TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

- cover VISUEL DE COMMUNICATION - MILLION AVEC FANICKO - by Axel DigitXplusFR 3

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Lancement de l’appel à propositions au profit des Osc : Pour une société civile au service de la population

societe-civile

(Djogbénou pour la disparition des Ong)
La grande salle de l’Infosec à Cotonou, a servi de cadre au lancement de l’appel à propositions au profit des Organisations de la société civile (Osc) dans le cadre du Programme Renforcement et Participation de la Société civile (RePaSoc). C’était hier jeudi 24 mai 2018. L’objectif visé est d’apporter un appui aux initiatives de la société civile en vue de l’amélioration des services de base aux populations et le développement économique et social inclusif au niveau local, en promouvant l’égalité de genre, sur toute l’étendue du territoire national.

Aux dires de Septime Azonnoudo, Coordonnateur de l’Unité technique d’appui à l’ordonnateur national du Fond européen pour le développement (Fed), nul n’ignore le rôle important et la contribution substantielle des Osc dans les processus de formation de l’opinion publique de la volonté populaire et de la prise de position sur des questions sensibles de la vie sociale. A l’entendre, plusieurs dizaines de projets seront identifiés et financés. D’un montant total de 1 796 000 000 F Cfa, renseigne Yves Gillet, chef de coopération à la délégation de l’Union européenne, partenaire stratégique du Bénin qui apporte un appui direct à la Société civile, cet appel à propositions s’articule autour de quatre thématiques spécifiques que sont, l’amélioration des services sociaux de base aux populations, la promotion du développement économique local, la promotion de la culture, et la promotion de la bonne gouvernance locale. «Le RePaSoc qui est financé à hauteur de 7,8 milliards de F Cfa par le Fed avec un co-financement et un apport de 1,3 milliards de F Cfa  de la Giz, est un programme important de notre coopération avec le Bénin  qui a pour objet de renforcer la Société civile dans son rôle de plaidoyer et de suivi citoyen de l’action publique», a-t-il indiqué. Procédant au lancement officiel de l’appel à propositions, le ministre de la Justice et de la législation, Joseph Djogbénou, a fait observer que l’initiative témoignage des efforts des Osc. Selon ses propos, il est de l’intérêt de l’Etat de renforcer la capacité de la Société civile. Le ministre de la Justice a alors émis le vœu «fort et puissant» que la transparence caractérise l’exécution des projets qui seront retenus. Pour lui, en effet, la meilleure gouvernance est le respect des règles de procédures. Rappelons que le dépôt des notes de présentation doit se faire avant le 09 juillet 2018. L’objectif global du RePaSoc est de promouvoir la participation des citoyens dans la conception, la mise en œuvre et le suivi des politiques de développement afin d’en assurer la pertinence, la transparence, et la redevabilité pour l’amélioration du développement inclusif et de la gouvernance démocratique au niveau national et local.

CK

L’appel de Djogbénou…

Une autre réforme s’annonce sous la rupture. Le vent des réformes qui souffle depuis le 06 avril 2016 en a encore pour longtemps manifestement. En tout cas, la disparition des Organisations non gouvernementales (Ong) est en téléchargement. Si, pour l’instant, la nouvelle se résume à un souhait, il faut, en homme averti, et au vu de celui qui émet ledit souhait, reconnaître que la carotte est cuite. «…Je veux être cynique quelque part…à terme, que les organisations non gouvernementales disparaissent », a lâché Joseph Djogbénou, ministre de la Justice, fidèle apôtre du chantre de la Rupture. Procédant au lancement officiel de l’appel à propositions au profit des Organisations de la société civile (Osc) dans le cadre du Programme Renforcement et Participation de la Société civile (RePaSoc) à  l’Infosec hier, l’homme a affirmé que : «C’est lorsque l’Etat n’est pas présent, qu’il y a des organisations non gouvernementales. C’est lorsque l’Etat n’assure pas ses missions, sa fonction, c’est lorsque le citoyen est laissé, les rues ne sont pas nettoyées, les soins de santé ne sont pas apportés, les maîtres ne sont pas à l’école, lorsque la gouvernance n’est pas de qualité, qu’il y a des Ong. Nous allons former le vœu que les Ong disparaissent». Loin de nous de nous passer de telles affirmations. Elles interpellent outre mesure. Tout porte, en effet, à croire que le Vert-Jaune-rouge se porte comme un charme sous la Rupture. Au Bénin, l’Etat est-il vraiment présent? Assure-t-il effectivement ses missions, sa fonction? Sous Talon, les rues sont-elles vraiment nettoyées ? Les soins de santé sont-ils réellement apportés aux malades? En tout cas, les faits sont là. Bien là et loquaces. Il suffit, en réalité, d’interroger l’histoire et chacun pourra convenir si la gouvernance sous nos cieux est de qualité. Bref, tout parallélisme fait, ce ne doit pas être anodin, lorsqu’il qualifie lui-même, son appel de «cynique».

Dernière modification lelundi, 28 mai 2018 05:05
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !