TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

A+ A A-

Eradication de la peine de mort en Afrique sub-saharienne : Amnesty international Bénin forme des militants

Amnesty-international-Benin

Un mois après le lancement de l’agenda du rapport mondial 2017 sur la peine de mort, Amnesty international Bénin (Aib), dans l’atteinte de ses objectifs, a initié une formation sur « les techniques de plaidoyer pour l’éradication de la peine de mort en Afrique sub-saharienne». C’était samedi 12 mai 2018 au Codiam à Cotonou.

Seulement 24 pays en Afrique sub-saharienne ont aboli la peine de mort. Et c’est pour inciter le reste des pays à l’abolition de la peine de mort que, Amnesty international Bénin a décidé de former les militants sur « les techniques de plaidoyer pour l’éradication de la peine de mort en Afrique sub-saharienne». Venus de plusieurs associations acquises à cette campagne, telles que Franciscain-Bénin, Acat, Upmb, Afab, Csb, les participants ont suivi avec attention les différentes techniques de plaidoyer pouvant permettre d’éradiquer la peine de mort en Afrique. Pour le formateur, Oluwatosin Popoola, le but de cette formation est d’encourager les militants béninois à poursuivre leur travail de plaidoirie en faveur de l’abolition de la peine de mort dans tous les pays de l’Afrique sub-saharienne. A l’en croire, Amnesty international Bénin a organisé cette formation en vue de fournir aux militants béninois, des outils pouvant les aider à poursuivre cet objectif d’abolir la peine de mort. «J’espère que la formation donnée aux militants béninois pourra aller dans le sens de cette mobilisation pour l’abolition de la peine de mort en Afrique Sub-Saharienne», a-t-il laissé entendre. Pour sa part, Glory Cyriaque Hossou, coordinateur du Comité ‘’peine de mort’’ a remercié le formateur venu du secrétariat général de Amnesty international Bénin ainsi que les stagiaires pour leur participation. Il a affirmé que la mission du Bénin est de continuer à s’engager en faveur de l’abolition de la peine de port et d’influencer les pays de l’Afrique Sub-Saharienne qui n’ont pas encore aboli la peine de mort. «De par cette formation sur le plaidoyer, Amnesty international Bénin est entrain de célébrer l’effort du gouvernement et des institutions du Bénin mais aussi la synergie de ces entités qui qui ont cru au droit à la vie», dira Fidèle Kikan, directeur de l’Aib. Pour lui, il reste encore 29 pays en Afrique à aller conquérir et le Bénin de par son  processus et sa démocratie doit aller influencer le processus un peu en panne ou en bonne voie dans certains Etats de l’Afrique. « Notre vision est de pouvoir accompagner le processus dans tous ces pays où il y a d’opportunités», a confié Fidèle Kikan. « Nous allons utiliser les voies diplomatique, parlementaire et nous baser sur ce que nous savons faire, la communauté militante », a-t-il conclu.

A.F.S.

Dernière modification lemercredi, 16 mai 2018 05:19
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !