TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Bourse du travail : Des SG de centrales syndicales à couteaux tirés

Anselme-Amoussou-et-Emmanuel-Zounon

Plus rien ne va entre des responsables des centrales syndicales. D'aucuns diront que c'est d'ailleurs un secret de polichinelle, eu égard à la triste fin connue par le mouvement de grève déclenchée en début d'année. Mais il y a de nouveaux développements dévalorisants.

Le secrétaire général de la Centrale des Syndicats Autonomes, Anselme Amoussou est décidé à régler ses comptes avec son collègue et doyen, Emmanuel Zounon, secrétaire général de la plus vieille des centrales, l'Union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin (Unstb). Et pour cause, M. Amoussou en a marre de subir des humiliations, même au delà des frontières béninoises. Soit que M. Zounon aurait adressé une correspondance pour dénoncer le SG Csa-Bénin auprès des institutions internationales ayant en charge les questions du travail. Il a été accusé notamment de traitre en pactisant avec le gouvernement pour suspendre avec deux autres collègues, la motion de grève pourtant collectivement lancée. Pour M. Amoussou, le rubicond avait été franchi. Surtout qu'il supportait déjà mal les posts sur les réseaux sociaux le traitant de tous les noms d'oiseaux après la fameuse suspension de grève. Anselme Amoussou a alors décidé de s'en remettre aux autorités judiciaires béninoises, vu également que dans la correspondance à l'international, il a été porté atteinte, par ailleurs, à sa vie privée. C'est donc une plainte en diffamation qui a été rédigée contre le SG de l'Unstb, obligé de fournir la preuve de ses allégations, un peu comme cela se passe en matière de presse. Dans les jours qui suivent, il y aura un ballet des responsables des centrales syndicales devant le juge béninois.

Mais aux dernières nouvelles, on apprend que les autres secrétaires généraux des centrales syndicales travaillent à sauver la face. Ceci, en forçant la main à Anselme Amoussou pour qu'il retire purement et simplement sa plainte et que le linge sale soit lavé en famille. Toujours est-il que les médiateurs sont confiants et que la guerre des Secrétaires généraux devant les tribunaux n'aura pas lieu. Ceci ne ferait que rendre davantage l'atmosphère difficile à la maison commune, la Bourse du travail, et favoriser le gouvernement qui profitera de cette division.

Alors que les travailleurs pensaient à tirer toutes les conclusions de l'échec cuisant de la grève de cette année et colmater les brèches et pour de nouvelles luttes porteuses de fruits, c'est carrément le pourrissement de la situation qui s'observe avec ce rebondissement inédit.

Pour rappel, en janvier 2018, toutes les centrales syndicales ont unanimement lancé un mot d'ordre de grève qui a paralysé une grande partie de l'administration béninoise. Sur ce chemin de lutte pour la satisfaction des légitimes revendications des travailleurs, le lundi 9 avril 2018, trois centrales syndicales ont fait défection, à la surprise générale. Il s'agit de la Csa-Bénin de Anselme Amoussou, de la Csub de Christophe Houessinon  et de la Cgtb de Moudachirou Bassabi. C'est d'ailleurs la défection de M. Bassabi qui a surpris plus d'un. Une semaine plutôt en effet, sur la chaine Canal 3, avec Tanguy Agoï, il cachait mal sa déception à l'endroit du gouvernement qu'il dénonçait avoir entamé une guerre d'usure contre les travailleurs.

Dans leur déclaration solitaire de suspension de grève, ces trois responsables de centrales syndicales parlent de repli tactique, afin de laisser le gouvernement face à ses responsabilités pour expérimenter ses "solutions messianiques unilatérales". « Nous décidons de la suspension de la motion de grève en cours depuis le 16 janvier 2018 et appelons l’ensemble des travailleurs à reprendre le travail dès le mardi 10 avril 2018 », ont-ils déclaré.

Depuis cette suspension en avril, on a noté une certaine méfiance entre les briseurs de grèves et les autres collègues qui ont poursuivi jusqu'en fin avril avant de lâcher prise, eux aussi dans des conditions mi figue, mi raisin. Difficile de dire aujourd'hui, ce qui a été obtenu au profit des travailleurs.

Mike M.

Dernière modification lemercredi, 04 juillet 2018 05:10
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !