TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

A+ A A-

Saisie des motos pour des raisons fallacieuses : La police républicaine dans du zèle

Police

Il faut renflouer les caisses de l’Etat. Tous les moyens, en tout cas, s’y prêtent. La réalisation du programme d’action du gouvernement (Pag), en effet, nécessite assez de sous. Et plus que jamais, injustement malmenés, harcelés et réprimés, plusieurs béninois méconnaissent leur propre pays et se demandent désormais s’ils sont effectivement dans leur Bénin natal. Après les casses sauvages avec les désagréments y afférents, voici la police républicaine aux trousses des usagers. Et ceci, pour des raisons fallacieuses. Tenez ! Votre casque est-il trop vieux ? On vous interpelle et on vous flanque une amende de dix mille (10 000Fcfa) ajoutée aux frais de fourrière. Ceci, pour un casque qui coûte à peine 5000 F Cfa. Votre casque n’a-t-il pas de chiffon à l’intérieur ? Avez-vous serré un peu du côté des véhicules pour contourner un carrefour comme d’habitude ? Les policiers républicains, que dis-je, les policiers (ils sont tout sauf républicains) vous interpellent pour non-respect de pistes cyclables ou encore casques non commodes. Votre engin est jeté à la fourrière. Et comme si cela ne suffisait, ils ont du plaisir à s’amuser avec les nerfs des usagers voire à s’en moquer. C’est bien malheureusement le Bénin, ici. Quand la police cesse de servir, il y a matière à craindre.

Pourtant…

L’autre chose à laquelle les autorités béninoises restent toujours indifférentes est la situation de précarité dans laquelle vivent les populations béninoises. Savent-elles que les Béninois ne cessent de se plaindre et que la pauvreté gagne du terrain ? Au regard du pouvoir d’achat aujourd’hui des Béninois, le régime de la Rupture perçoit encore la nécessité d’assécher définitivement les poches de ceux-ci. Et les week-end sont mis à profit pour la bassesse. Les caisses de l’Etat sont-elles si vides, au point où le gouvernement décide de se jeter sur les pauvres et misérables populations pour nourrir la minorité ? L’espoir s’estompe. Le peuple se lamente et regrette. Chose curieuse, de sources bien introduites, les usagers dont les engins ont été confisqués se sont rendus dans les recettes-perceptions pour s’acquitter de l’amende infligée. Mais rien ! Ils ne sont toujours pas rentrés en possession de leur engin. La police républicaine n’est pas encore prête à libérer les motos. On veut un peuple travailleur mais dans le même temps, on se plaît à l’empêcher de vaquer à ses obligations professionnelles quotidiennes. De toute façon, à l’heure du bilan, rendez-vous devant l’histoire !!!

M.M

Dernière modification lemercredi, 16 mai 2018 05:18
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !