’un mois après la délibération et en être rémunéré à grands frais.

Ainsi, sous la Rupture, on continue de siphonner les maigres ressources des entreprises d’Etat. Et pourtant, dans son message à la Nation, le Chef de l’Etat a rappelé que le principe organisateur de la République doit être basé sur la vertu. Le Syntraposte appelle le président Patrice Talon au secours en vue de la préservation des ressources de La Poste.


M.M

En savoir plus...

Le promoteur de Bénin royal hôtel sur Golfe TV/FM : Dine Bouraïma salue les mesures du PAG en faveur du tourisme

Dine-Bouraima

Dine Bouraïma, le promoteur de Bénin Royal Hôtel, un hôtel 4 étoiles situé en plein cœur de Cotonou, était l’invité de l’émission ma part de vérité de Golfe TV/FM. Président en exercice du consortium Touristes par millions, il a exprimé son point de vue sur les mesures contenues dans le Programme d’actions du gouvernement 2016-2021 en faveur du secteur touristique au Bénin. Un programme que l’invité juge réaliste.

Dans ses propos, Dine Bouraïma a salué les efforts du gouvernement en faveur du tourisme. Efforts concrétisées par des mesures importantes prises par le gouvernement en faveur du secteur et contenues dans le Programme d’actions du gouvernement. A l’en croire, le gouvernement béninois entend investir 621 milliards de FCfa dans le secteur du tourisme. Et dans cette perspective, le budget du ministère du Tourisme et de la culture est passé de 2 milliards à 35 milliards. Entre autres actions à mener : la construction de musées à Abomey et à Porto-Novo, d’une arène, d’une cité balnéaire à Ouidah et l’aménagement des parcs de la Pendjari et du W avec construction de pistes d’atterrissage pour faciliter l’accès. La création de l’Agence nationale des patrimoines et du développement du tourisme, le nettoyage des 125 km de plages du Bénin, la libération de l’espace public, la levée des check points et les mesures de sécurisation du territoire national sont également autant d’actions du gouvernement qui, à en Croire Dine Bouraïma contribuerons à promouvoir le label touristique béninois. Et selon les propos du Président du consortium Touristes par millions, toutes ces mesures permettront de lever les goulots d’étranglement du secteur touristique au Bénin.  

Un secteur en proie à des difficultés

Entres autres problèmes du secteur touristique évoqués par Dine Bouraïm, on peut citer : les problèmes liés au visa, la cherté de l’énergie électrique, la TVA au-dessus de la norme exigible dans l’espace Uemoa, la cherté des billets d’avion due à la hausse des taxes appliquées au Bénin, la non praticabilité des pistes desservant le pays… L’invité de Golfe TV/FM salue tout de même les différentes actions menées par le gouvernement du Président Patrice Talon et qui visent l’atténuation de ces problèmes qui d’ailleurs ont suscité la création du consortium Touristes par millions.

Le consortium Touristes par millions

Le consortium Touristes par millions est une organisation regroupant les professionnels du tourisme notamment les hôteliers, les compagnies aériennes, les agences de voyage, les guides touristiques et qui vise à booster la destination Bénin à travers des actions transversales liées à la sensibilisation au tourisme intérieur, au moyen du lobbying et la professionnalisation du secteur. Depuis sa création, le consortium Touristes pas millions a mené plusieurs actions notamment l’organisation d’ateliers de sensibilisation, des rencontres avec diverses autorités du pays en l’occurrence l’ex-président de la république Yayi Boni et les chancelleries du Bénin.

Dine Bouraïma, pour finir ses propos, invite les acteurs du tourisme béninois à se muer en soldats de développement en vue d’accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre de ses mesures.

Thomas AZANMASSO

En savoir plus...

Lancement du mandat 2017 de la Jci Cotonou Saphir : Oser l’excellence pour affirmer l’impact

jci-benin

Le mandat 2017 de la Jeune chambre internationale Cotonou Saphir a été officiellement lancé, samedi 14 janvier 2017. C’était à la faveur d’une cérémonie dénommée « Envol » qui s’est déroulée à Fidjrossè dans le jardin “Colline Ya“ en présence des past-présidents de l’organisation locale et du représentant du président national de la Jci. Le nouveau comité directeur local dirigé par le Président Olakounlé Javob Worou entend oser l’excellence pour véritablement affirmer l’impact.

« Affirmons notre impact », c’est le thème fédérateur du mandat 2017 de la Jci Cotonou Saphir. Si le mandat 2016 conduit par Charles Akondé a été placé sous le signe de la labellisation du savoir-faire de l’organisation locale, le président 2017, Jacob Worou place son mandat sous le signe de la consolidation des acquis et de l’innovation. Pour lui, il faudra oser l’excellence pour des impacts beaucoup plus perceptibles. Prenant la parole, le Directeur des projets, Charles Gonçalves a reconnu que l’excellence n’est pas forcément synonyme de la perfection mais qu’il faudra se surpasser au quotidien pour réaliser des exploits. A sa suite, le Président 2017 de la Jci Cotonou Saphir, Olakounlé Jacob Worou s’est acquitté d’un devoir de reconnaissance à l’endroit des past-présidents pour leur engagement au service de l’organisation locale. Il a également rassuré du dynamisme de son équipe pour face aux défis à relever. Il s’agira donc, au cours du mandat, d’impacter avec une nouvelle dynamique dans la mise en œuvre des projets communautaires, de motiver, d’investir, de redynamiser le partenariat autour de l’organisation, de se connecter au monde pour mieux se faire représenter aux grands rendez-vous. Il faudra coordonner des actions autour du renforcement de l’impact et de la professionnalisation des différents projets communautaires. Les membres du bureau se sont ensuite engagés à respecter les douze principes cardinaux de l’organisation en procédant à la signature de la charte de bonne conduite. Le représentant du Président national 2017 de la Jci-Bénin a salué le laborieux travail qui se fait au sein de cette organisation locale et exhorté à plus d’impact de la communauté.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Fermeture des espaces de liberté : Les professionnels des médias disent non au diktat de la Haac

manifestations-HAAC

Annoncé pour se tenir à l’intérieur des locaux de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac), le sit-in des professionnels des médias, en protestation contre la fermeture de Soleil Fm, Eden Tv, E Télé et autres, a finalement lieu à la Bourse du Travail. Et pour cause, au petit matin de ce vendredi 13 janvier 2017, le jour du sit-in, le président de la Haac Adam Boni Tessi a informé le président de l’Upmb Franck Kpochémè de ce que les portes de la Haac seraient fermées aux professionnels des médias. Ainsi, arrivés sur les lieux aux environs de 7h, les professionnels des médias ont fait face à un impressionnant dispositif sécuritaire qui les a éconduits et les a suivis jusqu’à la Bourse du Travail.

Une fois dans la maison des syndicalistes, les professionnels des médias, bandeau noir sur le front, au bras ou sur la bouche, ont dénoncé avec des chants et slogans hostiles à l’autorité de régulation, la fermeture depuis plus d’un mois déjà de 5 organes de radios et de télévisions. Sur les pancartes et bandérole, on pouvait lire des messages tels que : « Libérer Soleil Fm, Eden Tv, E Télé », « Médias fermés, Rupture en Danger » ou encore « Non à la fermeture des espaces de liberté, non au chômage des journalistes ». Dans sa déclaration, le Président de l’Union des professionnels des médias du Bénin (Upmb) Franck Kpochémè a souligné que les journalistes ont déjà fait preuve de sagesse en observant le maximum de patience devant une situation chaotique. Mais étant donné que le président Adam Boni Tessi n’est pas prêt à entendre raison, ils ont décidé de se faire entendre. « En organisant le sit-in de ce jour, vendredi 13 janvier 2017, nous exigeons une réouverture sans délai et sans condition des organes victimes de l’excès de zèle d’un Président de la Haac qui doit être le seul à connaître les motivations réelles de sa décision », a-t-il laissé entendre. Les journalistes ont reçu le soutien des secrétaires généraux de la Cstb, la Sca, la Cosi et du Cgtb, de même que du juriste Prince Agbodjan qui a affirmé être venu pour réclamer son droit à l’information.

Dans une interview accordée à l’Ortb dans la même journée, le président de la Haac Adam Boni Tessi est revenu sur les raisons qui l’ont amené à fermer les portes de la Haac aux professionnels des médias. Il affirme n’avoir  reçu que la veille le courrier annonçant le sit-in alors qu’il lui fallait un délai de 72h pour prendre des mesures sécuritaires, étant donné que la Haac se situe dans une zone portuaire qui, selon lui, est à haut risque. Aussi, tout en regrettant le fait que les associations faitières ne se sont pas rapprochées de la Haac pour connaître de l’évolution du dossier, il a laissé  entendre qu’une commission est déjà en train d’étudier le cas des organes suspendus et devra donner son rapport cette semaine. Ces justifications sont balayées par le président Franck Kpochémè pour qui le président Adam Boni Tessi a fait économie de vérité. Il affirme avoir envoyé le courrier le mercredi 11 janvier, soit 72h avant le sit-in. Il ne comprend pas que le président de la Haac qui, depuis quelques jours ne répondait plus aux appels, ait attendu le jour du sit-in pour l’appeler au petit matin lui notifiant que les portes de la Haac seraient fermées aux professionnels des médias. Les professionnels ont pris encore rendez-vous pour ce mercredi 18 janvier pour un sit-in géant avec le soutien des confédérations et centrales syndicales.

B.H

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !