TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Couverture linkedln

A+ A A-

Rapport 2017 sur les Condamnations à mort et exécutions : Amnesty international Bénin fait le point et note des avancées

Amnesty-International

Amnesty international Bénin (Aib) a procédé, jeudi 12 avril 2018, à son siège à Gbèdjromédé (Cotonou), au lancement de l’agenda du rapport mondial 2017 sur la peine de mort. Occasion pour Fidèle Kikan, Directeur exécutif de Aib, de faire remarquer des avancées dans le processus.

993 exécutions ont été enregistrées dans 23 pays en 2017. Soit 4% de moins qu’en 2016 (1032 exécutions) et 39% de moins qu’en 2015 avec 1634 exécutions (le chiffre le plus élevé des exécutions enregistrées par Amnesty international depuis 1989). Pour les condamnations à mort, selon le rapport, Amnesty international a enregistré 2591 cas dans 53 pays en 2017 contre 3117 en 2016. Pendant ce temps, la Guinée et la Mongolie ont aboli en 2017 la peine de mort dans leur législation pour tous les crimes. Quant au Guatemala, il est devenu abolitionniste uniquement pour les crimes de droit commun alors que la Gambie, le Burkina Faso, le Kenya, et le Tchad ont grandement progressé sur la voie de l’abolition de la peine de mort. De plus, l’Afrique subsaharienne a connu une baisse par rapport au nombre de condamnations à mort passant ainsi de 1086 en 2016 à 878 en 2017. «Les nouveautés de ce rapport est que l’Afrique subsaharienne a fait un bond qualitatif car nous sommes à 20 Etats qui ont définitivement aboli la peine de mort », s'est réjoui Fidèle Kikan, Directeur exécutif de Aib. A l’en croire, l’année 2017 a été celle de l’humanisation parce que, plus d’Etats se sont engagés soit en droit soit en pratique contre la peine de mort. «142 Etats sont contre la peine de mort (…) Il y a eu moins d’exécutions», a précisé Fidèle Kikan. Toutefois, a-t-il souligné, il reste quelques zones d’inquiétudes notamment par rapport aux pays de l’Asie Pacifique, du Moyen Orient, et de l'Afrique du Nord. Rappelons que la plupart des exécutions ont eu lieu en Chine, en Iran, en Arabie Saoudite, en Irak, et au Pakistan. La Chine se taille la part du lion avec le plus grand nombre de prisonniers. Toutefois, des pays comme Bahreïn, les Emirats arabes unis, la Jordanie, et le Koweït ont repris les exécutions en 2017 contrairement au Botswana, à l’Indonésie, au Nigéria, au Soudan, et au Taïwan malgré l’application de la peine de mort dans ces pays en 2016. «Tant qu’un seul individu va rester menacé dans son droit à la vie car l’Etat a cessé de le protéger, nous avons toujours du pain sur la planche mais l’espoir est permis car 142 pays, ce n’était pas donné il y a quelques années », a conclu Fidèle Kikan.

A.F.S.

Dernière modification lemercredi, 18 avril 2018 05:37
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !